Archives du mot-clé amour

Toutes les femmes de ma psy, Maximin Gourcy

 

Quatrième de couverture:

Selon Arthur, tout le monde devrait consulter. Sauf lui.Pourtant, entre sa compagne qui ne le voit plus, sa mère qui le harcèle après l’avoir abandonné, une amitié qui s’étiole, son insatiable ennui au bureau, son aversion pour les hommes, le bug de l’an 2000, et son premier amour qui n’a jamais cicatrisé, il ne manque pas de problèmes à régler.Lorsque son amie, Sarah, dont le couple est au bord de l’implosion, lui ordonne de montrer l’exemple et de se lancer dans une analyse, Arthur cède. Sa rencontre avec une étonnante psychologue lui apprendra comment se connecter à ses émotions, et bouleversera les rapports qu’il entretient avec toutes les femmes de sa vie.

L’avis d’Audrey:

Arthur est une jeune homme qui semble pas à l’aise dans sa peau, dans sa vie et qui semble traîner quelques blessures du passé. Lorsque son amie Sarah lui annonce que plus rien ne va dans son couple et qu’elle souhaite divorcer il lui conseille de faire une thérapie. Une idée loin de plaire à Sarah, qui lui renvoie la balle en lui disant qu’il n’a qu’à voir quelqu’un lui aussi.

Arthur la prend au mot, et se lance à la recherche d’un psy afin de convaincre son amie. Le voilà alors à la recherche du psy parfait, mâle de préférence, car entre hommes on se comprend mieux. Mais c’est un échec cuisant. Notre jeune homme, doté d’une sensibilité féminine et vivant entourée de femmes, finit par tenter l’expérience avec une femme et bingo. Il tombe sur Ana avec qui il entreprend un travail de thérapie.

C’est alors le moment de se dévoiler, de parler de lui et des femmes de sa vie : de Laure, sa compagne pour qui il semble invisible. Hyperactive sportivement et professionnellement, ces deux là sont davantage colocataires qu’amoureux. D’Isabelle, sa collègue et confidente. De sa mère, avec qui les relations sont compliquées. De son premier amour, qui a eu une importance folle dans sa vision de l’amour. Bref, Arthur se voile la face ! Ce n’est pas pour convaincre Sarah qu’il se livre ainsi, c’est pour lui. Et ce travail d’introspection et de confidences va en quelque sorte le libérer !

J’ai tout de suite adhéré au style d’écriture de l’auteur. Ça se lit bien, les personnages sont dépeints avec beaucoup de justesse et de réalisme. Comment ne pas s’attacher à Arthur, ce gars un peu paumé et en détresse ! J’ai aimé le coté initiatique du récit et toutes les questions qui s’imposent aux lecteurs également. Car impossible de finir ce roman sans faire un travail sur nous même. Un texte réussi et soigné, agréable à lire. Que demander de plus ?

Ma notation :

Une jolie découverte et j’ai aimé suivre l’évolution d’Arthur. Un roman que je verrai parfaitement rejoindre une maison d’édition que j’affectionne beaucoup, Eyrolles, tant les thèmes traités collent à l’image de leur collection.

Vous faites quoi pour Noël?, Carène Ponte

Quatrième de couverture:

Plongez Pauline dans une fête de Noël très arrosée au bureau. Pimentez d’un dérapage torride dans le parking de son immeuble avec Hervé, l’assistant du DRH. Ajoutez un enregistrement de vidéosurveillance. Et vous comprendrez que Pauline peut dire adieu à ses vacances pépères, genre siestes en pyjama licorne.
L’urgence : se rapprocher de celui qui détient la vidéo si compromettante pour sa réputation, le séduisant gardien de son immeuble ! Celui-ci lui propose un marché. En tout bien tout honneur. Pauline n’a d’autre choix que d’accepter, mais sait-elle vraiment ce qui l’attend ?

L’avis de Lunatic :

Vous aimez les téléfilms de Noël ? Contrairement à d’autres, vous trouvez que novembre n’est pas trop tôt pour les diffuser? Vous crevez d’envie d’installer votre sapin et vous fredonnez des chants de noël, alors foncez en librairie achetez ce nouveau roman de Carène Ponte ! Si à l’inverse, Noël vous file des boutons, c’est pas grave, je suis sûre que vous succomberez quand même au charme de Pauline et David.

Pauline a besoin de toute urgence d’effacer les vidéos de surveillance de son parking : elle y a échangé plus que des baisers avec un collègue de travail après une soirée au boulot trop arrosée. Avec ses amis, ils fomentent tout un plan qui ne mènera à rien. Seule solution, expliquer la vérité à David, le jeune concierge (au passage très séduisant). Il accepte de lui venir en aide, en échange d’un service : passer les fêtes de Noël dans sa famille, avec lui. Pauline hésite puis accepte. Après tout, ça ne doit pas être si terrible !

Bienvenue à Santa-les-Deux-Sapins, chaleureux village de montagne. David y retrouve sa mère, organisatrice hors pair de Noël, sa sœur enceinte, et Donovan son frère avec qui les relations sont assez froides. Pauline est présentée comme sa fiancée et tout le monde semble conquis par la jeune femme. Pauline rentre dans son personnage, et oui, tout est clair depuis le départ, on imagine forcément une issue favorable pour notre faux couple, mais l’essentiel réside dans toutes les péripéties et aventures marrantes que va vivre Pauline. J’ai beaucoup aimé cette jeune femme, pleine de répartie et avec un humour si particulier propre à Carène Ponte. On se prend vite d’affection pour cette famille tendre et rigolote.

C’est doux, c’est mignon et plein de bienveillance. Et même si le récit accumule pas mal de clichés sur Noël, et que le décor semble si peu réaliste, j’ai adoré. On y retrouve la magie des comédies romances de Noël, ce petit pincement au cœur, ce même plaisir. J’ai refermé ce roman avec l’envie de préparer des cookies et de chanter avec mon fils des chansons de Noël. Un feel good ponctué d’humour comme j’aime et merci à Carène Ponte de m’avoir fait tellement de bien !

Jambes cassées, coeurs brisés, Maria Ernestam

Quatrième de couverture :

Lisbeth a 42 ans, une jolie petite maison au bord de la mer, un travail qu’elle adore. Bon, elle est célibataire, ce qui vaut toujours mieux que d’être malheureuse en amour. Mais à l’approche de Noël, tout tourne mal. Sa direction veut réduire ses heures de cours, au profit d’un champion de ski – un homme. Son ancien petit ami surgit sur le pas de la porte, lassé de sa pulpeuse fiancée. Sa soeur veut accoucher à la maison.
La fille de sa meilleure amie a des ennuis avec la police. Cerise sur le gâteau : maman veut démarrer les festivités de Noël à 11h du matin. Une histoire chaleureuse, drôle et légèrement décalée sur ce que nous attendons de nous-mêmes et des autres. Il y est question de solitude et d’amitié, de gros mensonges et de petits arrangements pour obtenir ce qu’on souhaite. De la possibilité de trouver l’amour…
Et de jambes cassées – ah la magie de Noël !

 Ma notation :

Une jolie comédie de Noël pleine de surprises. Alors installez-vous au chaud et direction la Suède pour une histoire pleine de tendresse et d’humour.

(Merci à Marion de Gaia Editions pour la lecture)

Célibataire, heureuse et prête à tout

Quatrième de couverture :

Les jeunes héroïnes de Katherine Heiny sont intelligentes, sexy et souvent impitoyables. Maya est amoureuse de son petit ami et de son patron. L’amant de Sadie l’appelle tout en partant rejoindre sa femme à une thérapie de couple. Gwen en pince pour son colocataire, un homme qui est capable de lui tenir la main avant de lui dire qu’il la trouve moite. Et Sasha accepte de prendre un verre avec l’épouse de son amant, ce qu’elle regrette aussitôt.

 Ma notation :

C’est divertissant et plaisant à lire.

(livre lu dans le cadre de mes contributions 20 Minutes Livres)

La terre est ronde comme un losange, Emmanuelle Urien

Quatrième de couverture :

Andrea, trentenaire d’origine allemande, officie à Toulouse comme psychologue attitrée des cosmonautes en mission dans la Station spatiale internationale. Son quotidien bien rangé n’est perturbé que lorsqu’elle a la garde de Steffie, sa petite fille hyperactive. Puis par l’arrivée d’Alexis dans l’appartement du dessus. Contrebassiste nonchalant et probablement dépressif, Alexis représente tout ce qu’elle déteste, d’autant plus qu’il est assorti d’une sœur exubérante, Philippine, qui semble décidée à s’imposer dans leur vie à tous deux – peut-être pour oublier le mensonge qu’est sa propre existence.
Pourtant, à mesure qu’Andrea prend conscience qu’elle n’est pas heureuse dans sa vie, et qu’Alexis décide de reprendre la sienne en main après un drame dont il ne pensait jamais se remettre, des rapprochements s’opèrent, mais pas forcément ceux qu’on attendait. Pendant ce temps, là-haut dans l’espace, la science progresse – sur fond de vaudeville.

 Ma notation :

3 personnages sympathique s! De l’amour, de l’amitié, de la résilience, et des nouveaux départs. C’est frais, divertissant, et surprenant.

 

(Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture)