Archives du mot-clé famille

Ses derniers mots, Linda Green

429545DB-06D7-4C2A-B971-AB2A725088B0

Quatrième de couverture :

Sur son lit de mort, Nana fait une confidence étrange à sa petite-fille Nicola : elle lui demande de veiller sur ses bébés au fond du jardin…
Irène, la mère de Nicola, soutient que la mourante avait certainement perdu la raison au moment de son dernier souffle, mais semble très perturbée par cette révélation. Elle somme même sa fille de se taire pour le bien de tous. Tandis que les proches pleurent la disparue, la petite Maisie, en jouant, fait une macabre découverte dans le jardin : un minuscule os… humain ? Voilà qui jette le trouble.
Pour Nicola commence alors une enquête difficile et éprouvante sur sa propre famille.

L’avis d’Audrey :

Quand un ou des secrets de famille refont surface, notre présent peut-être entièrement bouleversé. Nicola va s’en rendre compte, quand au décès de sa grand-mère, cette dernière lui demande avant de mourir, de veiller sur ses bébés au fond du jardin. Cette dernière phrase va hanter Nicola: que voulait dire la vielle dame? Parlait-elle des statues de fées qui ornent le jardin? Alors quand Maisy, sa fille trouve un os qui semble humain dans ce jardin, tout s’accélère.

Nicola veut savoir, elle a besoin de comprendre, quitte à se fâcher avec sa propre mère, qui entretenait une relation assez froide avec la défunte. Sait-elle quelque chose? Quel secret cache-t-elle?

Pour nous aider à comprendre, l’auteur nous livre des lettres anciennes et des souvenirs d’une jeune femme. Ces flashbacks permettant de comprendre mieux le passé et de savoir à qui sont ces bébés. Mais n’en apprenons nous pas trop justement? Réduisant l’effet de surprise qu’aurait pu amener l’histoire.

Un roman à l’ambiance malsaine et sinistre avec cette lignée de femmes, qui toutes ont vécues des drames différents et terriblement éprouvants. Des femmes fortes et pleine de résilience, marquées par la dureté de la vie, préférant oublier et mettre de côté l’enfer vécu. J’ai trouvé cela très fort et poignant.

Et si par Nicola, la malédiction inconsciente qui touche cette famille prenait fin?

Ma notation:

Un secret peut en cacher un autre, Céline Colle

A2C5D568-844F-41E1-B448-C84F7EB92B07

Quatrième de couverture :

Anna, journaliste et jeune maman, doit faire face, depuis l’arrivée de sa fille Salomé, à de pénibles insomnies et de terribles angoisses matinales. Alors qu’elle décide de se tourner vers des méthodes alternatives, elle réalise que la naissance de son enfant a réveillé en elle une mémoire qui ne lui appartient pas : un non-dit, un souvenir enfoui par quelques ancêtres, reçu en héritage.

Se heurtant au silence des siens, elle n’hésitera pas à se lancer dans une investigation peu commune, teintée de chamanisme, de mémoire cellulaire ou encore de psychogénéalogie. Poussée par la curiosité, Anna n’aura de cesse de chercher la vérité sans se douter que, parfois, un secret peut en cacher un autre…

L’avis d’Audrey :

L’histoire de deux femmes, d’une famille, d’une lignée. Et si les blessures et mensonges du passé avaient un impact sur nos vies présentes ?

2018, Anna est une femme épanouie, une jeune maman comblée et pourtant ses nuits sont un cauchemar. Quelque chose la hante, quelque chose l’empêche d’aller bien. C’est en se rapprochant d’un Chamane, qu’elle trouvera la clé pour se libérer. Ou plutôt pour libérer les secrets du passé.

1943, Gloria est une petite fille. Son père est mort, et elle voit sa mère se noyer dans l’alcool. Gloria grandit trop vite, elle veille sur tout et sur tous. Le désespoir pourra l’envahir, et pourtant elle sait se montrer forte. Un vrai roc, un caractère bien trempé qu’elle gardera en grandissant, malgré les épreuves de la vie.

Anna commence ses séances pour se ressourcer, et ses voyages chamaniques vont l’amener sur les pistes de la transmission familiale. Et si l’origine de ses troubles venait des femmes de sa famille ? Tous les signes l’amènent à sa grand-mère, Gloria. Une femme taiseuse et dont finalement elle sait peu de choses.

Ce roman, c’est une jolie quête initiatique que vit notre héroïne. Si vous vous intéressez à l’épigénitisme, aux transmissions générationnelles, ce roman est pour vous. Avec douceur et bienveillance, Céline Colle nous montre la façon dont les douleurs du passé peuvent se transmettre aux générations suivantes. Que même sans connaître l’existence d’un événement douloureux dans le passé familial, celui ci s’inscrit dans nos propres histoires. Le choix des prénoms, d’un métier, nos chemins de vies et nos caractères ne sont pas anodins. La quête d’Anna montre bien comme partir à la rencontre de nos ascendants peut permettre de redonner un nouvel élan à notre vie.

Ma notation:

Un livre passionnant et passionné. J’ai beaucoup aimé ce roman.

Jouvence

Le drôle de Noël qui a changé ma vie, Marilyse Trécourt

B75B4545-7582-432F-B56E-E49267E4F99A

Quatrième de couverture :

Alors que le mois de décembre vient de commencer, la nostalgie assaille Lina. Elle pense à sa mère décédée, à la promesse qu’elle lui a faite d’être heureuse avant ses 35 ans. Où en est Lina aujourd’hui ? Elle a 34 ans. Elle travaille jour et nuit dans le restaurant de son père, son amoureux lui répète qu’elle n’est pas à la hauteur de ses exigences et son gynéco lui a conseillé de faire congeler ses ovocytes. Bref, pas de quoi pavoiser. Un matin pas comme les autres, Lina s’aventure dans la cour de la maison au mimosa, propriété qui l’a toujours intriguée et dont la grille est ouverte. Quand une vieille femme apparaît sur le perron et la tance vertement à propos de son retard, Lina ne la détrompe pas. En endossant le rôle usurpé d’auxiliaire de vie, elle ne se doute pas que le cours de sa vie est sur le point de basculer.

L’avis d’Audrey :

Il n’est jamais trop tôt pour se mettre dans l’ambiance de Noël non ? On inaugure alors sur le blog le début de nos lectures de  Noël avec ce roman de Marilyse Trécourt.

262 pages de douceur et de sourire, que l’on passe en compagnie de 3 personnages auxquels on ne peut que s’attacher.  Lina est une jeune femme peu sûre d’elle, elle n’ose pas dire non à son père avec qui elle travaille dans un restaurant, elle cède tout à son compagnon. Mais un jour de décembre il est temps de dire Stop, même si elle le regrette bien vite. Une décision qui va l’amener malgré elle, à devenir Nanny pour Philippine, une octogénaire au caractère bien trempée sur qui veille Hugo, son facteur.

Rien n’est simple pour Lina, pour qui tout s’enchaine. Notre trio va vivre de bien curieuses expériences. L’aventure est ponctuée d’humour et de tendresse, et l’on sait que tout va bien se passer pour eux (enfin on l’espère) mais on a envie de connaître les chemins qu’ils vont devoir prendre pour arriver à l’apaisement. Un roman d’amitié, d’amour, de famille. Un roman sur la bienveillance, le pardon, l’acceptation. Un roman sur le bonheur tout simplement.

Ce roman de Noël, c’est l’occasion pour l’auteure de mettre en lumière les thèmes qui lui sont chers. La confiance en soi, le courage, la réalisation de ses rêves et envies. A travers Lina et Philippine, elle nous oblige à nous interroger sur nos propres désirs. Et si on écrivait une lettre au père-Noël, là, maintenant, tout de suite : Que lui demanderions nous? Qu’est ce qui nous bloque ou nous empêche d’être ce qu’on veut?

eyrolles

(Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture)

Contre vents et secrets, Cynthia Kafka

qc1ekSTSTmvuGVeJrHQ

Quatrième de couverture :

Charlène, 35 ans, sort d’un divorce qui l’a ébranlée. Contrainte de vivre chez ses parents, avec qui elle entretient des rapports conflictuels, elle choisit de fuir au plus vite en s’inventant un contrat professionnel sur une petite île bretonne : l’écriture d’un ouvrage sur les habitants de Broavel.
Cette décision n’est pas le fruit du hasard : Charlène vient de découvrir, dans une mystérieuse lettre, que sa mère y a vécu juste avant sa naissance. Cet exil, pense-t-elle, pourrait également lui permettre de faire le point sur son existence.

L’avis d’Audrey :

Comment ne pas aimer Charlène dès les premières lignes de cette histoire. Petit bout de femme fragile et peu sûre d’elle. Son couple a explosé, après des années de tentatives pour avoir un bébé. Elle se retrouve à devoir retourner vivre chez ses parents, une perspective peu réjouissante. Une découverte inattendue va l’amener à fuir vers une île bretonne. Sur place, l’accueil est plus que sympathique et elle ne se doute pas des secrets qu’elle va dévoiler.

Charlène (tout comme Rose, l’an passé dans Je suis venue te dire)  m’a prise par la main pour un moment d’émotion intense et vif. Charlène pourrait être moi, je me suis reconnue en elle dans sa façon de douter, dans sa façon de s’excuser sans cesse. Puis comment ne pas compatir avec toutes les épreuves qu’elle a du endurer, le manque d’enfant, le corps qui ne veut pas faire d’elle une mère.

Sur cette île bretonne, elle saura trouver du réconfort parmi ses habitants. Aux oisillons, la maison où elle va loger, les rencontres se succèdent, et permettront petit à petit de lever le voile sur les questions qu’elle se pose, mais lui permettront surtout de se libérer, de s’émanciper de toutes les souffrances qui la hantent.

Elle en a de la chance Charlène, d’avoir croisé la route de gens si bienveillants et attachants, qui vont tous à leur manière lui permettre de prendre un nouvel élan dans sa vie. Des âmes pures, des mains tendues, des sourires, des présences, comme un phare dans sa nuit torturée. Et enfin, revoir la lumière.

En refermant ce roman, je n’avais qu’une envie, tout plaquer pour quelques jours, et aller poser ma valise sur une île bretonne. Chiche ?

archipel

(Merci à Mylène des éditions L’Archipel pour cett lecture)

Mon frère chasse les dinosaures, Giacomo Mazzarol

ARnCGIBeT2WG3JsmQPPYOQ

Quatrième de couverture :

La fraternité à toute épreuve Vous avez cinq ans, deux soeurs et vous rêvez d’un petit frère avec qui jouer à des jeux de garçon. Un soir, vos parents vous annoncent que vous allez avoir un frère et qu’il sera un peu spécial. Vous êtes aux anges. Vous lui choisissez même un nom : John. Puis il naît, et petit à petit, on comprend que oui, il est différent des autres. Vous finissez par découvrir le mot Down, et votre enthousiasme se transforme en rejet, voire en honte.

L’avis d’Audrey :

Giacomo est un petit garçon, entouré de deux sœurs. Un jour, en voiture, le père s’arrête au milieu de nulle part et la maman annonce : « 2 partout ». Les enfants ne comprennent pas tout de suite, mais l’évidence est vite là, un nouveau garçon va agrandir la famille. C’est un moment de joie pour Giacomo. Il s’imagine déjà jouer avec lui, lui apprendre à grandir, et rêve de la complicité qui va les lier. Puis quelques semaines plus tard, nouvel arrêt en voiture, ses parents annoncent que ce petit bébé sera spécial. Giacomo est davantage ravi :  son petit frère sera une sorte de super héros !

Ce qu’il a de spécial Giovanni, c’est un chromosome en plus. Il est atteint du syndrome de Down. Sous les regard de Giacomo, on va le voir grandir, évoluer à sa manière, à son rythme. On va suivre cette famille, aimante et bienveillante et les liens qui vont se créer entre les deux frères. Mais en grandissant, les regards et les jugements qui peuvent se poser sur Giovanni, vont gêner Giacomo.  Au lycée, il craint les moqueries et il en vient à vouloir cacher ce frère, non sans culpabilité.

On peut-être assez surpris au départ par le ton qu’utilise l’auteur. Il y a beaucoup de légèreté et d’humour pour parler de la différence. Les conversations sont par moments assez fantasques dans cette famille. Puis on comprend, qu’après tout la particularité de Gio n’est qu’un détail et ne mérite surtout pas d’en parler avec gravité.

Un texte très simple, pour parler d’un sujet pas banal. Un roman qui a le talent de faire sourire, d’étonner et d’émouvoir à la fois.

Ma notation:

Un roman, inspiré de la vie de l’auteur qui ne pourra que vous émouvoir. Une bien belle parenthèse littéraire douce et intelligente.

20minutes-blue-1000

(Merci à Stéphane de chez 20 minutes pour cette lecture)