Le berceau de la peur, Louise Voss et Mark Edwards

Quatrième de couverture :

La première enfant a été enlevée chez elle.
Le deuxième, dans la voiture de sa mère.
Et la troisième, dans sa propre chambre à coucher…
Lorsqu’un soir, Helen et Sean Phillips sortent en laissant leur fille aînée de 15 ans garder sa petite sœur Frankie, ils ignorent qu’ils s’apprêtent à vivre le pire cauchemar de tous les parents.
Quand l’enquête démarre, l’inspecteur principal Patrick Lennon a bon espoir de retrouver les trois enfants sains et saufs. Mais un premier corps est retrouvé dans un parc de Londres, et Lennon comprend que le temps est compté. Dans cette affaire, les apparences sont trompeuses…

L’avis de Lunatic :

Avant de lire le résumé du roman, c’est surtout cette couverture et ce titre qui m’ont attiré. Ce mobile de nuages et d’étoiles au-dessus du lit d’un bébé et cette ombre humaine sont parfaitement glaçants je trouve. Comme le résume la 4e de couverture, on est face à des enlèvements d’enfants, mais avant de rentrer au cœur de l’intrigue, le roman s’ouvre sur un chapitre qui relate un fait personnel qu’a vécu Patrick Lennon, le flic du roman. Un premier chapitre qui m’a happé et qui donne vraiment envie d’en lire davantage et qui permet aussi de comprendre un peu plus ce personnage. On assiste ensuite à la disparition de Frankie, la découverte de sa disparition par ses parents, la peur, les accusations qu’ils subissent, les doutes, les interrogatoires… La détresse des parents est vraiment très bien montré je trouve. Très vite, un corps d’enfant est trouvé, mais s’agit-il d’un des enfants disparus ?

J’ai beaucoup aimé ce thriller psychologique, avec des personnages très bien travaillés. Les chapitres sont courts qui alternent entre le point de vue de plusieurs personnages. Il n’y a pas de temps mort, je ne me suis pas ennuyée du tout. Tout reste crédible, ce qui n’est pas toujours le cas dans certains thrillers. Et à quelques reprises, alors que je pensais avoir découvert le coupable, je me rendais compte quelques lignes plus tard que je m’étais trompée ! C’est bien le signe d’un roman réussi pour moi. Je vois sur amazon que notre duo d’auteurs a écrit un autre roman avec Patrick Lennon comme enquêteur, j’espère qu’il sera vite traduit en français.

Ma notation :

Un très bon thriller addictif.

L’incroyable voyage de M. Fogg, Luc Blanvillain

Quatrième de couverture :

L’avis de Lunatic :

Il parait que c’est un roman pour ado ? Pourtant j’ai adoré ce roman, une réelle bouffée de fraicheur. Ce roman, c’est l’histoire de 3 ados et d’un prof de français comme on en aurait tous voulu. On a Nora et Simon, un jeune couple dont l’entremetteur n’est autre que M. Fogg et David, un jeune homme un peu paumé, maladroit et renfermé que M. Fogg a pris sous son aile et à qui il a démontré qu’il pouvait réussir en obtenant son bac. Ce prof de français est humain, attachant, et s’intéresse à ses élèves, ses cours sont pleins d’humour, bref un type bien. Pendant les vacances, le drame : sa femme le quitte. Afin de lui changer les idées et de lui redonner le sourire, les 3 ados l’embarquent dans un road-trip vers la Provence, en inventant une histoire de jeune fille à retrouver pour qui David aurait eu un coup de foudre.

L’écriture du roman est simple, mais suffit à dégager pleins d’émotions et à mettre nos 4 personnages en lumière. On ne peut que s’attacher à ce prof en pleine tourmente sentimentale, et j’ai eu beaucoup de compassion pour David, ce jeune homme intelligent que la vie n’a pas épargné. Les ados arrivent sans trop de difficultés à se sortir de leurs mensonges. Des rencontres avec le passé de M. Fogg rythment le récit. On est ici face à un roman d’apprentissage excellent, on passe un bon moment et on en ressort avec le sourire. Tout est réussi. Je vais de ce pas me pencher sur les autres romans de Luc Blanvillain que je découvrais avec cette lecture.

Ma notation :

Une lecture estivale pleine de fraicheur

 

 

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

La Lectrice de La Semaine Part En Vacances #4

Bonjour à toutes et bon lundi ! Je vous propose aujourd’hui de découvrir les affinités livresques de Ptbichon. Merci de ta participation. Allez hop, ouvrons sa valise !

Mais non elle n’est pas vide !

Quelle est la lecture qui t’a le plus marqué parmi celles lues au cours de tes derniers étés ?

Je ne fais pas forcément attention à quelle période je lis les livres. Je sectorise peu et il y en a rarement que j’attribue plus à la période estivale que d’autres mais il y en a tout de même 2 qui m’ont marqué et que je me souviens avoir lud l’été.
Tout d’abord Amanda-Miranda de Richard Peck, que j’avais trouvé un été où je m’ennuyais, dans la bibliothèque de mes parents. Je l’ai commencé sans conviction puis avait vraiment accroché à l’histoire. Je l’ai même relu 1 ou 2 fois depuis.
Le second dont je me souviens c’est Nymphéas noirs de Michel Bussi. Je me souviens l’avoir lu et acheté l’été car c’était au moment où les maisons d’édition font les offres estivales pour 2 achetés, un livre offert. Je l’avais pris juste pour avoir un « second » et finalement c’est celui sur m’avait le plus plu (d’ailleurs je me souviens plus des 2 autres…)

Quel est le roman que tu veux absolument lire cet été ? (un seul !)

Juste avant l’été j’ai découvert la médiathèque de ma ville, du coup j’en ai vu plein que j’aimerais lire. Mais bon la question porte sur un seul livre…
Cet été j’ai commencé et envie de finir une collection qui s’appelle Le protectorat de l’ombrelle de Gail Carriger. J’aime bien les romans avec vampires, loup-garous et autres êtres surnaturels en général. Cette série se déroule en Angleterre pendant la période victorienne, avec un personnage bien ancré dans sa période qui donne des scènes très drôles.
(Bon en sortant une « collection » comme réponse à la question j’avoue avoir un peu triché…)

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau, compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ? Vampires, loups-garous et aristocrates : un réjouissant mélange de romanesque et de fantastique !

Quelle couverture de roman évoque le plus l’été pour toi ?

Une qui m’attire particulièrement avec ses couvertures de livres, qui instantanément me font penser vacances, évasion et été c’est Victoria Hislop. Notamment avec La ville orpheline.

Chypre, été 1972. La ville de Famagouste héberge la station balnéaire la plus prisée de la Méditerranée, rayonnante et bénie des dieux, où Chypriotes grecs et turcs vivent en parfaite hamonie.
Un couple ambitieux y ouvre Le Sunrise, hôtel dont le luxe surpasse tous les autres.
Lorsqu’un putsch grec plonge l’île dans le chaos, celle-ci devient le théâtre d’un conflit désastreux. Famagouste est bombardée. Quarante mille personnes, n’emportant que leurs biens les plus précieux, fuient l’armée en marche. Parmi eux, Aphroditi, contrainte de suivre son mari sans savoir si elle pourra un jour revoir son amant.
Dans la ville désertée, seules deux familles demeurent : les Georgiou et les Özkan.
Voici leur histoire.

Si tu devais acheter un livre qui sort cet été, quel serait-il (parution entre le 01/07 et le 31/08) ?

Je regarde rarement les livres a paraître. Je choisis souvent les livres en flânant, au coup de cœur. Mais pour répondre à la question j’ai regardé ce qui devait sortir pendant l’été et celui-ci me dit bien : La grève des femmes formidables d’Alex Riva dont la version poche est sortie 6 juillet.

Quel type de situation vous correspond au quotidien ? 1. Vous êtes fatiguée de tout gérer, pour tout le monde, tout le temps. 2. Vous répétez à vos enfants chaque jour la même chose sans effet. 3. Vous vous retenez de donner votre démission à chaque crise de votre patron. 4. Vous aimeriez bien avoir une vingt-cinquième heure juste pour vous… Si vous avez coché une ou plusieurs de ces réponses, il est temps de venir découvrir les aventures d’Emma et celles de ses amies Alice, Andréa et Chloé !

A la semaine prochaine pour la dernière valise de juillet ! Il nous faut des participantes pour les valises d’août, n’hésitez pas.

Ma vie pas si parfaite, Sophie Kinsella

Quatrième de couverture :

À Londres et dans le Somerset, de nos jours.
Sorties culturelles, soirées animées, restos branchés, job de rêve dans une grande agence de pub, d’après ses comptes Facebook et Instagram, Katie, 26 ans, vit la vie géniale des it-girls de Londres.
En réalité, elle loue une fortune une chambre minuscule dans une coloc à presque deux heures du centre, vit sur un budget tellement serré qu’elle doit parfois choisir entre un repas et un « mokaccino » hors de prix et travaille pour une boss cauchemardesque. Et quand cette dernière décide de la virer sous un prétexte pour le moins léger, Katie n’a d’autre choix que de rentrer chez son père dans le Somerset.
Mais pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d’elle ? Katie va trouver un moyen de faire venir Londres à elle et de faire de la ferme familiale l’endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu’il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et avec eux, de vieilles connaissances…

L’avis de Lunatic :

Qu’est-ce que j’ai aimé passer un peu de temps avec Katie.  Cette Katie si attachante, rigolote, un peu maladroite, qui doute d’elle et qui en même temps semble pleine de peps et d’énergie. Dès le début, Katie nous vend du rêve avec une description de son appartement « Londonien » très original. Ce roman donne une vraie leçon : surtout ne vous contentez pas de l’image, de ce que l’on veut vous vendre ou vous faire croire à travers le net, les réseaux sociaux. Bien souvent c’est bidon et les aventures de Katie vont le prouver.

Dans ce roman, on retrouve tous les codes qui font de Sophie Kinsella une des meilleures à mon sens pour ce genre de roman : de l’humour, une héroïne marrante qu’on a envie d’avoir comme copine, des scènes mythiques, une histoire d’amour et de jolis retournements de situation. Tout à fait le genre de bouquin à mettre dans sa valise pour les vacances.

Ma notation :

Un roman feel-good si bon à lire.

 (Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Le pays du nuage blanc, Sarah Lark

Quatrième de couverture :

« Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable. »

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux. Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…

L’avis de MadameOurse :

J’attendais d’avoir les 3 tomes de cette saga (voir la photo ci-dessus) pour débuter ma lecture. Et puis, ayant alors 3 gros pavés à enchaîner, j’ai eu du mal à me lancer. Mais ça y est, je viens d’achever le tome 1 ! Alléluia !

C’est pas évident, ceci dit, de chroniquer un roman de 755 pages parce qu’il va s’en passer des choses dans une histoire aussi étoffée ! Alors que dire sans spoiler ? Vous allez découvrir dans ce roman 2 anglaises qui partent s’installer (et se marier) en Nouvelle Zélande. Aucune des 2 ne connait son futur époux. Lors de leur voyage, elle vont devenir amies et resteront proches tout au long du roman malgré que les hommes qu’elles épousent soient ennemis.

On les suit dans l’adaptation à une nouvelle vie très différente de ce qu’elles ont connu en Angleterre. Elles vont découvrir la vie de couple et, assez classiquement pour des mariages arrangés, aucune des 2 n’y trouvera une belle relation avec son mari. Elles vont découvrir les us de leur pays et des peuples maoris qui vivent là.

Gwyneira particulièrement m’a beaucoup touchée. C’est une femme forte, passionnée par les animaux et qui va prendre une place active dans la gestion de la ferme de moutons des Warden. Elle connaîtra une très belle mais courte histoire d’amour. Je suis un peu fleur bleue et les chapitres concernant cette histoire d’amour m’ont beaucoup plu, j’aurais aimé que ce soit plus présent dans le roman. A l’opposé, les chapitres où l’on suit Lucas, l’époux de Gwyneira m’ont moins plu.

Hélène est un personnage qui m’a moins touché mais dont la vie est intéressante aussi, c’est également une femme forte qui va batailler avec un mari ivrogne et bon à rien !

Toutes deux deviendront mères et puis, comme dans toute saga, c’est alors la destinée de leurs enfants respectifs qui va nous être contée. Je n’ai pas été lassée par l’histoire malgré ses 755 pages donc c’est un roman vraiment prenant et sans longueurs malgré tout ! La thématique de la vie sauvage dans ces fermes géantes est bien traitée aussi je trouve, c’est présent parce que c’est le cœur de la vie des personnages mais pas barbant !

Ma notation :

Une belle lecture historique. Objectif, lire le 2ème tome en septembre et le 3ème avant la fin de l’année !