Archives du mot-clé romance

Souviens-toi que tu m’aimes, Catherine-Rose Barbieri

Quatrième de couverture :

Lorsqu’Héloïse rencontre James dans ce wagon du TGV Lyon-Paris, le coup de foudre est réciproque. Mais rien n’est simple pour Héloïse. D’abord, elle ne croit pas au coup de foudre : le romantisme, très peu pour elle ! Ensuite son sens de la loyauté est particulièrement aigu, au point d’être dans cette histoire un vrai handicap. La jeune femme fait donc taire ces sentiments inédits dont elle ne sait que faire, et ce qui aurait pu être le début d’une belle idylle en reste là. Deux ans et demi plus tard, après bien des épreuves et pas mal d’errance, Héloïse et James se retrouvent par hasard en Ecosse. Le coeur d’Héloïse n’a rien oublié. Elle est prête à croire que le destin vient de lui accorder une faveur. James, en revanche, ne se souvient pas d’elle. En effet, beaucoup de choses ont changé en deux ans et demi. Beaucoup, oui, mais pas toutes…

L’avis de Laure :

Il y a 2 ans j’avais succombé au premier roman de Catherine Rose Barbieri. Je la suis depuis et attendais son second roman avec une grande impatience.

Je le disais il y a déjà 2 ans, Catherine Rose décrit extrêmement bien le sentiment amoureux et j’ai vite retrouvé ici cette même magie. Elle sait avec les mots nous faire ressentir le coup de foudre à nous aussi et nous donner envie d’être dans la peau de ses personnages pour vivre tous ces moments uniques qui constituent les premières fois : les papillons dans les yeux, le désir qui monte, l’impossibilité de détacher son regard de l’autre, l’ivresse du premier baiser, …

Souviens-toi que tu m’aimes c’est l’histoire d’Héloïse et James. Une histoire qu’on va suivre tour à tour par le regard de l’un et de l’autre, une narration qui diffère du premier roman et que j’ai beaucoup appréciée. C’est si bon aussi de lire ce que l’homme vit, ressent, pense ! C’est une romance qui est loin d’être linéaire et qui va amener un très grand nombre de rebondissements. Ça m’a vite rendue accro à l’histoire. Alors qu’on croit être à une marche du bonheur, c’est la chute et il faut encore surmonter une nouvelle embûche.

Quel régal que cette lecture ! Les sentiments décrits sont multiples et très beaux. Héloïse va d’abord refuser de donner sa chance à son histoire avec James parce qu’elle sait que sa meilleure amie a craqué sur lui et qu’elle pense que « premier arrivé, premier servi ». La distance viendra alors rompre le lien entre la jeune française et le bel écossais. Mais le destin est là, et c’est au cœur des sublimes paysages d’Ecosse, que Catherine Rose décrits aussi si bien, que nos deux héros vont pouvoir se donner une seconde chance.

J’ai été très émue par ce que James va vivre, touchée par ce qu’il doit surmonter et bien agacée aussi par cette femme qui se croit si maline pour le garder dans ses filets ! Les romances de Catherine Rose Barbieri sont, heureusement, celles du dialogue, de l’honnêteté et c’est vraiment des valeurs actuelles que je trouve très importantes dans la construction d’une relation amoureuse.

Que vous dire de plus ? J’ai adoré, c’est beau, actuel, moderne, on voyage et ça met des papillons dans le coeur. C’est bien assez de raisons pour le lire, non ?

Ma notation :

Un second roman tout aussi réussi que le précédent.

Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture

La crêperie des petits miracles, Emily Blaine


Quatrième de couverture:

Adèle a tout quitté : Paris, le grand restaurant dans lequel elle travaillait, la pression constante des cuisines, la misogynie du chef qui la bridait chaque jour un peu plus. Pour échapper au burn out, elle s’est réfugiée chez une amie de sa grand-mère, à Saint-Malo. Dans la crêperie de Joséphine, elle reprend petit à petit ses marques, restant loin des cuisines mais s’occupant du service et des clients. Dans ce cocon gourmand et chaleureux, elle devient celle à qui l’on demande des conseils d’écriture pour un discours municipal, un dossier de candidature ou une lettre de réclamation. Alors, quand la crêperie est menacée de fermeture, Adèle est prête à tout pour empêcher que ce bastion d’humanité et de bienveillance ne disparaisse. À tout, y compris à convaincre Arnaud Langlois, puissant homme d’affaires fraîchement divorcé, de devenir son associé.

L’avis d’Audrey :

Adèle, est une cuisinière réputée qui a tout plaqué pour s’installer en Bretagne où elle partage son temps entre son job de serveuse dans une crêperie et ses visites à l’hôpital pour voir une amie malade. Arnaud est un parisien fraîchement divorcé, qui essaie de jongler entre ses affaires professionnelle et la garde alternée de sa fille Zoé. Rien ne devait les réunir, et pourtant Joséphine, propriétaire de la crêperie  où travaille Adèle va donner un petit coup de pied au destin pour que ces deux là se rencontrent.

Pour Joséphine, c’est le moment de prendre sa retraite. Elle compte bien laisser les clés de son restaurant à Adèle à une seule condition : que la jeune femme s’associe à Arnaud Langlois. Un défi qui s’annonce difficile. Pourtant la jeune femme saura charmer l’homme d’affaires, et pas que d’un point de vue professionnel. Dès le premier regard, une certaine attirance s’installe entre eux. Mais comme dans toute comédie romantique, l’amour risque de rencontrer quelques obstacles.

Ce roman est un concentré de bonheur, de bonne humeur et d’amour. On s’attache rapidement aux personnages. Que ce soit à Adèle et Arnaud, mais également aux personnages secondaires qui gravitent autour d’eux. Même si avouons-le, Alexis le meilleur ami et avocat d’Arnaud n’est pas des plus charmants. Comment résister à la malice de Zoé et à sa passion naissante pour la cuisine ? Comment ne pas avoir envie de passer une soirée en compagnie de Judith et Sofia les amies d’Adèle ? On se sent vite à l’aise dans ce village breton, on a envie de boire un bol de cidre en mangeant une crêpe au chocolat tout en observant Adèle et Arnaud s’empêtrer entre leurs aspirations professionnelles et leur besoin d’amour.

C’est un roman frais et divertissant, qui réunit tout les codes qu’on attend de ce genre de roman. J’avais un peu la crainte de lire une romance un tantinet niaise, et finalement j’ai vite oublié mes clichés. L’an dernier Laure nous parlait de La librairie des coeurs suspendus et évoquait la façon dont l’auteure avait su la surprendre. Sans aller jusque là, j’ai moi aussi été très contente de ma découverte avec cette auteure. Alors je crois qu’il n’en faut pas davantage pour vous inviter à la lire, avec ce roman ou un autre.

Ma notation :

Une petite bulle de bonheur au cœur de mes vacances, et il se pourrait bien que je me laisse tenter par un autre roman de l’auteure pour égayer la fin de mon séjour.

L’été des fleurs sauvages, Kathryn Taylor

Quatrième de couverture :

Quand deux amies d’enfance se retrouvent après s’être perdues de vue, bien des souvenirs resurgissent. Pas forcément les meilleurs… Mais quelle meilleure occasion que de faire enfin la paix avec soi-même ?

Zoé fait face à une décision difficile : une opération chirurgicale à haut risque peut lui sauver la vie.

Sur un coup de tête, elle décide de retourner à Penderak, station balnéaire des Cornouailles où elle a passé, adolescente, les plus beaux étés de son existence – et connu un drame.

Quatorze ans ont passé. Pour la trentenaire encore célibataire, il est temps de lever le voile sur le cauchemar qu’elle a vécu. Et de revoir Jack, qu’elle n’a cessé d’aimer. De s’imaginer vivre à ses côtés.

Mais les ombres du passé peuvent resurgir à tout moment…

L’avis de Laure :

J’ai laissé à ma fille le soin de choisir ma nouvelle lecture dans ma PAL du mois. Elle en a tiré celui-ci parce que « la couverture est vraiment trop belle ». Voilà, cette addiction aux couvertures est génétique et se transmet très facilement ! Pour ne rien gâcher, le contenu était totalement à la hauteur et ce titre est parfait en été.

Si le début m’a un peu décontenancée car il ressemble énormément à un autre roman lu cette année (une jeune femme qui a un risque de rupture d’anévrisme et qui part sur les traces de son passé en urgence avant de se faire opérer), je me suis vite laissée emporter par la suite. A l’occasion du retour de Zoe à Penderak, où son frère est tragiquement décédé des années plus tôt, elle échange sa maison avec son ancienne amie, Rose, qui profitera donc d’un séjour à Londres.

C’est alors un roman où les deux histoires se mêlent, celle de Rose, jeune divorcée, mère de 3 enfants qui va rencontrer un homme avec qui elle vivra un début d’histoire magique mais qu’elle ne pense pas voué à durer à cause de la distance et de ses enfants. Et Zoe, à Penderak, va retrouver Jack, le frère de Rose et qui fut son grand amour. Des retrouvailles chargées de tension tant la fin de leur histoire n’a jamais été réglée. Et surtout, la jeune femme est déterminée à savoir ce qui a causé la mort de son frère, retrouvé mort un matin en bas d’une falaise. Suicide, crime, accident ? Toutes les pistes sont encore possibles.

Entre les 2 romances qui sont aussi réussies l’une que l’autre, le fort joli cadre de Penderak où je me suis sentie tellement dépaysée, la quête du passé avec les secrets que cela suppose, je n’ai pas boudé mon plaisir avec cette lecture ! Les personnages sont attachants, la psychologie est affinée, les événements s’enchaînent et, lorsque j’étais à Londres avec Rose il me tardait de retrouver Zoe, et vice versa. Un rythme parfait donc !

Ma notation :

Un super joli moment de lecture.

Je veux un homme qui…, Tamara Balliana

Quatrième de couverture :

Oriane, jeune policière sportive et célibataire, ne rencontre que des hommes qui ne l’intéressent pas, ou qui ne sont pas disponibles à l’instar de Jules, le patron du Café de la Place de Cadenel, qu’elle aime secrètement depuis l’adolescence.

De son côté, Jules est plutôt préoccupé par la préparation de sa soirée, qui s’annonce mémorable. Pari réussi… mais pas tout à fait comme il l’imaginait ! Voir tous ses plans partir en fumée, et se retrouver au poste menotté par Oriane ne faisait certainement pas partie du programme. Mais à cette occasion, lui qui n’a toujours accordé qu’une attention distraite à la jeune femme, s’aperçoit qu’il peut compter sur elle.

Petit à petit, leur amitié se développe, et Jules entreprend d’aider Oriane à trouver l’amour au moyen d’une liste : celle des qualités indispensables à l’homme de sa vie. Mais comment faire comprendre à Jules que le seul homme qu’elle veut, c’est lui ?

L’avis de Laure :

Tamara Balliana avait fait appel à des bêta lectrices lors de la phase d’écriture du début de ce roman l’automne dernier. J’avais donc eu l’occasion d’en découvrir le début. Le roman est sorti en juin et j’ai pu le lire en entier à présent.

Le roman s’inscrit dans une série où l’on va suivre divers couples ayant des liens les uns avec les autres et vivant à Cadenel. J’avais déjà lu les premiers tomes de la série mais ils se lisent aussi indépendamment. Ce qui est chouette c’est que les histoires sont vraiment très différentes avec des personnages n’ayant pas forcément beaucoup en commun. J’ai particulièrement aimé le personnage d’Oriane, femme flic qui se veut un peu anti féminine, sûre de ne pas plaire, d’être abonnée au rôle de gentille copine. Elle a flashé depuis des années sur Jules, le restaurateur du village. Mais lui est en couple et de toute façon, Oriane perd systématiquement ses moyens lorsqu’elle s’adresse à lui.

Seulement voilà, le jour où Jules s’apprête à demander sa compagne en mariage, celle-ci le quitte pour un autre. Un malheur n’arrivant jamais seul, leur appartement se retrouve incendié et Jules est sans toit. Oriane ayant justement une chambre disponible à 2 pas du restaurant de Jules, ils vont devenir colocataires le temps des travaux nécessaires chez Jules. Une chance exceptionnelle pour Oriane mais aussi un stress tant elle perd ses moyens devant celui qui la fait tant craquer. Alors que les choses commencent à plutôt bien se présenter pour eux deux, Jules se met au défi de trouver un compagnon à Oriane, sûr qu’il a dans ses amis un homme qui lui conviendra. Aie, aie, aie !

J’ai passé un bon moment de lecture avec les rebondissements de l’histoire, le côté jeune fille bien cherche homme pour la vie mis en avant m’a bien amusée, j’ai salivé sur les hommes présentés (ben quoi on a le droit non?)(et oui il y en a donc plusieurs, à vous d’aller les découvrir). Les dialogues, comme toujours chez Tamara Balliana, sont le petit plus qui rend la lecture très agréable et l’évolution de la psychologie des personnages est bien détaillé et réussi. En bref, une jolie romance à lire sans hésiter.

Ma notation :

Beau moment de lecture avec Jules et Oriane. Il me tarde de découvrir les nouveaux duos de la série.

Un été dans les Hamptons, Sarah Morgan

Quatrième de couverture :

« Ta vie, c’est un scénario de comédie romantique. »
Si la situation n’était pas si catastrophique, Felicity éclaterait de rire, tant ces mots lui semblent éloignés de la vérité. Pour elle, tomber nez à nez avec l’homme qui lui a brisé le cœur et constater que, dix ans après, il est toujours aussi sexy et hors de portée relèverait plutôt de son mauvais karma. Ne s’était-elle pas réfugiée dans les Hamptons justement pour lui échapper ? Mais, maintenant que Seth l’a retrouvée, Felicity sait qu’elle a une décision à prendre : passer sa vie à fuir ou affronter une fois pour toutes les démons de son passé…

L’avis de Laure :

Audrey m’a offert ce livre à Noël dernier et le voir attendre dans ma PAL était rude, j’ai peu voire pas du tout de romance dans ma PAL et ce titre me tentait beaucoup. Je me suis forcée à attendre l’été pour le lire.

Et j’ai passé un très bon moment avec Fliss et Seth. Ils ont connu une très belle histoire d’amour il y a 10 ans alors qu’ils étaient de tous jeunes adultes. Ils se sont même mariés mais cela n’a duré que quelques mois. Pourquoi ? 10 ans plus tard, Fliss fait tout son possible pour ne jamais se retrouver face à Seth et on sent vite qu’elle n’a pas réglé cette histoire. Manque de bol, alors qu’elle fuit New York vers les Hamptons pour ne pas le croiser dans la clinique où il officie, qui est la première personne qu’elle va croiser dans les Hamptons ? Et bien Seth évidemment !

Elle le pensait à New York mais raté c’est bien dans les Hamptons qu’il a fait sa vie. Pour se sortir de cette mauvaise passe et ne pas avoir à lui parler, Fliss choisi la solution de facilité : se faire passer pour sa sœur jumelle Harriet ! Ainsi, elle pense pouvoir duper Seth et s’adresser à lui sans évoquer leur passé mutuel.

Evidemment, rien ne sera aussi simple que cela et Fliss devra bien en finir par régler ces sujets avec Seth. Et cet homme m’a beaucoup touchée, il n’est pas dupe, il a analysé leurs erreurs passées et sait pourquoi leur relation n’a pas fonctionné. Ils sont allés trop vite, construisant une intense relation fusionnelle sans approfondir leur communication. Or, Fliss a un lourd passif avec un père malveillant et a toujours été taiseuse, il faudra donc à Seth une infinie patience et une volonté hors du commun pour pouvoir enfin recueillir les confidences et les sentiments de Fliss. Au fond d’eux, leur amour respectif est toujours là, ils n’ont jamais trouvé une autre personne avec qui ils aient envie de construire quelque chose. Lors de cet été, c’est donc une nouvelle chance qui s’offre à eux de retrouver ce qui les avait embrasés 10 ans auparavant.

Dans cette romance, j’ai beaucoup apprécié la psychologie des personnages et les échanges qu’ils ont, les confidences et le soutien que Fliss va avoir avec son entourage et j’ai adoré la grand intelligence de Seth ainsi que sa conviction et sa détermination. Une romance vraiment très aboutie qui me donne très envie de relire Sarah Morgan.

Ma notation :

Superbe romance, je recommande.