Archives du mot-clé enquête

Rouge tango/Vert samba, Charles Aubert

HovEn2jhRjyZtLlb1hHQcw

Quatrième de couverture :

Niels a quitté la ville pour s’établir dans le Sud sauvage. Autour de lui, le calme des grands espaces, et un petit nombre d’amis très proches: une bulle à l’écart de tout. Il a pêché le saumon en Alaska, le brochet dans les lacs du Connemara. De sa passion, Niels a fait son métier.

L’avis d’Audrey :

L’an dernier, dans le cadre du prix Nouvelles voix du polar je faisais connaissance avec Niels, avec Bleu Calypso. J’avais aimé ce personnage solitaire et mystérieux. Je l’ai retrouvé avec grand plaisir dans les deux romans où l’on continue de suivre ses aventures.

Dans Rouge Tango, on le trouve dans sa cabane de pécheur, avec son voisin Bob, et Lizzie, devenue contre toute attente, sa compagne. Tout pourrait aller pour le mieux, mais Malik, une jeune recrue de la police disparait. Spécialiste de l’informatique, impossible de mettre la main sur ses données, PC et clé USB. On comprend vite que sa disparition est liée à une enquête sur laquelle il travaillait. Niels est donc aux abois pour retrouver Malik, et voilà que son père (qu’il n’a plus vu depuis trop longtemps) débarque dans sa vie. Une enquête et une quête personnelle, brillamment racontées. J’ai aimé retrouver ses personnages et j’ai passé un bon moment avec ce thriller.

J’ai laissé décanter cette histoire quelques semaines, avant de découvrir le 3ème volet: Vert Samba. On ne change pas une équipe qui gagne, et on déambule dans ces lieux que l’on connait au coeur du pays de Thau et l’on se passionnerait presque pour les leurres que vend Niels. Cette fois ci, deux hommes sont retrouvés morts. Seul point commun: un tatouage sur le bras. Comme dans les précédents romans, les déboires personnels de nos personnages sont mis en lumière. Passé douloureux, remise en question, relations amoureuses. On assiste à l’évolution de nos personnages. On commence à mieux connaitre Niels, à mieux le comprendre même s’il ne baisse pas la garde et garde sa part de mystère.

Avec les romans de Charles Aubert, on est loin du tumulte des grandes villes. Pas de poursuite en voiture dans les rues parisiennes, pas d’interrogatoire musclé (quoique…). Tout est plus doux, plus lent, au contact de la nature et de l’humain. Et pourtant on ne s’ennuie pas avec ces lectures. Il sait maitriser le suspense et nous livre de jolis rebondissements.

Ma notation:

Passionnée par le personnage de Niels. Un homme taiseux et qui a tant de choses à dévoiler encore. Vite la suite!

Sorrow, Damien Galland

IMG_4893

Quatrième de couverture :

Une famille unie, nageant dans le bonheur. Une doctoresse épanouie, comblée par sa passion de venir en aide aux autres. Une barmaid pleine d’énergie et de joie. Leurs vies bien rangées vont être chamboulées par les âmes noires d’un gang maléfique. Des actes violents vont les marquer dans leurs chairs, les plongeant dans un profond chagrin. Les destins des victimes vont s’entremêler au hasard des rencontres. Comment ces trois âmes perdues vont-elles trouver la force d’avancer, de passer à l’acte, avec pour seule arme la vengeance ? Vont-ils parvenir à mener à bien la mission qu’ils se sont fixée ?

L’avis d’Audrey :

Vous le savez, avec Laure, même si on a nos auteur(e)s chouchous que l’on prend plaisir à suivre et que l’on apprécie la la ligne éditoriale de plusieurs maisons d’éditions, on aime aussi découvrir de nouveaux auteurs, qui se sont lancés en autoédition. C’est le cas ici avec Damien Galland, qui a diffusé en début d’année son thriller Sorrow. J’étais curieuse de lire le roman d’un presque voisin, puisque l’auteur habite dans le même village que moi.

Tout commence par une soirée familiale des plus normales pour Marc, son épouse et sa fille. On est au cœur de l’été 2019, à Nancy. A la sortie d’un restaurant, après une balade agréable, la famille est attaquée par un homme à capuche noire. Des secondes qui durent une éternité, la peur d’une petite fille, l’angoisse et le bruit d’une détonation. La vie de Marc vole en éclat. Sa fille et sa femme ne se relèveront pas. Elles sont mortes. Le voilà seul, à vivre avec ce manque, cette douleur et cette vive colère.

Le roman va mêler deux narrations à une année d’intervalle. 2019, avec la drame de Marc : on va le voir vivre la perte des siens, reprendre son travail, pester sur l’enquête qui n’avance pas, échanger avec une psychologue, … Puis 2020, avec un premier chapitre où l’on rencontre Claire et Thomas de la police de Metz appelés dans un bâtiment d’une zone industrielle. Ils vont évoluer dans un lieu lugubre (où l’odeur pestilentielle décrite par l’auteure traverse presque les pages du roman tant ses descriptions sont réalistes) pour y dénicher un cadavre. Un premier cadavre, puis rapidement un second apparait, un troisième et minutieusement Claire et ses collègues vont trouver les liens dans ces affaires.

J’ai rapidement accroché avec cette histoire. Marc apparait comme un personnage meurtri, qui survit par la colère et la rage qui l’habitent. J’étais surprise de le voir reprendre si rapidement le travail. Bien d’autres auraient sombré à sa place. Mais lui reste debout. J’ai apprécié que les lieux du roman me soient familiers. C’est toujours plaisant de déambuler avec des personnages dans des endroits que l’on connait bien. Entre Nancy et Metz, mais surtout plus proche de moi, Bitche et sa citadelle ou encore la forêt de mon village.

Le récit est très prenant. Il n’y a pas de longueurs, de passages inutiles. J’ai rapidement compris le lien entre les affaires et la raison de cette narration sur deux années. Mais cela ne gâche pas la lecture, car ce qui reste intéressant dans ce roman c’est de voir jusqu’où peut mener le besoin de vengeance. Comme l’auteur le dit lui même en prologue :

Votre colère prendra le dessus, elle vous possédera, elle vous étouffera. Vous deviendrez un monstre, puissant, guidé par la soif de vengeance.

C’est donc l’itinéraire de cette vengeance que l’on va vivre, avec toute la violence qui s’impose. Par moments le roman est dur, un peu trop brut pour moi. Mais le final laisse entrer un peu de lumière et j’ai refermé ce roman un peu plus apaisée qu’au fil de ma lecture.

Ma notation:

Un premier roman réussi, et je souhaite vivement à l’auteur de trouver ses lecteurs.

Heresix, Nicolas Feuz

IMG_4823

Quatrième de couverture :

La nef de l’église de Saint-Thibéry n’a jamais été aussi pleine, les policiers de l’Hérault enterrent l’une des leurs. La cérémonie est interrompue par une étrange procession, six hommes énucléés et à la file indienne, un mot gravé sur le torse en lettres de sang : HERESIX.

Au Cap-d’Agde, la petite Maeva Tolzan disparaît.
Dans un train privatisé filant dans la nuit entre Béziers et Narbonne, Alexia fête ses 18 ans en compagnie du garçon qu’elle aime, mais les choses ne vont pas se passer comme elle le rêvait.
Deux enquêtrices chevronnées tentent de recoller les morceaux de ce puzzle.

L’avis d’Audrey :

Un thriller qui mèle l’histoire de France, pour nous transporter en terre Cathares. Pas vraiment le genre de roman que j’aime lire en tant normal. Mais l’an passé, j’avais tellement aimé Horrora Borealis, que je ne risquais pas grand chose à découvrir ce roman de Nicolas Feuz.

Les premiers chapitres m’ont un peu perdue. De nombreux personnages, sans que je n’arrive à comprendre les liens entre eux. Des situations assez violentes et crues. Quelques malfrats sont retrouvés morts, une petite fille disparait d’un camping, une boite de nuit détruite par un incendie. La Police ne semble pas mieux comprendre que moi ce qui lie les faits et les personnages. C’est au coeur de la région montpelliéraine, entre plages du cap d’adge et villes alentours que se déroule l’intrigue du roman. Beaucoup de drogue, de sexe, de magouilles et de drames. L’auteur nous glisse de nombreux chapitres racontant l’histoire cathare, faisant le parallèle avec l’intrigue du roman.

Un roman assez déstabilisant au début, jusqu’à ce que l’on puisse comprendre où cela nous mène. Et même lorsque l’on croit tout savoir, Nicolas Feuz nous surprend avec de nouvelles révélations. Un roman réussi, très addictif, même si pour moi, les thèmes traités ne sont pas assez soutenables à lire. Certaines scènes sont assez dures à lire, et l’auteur nous livre des personnages infects et détestables.

Ma notation:

Un thriller obscur, presque lugubre, que l’on se surprend à apprécier malgré la noirceur des thèmes. Mon 2e roman de l’auteur, il va falloir que je me penche sur le reste de son travail.

20minutes-blue-1000

(Merci à Stéphane de chez 20 minutes pour la lecture)

Minuit ! New York, Mark Miller

005

Quatrième de couverture :

À Paris, Lorraine travaille dans une agence de publicité. Des années plus tôt, elle a perdu son père, célèbre galeriste abattu dans une rue de Manhattan. elle est harcelée par un mystérieux personnage qui prétend être l’assassin.

À New York, un artiste, Léo, sort de prison. Il a peint et vendu de fausses toiles de maîtres. un riche collectionneur qu’il a arnaqué se met sur sa route.

Lorsqu’ils se rencontrent dans Central Park, Lorraine et Léo ignorent que leurs destins sont liés depuis longtemps. Et que leur amour est aussi inévitable que condamné.

Oui, mais voilà : un seul choix peut changer votre vie !

L’avis de Laure :

XO publie le roman d’un auteur anonyme, Mark Miller mais qui est-il ? Personne ne le sait et on a bien évidemment la curiosité de percer le mystère. Pour ma part, ce roman m’a vraiment fait penser aux romans de Guillaume Musso d’il y a quelques années entre suspense, histoire d’amour et début de thriller. Et il y a plein de thématiques communes, New York, l’art…

Mais finalement peut importe qui est l’auteur, c’est bien l’histoire qui nous intéresse et pour ma part elle m’a totalement emportée. D’abord par ses personnages auxquels je me suis immédiatement attachée : Lorraine, parisienne qui est mystérieusement menacée d’être tuée comme son père l’a été il y a bien des années et Léo, faussaire qui sort de prison bien déterminé à tourner la page.

Ces deux là vont se rencontrer suite à une vente aux enchères où Lorraine achète un tableau à plusieurs millions de dollars. En sortant de la salle, Léo remarque qu’elle est suivie et va la sauver de son agresseur. Ils se revoient et quelque chose d’évident nait entre eux. Mais tous deux vont être menacés par un présent qui ne va pas leur simplifier la vie. Lorraine par ce mystérieux agresseur qui la harcèle de Paris à New York et Léo par une nouvelle qui lui parvient de la prison et qui va mettre un coup d’arrêt à sa vie.

Ce roman m’a plu car il est parfaitement équilibré entre l’histoire d’amour de nos héros, une histoire semée d’embûches qui la rend déjà addictive. Et puis, l’enquête dans laquelle il vont se lancer nous entraine sans aucun temps mort et chaque page nous donne envie d’en savoir plus. Tout est plaisant dans cette lecture, la galerie de personnages secondaires atypique et originaux, les dialogues donnent le sourire, la thématique de l’art est agréablement traitée et les révélations finales sont parfaitement amenées et pleines de surprises. Alors, je ne sais toujours pas qui est Mark Miller mais il livre là un roman réussi pour une lecture qui va sûrement vous charmer autant que moi.

Ma notation :

Un premier roman (ou pas ?) totalement maitrisé. S’il rappelle d’autres romans du genre, il n’en est pas moins réussi.

xo-editions

(Merci à Marine de XO Editions pour cette lecture)

Le disparu de Nantucket, Laure Rollier

Fhqf1ZYrR0OrfGtjuvw0+A

Quatrième de couverture :

Sur l’île de Nantucket au large de la côte Est américaine, la vie d’un restaurant français bascule dans l’angoisse le jour où le mari de la gérante Alix disparaît mystérieusement… Le passé de cette dernière va refaire surface mystérieusement tandis qu’une enquête de police traque impitiyablement son passé…

Alix, restauratrice franco-américaine installée avec sa famille sur l’île de Nantucket, voit sa vie bouleversée le jour où son mari, David, se volatilise dans la nature. Maxime, flic bordelais à la dérive, peine à se remettre de la mort brutale de son frère. Lorsque la police américaine retrouve le véhicule abandonné de David, elle découvre également à l’intérieur de celui-ci des traces d’ADN appartenant au frère de Maxime. Débute alors la course effrénée de Maxime et Alix, en quête de vérité, entre mensonges et révélations.

L’avis d’Audrey :

Besoin d’un roman qui vous fait tout lacher le temps de quelques heures ? Alors arrêtez vous sur ce thriller de Laure Rollier. J’aime quand un auteur nous surprend, et c’est le cas ici avec ce roman. Je n’attendais pas forcément cette auteure dans le genre du thriller : oui, mes préjugés et jugements à la noix sont toujours présents. J’étais alors bien curieuse de découvrir cela.

Direction donc Nantucket, une île de la côte Est des Etats-Unis, bordée par l’Atlantique. Je ne connaissais pas du tout, je me suis même demandé si c’était un lieu fictif, mais non, l’île existe bien. Et pour mieux vous imprégner des lieux, je vous invite à faire comme moi, et à regarder quelques vues de Nantucket sur Google Image pour vous rendre compte à quel point Alix a la chance d’y vivre.

Alix est la fille d’un français, qui est tombé fou amoureux du pays dans les années 1970, et surtout fou amoureux d’une américaine. Il n’est jamais rentré en France et a ouvert un restaurant, Chez Trevor. C’est Alix qui a pris la suite de l’affaire, pendant que son mari David, gère son cabinet d’architecte. Une vie à l’apparence heureuse et sereine avec leurs deux enfants. Pourtant, un soir David disparait. Sa voiture est retrouvée abandonnée, mais aucune trace de l’homme. Aucun indice ne permet de comprendre ce qu’il s’est passé. Pourtant, un petit détail va mêler à cette disparition, Maxime, un policier français. Un infime information qui va l’amener à traverser l’Atlantique pour partir à la rencontre d’Alix.

Au fil des discussions et confidences, une ébauche d’explication semble poindre. Ensemble ils vont enquêter et essayer de répondre à de trop nombreuses questions restées sans réponses.

Quel roman terriblement addictif. Il n’y a rien de trop dans ce récit, pas de temps morts. L’auteure enchaîne les révélations et les rebondissements, qui m’ont fait douter tout au long de l’histoire sur les personnages. Je crois que tous, à un moment donné, m’ont paru suspects. Laure Rollier, sait maintenir l’intrigue, nous livrant un final particulièrement réussi.

Ma notation:

Une bien belle découvert que ce thriller addictif et passionnant.