Archives pour la catégorie Un livre : un avis

Funérailles molles, Fang Fang

Couverture Funérailles molles

Quatrième de couverture :

Sur les berges d’une rivière, une femme est découverte, le corps brisé, amnésique, sans passé et sans nom. Le Dr Wu la nomme Ding Zitao, la soigne et finit par l’épouser. De cette union naîtra un fils, Qinglin.
À la mort de son père, ce dernier, devenu homme d’affaires, offre à sa mère une retraite paisible dans une grande maison. Mais la vieille dame sombre dans une étrange apathie, et reviennent alors à son fils des détails auxquels il n’avait pas pris garde : son talent pour la broderie, sa connaissance des classiques… Folie ou réminiscences ?
Pour répondre à ces questions, Qinglin décide d’aller au-devant de son passé, dans cette Chine rurale qui se souvient encore… Et, à mesure qu’il déroule le fil de son histoire, c’est celle de son pays, de la Réforme agraire à la Révolution culturelle, dans ce qu’elle a de plus sombre, qui s’ouvre à lui.
Un roman puissant sur la transmission, la tentation de l’oubli et le devoir de mémoire.

L’avis de Laure :

Mauvais timing de lecture, j’ai enchaîné 2 romans se passant en Chine, un pays que je connais mal et qui n’est pas dans mes habitudes de lecture. De plus, j’appréhendais un peu cette lecture, de peur que la thématique traitée n’arrive pas à m’intéresser.

J’ai eu une agréable surprise pendant le premier quart de ma lecture, j’ai découvert une femme retrouvée au bord d’un fleuve et qui a perdu la mémoire. Elle sera appelée Ding Zitao et on va suivre la construction de sa nouvelle vie, sans souvenirs et sans repères. Le personnage me plaisait bien et j’avais envie de savoir ce qu’elle avait vécu.

Pourtant, par la suite j’ai déchanté, changement d’angle dans la narration, à travers le fils de Ding Zitao, l’auteure évoque tout autre chose et m’a perdue. Il est question de la réforme agraire chinoise, un sujet complexe dont j’ai compris les grandes lignes mais que j’ai trouvé mal expliqué pour nous, français, qui ignorons tout de l’histoire du pays. J’étais à ce point perdue que j’ai songé abandonner la lecture.

Pourtant je me suis accrochée et j’ai pu apprécié un nouveau passage du roman qui a su me plaire de nouveau. Avant de reperdre pied… On sait depuis le début avec cette histoire d’amnésie, que des révélations arriveront dans l’histoire. Mais je suis à moitié passée à côté car tout est complexe dans ce roman, de nombreux personnages aux prénoms qu’il nous est compliqué de mémoriser, des époques qui se mélangent et un final que j’ai déjà à moitié oublié justement parce que rien n’est assez clair. Et c’est dommage parce que j’ai bien ressenti que ce roman avait en lui une clé, quelque chose de fort à livrer. Mais trop peu clair pour moi, malheureusement.

Ma notation :

Une belle déception que cette lecture…

Juré Litté

Le chalet, Catherine Cooper

02A8750C-7ABD-4E55-8A01-A60B7AB8D63D

Quatrième de couverture :

1998. Deux frères, Will et Adam, emmènent leurs petites amies dans une station de ski huppée des Alpes. Un jour, au retour d‘une longue descente hors-piste, l’un d’eux manque à l’appel…
2020. Deux couples ont loué dans la même station un chalet de luxe. Quatre personnes liées, d’une façon ou d’une autre, au drame du passé. Dans l’ombre, quelqu’un connaît la vérité. Et attend son heure pour frapper…
Dans ces montagnes battues par la tempête, jamais « cold case » n’aura aussi bien porté son nom…

Ma notation:

Une station de ski dans les Alpes. 2 temporalités: 1998 et 2020. 3 partie pour nous raconter. 3 parties pour doucement relier un drame de 1998 à ceux qui sont en vacances dans un fabuleux chalet en 2020. Voilà ce qui pourrait résumer ce thriller.

A La Madière, en 1998, 2 frères partent skier par temps maussade, un seul reviendra. 2020, 4 amis louent un chalet de luxe dans la même station. Des rencontres, des drames, des secrets et des mensonges. Dans une ambiance glaçante, froide comme l’atmosphère extérieure, on découvre des personnages particulièrement antipathiques et on se demande bien ce qui peut bien les lier au drame du passé. L’histoire est raconté sous plusieurs points de vue, montrant à quel point les apparences peuvent être trompeuses.

Minutieusement, sans oublier de nous tromper, l’auteure nous révèle alors les vérités. La vengeance sera glaciale.

J’ai beaucoup aimé ce roman, dans lequel le suspens monte doucement pour finir en apothéose. L’opposition entre le cadre idyllique du séjour et les situations sinistres vécues par nos personnages est juste parfaite. Une fois commencé, ce thriller psychologique nous installe dans un petit Cocoon machiavélique et angoissant. A lire lors de vos longues soirées d’hiver.

archipel

(Merci à Mylène  pour la lecture)

Tout en haut de ma liste, Emily Blaine

016

Quatrième de couverture :

Six destinées, trois rencontres, des kilos de neige et des montagnes d’amour : découvrez le nouveau roman choral d’Emily Blaine !

Jefferson est paumé. Depuis qu’il a arrêté ses études, il ne sait pas ce qu’il veut faire de sa vie. Au point d’accepter de participer à cette étude sociologique bizarre que lui propose sa sœur. Mais, quand il rencontre Alana, le deuxième cobaye, il comprend qu’il ne sera plus jamais perdu.
Olivia est coincée. Pour attirer l’attention de celui qu’elle aime depuis le lycée, elle s’est enterrée sous les mensonges. Désormais, elle doit présenter à ses parents son petit ami imaginaire, Callum. Callum existe… sauf que Callum est juste un ami. Un ami sympa au point de jouer le rôle d’un fiancé ?
Mason étouffe. Malgré sa célébrité, il se sent plus seul que jamais et ne sait plus qui il est vraiment. Alors, quand il découvre une petite annonce qui propose de retaper un vieux chalet en échange du gîte et du couvert, il fonce. Son hôtesse Stella aura bien le temps de se rendre compte qu’il a légèrement surestimé ses compétences en bricolage…

L’avis de Laure :

Avec Emily Blaine, je sais que je pars dans une romance valeur sûre donc, en débutant cette lecture, comme souvent, je n’ai pas cherché à en lire le résumé d’abord.

J’ai donc eu l’agréable surprise de découvrir au cours de ma lecture que dans ce roman nous ne suivons pas une, ni deux mais bien 3 romances ! 3 couples, 3 femmes qui sont amies dans la vie et qui vont au même moment voir leur destinée amoureuse évoluer. Et franchement, je me suis régalée car les 3 histoires sont toutes très belles, ce sont des romances fortes qui mettent des papillons dans le ventre.

Pour Olivia, ce sera une énorme surprise pour elle qui est déterminée à rendre jaloux l’homme qu’elle convoite depuis toute jeune, qu’elle n’a peut être pas bien visé. Lorsque son meilleur ami, Callum, accepte de se faire passer pour son petit ami, on se rend bien compte que le plan de départ va vite être oublié et heureusement !

Pour Alana et Jefferson, je me suis beaucoup amusée de la rencontre, orchestrée par la sœur de Jefferson qui va leur faire répondre à une série de questions pour son mémoire. Très vite, ça tourne court et les 2 jeunes gens ont hâte de se découvrir par d’autres questions mais … dans l’intimité aussi ! Il y a une tension sexuelle entre ces deux-là qu’on adore lire.

Et pour Mason, star du cinéma qui se met au vert, l’amour n’était pas non plus prévu au programme. Pourtant, la simplicité de Stella va lui faire vivre une vie normale que la célébrité lui a fait oublier et … les sentiments seront très vite aussi de la partie.

Trois romances franchement réussies dont on aurait tort de se priver !

Ma notation :

J’ai adoré !!

Une vie pour la mienne, Laurent Grima

une vie pour la mienne

Quatrième de couverture :

Mathias, un jeune trentenaire sans histoire ni ambition se sent totalement inapte au bonheur. Perdu dans une ville triste et froide, il traîne comme un boulet un drame survenu quinze ans plus tôt et devenu depuis un lourd secret de famille.

Sa seule distraction reste la pratique du jogging à laquelle il s’adonne quotidiennement. Mais à la suite de l’une de ses sorties, Mathias rencontre un homme étrange qui le place devant un terrible marché : s’il ne trouve personne pour le remplacer d’ici-là, il mourra dans cent jours ! Sa quête désespérée va l’amener à la rencontre de lui-même, de ses démons… mais aussi de ses désirs.

L’avis d’Audrey :

Ce roman est venu à moi sur les conseils de Marceline Bordier. Elle m’en a parlé avec tant de conviction, que j’ai voulu être curieuse en me laissant tenter par la lecture de ce roman. Et j’ai eu raison. Ce roman m’a touchée, ses personnages sont terriblement attachants et marquants.

Matthias, est mort, ou plutôt aurait du mourir d’une façon toute bête en faisant son jogging. Il échappe à cette sentence en échangeant avec un homme mystérieux. Matthias a alors 100 jours pour désigner celui qui mourra à sa place. Un choix, une décision qu’on imagine difficile. Comment désigner quelqu’un? Qui est-il pour choisir? Et surtout, Matthias ne voit personne autour de lui qui mérite ce sort.

On en découvre davantage au fil des chapitres sur le quotidien de Matthias : auprès de sa mère, de son collègue et ami (qui galère un peu niveau sentimental) ou encore de son boulot de mécanicien qui est loin de l’épanouir. Des souvenirs en flashbacks nous permettent rapidement de comprendre l’événement qui a complétement fracassé la vie de Matthias il y a de cela 15 ans. Alors quand sa quête l’amène sur le chemin de Jeanne, Matthias risque bien d’être chamboulé par cette rencontre.

Et s’il était temps de faire la paix avec lui même? S’il était temps de pardonner au passé et de se laisser une chance d’être heureux et serein?

J’ai vraiment apprécié la plume de Laurent Grima, toute en sensibilité et authenticité. Il nous livre des personnages vrais et sincères, prêts à livrer leurs émotions. Il y a des romans, qui comme des rencontres vous font vous sentir mieux, vous apaisent. Ce texte est de ceux-la.

J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture et je remercie l’auteur pour sa confiance en m’ayant confié son roman avec un peu d’avance sur la parution.

Le palanquin des larmes, Chow Ching Lie

003

Quatrième de couverture :

 » Je suis née dans la Chine de la misère et des larmes. Petite fille, j’ai souffert et pleuré de bonne heure. J’étais jolie : ce n’est pas un mérite, ce fut une malédiction. Laide et difforme, je n’aurais sans doute pas été mariée de force à l’âge de treize ans « . Choisie pour son exceptionnelle beauté, Chow Ching Lie est contrainte d’épouser l’héritier d’une des plus grosses fortunes de Shanghaï. Elle incarne ainsi, sous le règne de Mao Tsé-Toung, le drame de la femme chinoise et de son asservissement séculaire.
D’un bouleversement à l’autre, Chow Ching Lie est donc soumise à rude épreuve. Heureusement, son don pour la musique la sauve. Envers et contre tout, elle poursuit ses cours de piano et entre au Conservatoire. Artiste et virtuose, elle voit alors s’ouvrir à elle une carrière internationale.

L’avis de Laure :

Lorsque j’ai reçu ce livre en début d’année, je me suis dit pourquoi pas mais ce n’est pas un titre que j’aurais choisi de moi-même. Et très honnêtement, si ma collègue Torah ne l’avait pas fait sortir de ma PAL, il y attendrait encore pour un bout de temps…

Ce roman est en fait l’histoire personnelle de l’auteure, Chow Ching Lie qui se fera appeler Julie dans sa vie en France. A travers sa vie, son enfance, sa vie de femme mariée, de musicienne, on découvre un pan complet de l’histoire de son pays, la Chine, à une époque où le pays va connaitre de profondes modifications.

Culturellement, la Chine est vraiment à l’opposé de la société que nous connaissons en Europe, j’ai donc trouvé très instructif de découvre les grandes différences avec la société chinoise. Les femmes chinoises notamment n’ont pas une vie bien douce. Ching Lie sera mariée extrêmement jeune, à 13 ans pour devenir veuve à 26 ans. Je ne lui envie pas sa destinée avec toutes les injonctions que sont celles de la société chinoise. Lors de son mariage notamment, elle change de famille, perdant quasiment sa propre famille. Pire, elle devient asservie à sa belle famille au sens large.

Pourtant, Ching Lie a eu la chance de naitre et de se marier dans une famille aisée. Je n’ose imaginer alors ce que serait le récit de vie d’une chinoise pauvre… Sur le plan romanesque, ce roman n’est pas celui qui me sera mémorable mais j’ai vraiment trouvé instructif tout ce que j’ai pu apprendre de la Chine et des chinois à travers cette lecture.

Ma notation :

Une lecture instructive mais pas mémorable.