Archives du mot-clé romance

La mer à boire, Valentine Stergann

003

Quatrième de couverture :

« Profitez de vos vacances lors d’une croisière rocambolesque. »

Pour caser sa mère, Gaspard est prêt à tout. Même à claquer son indemnité de licenciement économique et lui offrir une croisière en Méditerranée à bord du « Romantica ».
Rosa, toute jeune sexagénaire, drôle et attachante, mais totalement déprimée, n’acceptera ce cadeau qu’à une seule condition : que son fils l’accompagne.
Gaspard s’y résout et embarque sur ce bateau grand luxe, endetté jusqu’au cou, mais heureux de voir sa mère sourire.
À bord, il rencontre Lino, un serveur italien timide, voire introverti, qu’il s’amuse à taquiner, décidé à le faire sortir de sa carapace d’ici la fin de leur séjour.

Bien que tout les oppose, les quinze jours sur ce paquebot pourraient les lier à tout jamais.
Le fils à maman et l’indépendant.
La grande gueule et la gueule d’ange.
Et si en plus Rosa s’amourache du directeur de la croisière, ces vacances promettent d’être pleines de rebondissements inoubliables.

L’avis de Laure :

J’ai rencontré Valentine Stergann début mai, lors d’un salon dans ma ville et, lorsqu’elle m’a parlé de ses romans, je me suis laissée tenter par celui-ci. Le cadre de la croisière en Méditerranée était parfait pour être lu en aout.

A bord du bateau, on retrouve Gaspard et sa mère Rosa. Valentine m’avait prévenue, son personnage est haut en couleur et ne plait pas à tout le monde. Alors puisque j’aime bien les gens à contre courant, je me suis laissée tenter. Et en effet, Gaspard n’a pas sa langue dans sa poche, il est presque sans filtre et sort des répliques qui nous scient lorsqu’on les lit. Non, il n’a pas osé dire ça quand même ? Et bien si !! Au début, ça fait drôle, je me suis demandée si j’allais aimer le personnage.

Le roman se lit très vite, une jolie plume avec un humour subtil et bien dosé. Une rencontre avec Lino, serveur à bord et fils du directeur de croisière, d’abord comme chat et chien qui s’envoient des piques à tout va avant que… Peu à peu, Gaspard s’avoue à lui même être attiré par le jeune serveur gay. Ce que j’ai aimé c’est qu’il n’a alors aucune rébellion contre ce penchant, ne se dit à aucun moment qu’il a toujours été hétéro et le restera. Parce qu’au final, c’est simplement l’histoire d’une rencontre, d’une attirance. Parce que c’est cette personne et pas une autre. Même si c’est un homme.

Et en même temps, c’est une rencontre de vacances, à bord d’un navire de croisière. Est-il possible qu’elle ait un avenir ? J’ai aimé cette lecture très agréable, les découvertes des villes visitées lors de la croisière, la relation bien particulière de la mère et de son fils dans le roman et la romance qui arrive tout doucement mais sûrement. Je n’hésiterai pas à relire Valentine Stergann, peut être plutôt dans une romance hétéro cette fois pour qu’elle me fasse plus rêver et que je puisse m’y projeter.

Ma notation :

Une belle lecture.

C’est arrivé un été, Tessa Bailey

003-LAPTOP-7PUAI2CI

Quatrième de couverture :

À Los Angeles, la réputation d’enfant gâtée de Piper Bellinger fait le bonheur des paparazzi qui couvrent les soirées de la jet set.
Jusqu’au jour où, lors d’une rooftop party arrosée, la jet-setteuse passe les bornes ! Pour son richissime beau-père, c’en est trop : il lui coupe les vivres et l’expédie dans un port de pêche de la côte nord afin qu’elle s’y rafraîchisse les idées et apprenne le sens des responsabilités.
À peine arrivée à Westport, Piper fait connaissance de Brendan, un capitaine de bateau aussi bourru que sexy, persuadé qu’elle ne tiendra pas une semaine loin de Beverly Hills. Qu’importe !
Elle va leur montrer à tous qu’elle sait être bien plus qu’un célèbre profil Instagram.
Mais Wesport est une toute petite ville et, où qu’elle aille, elle finit toujours par tomber sur Brendan. Bientôt, une étrange attirance naît entre la fashionista délurée et le pêcheur solitaire…

L’avis de Laure :

Chaque année, je me laisse charmer par la nouvelle romance de l’été des éditions Archipel et chaque fois c’est le même plaisir de lecture. Cette fois n’a pas fait défaut pour cette romance qui est déjà en cours d’adaptation ciné !

Pourtant, dès le premier chapitre, en faisant la connaissance de Piper, j’ai eu envie de fuir bien loin… Mais quel horrible personnage que cette jeune femme riche, pourrie gâtée et futile à souhait ! Ca semblait un mauvais départ pour elle et moi.. Mais très vite Piper déchante : cette fois-ci c’est trop, son beau père lui coupe les vivres et l’envoie dans un petit village de bord de mer où elle devra apprendre à se débrouiller seule dans la vie. Un choc pour elle mais un roman qui partait mieux alors pour moi, le choc social à vivre pour Piper promettait d’être bien amusant à lire !

Arrivée avec sa sœur Hannah à Westport, la ville dont on est originaire leur père décédé, Piper va très vite changer pour notre plus grand plaisir. Elles font connaissance avec les villageois, s’investissent dans la remise à neuf du bar dont elles ont hérité et …. découvriront l’amour. Piper flashe très vite sur Brendan, capitaine d’un bateau de pêche. Un homme à des années lumière de tout ceux qu’elle a côtoyés par le passé mais qui va justement lui offrir un autre regard et une relation bien plus profonde.

Mais ces deux-là peuvent-ils avoir un avenir alors qu’ils sont si différents ? Piper est-elle capable de se passer du luxe et du faste de la vie à Los Angeles ? Brendan saura-t-il la convaincre de s’installer dans ce petit village ? Comme dans toutes les romances, le couple trouvera quelques embûches sur son chemin. Une romance fort réussie, qui a la profondeur nécessaire mais aussi ce petit piment indispensable. Un vrai plaisir de lecture, à suivre dans un second tome dédié à Hannah (et chut, je sais déjà de qui elle sera amoureuse !).

Ma notation :

Une romance réussie pour un petit régal d’été.

archipel

(Merci à Mylène des éditions L’Archipel pour cette lecture)

La chronique des Rokesby, Julia Quinn

014

Quatrième de couverture :

1779, comté du Kent. Tout commence dans la résidence des Bridgerton, Aubrey Hall, une génération avant la naissance du premier des huit descendants d’Edmund et Violet Bridgerton.La demeure la plus proche, Crake House, est le fief des Robesby et de leurs cinq enfants. Les deux familles se fréquentent, leurs bambins jouent et grandissent ensemble. Sybilla, la soeur d’Edmund, véritable garçon manqué, sait bien qu’un jour elle épousera l’un des quatre fils Rokesby. Enfin, plus précisément un des trois fils, car l’aîné, George, est un insupportable raseur. Or, le jour où Sybilla se blesse, George, seul témoin de l’accident, lui vient en aide. Et c’est ainsi qu’ une facétie du destin va être à l’origine d’une saga familiale où les deux lignées vont s’unir pour le meilleur.

L’avis de Laure :

J’ai adoré La chronique des Bridgerton l’an dernier, la promesse d’une nouvelle saga de Julia Quinn m’a donc fortement tentée. J’ai lu le réédite toujours dans le même format, en double tome avec ces couvertures si colorées et très attrayantes.

J’ai aimé la différence assez forte entre les 2 histoires dont j’ai enchainé la lecture, ça permet de varier vraiment et c’est plus sympa à lire. Avec George, l’ainé des Rokesby, on est dans une histoire plutôt classique où cet héritier va se rendre compte des sentiments qu’il a pour Sybilla dite Billie Bridgerton avec qui il a grandi. Il pensait la détester et puis finalement… L’histoire se passe donc en Angleterre, dans le cadre de la bourgeoisie, c’est une histoire assez classique.

Changement total de lieux et d’ambiance pour Andrew que l’on retrouve à New York. Il y est parti avec l’armée et se trouve à l’hôpital suite à des événements dont il a tout oublié. Sur place, la sœur de son meilleur ami se fait passer pour son épouse afin de lui venir en aide le temps de sa guérison. Un petit mensonge qui se transforme en imbroglio comme on les adore ! 

Je n’ai pas honte de vous dire que je suis totalement cliente de la romance historique, plus encore que de la romance contemporaine. Les mœurs de l’époque me font tellement marrer ! On retrouve donc ici le talent de Julia Quinn, les dialogues hauts en couleurs, les personnages féminins affirmés qui refusent de se laisser enfermer dans un moule et les romances qui avancent pour parfois mieux reculer ensuite.

Vous me demanderez forcément si Rokesby est aussi bien que Bridgerton, je vous dirai que personnellement j’ai quand même préféré Bridgerton, surtout les premiers tomes. Mais il reste des enfants Rokesby à marier et j’ai bien l’intention d’assister une nouvelle fois à la fête ! Parce que ce que nous livre Julia Quinn est promesse de liberté et d’un moment de lecture qui fait franchement du bien ! Pourquoi s’en passer ?

Ma notation :

Une nouvelle saga dont je suis totalement cliente.

(Merci aux éditions J’ai lu pour cette lecture)

La chronique des Bridgerton 9 & 10, Julia Quinn

011

Quatrième de couverture :

Du mariage d’Edmund Bridgerton et de Violet Ledger sont nés huit enfants, héros de la Chronique des Bridgerton. Mais que sont devenus Daphné, Anthony, Benedict, Colin, Éloïse, Francesca, Gregory et Hyacinthe ? Des années plus tard, les mariages et les naissances ont apporté leurs lots de doutes et de bonheurs. La famille s’est agrandie et, sous le regard serein et bienveillant de lady Violet, la dynastie Bridgerton se retrouve pour une dernière fois.Vous souvenez-vous de lady Whistledown, dont les chroniques alimentaient les ragots du Tout-Londres ? Pour notre plus grand plaisir, elle a repris sa plume acerbe et drôle, et nous narre la saison de deux délicieuses débutantes.

L’avis de Laure :

Une fois de plus, j’ai sauté sur cette lecture sitôt reçue tant je suis tombée dans l’addiction à la famille Bridgerton. Je vous avoue que j’étais très curieuse de découvrir ce qu’ils avaient pu devenir au cours des années.

Julia Quinn a été tellement sollicitée par ses lectrices sur le devenir de tous les couples qu’elle a décidé d’écrire un second épilogue à chacun des 8 tomes et elle nous raconte pourquoi elle a souhaité écrire telle scène précisément, comme celle du jeu de pall mall qui s’est imposé pour Anthony. Ainsi, le tome 9 est plutôt un recueil de courts titres comme des nouvelles. Cerise sur le gâteau, il y a un 9ème texte qui concerne Edmund et Violet et j’ai trouvé l’idée géniale !

Pour autant, je suis restée sur ma faim avec ce titre, il y a des épilogues que j’ai trouvés un peu plats et d’autres qui étaient forts sympathiques mais j’ai vraiment préféré lire les romans parce qu’ici il n’y a plus de romance à écrire, à développer, les couples sont ensemble à présent ! Mon côté fleur bleu apprécie plus de lire la génèse d’un couple. Mais rassurez-vous, l’esprit Bridgerton, les piques familiales et les dialogues haut en couleurs sont toujours là. Et rien que ça, on adore non ?

Dans le 10ème tome, on retrouve avec joie les chroniques de lady Whistledown que j’ai lues avec une toute autre saveur en sachant qui elle est. Là encore, un tome découpé en 2 histoires de nouveaux personnages pour 2 nouvelles romances. Malheureusement le format nouvelle entraine une histoire plus rapide et j’ai trouvé la naissance des sentiments des protagonistes un peu trop rapide dans les 2 cas. D’un coup, ils se disent qu’ils aiment la personne qu’ils ont rencontrée. Alors qu’il s’est passé si peu de choses… Ca manquait un peu de crédibilité pour moi. Mais j’ai aimé quand même cette lecture pour l’univers de Julia Quinn, pour les scènes toujours drôles qu’elle sait nous réserver, pour ses personnages féminins audacieux, forts et qui n’hésitent pas à aller contre les codes de l’époque.

Et si je vous dis que les éditions J’ai lu nous réservent de nouveaux titres de Julia Quinn, dans 2 mois, qui saute au plafond ?

Ma notation :

Une belle fin de saga, je serai présente pour relire Julia Quinn.

(Merci aux éditions J’ai lu pour cette lecture)

Noël au café du bonheur, Lucy Diamond

012

Quatrième de couverture :

Après une période estivale chargée dans son petit café des Cornouailles, Evie Flynn accueille la période de Noël avec impatience. Soirées au coin du feu, vin chaud aux épices gâteaux et gourmandises… elle est déterminée à faire de sa saison préférée un moment romantique avec Ed, son petit ami. Mais au café du bonheur, rien ne se passe jamais comme prévu, et bientôt Evie ne sait plus où donner de la tête entre la tempête de neige qui paralyse tout Carrawen Bay, l’arrivée d’invités surprise et d’anciennes rivalités familiales qui refont surface.

Parviendra-t-elle à faire en sorte que tous ses vœux se réalisent ?

Sous la plume lumineuse de Lucy Diamond, retrouvez Evie, Ed et les habitants de Carrawen Bay pour des fêtes inoubliables 

L’avis de Laure :

J’avais adoré en 2020 RDV au café du bonheur et j’étais ravie de retrouver les personnages du roman avec lesquels on va vivre 2 Noël successifs puisque le roman contient 2 histoires séparées.

Dans la première histoire, j’ai retrouvé avec bonheur nos héros, heureux en couple et bien installés dans leur petit quotidien. Ils s’apprêtent à passer leur premier Noël ensemble, une fête dont Evie est tellement fan qu’on plonge avec plaisir à sa suite dans l’esprit de Noël. La déco, le côté gourmand, les cadeaux et la famille tout y est ! Même les péripéties moins réjouissantes justement liées à la famille. Rien ne va se passer comme Evie ne l’avait prévu mais parfois cela peut être bien aussi ! L’histoire est très jolie, complète et réussie, j’ai eu grand plaisir à retrouver le couple qu’Evie forme avec Ed et à les lire heureux.

La seconde histoire m’a clairement moins plu. Par un écho personnel d’abord puisque l’histoire de l’un des personnages m’a forcée à revivre un événement personnel dont je me serai bien passée. Du coup, inévitablement, ce passage m’a gênée. Et puis l’histoire est cousue de fil blanc et je regrette que l’auteure n’ait pas su manier un peu plus le suspense ou le mystère. On comprend de suite où elle va nous amener et c’est donc sans aucune surprise qu’on y parvient… C’est très happy end, ça fonctionne mais ça n’a rien d’original. 

Noël au café du bonheur est une lecture vraiment sympathique où vous retrouverez l’esprit de Noël comme on l’aime tant. Je vous conseille quand même de lire d’abord RDV au café du bonheur pour le suivi des personnages, c’est largement plus chouette de lire la suite en ayant les débuts de l’histoire d’amour des héros !

Ma notation :

Des retrouvailles très agréables avec des personnages que j’avais beaucoup aimés.

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture