Tous les articles par MadameOurse

Rentrée littéraire 2019

Bonjour à tous !

Le voici ce RDV annuel d’août, celui où l’on salive devant les rayons des librairies, celui où l’on guette LA date de parution d’un roman bien précis (se décline au pluriel pour tous les romans qui nous tentent). Si l’on a été à peu près sages sur le plan des achats livresques au cours de l’été, avec la rentrée littéraire, on en est sûres, notre portefeuille va s’alléger.

Comme tous les ans avec Lunatic, on guette les sorties à venir et on note tous les titres qui nous font envie. Etes vous prêts pour nos longues listes ?

TITRES COMMUNS

La rentrée littéraire ne faillit pas et est aussi source d’envies communes, on adore ça, ce sont de belles occasions de duos lectures ! Il y a 4 titres en ligne de mire dans cette sélection et de fortes chances que l’on vous parle des 4 ici !

Le nouveau roman de Laure Rollier chez Mazarine le 25/09, la suite de la comédie de Noël de Clarisse Sabard chez Charleston le 08/10, une nouvelle saga chez L’archipel le 18/09 qui se déclinera aussi en série Netflix et le nouveau titre d’Abbi Waxman chez Milady le 14/08. C’est certain, on vous parlera en duo d’au moins 2 de ces titres. Et si on peut lire les 4, ce sera avec grand plaisir.

LA SÉLECTION DE LUNATIC

  • Historique / saga

L’infirmière d’Hitler chez City le 21/08, Lettres de pluie chez Robert Laffont le 22/08 et la suite d’une saga dont Lunatic vous a parlé il y a peu chez L’archipel le 04/09.

  • Contemporain

Cette sélection contemporain chez Lunatic est une grande histoire d’Auteurs, avec une majuscule parce que ce sont des écrivains qu’elle a plaisir à suivre. Blondel (Buchet Castel, 15/08), EE Schmitt (Albin Michel, 04/09), Moix (Grasset, 21/08), Chalandon (Grasset, 14/08) et une petite nouvelle, Eléonore Pourriat (JC Lattès, 21/08).

  • Romance / chick litt

Cette comédie à paraître chez Charleston le 21/08 promet un retour dans le passé qui devrait être bien amusant à lire.

  • Polar / thriller / horreur

Lunatic guette déjà le nouveau Chattam (Albin Michel, 30/10) ainsi que le nouveau roman de Solene Bakowski, Miracle (couverture indisponible, éditions Metropolis, 17/10) et aimerait également lire Tous tes secrets de Lisa Jewell (Milady, 16/10).

LA SÉLECTION DE MADAMEOURSE

  • Historique

Si toutefois quelqu’un doutait de mon amour pour les romans historiques, je crois que la preuve est faite là ! Le nouveau roman de Gilles Laporte sort aux Presses de la Cité le 29/08, Le crépuscule des Justes sera dispo chez Calmann Lévy à la même date. Deux romans Charleston aussi tentants l’un que l’autre sont à paraître le 17/09, Nos lendemains retrouvés sera chez Milady le 11/09 et enfin La maison allemande chez Actes Sud le 02/10 (la couverture française n’est pas disponible à la date de parution de cet article).

  • Contemporain

Une sélection éclectique pour un grand nombre de thèmes qui m’intéressent : Ce qu’elles disent chez Buchet Castel le 22/08, inspiré d’un fait divers réel, Les fjords de Santorin pour relire Nick Alexander et pour partir sur cette île de la mer Egée, en quête d’un secret de famille (Amazon Crossing, 17/09), deux nouvelles parutions Préludes à paraître les 02/10 et 04/09, la dernière parution prévue pour la collection Le Cercle Belfond de 2019 et enfin Villa Pirasol chez Presses de la cité le 05/09.

  • Romance / chick litt

Le nouveau Mhairi McFarlane me tenterait bien mais ayant déjà un titre de l’auteure dans ma PAL, je vais sûrement être sage et lire d’abord celui qui m’attend.

  • Polar / thriller / intrigue

Je vous parlerai du jardin des papillons que je vais lire dans le courant du mois, c’est le début d’une trilogie qui sort le 24/09. Je suis également tentée par L’héritage Davenall une intrigue historique à paraitre chez Sonatine le 26/09 ainsi qu’une sombre histoire de violence conjugale, Et pour le pire chez Stéphane Marsan le 14/08.

Publicités

Un été invincible, Alice Adams

Quatrième de couverture  :

Benedict, Eva, Sylvie et Lucien sont inséparables depuis leurs années de fac à Bristol. Leur diplôme en poche, ils vont, pour la première fois, se disperser. Eva part pour Londres où l’attend un poste dans la finance ; Benedict reste à Bristol pour préparer son doctorat. Quant à Sylvie et Lucien, fidèles à leurs rêves, ils entament une vie plus bohème, faite d’art et d’aventure. À l’approche de la trentaine, leurs liens autrefois si forts se distendent. Le temps qui passe les éloigne les uns des autres, leurs routes divergent. Pourtant, leurs chemins vont de nouveau se croiser, faisant revivre le souvenir de l’« été invincible » qui les a liés pour toujours.

L’avis de MadameOurse :

Cette lecture pour le prix des lecteurs du Livre de Poche m’a semblé un peu longue et surtout assez similaire avec d’autres titres déjà lus comme Les immortalistes ou La fin de la solitude. J’ai eu le sentiment d’y retrouver des ambiances similaires.

On va suivre une bande d’amis pendant 20 ans : Sylvie et Lucien, le frère et la soeur, ainsi que Benedict et Eva qui sera notre personnage principal. On les découvre jeunes étudiants pour les quitter adultes ayant vécu tout un panel d’événements habituels de la vie.

Leur vie de jeunes gens m’a moins captivée : c’est l’enchaînement bien connu de fiestas en fiestas, de recherches du grand amour, de « qui couche avec qui ». Bof, rien qui ne m’intéresse particulièrement. Par la suite pour moi les choses sont devenues plus intéressantes, ce sont les difficultés de la vie d’adultes, trouver un emploi, construire sa vie, se marier, avoir des enfants, des jolis événements souvent entachés de petits ou plus grands drames parce que la vie n’est jamais 100% rose.

Et puis tout le fil du roman est mêlé avec l’histoire d’amour impossible d’Eva et Benedict. Parce que, tout jeunes gens, ils n’oseront ni l’un ni l’autre faire le premier pas. Parce que la suite de la vie les éloignera, leur fera prendre bien souvent des chemins différents. Parce qu’ils feront parfois des choix à contrecœur. J’ai aimé cette partie du roman parce qu’on ressent que cette histoire est celle de toute leur vie mais on comprend aussi que ce ne soit presque jamais le bon moment, ou bien on s’agace parfois du petit manque d’audace qui aurait pu tout changer. Alors on lit les années qui défilent et on attend LE moment qui reviendra forcément, on le sent, et qui sera le premier d’une nouvelle vie pour eux deux.

Ma notation :

Un été invincible est un roman sur les années qui passent et les événements de la vie d’adultes, entaché d’une histoire d’amour particulière. Si vous aimez les bandes d’amis et les montagnes russes de la vie, il pourrait vous plaire.

Plus on est de vieux, plus on rit, Nora Davy

Quatrième de couverture :

Employée dans une maison de retraite, Clara a toujours été très proche des résidents. Mais jamais elle n’aurait imaginé que l’une d’entre eux lui léguerait toute sa fortune en la nommant gérante d’une nouvelle résidence de luxe pour personnes âgées ! Ce magnifique cadeau lui laisse pourtant un goût amer lorsqu’elle découvre qu’elle va devoir codiriger cet établissement avec le petit-fils de sa bienfaitrice, un richissime homme d’affaires qui ne jure que par l’argent… Elle qui pensait venir en aide aux résidents va vite découvrir que ses aînés peuvent lui dispenser de précieux conseils et ont bien des choses à lui apprendre !

L’avis de MadameOurse :

J’ai été très attirée par cette couverture colorée et punchy et par ce titre totalement dans l’air du temps. Néanmoins, petit bémol à la lecture, la partie maison de retraite qui me semblait centrale dans le roman n’est que le décor de fond, le cadre dans lequel vont évoluer nos personnages. Car ce roman est à 100% une romance. Je n’ai pourtant pas boudé mon plaisir car c’est une bien belle romance !

Le duo de personnages haut en couleurs que l’on va rencontrer ici c’est « Bishop » et « la baveuse ». Des surnoms pleins de sens qui seront présents tout au long du roman. Bishop c’est Adrian Bishop mais il vaudra mieux l’appeler Bishop tout court parce qu’Adrian est un prénom beaucoup trop sexy pour un homme irrésistible, ça fait trop voyons ! La baveuse, c’est Clara, ainsi nommée à cause de ce filet de bave qui marquera une première rencontre tout sauf sexy…

Leur rencontre est justement la volonté de la grand mère d’Adrian qui, par le biais de son testament, a voulu mettre ces deux-là en relation. Elle offre à Clara la chance de sa vie, un héritage colossal et la possibilité de diriger une superbe maison de retraite de luxe. Adrian sera contraint de coopérer à la direction et de changer totalement de vie, lui qui est un richissime homme d’affaires marié à son métier. Rien ne va bien démarrer dans le duo mais l’attirance est si forte, si physique que les choses vont changer.

J’ai trouvé dans cette romance une psychologie des personnages fort soignée, les failles du passé de Clara sont très émouvantes, Adrian est le pur mâle qui n’a jamais connu l’amour et qui sera dérouté par cette rencontre mais c’est aussi un homme intelligent qui va évoluer en beauté pour notre plus grand plaisir. Et puis il y a cette maison de retraite, le luxe, le rêve dont on voudrait tous dans nos vieux jours. Ce cadre nous offre une jolie galerie de personnages secondaires et des moments d’humour et d’émotion ce qui fait que la romance principale du roman est soigneusement emballée comme dans un beau papier cadeau.

Je ne me suis pas lassée une minute jusqu’à la dernière page, c’est plein de rebondissements et c’est vraiment très réussi.

Ma notation :

J’ai adoré ! Et si j’adore vraiment tout autant la couverture et le titre du roman, je ne les trouve néanmoins pas complètement adaptés à l’histoire.

(roman lu en partenariat avec Netgalley)

Qui ne se plante pas ne pousse jamais, Sophie Tal Men

Quatrième de couverture :

Lorsqu’elle apprend qu’elle est malade, Jacqueline mesure plus que jamais le prix de chaque instant. Au crépuscule d’une vie riche d’expériences et de souvenirs, elle veut faire partager son goût du bonheur aux deux êtres qui comptent le plus à ses yeux. Alexandre, le garçon qu’elle a élevé, jeune interne en médecine, et Margaux, sa petite-fille, qui travaille dans l’illustre chocolaterie familiale. Tous deux ne sont qu’à la moitié du chemin et déjà happés par leur vie professionnelle ! Depuis les falaises du Cap Fréhel où la vieille dame les a réunis, elle met sur pied un projet un peu fou pour qu’enfin ils ne s’empêchent plus de rêver et écoutent battre leur cœur. Car savoir qui on est, c’est savoir où on va… sans redouter les obstacles qui vous font grandir !

L’avis de MadameOurse :

J’ai eu la chance de pouvoir me rendre à une dédicace de Sophie Tal Men il y a quelques mois et j’avais acheté son nouveau roman à cette occasion. Je ne sais pas pourquoi mais c’est une lecture que j’avais envie de faire en été, c’est donc maintenant que je l’ai sorti.

Le roman s’articule autour d’un trio : Jacqueline 80 ans, Margaux sa petite fille et Alexandre qui a passé son enfance aux côtés d’elles deux, restant proche de Jacqueline comme si elle était sa grand mère. Devenus adultes, Alexandre est étudiant en médecine et interne (la médecine est une thématique récurrente chez Sophie Tal Men, elle-même neurologue), on retrouvera d’ailleurs à ses côtés Marie-Lou, l’héroïne de sa saga. Margaux a suivi la voix toute tracée par son père et travaille comme commerciale au sein de la société de chocolats familiale qui développe des filiales partout dans le monde.

Depuis leur enfance, Margaux et Alexandre ne se côtoient plus. C’est sans compter sur l’obstination de Jacqueline qui, sachant qu’elle arrive à la fin de sa vie, va tout faire pour les rapprocher. J’ai bien aimé le petit périple qu’elle imagine pour mener à bien son idée. Il m’a néanmoins manqué des choses dans ce roman : on ne sait pas par exemple de quelle redoutable maladie Jacqueline est atteinte, je trouve ça dommage, les détails arrivent petit à petit du mal qui l’atteint mais on n’aura jamais de nom là-dessus. J’aime quand les détails vont jusqu’au bout.

L’histoire entre Margaux est Alexandre est simple, quelques obstacles dont on sait qu’ils ne le resteront pas longtemps, un passé qui revient au présent tant le deuil nécessaire n’a pas été fait et puis, la suite logique arrive assez facilement… J’ai aimé le côté gourmand du roman, la présence du chocolat, c’est léger et c’est une lecture facile et agréable. Mais j’ai moins aimé que le dernier roman lu de l’auteure.

Ma notation :

Une lecture légère idéale pour l’été où l’on retrouve l’univers habituel de l’auteure. Sans surprise mais agréable.

Et le ciel sera bleu, Tamara McKinley

Quatrième de couverture :

Angleterre, 1939. La vie n’a pas été tendre pour la jeune Sally Turner, 16 ans, qui élève seule son frère de six ans, Ernie, atteint de polio. Leur mère, Florrie, les a abandonnés dès que la guerre a éclaté, et leur père a été appelé sous les drapeaux.
Tous deux trouvent alors refuge à Cliffehaven, une bourgade située sur la côte sud de l’Angleterre. Ils y sont accueillis par Peggy Reilly, la propriétaire de la Pension du Bord de Mer et Jim, son mari quelque peu bourru.
Sally trouve, auprès de la famille Reilly, un foyer d’adoption qui lui permettra de s’épanouir. Elle obtient un emploi dans une usine de confection d’uniformes, où ses talents de couturière se révèlent. Sally fait de plus la rencontre de John Hicks, un mystérieux pêcheur…
Mais la guerre et l’arrivée de Florrie à Cliffehaven menacent ce fragile équilibre…

L’avis de MadameOurse :

Je me suis régalée l’automne dernier avec Où le cœur se pose, quatrième tome de cette saga du Bord de mer.  Je ne savais pas qu’il s’agissait d’un tome d’une saga et je n’avais pas lu les précédents (ce qui n’a pas gêné ma lecture). J’avais vraiment apprécié ce roman et ai été tentée par les autres tomes. Alors quand j’ai trouvé le premier tome dans la bourse aux livres de ma commune fin mars, puis le second en bouquinerie avec Lunatic à Angers, c’était un signe.

J’ai donc pris à rebours l’histoire de la famille Reilly, Peggy, Jim et leurs enfants qui tiennent la pension du Bord de Mer à Cliffehaven, juste au début de la seconde guerre mondiale. Ce tome est plus essentiellement consacré à Sally et son petit frère Ernie. Ils vont être accueillis par Peggy après que leur mère Florie, ait décidé de les éloigner de Londres où les conflits commençaient à faire rage. Sally s’est occupée de son frère depuis toujours et, du haut de ses 16 ans, j’ai vite été impressionnée par cette jeune fille qui gère le petit garçon de 6 ans, atteint d’un handicap qui le contraint dans ses déplacements depuis qu’il a eu la polio.

Sally et Peggy ont été les 2 personnages les plus attachants pour moi dans ce roman et j’ai beaucoup aimé le duo qu’elles forment. Sally a à cœur de se faire toute petite pour ne pas peser sur le quotidien de Peggy afin que la famille ne les rejette pas. Et Peggy et son cœur d’or, qui voit bien au delà de ce que Sally ne veut bien montrer, saura aider, soutenir et accompagner les 2 enfants avec délicatesse et bienveillance.

J’ai adoré ce roman car il est d’une grande richesse, le quotidien de la guerre, les alertes aériennes qui contraignent à se mettre à l’abri, les privations alimentaires et puis cette si belle panoplie de personnages qui fait un roman riche en événements où l’on ne s’ennuie jamais. Vous allez tous les aimer : Ron le vieux beau père vous charmera par ses manies d’ancien et son grand coeur, Jim le mari fou amoureux et ses magouilles, Mme Finch la vieille locataire un peu sourde mais qui est tellement de la famille elle aussi et tous les autres…

Pour Sally et Ernie, ces mois de vie à la pension du Bord de mer seront ceux de la renaissance, ils prendront confiance en eux tant ils seront dans ce cadre choyés et aimés comme ils ne l’ont jamais été. C’est émouvant de lire cette vraie vie de famille si paisible malgré les circonstances et entre des gens qui ne se connaissent pourtant pas à la base. En bonus dans ce roman, la guerre n’empêchera pas la jeunesse de vivre, de rire et … d’aimer ! J’ai aimé l’histoire d’amour de la fille aînée de la famille Reilly et j’ai été très touchée par la belle rencontre que fera Sally. Toutes deux auront à supporter des épreuves concernant l’amour et c’est beau aussi de lire que l’amour n’est pas toujours rose.

Ma notation :

Une très bonne lecture, un roman historique d’une grande richesse qui nous fait vivre un grand panel d’émotions. Le second tome de cette saga est dans ma PAL et j’ai bien hâte de m’y plonger !