Archives du mot-clé romance

On comptera les étoiles, Fleur Hana

Quatrième de couverture :

Nous avons tous une bonne étoile, encore faut-il la trouver… Lycéenne solitaire et réservée, Amélia entretient toujours des liens très forts avec sa confidente, Maëva, malgré la distance qui les sépare. Elle ne souhaite qu’une chose : ne pas faire de vagues et s’acheminer discrètement jusqu’à la délivrance – le bac. Quand elle rencontre Samuel, elle ne s’attend pas à ce que le bassiste au coeur tendre bouleverse son existence. Prévenant, drôle et sécurisant, il l’amène peu à peu à s’ouvrir aux autres et à la vie. Toutefois, lorsque la jeune fille croise une connaissance du passé, tout bascule. Amélia découvre que certaines blessures ne sont pas refermées, au risque de lui faire perdre à la fois Sam et sa meilleure amie…

L’avis de Laure :

Je devais vous parler de ce roman en duo avec Audrey mais, alors que j’étais complètement prise dans l’histoire, le lisant très vite, Audrey, elle, n’arrivait pas à entrer dedans.  C’est ce qui fait souvent notre complémentarité, on a des goûts communs où l’on se retrouve complètement mais aussi des divergences.

Personnellement j’ai donc beaucoup aimé ce roman et sa première richesse réside, je trouve, dans les dialogues. Dès le début, lorsqu’Amélia, dite Lia, fait la connaissance de Samuel, c’est un envoi de réparties style ping pong extrêmement amusant. Les personnages se taquinent, s’envoie des piques tout au long du roman mais tout cela dans la bienveillance et on sent dès le début que ces deux là s’apprécient et que leurs taquineries sont juste un signe d’affection.

Lia est une jeune femme très touchante, qui cache de grandes failles, une histoire personnelle bien dure pour son jeune âge. Lorsqu’elle fait la connaissance de Sam, elle est cachée derrière un bloc de béton, elle arrive dans ce nouveau lycée et ne compte pas créer de lien avec qui que ce soit. Mais c’est sans compter sur Sam qui va faire tomber ses défenses petit à petit. Je n’ai pas forcément trouvé très crédible la grande maturité d’esprit et la connaissance de la psychologie humaine de Samuel qui n’a que 18/19 ans. Mais je suis passée outre car ça en fait un très beau personnage, un jeune homme comme on aurait tous aimé en rencontrer. Il est la personne idéale pour Lia et on est vraiment heureux pour elle qu’elle l’ait rencontré. D’autant plus qu’il va lui faire une place au sein de sa famille : des parents adorables et généreux, des sœurs qui vont adopter Lia sans aucune hésitation.

Mais tout cela ne suffira pas forcément, Lia doit encore traîner son lourd passé et si l’on a l’impression qu’elle a pansé ses plaies, ce n’est pas complètement vrai. Le déroulé des événements m’a beaucoup plu et une fois de plus, je le dis, les dialogues sont d’une justesse qui m’a beaucoup touchée. Nos 2 personnages vont se parler et s’ils auront aussi des durs moments à passer, le dialogue final, la faculté qu’ils ont de vider leur cœur l’un à l’autre est le meilleur des gages d’avenir.

Ma notation :

J’ai adoré ! Un roman young adult que je vais garder précieusement dans ma bibliothèque et mettre entre les mains de mes filles le moment venu. Attention néanmoins à l’âge, les thématiques abordées sont quand même relativement dures. Je relirai l’auteure sans hésiter.

 

Un jour en décembre, Josie Silver

Quatrième de couverture :

Laurie est presque sûre que le coup de foudre n’existe que dans les films. Mais un jour de neige en décembre, à travers la vitre embuée d’un bus londonien, elle aperçoit un homme. Leurs regards se croisent… Et le bus redémarre. Certaine qu’ils sont voués à se retrouver, Laurie passe une année à scruter les coins de rue, les arrêts de bus et les cafés. Sans succès. Jusqu à ce soir de Noël où sa meilleure amie et colocataire lui présente le nouvel homme de sa vie, celui qui l’a convaincue d’abandonner les histoires d’amour éphémères… Jack, l’homme du bus. Dix ans de chassé-croisé, de déchirures, de retrouvailles et d’occasions manquées commencent alors pour Laurie et Jack.

L’avis de Laure :

J’ai eu la surprise de recevoir ce livre dans ma boite aux lettres il y a quelques semaines et, comme son titre l’indique, j’ai bien attendu décembre pour le lire. J’ai vu passer des avis entre temps, des très mitigés et des coups de cœur, tout était donc possible.

Quand je lis des avis sur des livres que je vais lire, je les lis toujours en diagonale pour savoir ce qu’en a pensé la personne sans trop savoir de quoi il sera question. Ici, je n’avais même pas lu la quatrième de couverture avant de m’y plonger. Tout commence par un superbe coup de foudre qui amène immédiatement une forte note romantique au roman. Laurie et Jack n’échangent alors qu’un regard mais où tant de choses se passent. Mais ils se perdent de vue sans avoir pu se parler. Et toute une année durant, Laurie va être obsédée par la quête du jeune homme, croyant le voir partout, ne vivant que pour cela.

Elle va finir par le retrouver … mais pas dans le pur contexte romantique qu’on aurait pu imaginer. Loin de là puisque c’est Sarah, sa meilleure amie, qui lui présente Jack comme l’homme qu’elle souhaite épouser. Aïe, j’ai déchanté tout de suite. Un trio amoureux ! Et bien entendu, Laurie ne dira pas à Sarah qui est Jack pour elle donc elle va garder tout cela secret pendant des années. Je ne voyais pas comment l’auteure allait nous sortir de là, c’était trop une situation catastrophique sans solution simple. Et j’appréhendais vraiment la suite du roman.

Finalement, ce qui fait la réussite du roman c’est le temps, le temps qui passe, les événements que vont vivre les personnages, leurs joies, leurs peines, leurs espoirs bref la vie ! J’ai eu beaucoup de mal pendant ma lecture de la première partie, pendant ce trio amoureux qui me gênait terriblement. Et puis, la suite est venue et j’ai alors pris bien plus de plaisir à ma lecture. Il y a l’arrivée d’Oscar qui va ramener du romantisme et l’attachement que j’ai eu petit à petit pour les personnages. L’auteure noue et dénoue ses fils pendant 10 ans et je me suis prise dans le récit. Néanmoins, je n’avais pas spécialement envie de retrouvailles entre Jack et Laurie et c’est là finalement que l’auteure a échoué à me convaincre. Quand on lit une romance, on est généralement suspendue aux pages, en attente du moment où enfin LE duo va s’embrasser, s’avouer ses sentiments, etc. Mais là, je ne suis pas entrée dedans d’abord parce que l’auteure raconte un autre couple qui est touchant et beau également mais aussi parce que je n’ai pas suffisamment ressenti les sentiments entre Jack et Laurie. Ils se voilent la face, s’y sentant forcés tous les deux pendant des années mais à côté de ça, il y a l’attirance physique certes mais l’amour vrai et profond je ne l’ai pas trouvé entre eux.

J’ai donc aimé dans ce roman l’évocation de la vie de couple, de ses aléas, de la construction de la vie d’adulte, des envies partagées ou non au sein d’un couple ou l’histoire d’une belle amitié qui traverse les années (entre Laurie et Sarah). La partie romance m’a moins convaincue et je ne garderai pas une image très fleur bleue de cette lecture.

Ma notation :

Une agréable lecture malgré que je n’y ai pas trouvé ce que j’en attendais.

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture

L’amour est dans le chai, Tamara Balliana

Quatrième de couverture :

Léonie, aspirante actrice dont la carrière n’a jamais réellement décollé, est de retour dans son village natal de Cadenel. Désabusée, elle n’a d’autre choix que de remplacer sa sœur Laetitia, en congé maternité, au domaine viticole où celle-ci travaille. Mais dès son retour, elle tombe nez à nez avec Enzo, son voisin d’enfance qu’elle a toujours détesté. Comme un fait exprès, alors qu’elle pensait qu’il avait lui aussi quitté la région, leurs chemins ne cessent de se croiser. Heureusement, Léonie peut compter sur le soutien de ses nouvelles amies du clan des célibataires malgré elles pour lui redonner le sourire.

Alors que Léonie trouve peu à peu ses marques dans cette nouvelle vie, il ne reste qu’une seule ombre au tableau : Enzo. Comment faire pour s’en débarrasser ? Ou alors une trêve est-elle possible entre eux ?

L’avis de Laure :

J’avais lu et adoré  en mai Quand l’amour s’en mail. L’auteure nous présente une série dans laquelle d’autres personnages qu’on a découverts dans la première aventure vont à leur tour trouver l’amour. Ici, nous suivons Léonie et Enzo puis viendra un autre roman (en cours d’écriture) avec Oriane et Jules.

Léonie est la sœur de Laetitia, la mariée dont nous suivons la meilleure amie, Solène, dans Quand l’amour s’en mail. Laetitia étant enceinte, Léonie accepte de revenir à Cadenel la remplacer le temps de son congé maternité, laissant en suspens sa carrière au théâtre. Et là, stupeur, parmi ses nouveaux collègues, elle retrouve Enzo, son voisin de toujours, né le même jour qu’elle et à qui elle voue une haine farouche.

On la voit venir gros comme ça la haine qui va se transformer en amour n’est ce pas ? Les piques entre ces deux là sont savourables mais j’étais un peu agacée. Je ne suis pas très cliente de ces basculements de situation. La preuve, quand on commence à gratter un peu et que l’auteure nous en dit plus sur ce passé de haine, on se rend compte que Léonie s’est construit une montagne grosse comme ça de situations qu’elle n’a pas su analyser… Et qu’au fond, Enzo a toujours bien caché son jeu.

Et puis le Enzo du présent est finalement bien convaincant, une action par ci, un événement par là et le voici qui se rapproche de Léonie, qui lui montre qu’il n’a jamais été un odieux bonhomme. Il sait donc être très attentionné, prendre soin d’elle et devenir indispensable ! Cerise sur le gâteau, Léonie ouvre les yeux et s’aperçoit qu’il est quand même sacrément bel homme ! La suite est évidente et plutôt jolie.

Autour de ça, j’ai aimé retrouver l’univers de l’auteure dans ce petit village. Léonie va se retrouver à animer sur place un cours de théâtre et aura l’occasion de se questionner sur l’existence qu’elle souhaite vivre : une vie douce et simple dans le sud ou le retour à Paris, sur les planches des théâtres. Le côté série de ces romans est plaisant quand on retrouve des personnages qu’on connait déjà, qu’on en devine d’autres dont l’histoire s’écrira par la suite (Oriane et Jules) et au final on passe un doux moment et on a envie de découvrir la suite sans tarder !

Ma notation :

Si je n’étais pas trop cliente au début du roman, le charme a quand même su opérer sur moi avec cette jolie romance.

 

Roman à paraître le 3 décembre 2019

[Duo lecture] Passionnément Valeria, Elisabeth Benavent

Pourquoi ce livre :

(Audrey) Il était temps de conclure et de savoir si Valeria allait enfin se décider.

(Laure) Heureusement qu’il n’y a pas eu trop longtemps à attendre ce quatrième et dernier tome, j’étais très impatiente de savoir comment se conclurait la saga.

La couverture :

(Audrey) Les 4 tomes réunis donnent un bel ensemble. C’est chouette!

(Laure) On finit la saga sur la couverture bleue, ma couleur préférée donc c’est parfait. L’esthétisme de la collection réunie de la saga me plait beaucoup.

La quatrième de couverture :

Si Valeria est amoureuse de Bruno, pourquoi n’arrive-t-elle pas à oublier Victor ?
Carmen aurait-elle pris du poids pendant son voyage de noces ?
Lola s’interroge : est-elle vraiment faite pour la vie de couple ?
Nerea, elle, décide de se reprendre en main.
Toujours aussi passionnée, Valeria…
Comme toi !
Inséparables, Valeria, Carmen, Lola et Nerea ne se cachent rien. Ce qui aidera Valeria à pimenter son dernier roman, auquel elle s’apprête à apporter la touche finale.

Après lecture :

(Audrey) On avait quitté Valéria dans les bras de Bruno et l’on se demandait si une histoire allait encore être possible avec Victor. Car toutes les lectrices l’ont bien remarqué, Valéria est folle de lui mais ne veut pas se l’avouer. Alors on a juste envie de la secouer et de lui mettre un petit coup de pied aux fesses pour lui dire de mûrir et d’assumer ses sentiments.  Dans ce dernier tome on a  aussi Lola, Nerea et Carmen que je prends toujours plaisir à retrouver. Je crois vraiment que pour ces 3 là, c’est aussi le moment des grandes décisions, des prises de conscience et le moment de se « poser ». Les fêtes, le sexe et l’alcool ça va bien un moment ! J’ai trouvé ce dernier tome plus mature, moins superficiel et malgré des scènes très « hot », le sexe n’était pas au centre du roman.

Le récit est toujours très addictif et divertissant. On s’attache aux personnages et on espère vraiment le meilleur pour eux. Je suis sûrement à contre courant de nombreuses lectrices, mais  pour moi Valéria doit finir avec Bruno. Est-ce le cas ? Mystère ! (Nerea semble d’ailleurs du même avis que moi lorsqu’elle dit que Bruno a l’air d’un mec plus fiable).

Je ne sais pas si en écrivant ce dernier tome l’auteure savait déjà que la saga allait être adaptée en série télé, mais je trouve que l’intrigue et surtout le final réunissent tout les codes d’une série justement. Un final que j’ai apprécié, plaçant les choses de façon nette. Un final agréable et qui conclut la sage en beauté.

(Laure) Replonger dans les aventures de Valeria en sachant que c’était l’ultime tome me rendait très impatiente. Contrairement à Audrey, j’attends depuis le début un final Victor / Valeria, il était impensable pour moi qu’il en soit autrement et Bruno ne me faisait ni chaud ni froid, je trouvais leur relation purement physique, rien ne m’avait fait percevoir des sentiments entre eux.

La saga poursuit sur la même lancée que les précédents tomes et nous baladera jusqu’à l’utime final… Et Valeria reste bien agaçante. J’avoue que là ça m’a vraiment gonflée de la lire expliquer qu’elle ne pourrait jamais faire confiance à Victor à cause de sa volatilité et du fait qu’elle est persuadée qu’il lui sera infidèle. Je me suis dit « oh ça y est, vu qu’Adrian l’avait trompée elle va penser ça de tous les hommes à présent ». J’étais prête à vouloir envoyer Valeria chez la psy qu’on en finisse une bonne fois pour toutes mais en fait ce n’est pas ce que l’auteure nous sert ici. Non, c’est bien Victor le cœur du problème parce qu’il a toujours enchaîné les femmes dans sa vie et qu’il ne sait pas vivre autrement. Et pourtant, on le sait, il l’a dit Victor que depuis sa rencontre avec Valeria il a changé, on a les preuves sous les yeux mais Valeria est éperdument aveugle et personne autour d’elle ne semble vouloir lui ouvrir les yeux !!!

Alors on est une fois de plus baladés, 2 pas en avant, 1 pas en arrière et 3/4 scènes bien hot pour enrober tout ça. D’ailleurs, côté hot, ce 4ème tome monte encore d’un cran avec des scènes qui vont toujours plus loin. Et puis, dans le dernier quart du roman, l’auteure a lancé des passages terriblement romantiques. Je me suis dit « oh génial », jusqu’à ce que Valeria gâche les choses une fois de plus. Mais qu’elle héroïne terrible !! Le romantisme je trouvais ça chouette, ça semblait la conclusion parfaite pourtant. J’ai aimé en plus qu’Elisabet Benavent nous montre une autre facette d’elle même, elle serait très douée en comédie romantique aussi (et moi j’aimerais encore plus).

Je ne vais pas vous dire comment ça se finit, c’est pas l’intérêt. On arrive au bout avec les personnages et tous ont fait leurs choix de vie, sont apaisés et heureux. Les amies de Valeria ne dérogent pas à la règle et vous verrez qu’elles ont sacrément évolué depuis le 1er tome.

 

archipel

Merci à Mylène des éditions Archipel pour cette lecture

La caresse de l’hiver, Susan Wiggs

Quatrième de couverture :

Désemparée après l’incendie de sa maison, Jenny retourne s’installer au pavillon d’hiver du lac des Saules, la propriété familiale où elle vivait adolescente. Là, dans ce décor empreint de nostalgie, la neige fait resurgir un flot de souvenirs : le baiser de Rourke, le garçon qu’elle aimait alors, et qui ne lui a jamais déclaré sa flamme… Depuis, les années ont passé. Rourke multiplie les conquêtes éphémères et semble tout faire pour l’éviter. Aussi, quelle n’est pas sa surprise de le voir se présenter à sa porte peu avant Noël. Que vient-il faire ici ? Serait-il encore temps de tout recommencer avec cet homme qu’elle a attendu toute sa vie ?

L’avis de Laure  :

Deuxième romance de Noël que je découvre en ce mois de novembre et je suis ravie parce que c’est allé crescendo et j’ai largement préféré celle-ci à la précédente. Lire de la romance, c’est un peu aller vers des lectures légères, faciles et qui peuvent être critiquées car l’a priori veut que ce ne soit pas d’un haut niveau. Et bien en fait, franchement, je referme ce livre avec un ressenti de richesse, quelque chose que j’ai déjà ressenti d’ailleurs dans des romances. Les auteurs de romance peuvent nous offrir bien plus qu’une simple histoire d’amour et Susan Wiggs le prouve ici.

Jenny m’a de suite été sympathique, c’est une jeune femme simple, altruiste, qui a toujours pris à cœur de s’occuper de ses grands parents qui l’ont élevée après la disparition de sa mère.  Aujourd’hui, elle se retrouve seule après le décès de sa grand mère et, bientôt, sans foyer après un terrible incendie qui lui fait perdre sa maison et tous ses souvenirs. C’est le policier de la ville, Rourke, qui la prend sous son aile et l’héberge chez lui.

Mais Rourke n’est pas n’importe qui pour Jenny, elle le connait depuis son adolescence et ils se fuient dans leurs vies d’adultes pour de mystérieuses raisons. L’auteure va nous replonger dans leur jeunesse et nous permettre de comprendre le poids qui pèse sur les épaules de ces deux-là, qui s’apprécient tant mais se sentent trop coupables. J’ai été émue par l’histoire du trio formé avec Joey, l’inséparable ami de Rourke, qui sera aussi l’ami de Jenny. L’auteure décrit très bien le fil des émotions qui les lient tous 3 et si, bien sûr, on ne peut pas trop partager les choix faits par Jenny, on comprend quand même pourquoi et comment la vie les a amenés là.

Mais le roman n’est pas que l’histoire de Jenny et Rourke. C’est aussi l’histoire de la ville et des nombreux personnages qui y gravitent, j’ai aimé Nina sa meilleure amie, l’enquête qui concerne le manque d’argent de la ville qui fait face à des choix budgétaires cruciaux. C’est aussi une histoire gourmande à travers la boulangerie de la famille de Jenny. Elle écrit d’ailleurs des chroniques culinaires associée à des recettes qui sont publiées par un journal. Je n’ai pas forcément accroché au fait d’intégrer ces chroniques dans le roman mais les recettes pourront intéresser d’autres lecteurs gourmands.

Et puis le roman est aussi une belle histoire sur le passé, sur certains secrets qui vont enfin être révélés et qui mettront en danger Jenny tout en lui permettant de se débarrasser d’une douleur qu’elle a traînée toute sa vie. Cette partie du roman a été assez inattendue pour moi et je l’ai d’autant plus appréciée parce qu’elle fait vraiment la richesse de la lecture.

Ma notation :

En bref, vous l’aurez compris, je vous recommande cette belle romance de Noël qui n’est pas qu’une romance et c’est cela qui fait sa réussite à mes yeux.

(roman lu en partenariat avec Netgalley)