Tous les articles par Laure

La jeune fille sur la falaise, Lucinda Riley

Quatrième de couverture :

Pour échapper à une récente rupture, Grania Ryan quitte New York pour aller se ressourcer en Irlande auprès de sa famille. C’est là, au bord d’une falaise, qu’elle rencontre Aurora Lisle, une petite fille qui va changer sa vie.
En trouvant de vieilles lettres datant de 1914, elle se rend compte du lien qui unit leurs deux familles. Les horreurs de la guerre, l’attrait irrésistible du ballet, le destin d’un enfant abandonné, ont fait naître un héritage de chagrin, qui a tour à tour marqué chaque nouvelle génération.
C’est finalement l’intuition d’Aurora qui leur permettra de se libérer des chaînes du passé, et d’aller vers un futur où l’amour triomphe sur la perte.

L’avis de Laure :

Depuis ma découverte de L’ange de Marchmont Hall l’an dernier, je rattrape mon retard avec tous les autres romans de Lucinda Riley. Et si bien souvent le procédé d’écriture reste le même, je ne me lasse pas pour autant.

Une fois de plus, ce pavé défile sous nos yeux et, personnage après personnage, on retrace la destinée de toute une famille. Tout débute sur une falaise d’Irlande où Grania (j’ai eu un mal fou avec ce prénom !) fait la connaissance de la petite Aurora. La jeune femme va être intriguée par cette enfant esseulée, et, très vite, se prendra d’affection pour elle au point de lui consacrer ses journées. Seulement Kathleen, la mère de Grania, la met en garde contre cette enfant, fille de la famille Lisle avec laquelle leur propre famille n’a eu que des soucis depuis des décennies. Mais Grania ne connait pas le passé de sa famille et ne prendra pas garde à l’alerte formulée par sa mère.

On comprend bien pourquoi Grania se distrait ainsi aux côtés d’Aurora, après avoir fui sa vie New Yorkaise et son conjoint, Matt, c’est une échappatoire comme une autre. Pour ma part j’étais assez méfiante car la petite Aurora m’a toujours donné un sentiment mitigé et, tout du long, j’ai eu du mal à l’apprécier. Elle prend la parole dans le livre dans de courts chapitres qui donnent un climat un peu malsain à l’histoire et je n’ai jamais vraiment compris ces apartés.

Lucinda Riley remonte à l’histoire de Mary, bien des décennies auparavant et c’est un personnage que j’ai adoré, une jeune femme forte qui sut rebondir et se battre malgré les écueils de la vie. Et que dire de la sublime histoire d’amour qui nous est livrée ?

De retour dans le présent, Grania va enfin comprendre ce que toute sa famille a vécu et, forte d’un regard nouveau, elle prendra des décisions qui viendront bouleverser son propre avenir, celui d’Aurora et de son père Alexander, un homme bien mystérieux. Et puis, il lui faudra repenser à Matt qu’elle a laissé au loin parce que c’était plus facile ainsi. Lui donnera-t-elle de nouveau une place dans sa vie ?

C’est une lecture une fois de plus très riche, nos personnages sont bousculés par un grand nombre d’événements. Avec l’apparition d’Alexander dans la vie de Grania, fort bel homme, riche, gentil, j’ai ruminé un peu la facilité prise par l’auteure mais c’était vraiment sans imaginer la suite des événements, totalement à l’opposé de ce que j’avais pu imaginer. J’ai néanmoins trouvé cette lecture moins subtile que les autres romans lus de Lucinda Riley mais le niveau est tellement haut que je lui pardonne volontiers.

Ma notation :

Un beau pavé historique sur les traces d’une famille qui n’eut pas un vécu facile.

Là où bat mon cœur, Marie Emmanuelle Tourbillon

Quatrième de couverture :

Comment s’imaginer qu’un simple bout de papier puisse changer le cours d’une vie ?
Ce n’était pas le cas d’Angela Sullivan, avant de tenir entre ses mains la lettre d’admission à l’université de Dale Valley.
La prestigieuse université, réputée pour la qualité de son enseignement, est aussi le premier établissement fréquenté par les héritiers des plus grandes fortunes de ce monde.
En intégrant Dale Valley, Angela ne pensait pas que son existence entière en serait chamboulée ; pour le meilleur comme pour le pire. Car, derrière les strass et les paillettes, la jeune femme ne met pas longtemps à découvrir une réalité beaucoup moins reluisante.
Angela se retrouve plongée, malgré elle, dans un univers où se mêle amitié, désir de vengeance et sentiments naissants. Et rien ne l’y avait préparée !

L’avis de Laure :

Première lecture dans le cadre de ma participation au jury du Prix des étoiles de Librinova et j’ai été absolument conquise. J’aime les romances comme celle-ci qui vont tellement plus loin que ce à quoi on s’attendait !

Angela va vivre un rêve : être acceptée dans cette prestigieuse université où elle ne pensait jamais mettre les pieds. Là, elle va côtoyer la crème de la crème et se trouver mêlée à un monde bien luxueux dont elle ne connait rien. Elle va faire la connaissance de Brooke qui deviendra sa meilleure amie et avec qui elle partagera tout. Et puis il y aura Devon et Logan, fils richissimes à souhait. Le premier sera son binôme de travail et le second la charmera très vite. Un trio amoureux qui m’a agréablement surprise. L’auteure a vraiment attisé ma curiosité à travers ce trio parce qu’elle nous présente un couple qui commence à se construire, une histoire d’amour qui semble vraiment parfaite et qu’on aimerait bien vivre nous aussi mais en même temps, on sait qu’il y a cet autre garçon et on se demande comment la suite du récit va venir chambouler les événements.

Et des événements justement Angela va en vivre un paquet lors de cette année d’études. Le roman est totalement abouti via la série d’événements qui survient. On fait parfois un pas en avant puis deux en arrière. J’étais suspendue aux pages avec la volonté évidente de lire enfin Angela comblée, heureuse, amoureuse. Je ne vais pas vous spoiler l’histoire mais vraiment je vous recommande cette lecture si vous aimez les romances abouties où l’on ne devine pas la fin dès les premières pages. Et ici, j’ai fort apprécié également l’excursion dans le monde du luxe, dans le quotidien de vie des très riches, ça fait rêver et c’est le genre de dépaysement que j’aime beaucoup dans la lecture. Pour ne rien gâcher, j’ai beaucoup aimé les personnages, Angela et sa gourmandise m’a beaucoup amusée (mais comment garde-t-elle la ligne?!) et les dialogues amoureux desservent très bien la romance.

Bien sûr, il y a des petites choses qui ne sont pas parfaites, j’aurais aimé notamment que les lieux où se déroule l’histoire soit réels, qu’on puisse avoir les noms des villes mais honnêtement mis à part quelques petits détails sur lesquels je suis finalement passée outre, j’ai passé un très bon moment de lecture.

Ma notation :

Une romance maîtrisée qui nous présente une riche succession d’événements pour notre plus grand plaisir.

Concours – 1000 abonnés Instagram

Bonjour à tous !

Cette semaine nous avons eu la joie d’accueillir notre 1000ème abonné sur Instagram. Alors pour fêter cela, nous vous proposons de vous gâter avec une nouveauté poche qui est aussi un des immenses coups de cœur de Laure.

Ce livre est sorti au format broché fin 2017 et il reste dans les plus belles lectures de Laure depuis la création du blog.

Il y a peu nous vous parlions de Marlene, la suite de Au nom de ma mère. Deux romans qui ne peuvent pas être lus l’un sans l’autre. Et pour lesquels il vaut mieux ne pas laisser trop de temps entre les 2 lectures.

Avec l’adorable participation des éditions Archipel, nous vous offrons la possibilité de participer pour gagner un exemplaire du format Archipoche de Au nom de ma mère.

Résumé :  Étudiante à Seattle, Felicity reçoit un appel : Martha, sa mère, a disparu… Felicity la retrouve à Rome, où Martha s’est enfuie avec des archives familiales.
Martha a en effet découvert une longue lettre écrite par sa propre mère, Deborah, fille d’une diva qui connut son heure de gloire aux débuts du IIIe Reich. Une lettre qui va plonger Felicity dans une quête douloureuse.
Alternant passé et présent, ce roman mêle amour et trahison, colère et culpabilité, péché et expiation, autour d’un secret de famille courant sur quatre générations.

 

Pour tenter votre chance :

  • Abonnez vous au blog si ce n’est pas déjà fait
  • Laissez-nous un commentaire sous cette publication avant le 18/02.
  • Les chances de gagner seront doublées pour les fidèles du blog.
  • N’hésitez pas à participer également sur Instagram pour augmenter vos chances.

Le gagnant tiré au sort sera contacté pour nous fournir ses coordonnées.

La soeur de la tempête, Lucinda Riley

Quatrième de couverture :

À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu’elles étaient bébés, Ally d’Aplièse et ses sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Ally, la deuxième sœur au tempérament tempétueux, est navigatrice et musicienne. Lorsque une nouvelle tragédie la touche, la jeune femme décide de partir sur les traces de ses origines. Les indices que lui a laissés son père en guise d’héritage vont la mener au cœur de la Norvège et de ses fjords sublimes. Entourée par la beauté de son pays natal, Ally découvre l’histoire intense d’une lignée de virtuoses célébrés pour leur talent, un siècle plus tôt, une famille aux lourds secrets… La Sœur de la Tempête est le deuxième tome de la série événement Les Sept Sœurs, qui a conquis 20 millions de lecteurs dans le monde entier. À travers ces romans au souffle unique, peuplés de personnages inoubliables, liés par les drames et l’amour, Lucinda Riley a affirmé comme jamais auparavant son immense talent, créant un nouveau genre littéraire à part entière.

L’avis de Laure :

Me voici dans la poursuite de la saga de Lucinda Riley et je crois que je vais devenir complètement addict à l’auteure. C’est dingue l’effet que me font ses romans, dès les premières pages, elle me captive, m’intrigue, me passionne. L’histoire de ses personnages est fascinante et l’idée globale de la saga est un travail colossal par le lien soigné dont on prend conscience entre les différents tomes.

Ally, la deuxième sœur a partagé la passion de leur père, Pa Salt, pour la voile, en faisant dès lors son métier. C’est une sportive reconnue dans ce métier pourtant si masculin. Lorsqu’elle apprend la mort de leur père adoptif, elle nage dans le bonheur auprès de Théo, un amour comme une évidence entre ces 2 passionnés de voile. Apprenant la mort de son père, la jeune femme retourne à Atlantis auprès de ses sœurs dont elle repartira également avec des indices sur sa famille biologique. Mais dans l’immédiat la jeune femme n’est pas en quête de ses origines, elle veut vivre son présent, pleinement, après de Théo.

Un nouveau drame viendra contrecarrer ses plans, un événement auquel je ne m’attendais absolument pas et j’ai trouvé l’auteure bien cruelle de secouer Ally ainsi. Je me disais qu’elle ne se relèverait pas, que cela ferait trop à porter en si peu de temps. On traverse alors aux côtés d’Ally un passage bien sombre de la vie des personnages. Je vous avoue que j’ai un peu tiqué de la gestion du deuil présentée par l’auteure, ça me semblait quand même trop simple, je n’ai jamais vécu de tels événements bien sûr mais je trouve que tous les personnages se relèvent quand même étonnamment vite. Mais passons sur ce détail !

L’échappatoire d’Ally sera alors évidente : la quête de ses origines, suivre les indices laissés par son père. Elle aura alors un livre à lire, l’histoire de Pip, un jeune norvégien et musicien talentueux. Comme dans le premier tome de la saga, on part alors dans une autre histoire dans le roman et, de la même manière, je me suis captivée par les nouveaux personnages mis en scène. La Norvège, la musique, l’amour, une autre époque. C’est juste magnifique.

A travers l’histoire de ces hommes et femmes dont Ally devinera évidemment qu’ils ont un lien avec sa propre histoire familiale, la jeune femme va renouer avec la musique, un talent qu’elle avait délaissé pour se consacrer à la voile. Aidée en Norvège par les descendants de Pip, elle fera la lumière sur l’histoire de sa naissance. C’est très beau, j’ai vraiment aimé les rencontres qu’Ally fait, j’ai deviné qui était Thom avant que l’auteure ne le révèle mais ça ne m’a pas empêchée de savourer la beauté de cette histoire, bercée par la musique.

Ma notation :

Magnifique, cette saga est vraiment captivante, fascinante et si bien écrite. Vite, la suite !

Le réseau Alice, Kate Quinn

Quatrième de couverture :

L’histoire oubliée du plus grand réseau d’espionnes de la Seconde Guerre mondiale.

Un an après le début de la Grande Guerre, Eve Gardiner brûle de prendre part à la lutte contre les Allemands et est recrutée comme espionne. Envoyée dans la France occupée, elle est formée par Lili, nom de code : Alice, qui dirige un vaste réseau d’agents secrets pour lutter contre l’ennemi.
Trente ans plus tard, hantée par la trahison qui a provoqué le démantèlement du réseau Alice, Eve, devenue alcoolique, vit recluse. Jusqu’au jour où Charlie, une jeune étudiante qui souhaite retrouver sa cousine disparue en France pendant la dernière guerre, déboule chez elle en prononçant un nom qu’elle n’a pas entendu depuis des décennies. Leur rencontre les entraînera dans une mission visant à découvrir une vérité trop longtemps enterrée.

L’avis de Laure :

J’ai découvert Kate Quinn il y a plusieurs années avec 2 romans autour de l’Antiquité romaine qui m’avaient tellement passionnée que lorsque j’ai vu son nom sur une nouvelle parution, j’étais directement appâtée. Et puis je découvre que l’auteure nous plonge cette fois dans la période de l’histoire que je préfère lire parmi toutes : celles de la seconde guerre mondiale. C’était inévitable, il me fallait ce roman.

650 pages plus tard, je n’ai aucun regret, le talent Kate Quinn est subjugant, l’histoire passionnante, captivante, précisément documentée. Et pour ne rien gâcher, elle est servie par des personnages magnifiques auxquels on s’attache immédiatement.

C’est une lecture à cheval entre les 2 guerres, où les événements de la première guerre mondiale vont trouver une continuation dans la seconde. J’ai appris une infinité de choses sous la plume de Kate Quinn. Elle vient ici romancer Le réseau Alice avec de réels appuis sur les faits de la vraie Histoire, une partie exceptionnelle de la guerre où les femmes prirent brillamment et tragiquement parti. Alice, de son nom de code, est en réalité Louise de Bettignies, une espionne qui réalisa un travail extrêmement dangereux pour soutirer de précieuses informations aux allemands lors de la première guerre mondiale.

Autour de personnages fictifs, on découvre ce que pouvait être le rôle d’espionne pendant la guerre. Je n’aurais jamais imaginé cela, la complexité d’endosser un personnage pour pouvoir ramener des informations à son camp, la prise de risque de tout instant et l’héroïsme de ces femmes qui endurèrent le pire juste dans l’espoir de ramener la paix. L’histoire d’Eve est poignante. Et pourtant, lorsque Charlie fait sa connaissance, en 1947, le personnage bien sombre d’Eve, alcoolique, méchante, dure, ne nous inspire pas la sympathie.

On va apprendre à la connaitre, découvrir son histoire et changer peu à peu de point de vue au fur-et-à mesure qu’elle accompagnera Charlie dans sa propre quête. Charlie Saint Clair veut à tout prix retrouver sa cousine Rose, dont elle n’a aucune nouvelle depuis la guerre. Et elle aura besoin d’Eve pour cela. Accompagnées toutes deux dans leur périple par le délicieux Finn, elles vont parcourir la France sur les traces d’un passé qui n’est pas totalement clos.

Le traitement historique des événements dans ce roman est magnifique, ce sont des pages que j’ai tellement savourées, la longueur du roman se justifie totalement par les développements de l’histoire et au final on ne voit pas les pages passer. Il y a une histoire de vengeance en trame de fond mais j’ai aussi aimé à quel point nos personnages vont savoir construire autre chose, leur permettant alors d’envisager une nouvelle page de leurs vies, une fois leur quête achevée. C’est donc sur une note très positive malgré les vies si éprouvantes que Finn, Charlie et Eve ont vécues, qu’on achève ce superbe roman.

Ma notation :

J’ai été captivée jusqu’à la dernière ligne des notes où l’auteure dévoile le travail de recherche colossal qu’elle a mis en oeuvre pour écrire si précisément, si justement, si parfaitement ce superbe roman. Comment ne pas parler de coup de cœur ? C’en est un assurément, et je vous le recommande vivement.