Le premier miracle, Gilles Legardinier

003

Quatrième de couverture :

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire…

L’avis de MadameOurse :

Je vais essayer de vous écrire une chronique posée. Mais tout se bouscule dans ma tête. Je peux vous le dire de suite : j’ai A-DO-RÉ ce roman !

J’ai eu pourtant peur dès les premiers chapitres parce que l’histoire me faisait terriblement penser aux romans de Dan Brow, auteur que j’adore et qui écrit des romans plein de suspense et de savoir. J’avais peur pour Gilles Legardinier qu’en le comparant ainsi à un excellent auteur, il perde la bataille.

Et puis je me suis laissée embarquer sous les paroles de Ben, personnage principal du roman. Ce personnage est hyper attachant, je l’ai adoré. C’est un homme qui manipule la dérision à haute dose, en toutes circonstances, donc les discours du roman sont truffés d’humour du début à la fin, sa façon de tout prendre à la rigolade est vraiment hyper plaisante. A côté de ça, on découvre un homme terriblement amoureux depuis longtemps d’une femme qui en aime un autre. Le combo des 2 éléments amène à un personnage que je ne suis pas prête d’oublier qui va, de plus, former un super duo avec Karen, agent du gouvernement. A eux deux, ils vont mener une enquête hors normes qui va les faire voyager partout dans le monde.

Dans ce roman, il y a plein de choses, plein de thèmes y sont traités et tout ça prend ses sources dans des faits réels, le roman est donc plein d’apprentissage et ça moi j’adore (oui je dis beaucoup j’adore). On y parle alchimie, 2nde guerre mondiale, archéologie, science, art… Ça peut paraître beaucoup mais tout se combine très bien. Le roman est dense, l’enquête va amener à plein de rebondissements mais on ne se lasse pas !

Et ce que j’ai également énormément apprécié, c’est le talent de l’auteur pour que l’on ne se perde pas dans tout ça. Après plus de la moitié du roman, un chapitre est amené tout en douceur qui va tenir lieu de résumé des événements et nous permettre à nous lecteur d’avoir bien en tête l’avancée de l’enquête. Mais c’est pas du tout un chapitre « faisons une pause, je résume », il a vraiment sa place dans l’histoire, dans la chronologies des événements. Ce chapitre amène un vrai plus.

Plus j’avançais dans ma lecture et plus je prenais conscience que ce roman avait nécessité un travail de recherche intense et j’avais le sentiment que Gilles Legardinier l’avait écrit en parallèle des autres romans parus ces dernières années. Et bien je ne me suis pas trompée parce que Le premier miracle a été un travail qui l’a occupé pendant 8 ans.

Je ne veux rien dévoiler de l’intrigue, vraiment, juste, si ce thème vous parle, lisez-le. Rien ne m’a déçue au cours de ma lecture, la fin est à la hauteur de l’enquête menée par Ben et Karen. Ah si, juste un truc, je déteste la couverture du livre, oui elle a du sens mais franchement bof quoi ! Je pense qu’on pouvait trouver nettement mieux. Ce rouge, ces silhouettes à la James Bond, ça me fait plutôt fuir moi…

Ma notation :

Bluffant ! Ce roman confirme que le talent de Gilles Legardinier va bien au delà de celui d’auteur de comédies légères (je n’ai pas lu tous ses romans).

Mention spéciale pour le chapitre final où Gilles s’adresse à ses lecteurs. Ça crée un lien superbe avec l’auteur, on a encore plus envie de le serrer dans nos bras. Et merci pour les images qui nous sont offertes pour faire le lien avec l’histoire qu’on vient de vivre en le lisant.

Publicités

7 réflexions sur “Le premier miracle, Gilles Legardinier

  1. Je pense que je vais le lire, tu me donnes envie et comme je lis peu de thriller… Ça change un peu !
    Juste un truc, Legardinier ecrit certes des trucs dits « légers » mais il est vrai que dans ses comédies légères, il aborde souvent avec un grand réalisme des sujets vachement moins légers (la mort, la maladie, etc). Â tel point que l’on se demande si ce n’est pas du vécu, je trouve.

    Aimé par 1 personne

  2. Je l’ai beaucoup aimé ! Legardinier n’a rien à envier à Dan Brown en effet, j’ai même largement préféré : le tout est un peu moins pompeux et arrogant que du Dan Brown, car moins spectaculaire (mais dans le bon sens), tu vois ? Et beaucoup plus d’humour …
    Merci pour l’idée de lecture !

    J'aime

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s