Archives du mot-clé romance

Christmas Actually, Joana Boloury

Quatrième de couverture:

Quelques jours avant les fêtes de fin d’année, Nick perd son prestigieux emploi dans un cabinet d’avocats et se voit contraint d’accepter un travail de Père Noël. Il rencontre alors Alfie, un adorable petit garçon de cinq ans, qui souhaite pour Noël que sa mère, Sarah, soit de nouveau heureuse et cesse de pleurer son mari disparu trois ans auparavant. Attendri, Nick décide d’organiser un rendez-vous entre Sarah et son meilleur ami qui est célibataire, Matt. Mais alors que Sarah et Alfie prennent une place de plus en plus importante dans la vie de Nick, celui-ci se rend vite compte que le bonheur naissant de Sarah et de Matt pourrait bien lui briser le coeur…

L’avis d’Audrey :

Nick a besoin de travailler après avoir perdu son boulot d’avocat, et il est contraint d’accepter de jouer le Père Noël le temps des fêtes et il est loin d’être emballé par l’idée d’écouter des gamins lui lister leurs souhaits de cadeaux. A la fin d’une journée, il est surpris par le jeune Alfie, qui ne demande qu’une chose : que sa Maman soit enfin heureuse. Cette dernière arrive affolée à la recherche de son fils. Nick remarque tout de suite la beauté et l’élégance de Sarah. Il aurait pu l’inviter à sortir, mais c’est avec Matt, son colocataire et meilleur ami que Nick va arranger un rendez-vous. C’est le début alors d’un jeu d’amour bien particulier, entre quiproquo, attirance, retenue et non-dits.

On le comprend vite, Nick est attiré par Sarah, mais il ne peut pas trahir son ami. Alors il saura se faire discret, rester à sa place, tout en prenant une place assez importante dans la vie de Sarah et de son fils. J’ai beaucoup aimé que l’auteure donne les premiers rôles d’une telle comédie de Noël à des hommes. Le duo Nick/Matt est génial. J’admire leur complicité et la loyauté qu’ils ont l’un pour l’autre, de par les épreuves que chacun a pu vivre.

On se demande bien comment Nick a pu laisser filer Sarah ainsi. Mais pourquoi a-t-il laissé sa place à Matt? J’ai eu envie pendant ma lecture de lui souffler de se bouger, de ne pas attendre pour révéler ses sentiments. Mais les semaines et les mois passent, Nick devenant spectateur du couple heureux que forment Sarah et Matt. Et surtout, comment ne pas être attendri par Alfie, sa maturité et son espièglerie. Un sacré petit bonhomme!

Je me suis vite laissée embarquer dans cette histoire. Une comédie de noël plaisante, mêlant humour et émotion. On a le droit à certaines scènes autour de Nël, qu’on attend obligatoirement dans ce genre de roman (une patinoire, des cadeaux, un repas en famille…).

Ma notation :

Une comédie qui même si l’on présage de la fin dès les premières lignes, se lit avec plaisir et enchantement.

Laisse tomber la neige, Cécile Chomin

Quatrième de couverture :

Le jour où tout a commencé ? Celui où je me suis embourbée dans la neige, en pleine nuit, à 600 km de Paris, après avoir été plaquée devant l’autel. La Reine des neiges, c’était moi, version robe en lambeaux et pieds gelés. C’est là que j’ai cru voir un grizzly. Un plantigrade genre Chabal, debout sur ses pattes arrière et plein de poils, qui a rugi : « Qu’est-ce que vous faites sur ma propriété ? ». Hourra ! il y avait un habitant dans ce coin perdu. J’ai avisé la propriété : en fait, c’était un vieux chalet. Mais si je ne voulais pas mourir de froid, j’avais intérêt à convaincre l’autochtone de m’héberger pour la nuit…

L’héroïne trépidante de Cécile Chomin bondit de page en page, et passe par toutes les nuances de la drôlerie et des sentiments, jusqu’à trouver l’amour là où elle n’était vraiment pas venue le chercher.

L’avis de Laure :

Nouvelle lecture de Noël qui commence dans un gros quiproquo loufoque et qui s’achève dans la douceur, l’amour et la sérénité pour l’avenir. J’ai passé un très bon moment avec Laisse tomber la neige pour la transition que l’auteure va savoir nous amener au cours du roman.

Claire est en fuite. Le beau mariage qu’elle organisait vient de voler en éclats, pas de fiancé devant l’autel. Sur la suggestion de sa sœur, elle part s’isoler en montagne. Il n’était pas prévu que son sauveur soit un homme mi-ours, mi-grizzli, Hugo, qui n’a aucune envie de l’accueillir alors qu’il gère péniblement le deuil de sa mère.

Mais Claire est attachante et convaincante, c’est ici qu’elle veut se ressourcer et puisqu’elle y est, elle va proposer à Hugo de l’assister en reprenant en main le chalet familial qui accueille depuis plusieurs années des touristes. C’est donc en duo que nos personnages vont reprendre la suite de Jeannine, la mère d’Hugo. J’ai aimé ce sujet en trame de fond, l’organisation des lieux, la gestion de la communication, les menus pour les hôtes. Ambiance de Noël garantie.

Et puis, qui dit romance de Noël dit bien sûr personnages qui vont soigner leurs plaies. Aucun des deux n’a envisagé une histoire avec l’autre… Sauf qu’il y a cette satané attirance sexuelle à laquelle aucun des 2 n’a la force de résister. Alors, après tout, pourquoi de ne pas profiter ensemble de cette parenthèse ? C’est bien amené et ça marche, le lecteur succombe, la parenthèse est douce et bien agréable à lire. Et puis, les sujets plus profonds vont aussi arriver pour donner une dimension plus forte à l’histoire. Je n’ai donc pas boudé mon plaisir.

Ma notation :

Un délicieux moment de lecture.

Cher Père Noël, je voudrais un mec, Caro M. Leene

Quatrième de couverture :

Canon, gentil, attentionné, généreux (sexuellement parlant, j’entends) et fidèle. Facile à trouver, non  ?

C’est la dernière fois qu’Aly écoute les conseils foireux de sa meilleure amie  ! Écrire sa liste au père Noël  ? D’accord, c’était drôle comme idée, jusqu’à ce que sa poisse légendaire fasse encore des siennes et qu’Aly envoie par erreur ladite liste par mail à… son patron, Evan Sanders, qui est plutôt du genre père Fouettard. Non seulement il va savoir que son vœu le plus cher est de se trouver un mec – ou, à défaut, de découvrir de beaux sex-toys sous le sapin – mais, en plus, il va apprendre qu’elle fantasme sur lui (qu’est-ce qui lui a pris d’avouer qu’elle ne le repousserait pas s’il lui sautait dessus  ?). Sa carrière professionnelle est foutue, c’est sûr. Tout compte fait, Aly ne souhaite plus qu’une seule chose pour Noël  : un miracle.

L’avis de Laure :

Ecrire sa liste au Père Noel du bureau pour sa meilleure amie et l’envoyer par erreur à … son patron ! C’est par cette bourde que l’histoire d’Aly commence et la liste de Noël est aussi haute en couleurs que toute l’histoire. Evan Sanders n’est pas le patron cool avec qui Aly s’entend à merveille alors elle va vite tenter de supprimer le mail avant qu’il ne l’ouvre.

Evan, ah là là, Aly a beau ne pas apprécier le patron qu’il est, elle ne peut s’empêcher d’admirer l’homme. Canon évidemment. Peu à peu, leurs échanges vont se dérider jusqu’à ce que l’un comme l’autre aient osé des propos qui ne laissent aucun doute sur leurs intentions. Ils se plaisent, ils sont célibataires, ils sont consentants. Alors pourquoi pas ?! Caro M. Leene nous plonge en pleine tension sexuelle entre ses 2 personnages et ça marche, l’effet turn-over est garanti, on n’a aucune envie de poser le livre.

D’une gaffe à l’autre, on se régale de l’histoire d’Aly, du jeu de séduction qu’elle mène avec son patron mais on prend également grand plaisir à la lire en tant qu’employée modèle avec son petit côté Mère Noël qui s’est mise en tête d’offrir des événements de fin d’année inoubliables à ses collègues, les clients de l’entreprise ou les enfants des salariés. J’ai adoré la magie qu’Aly met dans ces très jolis événements.

Je me suis régalée jusqu’au bout avec la romance et ai apprécié comment l’auteure a su tout en finesse métamorphoser ce jeu de séduction en une histoire vouée à durer.

Ma notation :

Un régal ! Je n’hésiterai pas à relire l’auteure.

(roman lu en partenariat avec Netgalley)

Un soupçon d’imprévu, Tamara Balliana

Quatrième de couverture :

À 38 ans, Romy est épanouie dans son métier de pâtissière, mais elle rêve désormais de fonder une famille. Autour d’elle, toutes ses amies sont en couple et déjà mamans… Bien décidée à avoir un enfant envers et contre tout, la jeune femme envisage plusieurs solutions pour devenir mère, quitte à revoir ses idéaux.

Ce qu’elle n’avait pas prévu dans son plan ? Sa rencontre avec Alistair, un charmant maçon anglais de onze ans son cadet, qui ne lui cache pas que la différence d’âge est loin d’être un problème pour lui… Mais est-il prêt à être père ? Au-delà de leurs âges respectifs, le jeune homme est tout juste en train de construire sa vie professionnelle, alors que Romy est installée et heureuse. Pourra-t-elle mettre son projet de vie entre parenthèses pour ce qui n’est peut-être qu’une amourette ?

L’avis de Laure :

Quatrième roman de la série de Tamara Balliana au cœur du village fictif de Cadenel, j’ai tant aimé Quand l’amour s’en mail, L’amour est dans le chai et Je veux un homme qui…C’était bien sûr une évidence pour moi de continuer la découverte de la série. Et ça tombe bien, je me suis une fois de plus régalée d’autant qu’ici nos papilles nous font saliver et pas que par la romance !

Romy est pâtissière alors il est fort probable que cette lecture vous donne faim ! Si sa vie professionnelle est réussie, elle désespère de trouver un jour l’amour auquel elle aspire. Arrivée  à 38 ans, elle craint de ne jamais réussir à fonder la famille de ses rêves. Sa rencontre avec Alistair ne va pas forcément la rendre plus optimiste, le jeune anglais est justement bien trop jeune pour elle, aucune chance que ça ne marche !

Cette rencontre, parlons-en ! J’ai adoré le personnage d’Alistair et son franc parler. Vous savez ces petites pensées impudiques qu’on garde pour nous lorsqu’on salive sur le corps de quelqu’un ? Ces compliments-là, Alistair lui, il ne les garde pas privés. Et les « miches de la boulangère » lui faisant beaucoup d’effet, il n’en cachera rien à Romy ! Ce n’est même pas vraiment un plan drague, juste des compliments sincères. A lire, c’est hilarant, ça donne vraiment le smile et les dialogues que nous offre Tamara Balliana sont un pur régal entre une Romy écarlate et Alistair que cela amuse beaucoup.

Ce roman m’a énormément plu au-delà de l’aspect romance qui est hyper réussi, car nous allons saliver autant sur les gâteaux de Romy que sur le bel Alistair. C’est plus qu’une romance par la richesse des thèmes traités. L’écart d’âge dans ce sens là (la femme plus âgée) est toujours très critiqué et à travers Romy, Tamara Balliana nous montre que ce n’est pas si facile de se moquer du quand dira-t-on. Mais elle nous livre aussi des personnages avec leurs failles, qui devront s’ouvrir pour guérir et aller de l’avant. Et j’ai particulièrement apprécié lire le passé d’Alistair et le voir peu à peu se dévoiler. En conclusion, cette romance est très réussie et a été un vrai plaisir de lecture.

Ma notation :

Une romance très réussie, à lire sans hésiter.

(roman lu en partenariat avec Netgalley)

Joyeux Noël et laisse-moi tranquille, Eve Borelli

Quatrième de couverture :

Chez les Cabrera, la famille c’est sacré. Enfin, c’est ce que croyait Pia-Mia… jusqu’à ce qu’elle rentre en catastrophe au domaine familial après une rupture cruellement humiliante et découvre que son cher frère et sa sœur adorée ont loué sa maison à des vacanciers. Pire  : les traîtres ont embauché comme cuisinier son Victor. Le Victor qu’elle martyrisait dans la cour de l’école en lui volant ses goûters, celui qui est devenu son meilleur ami et qui lui tenait compagnie pendant ses insomnies. Celui à qui elle a tout dit, tout raconté, tout confié – sauf ses sentiments pour lui – et qui lui a brisé le cœur en sortant avec cette sorcière de Nelly. Mais tout ça, c’est de l’histoire ancienne  ; même si ces yeux pétillants et ce sourire insolent la mettent toujours dans tous ses états, Pia-Mia a bien retenu la leçon  : elle gardera ses distances. Il n’y a donc aucune raison que les choses dégénèrent…

L’avis de Laure :

C’est facile en cette saison d’ouvrir ce genre de livre, on s’y plonge sans difficulté et on passe toujours un moment qui apporte de l’humour, des sentiments ou une ambiance festive.

Pia-Mia commence d’ailleurs très fort ses festivités de Noël, déguisée en sexpin (je vous laisse visualiser..), elle pense faire une surprise à son homme. Mouais, en fait elle va finir par le larguer et retourner chez elle, auprès de son frère et sa sœur. C’est donc en famille qu’elle passera Noël mais pas que car son ex meilleur ami, Victor, dont elle a toujours été secrètement amoureuse ne va pas cesser de croiser sa route.

Nous voilà avec des éléments prometteurs pour une jolie petite histoire et pourtant je suis franchement restée sur ma faim. C’est sympa mais rien d’exceptionnel pour moi, d’ailleurs je n’ai pas trop accroché avec le style (truffé de #hastag censés être rigolos une fois par page mais pour moi c’était trop). Si j’ai apprécié les péripéties des personnages, je pense que le style m’a freinée et m’a donc empêchée de m’attacher à eux.

Il y avait pourtant des choses sympa comme le journal de Victor depuis qu’il est enfant et qu’il a rencontré Pia-Mia et qu’il y évoque les moments vécus avec elle. J’ai aussi aimé la panoplie de personnages, la sœur ultra rigide et super organisée, le frère volontairement rentre dedans, le neveu blasé, le couple âgé olé olé. L’ambiance de Noël au sein de cette famille était vraiment une chouette idée mais ça n’a pas totalement pris pour moi. Dommage. Peut être l’apprécierez vous plus que moi ?

Ma notation :

Une lecture facile et légère mais qui ne m’a pas tant passionnée. Je sais que je vais vite l’oublier.