Le berceau de la peur, Louise Voss et Mark Edwards

Quatrième de couverture :

La première enfant a été enlevée chez elle.
Le deuxième, dans la voiture de sa mère.
Et la troisième, dans sa propre chambre à coucher…
Lorsqu’un soir, Helen et Sean Phillips sortent en laissant leur fille aînée de 15 ans garder sa petite sœur Frankie, ils ignorent qu’ils s’apprêtent à vivre le pire cauchemar de tous les parents.
Quand l’enquête démarre, l’inspecteur principal Patrick Lennon a bon espoir de retrouver les trois enfants sains et saufs. Mais un premier corps est retrouvé dans un parc de Londres, et Lennon comprend que le temps est compté. Dans cette affaire, les apparences sont trompeuses…

L’avis de Lunatic :

Avant de lire le résumé du roman, c’est surtout cette couverture et ce titre qui m’ont attirés. Ce mobile de nuages et d’étoiles au-dessus du lit d’un bébé et cette ombre humaine sont parfaitement glaçants je trouve. Comme le résume la quatrième de couverture, on est face à des enlèvements d’enfants, mais avant de rentrer au cœur de l’intrigue, le roman s’ouvre sur un chapitre qui relate un fait personnel qu’a vécu Patrick Lennon, le flic du roman. Un premier chapitre qui m’a happée et qui donne vraiment envie d’en lire davantage et qui permet aussi de comprendre un peu plus ce personnage. On assiste ensuite à la disparition de Frankie, la découverte de sa disparition par ses parents, la peur, les accusations qu’ils subissent, les doutes, les interrogatoires… La détresse des parents est vraiment très bien montrée je trouve. Très vite, un corps d’enfant est trouvé, mais s’agit-il d’un des enfants disparus ?

J’ai beaucoup aimé ce thriller psychologique, avec des personnages très bien travaillés. Les chapitres sont courts qui alternent entre le point de vue de plusieurs personnages. Il n’y a pas de temps mort, je ne me suis pas ennuyée du tout. Tout reste crédible, ce qui n’est pas toujours le cas dans certains thrillers. Et à quelques reprises, alors que je pensais avoir découvert le coupable, je me rendais compte quelques lignes plus tard que je m’étais trompée ! C’est bien le signe d’un roman réussi pour moi. Je vois sur Amazon que notre duo d’auteurs a écrit un autre roman avec Patrick Lennon comme enquêteur, j’espère qu’il sera vite traduit en français.

Ma notation :

Un très bon thriller addictif.

Derrière toi, Sibel Hodge

Quatrième de couverture :

Lorsque Chloe Benson se réveille, elle réalise qu’elle a été enlevée et qu’elle est retenue prisonnière dans une tombe souterraine, incapable de se souvenir de ce qui s’est passé. Elle parvient à s’enfuir mais personne ne la croit – ni la police, ni les médecins et encore moins son mari, Liam. Lorsqu’elle soupçonne que Liam lui ment, Chloe est obligée de faire un retour en arrière sur son passé, sur ce qu’elle a fait pour découvrir la vérité et rester vivante. Mais qui poursuit Chloe ?

Faites attention à vous. Vous ne savez jamais qui se tient près de vous.

L’avis de Lunatic :

Les 3 premiers chapitres nous imposent une atmosphère pesante et stressante : Chloé se réveille mal en point, retenue prisonnière sous terre, dans une tombe. Elle ne sait pas comment elle est arrivée là, pourquoi ? Par la faute de qui ? Contre toute attente elle réussit à s’enfuir. Mais personne ne semble croire à son histoire, et pour cause, les semaines précédant son « kidnapping », Chloé souffrait d’hallucinations, de signes de dépression et d’accès de folie qui lui ont même valu un séjour médical. De plus, elle a perdu la mémoire et lui manque alors les souvenirs des 7 dernières semaines, les souvenirs qui pourraient tout expliquer et confirmer les doutes qu’elle a envers son mari, Liam, un homme manipulateur et méchant.

Passé les 3 premiers chapitres, j’avoue que j’ai trouvé le déroulé de l’intrigue un peu long. Beaucoup de répétitions, quelques incohérences et un manque d’accroche je trouve. Néanmoins on a envie de savoir si Chloé a vraiment vécu ce drame ou si, comme tout le monde le pense, il s’agit d’hallucinations. Les pistes données par l’auteur nous font sérieusement douter par moment sur sa santé mentale. J’ai très vite anticipé le dénouement, pas de surprise comme le voudrait ce genre de roman.

Ma notation :

Une lecture sympa mais pas un grand roman.

 Merci aux éditions,

pour cette lecture

Ne dis rien à papa, François-Xavier Dillard

Quatrième de couverture :

L’instinct maternel est l’arme la plus puissante au monde. Surtout quand on la retourne contre ses propres enfants.

Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.

Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au cœur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…

Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

L’avis de MadameOurse :

Lorsque Fais le pour maman est sorti il y a quelques années, il m’avait bien donné envie et je l’avais dans ma wish list sans avoir passé le cap de l’acheter. Ne dis rien à papa était proposé sur le site de Netgalley, la quatrième de couverture me branchait bien et c’était donc l’occasion pour moi de découvrir François-Xavier Dillard. Et j’ai adoré !

Le début de ce thriller est vraiment chouette, j’ai eu l’impression de tirer des fils au bout d’une toile d’araignée. Des fils qui ne semblent avoir rien en commun et qui, pourtant, vont avoir des ramifications les uns avec les autres. Il y a plusieurs chapitres au début de ce roman : ceux où l’on découvre Fanny mère de famille parisienne qui donne vite l’impression d’être fragile et déséquilibrée. Il y a une enquête de police qui commence pour l’inspecteur Dubois suite aux meurtres, très violents, de plusieurs médecins. Et il y a, à des milliers de kilomètres de là, une personne qui se réveille enterrée vivante. Cette personne va réussir à se sortir de sa tombe sans rien se souvenir de ce qui lui est arrivé.

De page en page, l’auteur amène des détails, développe chacune de ces histoires. Et très vite, on fait alors les premiers liens. On se pose des questions. Et on soupçonne quelque chose d’hors norme, d’effrayant.

La construction du roman est pour beaucoup dans sa réussite, l’enchaînement est vraiment bon, très étudié et très réussi. Je me suis, à de nombreuses reprises, interrogé sur l’unité de temps du roman, essayant de classifier les événements dans un ordre chronologique, j’ai vraiment cogité en lisant Ne dis rien à papa et c’était chouette. L’histoire est, elle aussi, complètement à la hauteur, je n’aurais pas pu deviner dans les détails où nous amenait l’auteur. Et j’ai vraiment adoré ce thriller !

Ma notation :

Un thriller extrêmement réussi de par sa construction et son histoire très aboutie. Il m’aura manqué quelques réponses à des questions (mineures quand même) que je me suis posé au cours de ma lecture mais je referme ce roman avec une envie de découvrir un peu plus l’univers de l’auteur à travers ses autres romans.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Livia Lone, Barry Eisler

Quatrième de couverture :

Enquêtrice spécialisée dans les crimes sexuels au sein de la police de Seattle, Livia Lone connaît parfaitement les monstres qu’elle pourchasse. Vendue par ses parents thaïlandais avec sa petite sœur Nason à des trafiquants d’être humains, isolée et maltraitée dès son arrivée aux États-Unis, seule la perspective de retrouver un jour sa sœur lui a permis de survivre à son adolescence.

Elle l’a cherchée sans relâche, en s’efforçant désormais d’envoyer tous ces prédateurs derrière les barreaux. Ou, lorsque ce n’est pas possible, six pieds sous terre.

Le jour où un nouvel indice réveille l’espoir de retrouver Nason et de mettre la main sur leurs ravisseurs, Livia devra devenir plus qu’un flic ou un justicier. Elle devra revivre les horreurs du passé, et s’en prendre à l’un des hommes les plus puissants du gouvernement américain, en dévoilant une machination d’une perversion inimaginable.

La lutte semble déséquilibrée, mais Livia a deux atouts : son amour inconditionnel pour Nason et une soif insatiable de vengeance.

L’avis de MadameOurse :

Pour changer un peu, me voici dans la lecture d’un thriller. Et quel thriller, un très bon page-turner à l’héroïne originale et attachante. Nous faisons la connaissance de Livia dès les premières pages du roman alors qu’elle va se trouver en danger après avoir fait la connaissance d’un homme dans un bar. Celui-ci est en fait un prédateur sexuel qui compte bien satisfaire ses désirs, que Livia le veuille ou non. Et puis, gros rebondissement, Livia est en fait une jeune femme experte en arts martiaux et va terrasser son attaquant. Et d’ailleurs, ce n’est pas par hasard qu’elle s’est retrouvée face à cet homme, tout était parfaitement calculé…

On plonge ensuite dans l’histoire d’avant de Livia alors qu’elle était une jeune adolescente thaïlandaise répondant au nom de Labee. Vendue par ses parents avec sa sœur, celle-ci va se retrouver sur un bateau en partance pour les Etats Unis. Maltraitée par les hommes qui sont à bord du bateau, les 2 sœurs vont être séparées. Et Labee deviendra Livia, adoptée par un homme influent, M. Lone, qui sera tout aussi maltraitant envers elle. La jeune fille n’aura de cesse de se battre pour retrouver sa sœur. Heureusement, elle va petit à petit faire des rencontres positives et s’entourer de personnes « saines » qui lui permettront de devenir enquêteur de police.

Je me suis énormément attachée à Livia, à la volonté farouche qu’elle a de s’en sortir. Elle restera aussi toujours méfiante dans toutes ses interactions sociales et ne fera jamais confiance à personne. Le thème du trafic d’êtres humains qui est au cœur de ce roman est très intéressant, je l’ai trouvé bien traité et bien amené.

En alternance, le récit passe des chapitres d’avant à ceux de maintenant qui ont construit la Livia adulte telle qu’elle est. J’ai un peu pensé en lisant la jeune femme adulte à l’héroïne de Millenium, Lisbeth. Mais le fait que l’on plonge dans l’enfance de Livia, dans ses failles et dans son vécu dur, m’ont adouci le ressenti brut du personnage des premières pages du roman qui fait un peu peur.

La partie thriller du roman, consacrée à l’enquête que Livia va mener pour savoir ce qui est arrivé à sa sœur est, elle aussi, bien ficelée, prenante, intéressante et l’enchaînement des choses est très bon. J’ai beaucoup aimé cette découverte d’un auteur que je ne connaissais pas, je n’hésiterai pas à le relire.

Ma notation :

Un très bon thriller qui m’a captivée et que j’ai lu très vite, presque sans le lâcher.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

L’édition française de ce roman est à paraître chez Amazon Crossing le 4 juillet 2017.

Zoo station, David Downing

Quatrième de couverture :

Berlin, 1939. Ancien communiste, John Russell, travaille pour la presse anglo-saxonne. Lorsqu’un agent russe lui commande une série d’articles élogieux sur l’Allemagne nazie, destinés à la Pravda, dans le but de préparer le pacte de non-agression, Russell se montre d’abord réticent, puis accepte. Ses contacts avec Moscou et Berlin attirent bientôt l’attention des services secrets anglais. Après la mort mystérieuse d’un journaliste, Russell se retrouve possesseur d’un terrible secret. Pourra-t-il rester neutre face à l’horreur qui s’annonce ?

L’avis de Lunatic :

1939, l’anglais John Russel vit depuis 14 ans en Allemagne, il a eu un fils avec un Allemande dont il est séparé et entretient une relation avec une jeune actrice. Ce roman nous plonge dans une atmosphère noire et angoissante. A l’aube de la guerre, les complications commencent pour de nombreux gens, dont les amis juifs de Russel. Journaliste, il accepte le contrat que lui propose un Russe : écrire des articles mettant en valeur le régime Nazi. En parallèle à cela, un journaliste américain va révéler à Russel l’existence d’un plan nazi pour exterminer les enfants déficients mentaux, ce journaliste sera retrouvé mort à la zoo station et Russel se chargera de prendre la suite de l’enquête.

A partir de ce point va se mettre en place toute une histoire d’espionnage et de contre-espionnage, avec ces contacts Russes et Anglais. J’avoue avoir eu du mal à suivre par moments. Grace à ses contacts, Russel va également tout faire pour aider une famille de juifs, Les Wiesners.

Ce roman a été difficile à lire, par les sujets dont il traite (nazisme, violence, extermination des enfants, internement des juifs…), avec des personnages noirs, dont on se demande à chaque moment de quelle coté ils se placent. L’auteur a su également très bien décrire la façon dont en cette veille de guerre, les gens s’interrogeaient sur l’avenir, la façon dont certains minimisaient les choses, et surtout comment beaucoup ne pouvaient pas du tout imaginer jusqu’où iraient les projets du IIIe Reich. Les descriptions géographiques des divers endroits de l’action, des faits historiques ou autres rendent très crédible ce roman et nous placent au cœur de cette Allemagne en pleine terreur. Passé les 100 premières pages, j’ai vraiment accroché à l’intrigue, et j’ai apprécié ma lecture, bien différente de ce que j’ai pour habitude de lire.

J’ai appris que ce roman est sorti il y a déjà 10 ans en Angleterre et qu’il s’agit du premier tome parmi 5 romans mettant en scène les aventures de Russel pendant le conflit. En espérant que le Cherche Midi ne tardera pas à publier la suite !

Ma notation :

Un polar historique glaçant et passionnant.

 

(Roman lu dans le cadre des Masse Critique Babelio)