Archives du mot-clé romance

Les hommes virils lisent de la romance, Lyssa Kay Adams

Quatrième de couverture :

Le mariage de Gavin Scott est un problème. La star du baseball des Nashville Legends a récemment découvert un secret humiliant : sa femme Thea a toujours fait semblant d’être le Big O. Sa réaction à cette révélation est la goutte d’eau qui fait déborder le vase dans leur relation déjà tendue. Thea demande le divorce, et Gavin se rend compte qu’il a laissé sa fierté et sa peur prendre le dessus.

Désemparé et désespéré, Gavin trouve de l’aide auprès d’une source improbable : un club de lecture romantique secret composé des meilleurs hommes alpha de Nashville.

L’avis d’Audrey :

Vous l’aurez remarqué, je ne suis pas une lectrice assidue de comédie romantique. Mais quand j’ai vu ce que ce roman mettait des hommes à l’honneur, faisant d’eux les personnages principaux de cette histoire, je me suis dit que cet angle différent pouvait être sympa. L’idée d’un club de lecture secret permettant à nos hommes de se réconcilier avec leurs compagnes déçues, quelle belle idée !

On fait alors la connaissance de Gavin, star du baseball, qui passe davantage de temps sur les terrains qu’en famille. C’est la douche froide pour lui lorsque Théa son épouse demande le divorce. C’est à coup de bière qu’il pense pouvoir se remonter le moral avec ses amis, mais ces derniers ont un autre plan pour lui. Gavin est invité à rejoindre leur club de lecture. Ce dernier pense d’abord à une blague avant de se voir mettre en mains un exemplaire d’une romance historique. Il est censé trouver dans ce roman les éléments lui permettant de reconquérir Théa.

Qu’est ce que j’ai détesté ces personnages ! Rien ne sonnait vrai, tous semblaient sortir d’une mauvaise série télé. Ils sont plein de clichés et surtout très très niais. J’imagine que l’auteure l’a fait volontairement ainsi, pour appuyer sur les défauts et faiblesses de chacun, mais franchement cela m’a vite ennuyée. L’histoire de Gavin est entrecoupée d’extraits du fameux roman censé lui apporter les clés du bonheur. J’avoue avoir vite zappé ces passages sans intérêt. J’ai détesté Liv, la sœur de Théa, totalement intrusive et mesquine. Les seuls personnages qui ont pu trouver grâce à mes yeux sont les filles du couple, deux petites puces attachantes.

J’ai commencé ma lecture en duo avec Mon jardin littéraire, qui a capitulé en cours de lecture, me laissant finir seule cette comédie. Mais on était bien d’accord toutes les deux sur la futilité de ce roman. Qui dit comédie romantique ne doit pas dire niaiserie, et c’est bien dommage ici.

Ma notation:

Une jolie déception. Mais soyez curieuses, et laissez vous tenter sans vous arrêter à mon avis qui reste personnel. Si vous aimez ce roman, d’autres tomes sont prévus.

Vous avez un email, Alyssa Cole

Quatrième de couverture :

Entre ses études scientifiques, son boulot de serveuse et son travail d’assistante en laboratoire, Naledi n’a pas le temps pour les affaires de coeur. Quant à répondre à la multitude d’e-mails qui prétendent qu’elle est fiancée depuis l’enfance à un prince africain… la blague ! À coup sûr, il s’agit de l’arnaque du siècle. Orpheline, Naledi a grandi en foyers d’accueil et a appris très tôt que, à part sur elle-même, elle ne pouvait compter sur rien ni personne. Alors ce ne sont sûrement pas ces messages ridicules qui la convaincront du contraire. Un jour, un nouveau serveur est embauché et devient son collègue et ami. Mais Naledi ignore que Jamal, sous une fausse identité, est en réalité ledit fiancé africain…

L’avis de Laure :

Je découvre Alyssa Cole avec cette romance qui m’a fait passer un super moment. On débute à New York pour finir dans un royaume fictif africain, c’est dépaysant, doux, généreux et les personnages m’ont beaucoup touchée.

Naledi, jeune New Yorkaise cumule travail dans un restaurant et études de science. Le jour où elle reçoit un mystérieux mail lui parlant de son fiancé, un prince africain, la jeune fille bien évidemment ne s’attarde pas une minute à ces messages qu’elle classe comme spams. Et pourtant, un jour, le sublime prince africain débarque dans le restaurant où elle travaille. Elle est immédiatement sous le charme mais se reprend vite, accueillant Jamal, le nouveau collègue qu’elle doit former pour servir avec elle les clients du restaurant.

Gros quiproquo que ledit Jamal, en réalité prince Thabiso, n’osera pas corriger. Les deux jeunes gens vont alors faire connaissance malgré ces fausses identités et leur relation va vite prendre un tournant assez fort. Alors, lorsque le château de cartes s’écroule, Naledi, trompée, est dans une colère monstre. Pourtant, elle suivra Thabiso au Thesolo où elle découvrira la vie de château, un pays inconnu mais aussi une famille dont elle ignorait l’existence.

J’ai adoré cette romance moderne, ce pays fictif qui fait rêver, les personnages sont profondément justes et attachants et puis, l’histoire d’amour fait bien évidemment rêver. Tous les ingrédients sont réunis pour un vrai bon moment de lecture et Alyssa Cole m’a entrainée dans une lecture addictive. Je n’hésiterai pas à la relire !

Ma notation :

Une bien jolie romance.

(Merci à Romane des éditions J’ai lu pour cette lecture)

Christmas Actually, Joana Boloury

Quatrième de couverture:

Quelques jours avant les fêtes de fin d’année, Nick perd son prestigieux emploi dans un cabinet d’avocats et se voit contraint d’accepter un travail de Père Noël. Il rencontre alors Alfie, un adorable petit garçon de cinq ans, qui souhaite pour Noël que sa mère, Sarah, soit de nouveau heureuse et cesse de pleurer son mari disparu trois ans auparavant. Attendri, Nick décide d’organiser un rendez-vous entre Sarah et son meilleur ami qui est célibataire, Matt. Mais alors que Sarah et Alfie prennent une place de plus en plus importante dans la vie de Nick, celui-ci se rend vite compte que le bonheur naissant de Sarah et de Matt pourrait bien lui briser le coeur…

L’avis d’Audrey :

Nick a besoin de travailler après avoir perdu son boulot d’avocat, et il est contraint d’accepter de jouer le Père Noël le temps des fêtes et il est loin d’être emballé par l’idée d’écouter des gamins lui lister leurs souhaits de cadeaux. A la fin d’une journée, il est surpris par le jeune Alfie, qui ne demande qu’une chose : que sa Maman soit enfin heureuse. Cette dernière arrive affolée à la recherche de son fils. Nick remarque tout de suite la beauté et l’élégance de Sarah. Il aurait pu l’inviter à sortir, mais c’est avec Matt, son colocataire et meilleur ami que Nick va arranger un rendez-vous. C’est le début alors d’un jeu d’amour bien particulier, entre quiproquo, attirance, retenue et non-dits.

On le comprend vite, Nick est attiré par Sarah, mais il ne peut pas trahir son ami. Alors il saura se faire discret, rester à sa place, tout en prenant une place assez importante dans la vie de Sarah et de son fils. J’ai beaucoup aimé que l’auteure donne les premiers rôles d’une telle comédie de Noël à des hommes. Le duo Nick/Matt est génial. J’admire leur complicité et la loyauté qu’ils ont l’un pour l’autre, de par les épreuves que chacun a pu vivre.

On se demande bien comment Nick a pu laisser filer Sarah ainsi. Mais pourquoi a-t-il laissé sa place à Matt? J’ai eu envie pendant ma lecture de lui souffler de se bouger, de ne pas attendre pour révéler ses sentiments. Mais les semaines et les mois passent, Nick devenant spectateur du couple heureux que forment Sarah et Matt. Et surtout, comment ne pas être attendri par Alfie, sa maturité et son espièglerie. Un sacré petit bonhomme!

Je me suis vite laissée embarquer dans cette histoire. Une comédie de noël plaisante, mêlant humour et émotion. On a le droit à certaines scènes autour de Nël, qu’on attend obligatoirement dans ce genre de roman (une patinoire, des cadeaux, un repas en famille…).

Ma notation :

Une comédie qui même si l’on présage de la fin dès les premières lignes, se lit avec plaisir et enchantement.

Laisse tomber la neige, Cécile Chomin

Quatrième de couverture :

Le jour où tout a commencé ? Celui où je me suis embourbée dans la neige, en pleine nuit, à 600 km de Paris, après avoir été plaquée devant l’autel. La Reine des neiges, c’était moi, version robe en lambeaux et pieds gelés. C’est là que j’ai cru voir un grizzly. Un plantigrade genre Chabal, debout sur ses pattes arrière et plein de poils, qui a rugi : « Qu’est-ce que vous faites sur ma propriété ? ». Hourra ! il y avait un habitant dans ce coin perdu. J’ai avisé la propriété : en fait, c’était un vieux chalet. Mais si je ne voulais pas mourir de froid, j’avais intérêt à convaincre l’autochtone de m’héberger pour la nuit…

L’héroïne trépidante de Cécile Chomin bondit de page en page, et passe par toutes les nuances de la drôlerie et des sentiments, jusqu’à trouver l’amour là où elle n’était vraiment pas venue le chercher.

L’avis de Laure :

Nouvelle lecture de Noël qui commence dans un gros quiproquo loufoque et qui s’achève dans la douceur, l’amour et la sérénité pour l’avenir. J’ai passé un très bon moment avec Laisse tomber la neige pour la transition que l’auteure va savoir nous amener au cours du roman.

Claire est en fuite. Le beau mariage qu’elle organisait vient de voler en éclats, pas de fiancé devant l’autel. Sur la suggestion de sa sœur, elle part s’isoler en montagne. Il n’était pas prévu que son sauveur soit un homme mi-ours, mi-grizzli, Hugo, qui n’a aucune envie de l’accueillir alors qu’il gère péniblement le deuil de sa mère.

Mais Claire est attachante et convaincante, c’est ici qu’elle veut se ressourcer et puisqu’elle y est, elle va proposer à Hugo de l’assister en reprenant en main le chalet familial qui accueille depuis plusieurs années des touristes. C’est donc en duo que nos personnages vont reprendre la suite de Jeannine, la mère d’Hugo. J’ai aimé ce sujet en trame de fond, l’organisation des lieux, la gestion de la communication, les menus pour les hôtes. Ambiance de Noël garantie.

Et puis, qui dit romance de Noël dit bien sûr personnages qui vont soigner leurs plaies. Aucun des deux n’a envisagé une histoire avec l’autre… Sauf qu’il y a cette satané attirance sexuelle à laquelle aucun des 2 n’a la force de résister. Alors, après tout, pourquoi de ne pas profiter ensemble de cette parenthèse ? C’est bien amené et ça marche, le lecteur succombe, la parenthèse est douce et bien agréable à lire. Et puis, les sujets plus profonds vont aussi arriver pour donner une dimension plus forte à l’histoire. Je n’ai donc pas boudé mon plaisir.

Ma notation :

Un délicieux moment de lecture.