Le royaume du crépuscule, Steven Uhly

Mais si on voit le livre ! Regarde pas mes pieds et tu le verras.

Quatrième de couverture :

De l’hiver 1944 au printemps 1987, entre l’Allemagne déchirée et Israël naissante, la saga des victimes, des bourreaux, et de leurs héritages.
Il y a Margarita, une Juive polonaise enceinte qui tue un lieutenant nazi, les époux Kramer, le couple qui la cache. Il y a Anna, une Allemande sauvée d’Auschwitz par sa beauté, Shimon, son fils, Sarah, Ruth et tous ceux qui tentent de reprendre pied après les camps, et Peretz Sarfati, ce sioniste de la première heure, décidé à ramener en Terre promise ses coreligionnaires. Enfin, il y a le temps. Et des enfants de la guerre devenus grands qui tentent de recomposer le puzzle.

Des secrets, des sentiments inavouables, des merveilles du hasard et des atrocités de l’Histoire : ainsi se compose cette oeuvre polyphonique qui éclaire la fresque du XXe siècle d’une lumière inédite. Car ce sont les zones d’ombre, les terres en mutation et les êtres en exil qui intéressent Steven Uhly dans ce roman acclamé en Allemagne. Cet auteur aux cultures multiples sait bien que l’identité n’est qu’affaire de mélange, et que c’est a posteriori que l’Histoire s’écrit. Avant vivent les hommes, héroïques et faillibles. Le Royaume du crépuscule retrace leur odyssée.

L’avis de MadameOurse :

Lorsque j’ai reçu ce roman, je ne m’attendais pas à un tel pavé (plus de 600 pages) et j’en ai un peu redouté la lecture. Il m’a fallu 2 semaines pour en venir à bout et j’ai trouvé que c’était une lecture difficile.

Il y a plusieurs choses qui rendent la lecture un peu lente. Le style d’abord, l’auteur écrit en très longues phrases avec beaucoup de détails. Le côté historique ensuite. Moi qui apprécie beaucoup le thème de la seconde guerre mondiale, là on est dans l’après, c’est un thème que je n’avais jamais lu. Le récit aborde donc les côtés politiques de la gestion de l’après guerre, le déplacement des peuples créé par la guerre qui doit être « corrigé » (les soldats prisonniers doivent rentrer chez eux et les juifs pour beaucoup se cherchent un nouveau chez eux). J’ai eu un peu de mal avec ces passages plus précis, un peu compliqué pour moi. Et enfin, on suit ici de nombreux personnages, il faut vraiment s’attacher à bien mémoriser les liens entre chacun.

Il faut donc le savoir, ce livre n’est pas facile à lire. Mais il est riche et il nous questionne. La guerre a créé beaucoup de problématiques et ce n’est pas parce qu’elle finit que tout va rentrer dans l’ordre dans le meilleur des mondes. Le roman aborde notamment très bien un point dans l’évocation de l’après : la classification en gentils ou méchants. Car parfois, c’est ni noir ni blanc mais un peu gris. Parce que chacun doit bien continuer sa vie même les méchants. Et l’auteur nous amène aussi à visualiser comment les jeunes générations nées de suite après la guerre peuvent porter les choses. C’est extrêmement lourd pour eux, ils subissent les contrecoups et pour autant, ils n’étaient pas là et ne savent donc pas vraiment ce qui a eu lieu. Alors il y a Lisa qui va faire son enquête, il y a Shimon qui va grandir « de travers » (drogue, alcool, etc) à cause de ce qui lui est tu.

Ce roman aborde plein de thèmes, il est dense mais je pense qu’il est un bon aperçu de ce qu’ont été les dizaines d’après guerre. Et d’ailleurs, aujourd’hui en 2017 on voit bien encore ce qu’il en est pour le pays d’Israël… C’est aussi un point qui a été compliqué dans ma lecture car je ne suis pas assez cultivée sur ce sujet pour bien tout en comprendre. Mais c’est vraiment intéressant.

Peut être, pensa Lisa, qu’au bout d’un certain temps on ne se souciera plus de savoir de quel côté on était parce que c’est la guerre qui les a créés ces côtés, ils lui appartiennent et finissent avec elle. Puis elle pensa, les guerres mettent du temps à finir, cette guerre est encore en train de finir. Quand sera-t-elle terminée ?

Ma notation :

Une lecture forte, riche, dense. Elle n’est pas destinée à tous les lecteurs mais elle aura des choses à vous apprendre si les thèmes traités vous intéressent. L’auteur a bien réussi à romancer l’histoire avec de vrais personnages fictifs parfaitement intégrés dans la vraie Histoire vécue par les juifs, les allemands et tous les autres peuples concernés par la guerre.

massecritique_22

(Roman lu dans le cadre des Masse Critique Babelio)

Publicités

Ragdoll, Daniel Cole

Quatrième de couverture :

Un  » cadavre  » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l’a aussitôt baptisé Ragdoll, la poupée de chiffon.
Tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, l’inspecteur  » Wolf  » Fawkes dirige l’enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter.
Chaque minute compte, d’autant que le tueur s’amuse à narguer les forces de l’ordre : il a diffusé une liste de six personnes, assortie des dates auxquelles il a prévu de les assassiner.
Le dernier nom est celui de Wolf.

 

L’avis de Lunatic :

Ce thriller ne correspond pas vraiment à ce que j’aime lire d’ordinaire. Une 4e de couverture et des critiques qui l’annoncent comme assez violent, sanguinolent, et pourtant j’ai eu envie de le lire. Les premiers chapitres vous plongent directement dans l’ambiance du roman avec la découverte d’un cadavre dans un appartement. Un cadavre certes mais composé de morceaux de 6 victimes, le tout soigneusement assemblés comme peut l’être une poupée de chiffon, d’où le titre du roman. Commence alors l’enquête menée par quatre flics que tout oppose, décrits avec plein de clichés. Il est en de même pour les autres personnages du roman, dommage. Par contre j’ai aimé que l’auteur mette en avant le rôle des médias, des journalistes dans une enquête policière, et montre les dérives que cela entraîne.

Difficile de vous en dire plus sans trop dévoiler l’intrigue qui malgré quelques passages ennuyeux reste tout de même assez captivante. Par contre je n’ai pas trouvé ce roman si sanglant et difficile à lire comme beaucoup le disent. L’auteur distille le récit de quelques touches d’humour qui à mon sens n’apportent rien d’intéressant au roman. Il a su maintenir le suspense sur l’identité du tueur jusqu’au final, et j’aime cela. Néanmoins, j’ai détesté ce final et j’ai refermé le livre en soupirant.

Ma notation :

Petite déception.

Le jour d’avant, Sorj Chalandon

Quatrième de couverture :

« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n’avaient jamais payé pour leurs crimes.

L’avis de Lunatic :

Décembre 1974, un coup de grisou dans une mine de Saint-Amé à Liévin dans le Pas-de-Calais fait 42 morts. 43 morts si l’on compte Jojo, le frère de notre narrateur Michel Flavent. Jojo n’est pas mort au fond, mais est décédé quelques jours après des suites de ses blessures. La famille sombre, et le père des deux frères, avant son suicide écrit à Michel « Venge nous de la mine ».

2014, Michel, devenu chauffeur routier, exilé à Paris, veille sa femme qui décède. Il est alors l’heure pour lui de se venger, de retourner dans ses terres et retrouver celui qu’il juge comme responsable de la mort de Jojo, le contremaitre Lucien Dravelle.

Dès le début de ma lecture j’ai été surprise avec quelle précision et réalisme l’auteur a su dépeindre le quotidien des mineurs, la vie dans un bassin houiller et tant de détails se rapportant au milieu des mineurs. Jojo, Dravelle, leur compagnon de travail, j’en côtoie quotidiennement, et leur souvenir est tel que Sorj Chalandon le décrit dans son roman. Je suis native d’un bassin houiller, j’y ai grandi, j’y travaille alors l’univers du roman me parlait, et j’étais très curieuse de le lire. J’avais peur que l’auteur tombe dans des clichés comme on en lit souvent, mais non, j’imagine qu’il a dû beaucoup se documenter pour son livre (je lisais qu’il était journaliste et couvrait les événements en 1974).

Au-delà de la mine, ce roman est le portrait d’un homme qui vit une tragédie, qui doit avancer malgré la perte de son frère. J’étais assez mal à l’aise avec cette idée de vengeance, je ne comprenais pas trop pourquoi faire porter à Lucien Dravelle toute la responsabilité du drame, Michel Flavent devenait alors à mes yeux un personnage très sombre, loin d’être sympathique. On assiste rapidement à sa vengeance et Michel est incarcéré et on est spectateur de son procès. A partir de ce moment, je pensais m’ennuyer, mais lors d’une audience au tribunal, on nous révèle un élément essentiel qui donne au roman un nouveau sens (et je comprenais enfin le choix de ce titre : Le jour d’avant). Le récit en devient alors encore plus captivant, touchant et on voit Michel et ses actes sous un œil nouveau.

Ma notation :

J’ai été totalement charmée par l’écriture de Sorj Chalandon. Une belle découverte que je vais partager autour de moi.

Roman lu dans le cadre de Matchs de la rentrée littéraire Priceminister

Un été près du lac, Heather Young

Quatrième de couverture :

1935. Comme tous les ans, Lucy, Lilith et leur petite sœur Emily viennent passer l’été en famille dans leur chalet, sur les bords d’un lac du Minnesota. Mais un matin, Emily est introuvable. Qu’est-il arrivé à l’enfant de six ans ? Nul ne semble le savoir. Et alors que, fou de douleur, leur père se suicidera, Lucy, Lilith et leur mère resteront toute leur vie dans ce chalet, à attendre l’improbable retour de la petite préférée.

1999. Lucy vient de mourir, léguant le chalet et tous ses biens à sa petite nièce Justine. Un héritage qui arrive juste à temps pour la jeune femme qui doit fuir San Diego et une histoire d’amour abusive, pour mettre à l’abri ses deux filles. Mais le vieux chalet n’a rien d’une chaleureuse villégiature. La maison est isolée, bientôt prisonnière de la neige qui recouvre le Minnesota ; son seul voisin est un vieil homme bourru, probablement fou. Et alors que la jeune femme tente de transformer la lugubre bâtisse en foyer pour elle et ses filles, son aînée développe soudain une étrange obsession pour Emily, leur aïeule disparue.
Car la maison n’a pas dévoilé tous ses secrets. Là, dans les affaires laissées par Lucy, se cache un journal. Les Mémoires d’une petite fille naïve qui a laissé se dérouler un drame si terrible que, soixante ans plus tard, sa famille en porte encore la trace…

L’avis de MadameOurse :

J’ai eu la joie d’être tirée au sort pour recevoir ce livre via le club de lectures Belfond. La quatrième de couverture me plaisait bien : secrets de famille, mystère et cette couverture intrigante.

Un été près du lac offre un cadre de lecture très agréable : auprès d’un lac donc où se réunissent chaque été des familles bourgeoises. C’est là que grandissent 3 sœurs Lilith, Lucy et Emily. Jusqu’au jour où la petite dernière disparaît. C’est par la voix de Lucy que nous allons découvrir l’histoire de la famille Evans qui vit des étés comme, hors du temps, dans cette bulle. Les enfants jouent, les parents profitent de la vie, les ados vivent leurs premiers émois.

Les chapitres sont alternés avec l’histoire de Justine, petite nièce de Lucy. Elle vient d’hériter  la maison de sa grand tante, dernière décédée de la famille. Elle profite de cette occasion pour fuir un conjoint abusif, Patrick, entraînant derrière elle ses 2 filles. Elles arrivent alors dans une maison bien décrépite, complètement isolée de la ville et dans une région où il fait très froid. Il leur faut prendre leurs marques et se reconstruire. Justine est une femme fragile qui a eu une enfance particulière avec sa mère Maurie qui voguait d’homme en homme et on ressent à quel point cela a faussé sa perception du couple et de l’amour. Elle doit faire face aux difficultés que cette nouvelle vie représente pour ses filles, à la venue de sa mère qui va chambouler leur équilibre instable. J’ai trouvé Justine touchante par sa volonté de s’en sortir tout en ayant conscience qu’il serait si simple et doux de « replonger ».

A un moment de ma lecture je me suis dit, c’est bizarre d’habitude ce principe d’alternance des vies de 2 générations m’agace tant il est déjà vu et là non, les pages coulaient de façon fluide, avec un plaisir de lire. Sans doute est-ce parce que Justine n’est pas réellement en train de mener l’enquête sur la vie de sa grand tante.

C’est celle-ci en réalité qui va nous dévoiler le drame qui a ruiné leur vie. Se sachant mourante, elle écrit un carnet où elle souhaite dévoiler ce qui est arrivé à sa petite sœur. Elle ne veut pas emporter ses secrets avec elle. Et c’est tout doucement, en revenant sur son enfance et sur sa vie de femme qu’elle va nous amener à découvrir le drame qu’elle a vécu. Je ne m’attendais pas à ces révélations, j’ai été choquée et très attristée par le cœur du secret et en même temps j’ai trouvé le récit très juste, parfaitement dosé, évoquant certaines choses dans les grandes lignes sans les détails qui le rendrait gênant….

Ma notation :

Une belle lecture, un roman bien écrit et une jolie fin.

Merci aux éditions Belfond pour cette lecture.

La plage de la mariée, Clarisse Sabard

Quatrième de couverture :

2015, Nice.Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu »elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ».

Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toute ces années.

L’avis de Lunatic :

J’avoue qu’au début de ma lecture j’étais réticente, j’avais tellement aimé Les lettres de Rose que j’avais peur d’être déçue, de trouver ce roman moins bien, de ne pas retrouver ce que j’avais aimé dans son premier roman.
Ce titre est différent mais il est aussi très ressemblant et j’ai ainsi retrouvé tous les ingrédients que j’ai aimé chez cet auteur.

Ce roman c’est l’histoire de Zoé, une jeune trentenaire qui vient de vivre un drame. Ses parents ont été victimes d’un grave accident de moto et sa mère, juste avant de mourir, lui révèle que son père n’est pas son père biologique. Un seul indice la plage de la mariée. Zoé prend alors la décision de partir à la découverte de ses racines, de sa mère et de ce père qu’elle ne connaît pas. Direction la Bretagne là où sa mère a grandi, là où elle pense trouver réponse à ses questions. Son arrivée dans le petit village ne passe pas inaperçue. Elle fait très vite de jolies rencontres, se crée de nouveaux liens, de nouvelles amitiés et petit à petit retrace le parcours de sa mère, découvre les secret de famille jusqu’à un dénouement que j’avais bien envisagé au bout de quelques chapitres.

Qu’est-ce que j’ai aimé ce roman. Qu’est-ce que j’ai aimé Zoé. J’ai ri avec elle, j’ai pleuré avec elle, et moi aussi j’aurais voulu rencontrer Gaël, Alice, Georges, Hamza…Chaque personnage est attachant à sa manière. On y retrouve des thèmes comme la famille, les secrets de famille, l’amitié, l’amour, le besoin de savoir et de connaître d’où l’on vient, qui sont ceux qui nous ont précédé. Avec ce roman on s’ennuie pas, et en plus on voyage, comme Zoé on découvre la Bretagne, on ressent presque l’air marin qui effleure notre visage pendant notre lecture. Et si je vous dis qu’à chaque fois que je prenais mon ce livre en main j’avais envie de manger des cupcakes !
Difficile d’expliquer vraiment pourquoi j’aime la plume de Clarisse Sabard. Ce qui est sûr c’est qu’elle sait nous dépeindre des gens touchants, si vrais et qu’on rêverait d’avoir dans nos vies.

Ma notation :

Un jolie histoire qu’on quitte avec le sourire aux lèvres.