Archives du mot-clé saga

La chronique des Bridgerton 7 & 8, Julia Quinn

005

Quatrième de couverture :

Les jeunes gens ne se bousculent pas pour demander la main de Hyacinthe, la cadette des Bridgerton, trop fine mouche, trop sincère. Certes, mieux vaut être seule que mal accompagnée, il n’empêche qu’elle commence à se demander si elle ne va pas finir vieille fille. Et ce n’est pas la rencontre avec Gareth Saint-Clair, aristocrate à la réputation sulfureuse, qui risque d’y changer quoi que ce soit. Encore que… La découverte d’un journal intime en italien qu’elle se propose de lui traduire pourrait bien jouer un rôle inattendu.Contrairement à la plupart de ses congénères, Gregory, le benjamin des Bridgerton, ne vit que dans l’attente du « grand amour ». Il croit l’avoir trouvé en la personne de lady Hermione Watson, éblouissante beauté dont, hélas, le coeur est déjà pris. Qu’à cela ne tienne, Gregory va accepter l’aide de Lucinda Abertnathy, la meilleure amie de l’angélique Hermione, pour parvenir à ses fins.

L’avis de Laure :

Si j’avais un peu moins accroché en mai avec les tomes 5 et 6 de la saga, c’est avec plaisir que j’ai intégré ce dernier double tome à ma PAL de vacances.

J’ai commencé le tome 7 sur un long trajet en voiture et j’ai donc dévoré la première partie en retrouvant l’addiction au phénomène Bridgerton, ses personnages et leur répartie. C’est Hyacinthe , la petite dernière de la famille, dont on va enfin faire connaissance. Elle est très proche de Lady Danburry que l’on a beaucoup vue dans les précédents tomes et les 2 femmes partagent en effet un franc parlé et une audace qui sont juste poilants à lire. Hyacinthe va alors faire la connaissance de Gareth, le petit fils de Lady Danburry et lui viendra en aide dans la traduction d’un journal intime de sa grand mère italienne. Le rythme est toujours aussi addictif, on retrouve les bals, cette enquête prenante sur le journal intime et ses secrets et deux personnages qui se rendent très vite compte que la personne qu’ils ont en face d’eux est exactement celle avec qui ils rêveraient de finir leurs jours. J’ai aimé aussi la psychologie des personnages et notamment de Gareth et son histoire familiale compliquée, un homme émouvant auquel on s’attache aussi vite que Hyacinthe le fait. Comme il est, en plus, parfaits à tous points de vue, on se prend également à vouloir en tomber amoureuse.

Quant à Gregory, il m’a immédiatement touchée par la façon dont il idéalise l’amour. En effet, n’ayant connu autour de lui que des mariages d’amour, il est convaincu qu’il saura dès qu’il la verra, qu’il a la femme de sa vie devant ses yeux. Et la réalité va d’abord lui donner raison : elle est là celle qu’il a tant espéré. Oui mais c’est aussi la femme que tous convoitent et qui ne regarde personne tant elle est convaincue d’avoir déjà trouvé celui qui deviendra son mari. Alors Gregory va se rapprocher de son amie, Lady Lucinda, qui lui donnera quelques pistes pour parvenir à attirer l’attention d’Hermione. La suite bien évidemment, n’est pas celle que Gregory avait espérée, mais nous, lecteurs, avions bien vu les choses venir. Une nouvelle fois une belle histoire où nos personnages seront partagés entre le cœur et la raison. Le côté aventure du final du roman est très prenant et réussi !

Ma notation :

Un dernier double tome qui clôture admirablement cette série si addictive !

(Merci à Romane des éditions J’ai lu pour cette lecture)

L’été de tous les bonheurs, Félicity Hayes-McCoy

003

Quatrième de couverture :

Une ode à l’amitié et la famille, touchante et tout en délicatesse.

L’été arrive et la bibliothécaire de Lissbeg, Hannah Casey, a lancé un club ciné où elle projette des films basés sur des romans populaires. Mais bientôt, la vie reprend le dessus et les membres du club doivent faire face à de nombreux bouleversements.

Jazz, la fille de Hannah, se sent enfin chez elle à Lissbeg. Mais lorsqu’un événement vient chambouler sa vie, elle doute : ne vaut-il pas mieux qu’elle retourne à Londres pour prendre un nouveau départ ? Aideen a peur que son histoire d’amour avec Conor ne survive pas aux pressions diverses qu’elle affronte. Pendant ce temps, Saira Khan est déterminée à venir en aide à une nouvelle arrivée à Finfarran. Et le récent bonheur de Hannah et Brian pourrait-il être menacé ? Alors que le club se prépare pour la première réunion de l’été, ils seront tous confrontés à des choix difficiles. Mais obtiendront-ils le dénouement heureux qu’ils méritent ?

L’avis de Laure :

Lorsque j’ai commencé ce livre, je me disais que ce serait une lecture sympathique et légère pour l’été. Oui mais, je ne savais pas qu’il s’agissait d’une saga ! Dont je n’ai pas lu les premiers tomes… Je me suis donc retrouvée dans un début de lecture à découvrir un grand nombre de personnages dont je ne connaissais pas le passé. Il m’a fallu du temps pour arriver à peu près à cerner chacun et comprendre ce qu’ils avaient vécu jusque là. 

C’est donc le fait que ce roman s’inscrive dans une saga qui a rendu ma lecture compliquée mais j’imagine bien que ceux qui auront lu les premiers tomes auront eu une lecture plus fluide que moi. L’été de tous les bonheurs est un roman qui nous amène à la découverte d’un petit village anglais, de ses habitants et des événements qui marquent la vie des uns et des autres. Hannah, la bibliothécaire, qui a connu un divorce douloureux est à présent mère d’une jeune femme, elle partage son temps entre son travail été les ciné club qu’elle anime à la bibliothèque et son nouveau compagnon Brian. On ressent une femme qui reste blessée et qui a du mal à faire confiance en l’avenir. Elle m’a touchée par sa force de reconstruction qui s’accompagne pourtant d’une peur de s’ouvrir réellement à une nouvelle histoire d’amour. 

Il y a plein d’autres petites histoires dans le roman, celle qui m’a touchée également c’est celle d’un jeune SDF qui va enfin avoir un chance de se reconstruire en trouvant un travail et un logement. Le rythme général du roman est plaisant, on alterne entre pas mal d’histoires et de personnages donc on ne s’ennuie pas mais j’avoue que pour ma part je suis restée assez éloignée de ma lecture, sans m’y sentir totalement immergée justement à cause du fait qu’il s’agit ici d’une suite de saga. Alors, si vous avez envie de découvrir Félicity Hayes-McCoy, je vous conseillerai de commencer par le premier tome de sa saga : La petite bibliothèque du bonheur.

Ma notation :

Je n’ai pas accroché plus que ça mais ce n’était pas une bonne idée de commencer par le dernier tome paru de cette saga !

[Duo lecture] Un printemps éblouissant à Vert Cottage, Lucy Daniels

 

Pourquoi ce livre :

(Audrey) J’ai hésité à lire ce roman, puis la promesse d’une lecture duo en compagnie de Laure avec un titre léger a suffi à me convaincre.

(Laure) Je me suis laissée tenter sans trop en savoir plus sur ce roman, juste pour la promesse de légèreté, idéale pour l’été.  Il s’agit en fait du 3ème tome de la saga Vert Cottage et si j’ai eu un peu de mal au début à cerner les personnages, cela ne m’a pas trop gênée par la suite de ne pas avoir lu les premiers tomes.

La couverture :

006

(Laure) Magnifique ! Colorée, pailletée, tout ce qui m’attire si facilement.

(Audrey) J’avoue que je ne suis pas fan des couvertures un peu trop voyantes à mon goût. Mais c’est un détail sans grande importance.

La quatrième de couverture :

Une aventure pleine de bonheur et de tendresse dans ce feel-good parfait pour les lectrices à la recherche d’émotions chaleureuses.

Dans le petit village de Welford, il y a de l’amour dans l’air. Mandy Hopeest sur un petit nuage. Vert-Cottage, son centre d’aide et de sauvetage d’animaux est une réussite. Elle est aussi de plus en plus proche du beau Jimmy Marsh. D’autre part, son meilleur ami James Hunter réapprend tout doucement à aimer la vie, après avoir fait face à un tragique événement.

Mais lorsqu’une crise inattendue fait perdre confiance à Mandy en ses capacités de vétérinaire, c’est le drame ! Si elle n’arrive pas à se pardonner c’est aussi bien sa relation avec Jimmy que le futur de Vert-Cottage qui seront en danger.

​Il faudra des amis, de l’amour, toute une communauté soudée et un éléphant avec des problèmes de défenses pour rappeler à Mandy et aux villageois que le printemps dans le Yorkshire est la plus belle période de l’année.

Après lecture :

(Audrey) Sans avoir été réellement passionnée par ce roman, j’ai passé en compagnie de l’héroine, Mandy, un bon moment de lecture. Je craignais un peu d’être perdue, puisque comme Laure je n’avais pas lu les précédents tomes. Mais quelques rappels m’ont permis de rapidement comprendre le contexte et de cerner les personnages du roman.

Mandy est vétérinaire. Elle met tout son cœur et toute son énergie à s’occuper au mieux des animaux. En parallèle, on suit son histoire d’amour avec Jimmy et la difficile relation qu’elle a avec les enfants de ce dernier. Le rôle de belle mère n’est pas toujours facile. Plusieurs autres situations viennent se greffer à tout cela, rendant le roman assez dense.

Un roman léger et tendre, comme j’aime en lire par moment quand j’ai besoin de réconfort. Je me suis surprise à ressentir pas mal d’émotion lors d’une des interventions animalières de Mandy. Moi qui ne suis pas particulièrement attachée aux animaux (oui vous pouvez me jeter des pierres), je me suis surprise à éprouver de l’empathie pour une chienne.

Après lecture, j’ai découvert que l’auteur que j’imaginais être une femme, était en fait un collectif, réputé notamment pour toute une série de romans animaliers à destination des enfants. Si vous avez la trentaine, vous avez peut-être lu, enfant, un roman de cette collection.

(Laure) Vert Cottage est bien la lecture légère à laquelle je m’attendais. Elle m’a parfois fait penser aux romans de Debbie Macomber, du léger, des histoires mignonnes et agréables à découvrir.

C’est l’histoire de Mandy, vétérinaire dans la clinique de ses parents, elle a ouvert également un refuge pour les animaux, Vert Cottage. Ses journées défilent ainsi à toute vitesse entre les deux facettes de son métier, qui l’amènent à travailler à des horaires assez larges. Elle essaie également de consacrer le plus de temps possible à Jimmy, son petit ami, et d’avancer les travaux de sa maison en construction ! Je me suis demandé comment la pauvre ne s’écroulait pas avec tout ça car il y a bien sûr les embûches de la vie qui s’ajoutent à tout ça. D’abord, sa relation avec Jimmy va être un peu compliquée quand celui-ci va présenter à Mandy ses 2 enfants, gentils en apparence mais qui n’ont pas tellement envie de la présence de Mandy dans leur vie. Et c’est assez réciproque pour Mandy qui n’a aucune attirance pour les enfants. Comme ce n’est pas tout, un projet de construction d’une usine va amener Mandy dans un nouveau combat pour préserver la faune sauvage. Et puis, la mère de la jeune femme connaitra aussi des soucis de santé.

Pas de quoi s’ennuyer une minute donc avec ce roman ! J’ai beaucoup aimé les aspects du métier de vétérinaire de Mandy. En revanche, je n’ai pas accroché du tout à sa relation amoureuse avec Jimmy. J’ai trop eu le sentiment que Mandy se mettait des œillères, avançant avec lui comme si tout allait bien alors que ce n’est pas du tout le point de vue extérieur que j’en avais. En résumé, une lecture sympathique mais il m’aurait fallu plus d’affection pour les personnages pour avoir envie d’en découvrir les autres tomes.

La sœur disparue, Lucinda Riley

004

Quatrième de couverture :

Maia, Ally, Star, CeCe, Tiggy et Électra. Recueillies bébés par l’énigmatique Pa Salt, les six soeurs d’Aplièse ont chacune découvert leur histoire. Mais elles ont toujours su qu’elles devraient être sept, tout comme les étoiles des Pléiades auxquelles elles doivent leurs prénoms. À présent que leur père a disparu, elles n’ont qu’un indice pour trouver leur dernière soeur : le dessin d’une bague en forme d’étoile à sept branches, sertie de diamants et d’émeraudes.

Nouvelle-Zélande, Canada, France, Irlande… Les six soeurs se lancent dans une quête haletante à travers le monde. Peu à peu, elles découvrent une magnifique histoire d’amour, de bravoure et de sacrifice, qui a commencé près d’un siècle plus tôt, alors que d’autres courageuses jeunes femmes avaient décidé de risquer leur vie pour changer le monde autour d’elles…

L’avis de Laure :

Un an tout juste après La sœur du soleil, véritable coup de cœur pour moi, le temps est enfin arrivé de pouvoir découvrir l’histoire et le nom de la mystérieuse septième sœur, celle que Pa Salt n’a jamais eu la chance de connaitre avant sa mort.

Je ne vous cache pas le bonheur de retrouver la famille d’Aplièse et la famille que nous connaissons si bien maintenant. Par un procédé qui manque quand même un petit peu de subtilité, Lucinda Riley lance son récit tout en nous donnant des nouvelles de chacune des sœurs. Quel plaisir de savoir ce que chacune est devenue, j’ai vraiment immédiatement adoré le présent du récit. Nos sœurs vont faire la chasse à travers le monde à celle que Georg, le notaire de la famille, a désignée comme étant la septième sœur. Mais cette femme va vite se mettre à fuir les sœurs, se sentant menacée par la survenue de rappels du passé. Mary, dite Merry, vient de perdre son mari et va retourner en Irlande, là où elle a grandit, 37 ans après avoir fui le pays dans de mystérieuses conditions.

C’est à ce moment-là qu’elle va enfin découvrir le journal de Nuala, jeune irlandaise qui a vécu la révolte pour l’indépendance du pays. J’ai apprécié l’histoire du passé car, comme dans tous les romans de Lucinda Riley, elle mêle un contexte historique richement documenté à des héros auxquels on s’attache si vite. Mais je vous avoue que je n’avais qu’une envie c’est de vite retrouver le présent et comprendre le lien entre les 6 sœurs et la famille de Merry. Et j’ai vraiment savouré ce présent, les petits détails sur les vies de nos sœurs, la rencontre avec de nouveaux personnages dont un coup de cœur particulier pour Jack et l’organisation en toile de fonds de la croisière qui va réunir les sœurs un an après le décès de leur père.

Ce 7ème tome est plein de rebondissements avec plusieurs temporalités du passé, avec un mystère qui va venir semer le doute sur l’identité réelle de la 7ème sœur pendant tout le long du roman et surtout avec une révélation finale énorme, que je n’aurais jamais pu imaginer. Alors, une nouvelle fois, inévitablement, on a hâte de lire la suite et de voir se dévoiler les derniers secrets de cette famille hors du commun. Merci Lucinda Riley de nous captiver ainsi avec une famille que nous n’oublierons jamais !

Ma notation :

Totalement addict à cette saga, oui ce sont des pavés mais croyez-moi, vous aussi aller succomber à la plume et au talent de Lucinda Riley.

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture

La chronique des Bridgerton 5 & 6, Julia Quinn

012

Quatrième de couverture :

Depuis que sa meilleure amie, Pénélope Featherington, a convolé en justes noces, Éloïse, la rebelle de la fratrie Bridgerton, s’interroge : les commères n’auraient-elles pas raison de prétendre qu’elle ne trouvera pas de mari ? Oh, elle en a reçu des propositions au fil des ans ! Elle les a toutes refusées, sous prétexte que ses prétendants n’étaient pas… parfaits. Une exigence ridicule, bien sûr. Inquiète à l’idée qu’il ne soit déjà trop tard, Éloïse reçoit à point nommé une invitation de la part de sir Phillip Crane, un veuf avec qui elle entretient une relation épistolaire. La proposition est d’autant plus audacieuse qu’il envisagerait de se remarier… Sans en souffler mot à quiconque, elle décide de se rendre chez cet homme qu’elle n’a jamais rencontré. De son côté, sa sœur Francesca file le parfait amour avec son mari, le comte de Kilmartin, dans leur château en Écosse. Elle n’imagine pas qu’un événement inconcevable va bouleverser le cours de sa vie, pour le pire et pour le meilleur.

L’avis de Laure :

Troisième double tome de la famille Bridgerton sitôt reçu sitôt lu. J’avais hâte de découvrir les aventures d’Eloise et Francesca et cette saga tombe à pic en cette période où on a tant de besoin de légèreté et dépaysement.

J’ai trouvé les 2 tomes assez différents des précédents, et plus solitaires. On est bien plus loin de l’esprit des bals et de la vie sociale bien animée de Londres donc les histoires sont plus centrées sur les nouveaux couples uniquement. Ca se lit toujours aussi vite et avec le même plaisir mais j’avoue avoir regretté le franc parler et l’ambiance si particulière et pleine d’humour de la famille Bridgerton.

L’histoire d’Eloise c’est celle de l’audace : elle part soudainement sans prévenir personne chez Sir Philip Crane, jeune veuf et père de deux enfants avec qui elle entretient une correspondance depuis peu. Là bas, elle va faire la connaissance d’un homme qu’elle aura un peu de mal à cerner mais surtout de ses deux enfants, des jumeaux au comportement infernal. Mais elle a de la ressource et du répondant, l’expérience de la vie en famille nombreuse fait qu’elle saura bien vite comment dompter ces deux petits diablotins. Lorsque la famille Bridgerton la retrouve, la jeune femme devra faire face à ses responsabilités pour avoir vécu chez cet homme sans aucun chaperon. Dans ce tome, je suis restée assez distante de la romance mais j’ai bien aimé les interactions avec les enfants.

L’histoire de Francesca est aussi romantique qu’impossible. Lorsqu’elle épouse le comte de Kilmartin, elle fait aussi la connaissance de son cousin, Michael. Un homme qui deviendra pour elle un ami très proche mais qui cachera le coup de foudre qu’il a eu pour Francesca, par respect pour son cousin dont il était si proche. Lorsque celui-ci décède, Michael part au bout du monde et l’amitié qui le liait à Francesca vole en éclats. Quelques années plus tard, les deux jeunes gens sont fermement décidés à se marier, chacun de son côté ayant estimé que c’était le moment. Michael est toujours fou d’amour pour Francesca mais trouve immoral d’oser un pas vers elle. Une histoire qui commence de manière bien compliquée et où, très vite, la passion va prendre le dessus, forçant les jeunes gens à ouvrir les yeux sur ce qui les lie. J’ai eu assez souvent envie de secouer Francesca puis Michael tant l’absence de communication entre eux est ce qui va compliquer les choses. Mais si tout était facile, on ne prendrait pas autant de plaisir à lire cette histoire !

Dans moins de deux mois, nous découvrirons les deux derniers tomes de cette famille que j’aime tant lire. J’espère que leurs histoires seront inoubliables et en même temps, je suis déjà triste que cette lecture s’achève.

Ma notation :

Ces deux tomes m’ont moins plu que les précédents mais le plaisir de lecture est toujours là et j’ai hâte de clore cette super saga.

(Merci à Romane des éditions J’ai lu pour cette lecture)