Archives du mot-clé secret

Alice, Heidi Perks

 

Quatrième de couverture:

Une enfant disparaît. Deux versions du drame. Une seule vérité. Harriet avait confié sa fille à sa meilleure amie Charlotte pour un après-midi à la kermesse de l’école. Charlotte est persuadée de n’avoir quitté Alice des yeux qu’une fraction de seconde. Le temps pour la fillette de se volatiliser. Dévastée, Harriet ne peut plus envisager de revoir Charlotte. Elle ne lui fera sans doute jamais plus confiance. Mais elle n’aura pas le choix. Car, deux semaines plus tard, les deux femmes sont convoquées par la police pour être interrogées séparément. Il semblerait que chacune d’elles ait des choses à se reprocher…

L’avis de Lunatic :

Un roman sur une disparition d’enfant. Un thème que j’affectionne particulièrement. On pourrait s’imaginer lire toujours le même genre d’histoire, mais chaque auteur arrive à prendre ce prétexte pour nous faire des romans différents et ici encore ce thème est traité avec pas mal d’originalité.

Imaginez que vous confiez à votre amie votre fille durant la kermesse de l’école et que cette dernière disparaît. Tout est allé très vite, personne n’a rien vu. Imaginez alors quel va être l’état de votre relation avec votre amie. Imaginez l’état de détresse et d’angoisse de cette mère, surtout quand on sait qu’une autre disparation a eu lieu il y a quelques mois.
On comprend aisément la distance qui se crée, les reproches, la violence des sentiments. Alors que la mère de famille dévastée ne voulait plus voir son amie, elles se retrouvent au poste de Police. On assiste à leurs interrogatoires respectifs où la vérité va vite apparaître troublante et montrant nos deux héroïnes sous un nouveau jour.

Je me suis vraiment laissée happer par ce roman et son univers plein de noirceur, de rancœur, d’angoisse et de souffrance. Les personnages de ces deux femmes sont forts et en tant que maman j’ai pu m’identifier à elles et plonger au cœur du drame.
L’auteure use d’une plume rythmée, nous livrant une intrigue fluide. Un thriller psychologique comme j’aime beaucoup lire. Le récit nous est fait entre passé et présent et l’auteure a su me surprendre pendant le roman mais aussi dans son final plus que réussi à mes yeux.

 

Publicités

Le secret d’Helena, Lucinda Riley

Bonjour à tous,

Cette année, j’ai la chance d’intégrer la communauté Top Lecteurs France Loisirs.

J’ai donc pu lire il y a quelques semaines deux titres en avant première, dont ce roman de Lucinda Riley que je vous présente aujourd’hui. J’étais ravie de commencer par ce roman, avec une auteure que je n’avais jamais lue. MadameOurse vous en a déjà parlé par contre, et ses avis me donnaient bien envie de la découvrir au plus vite.

Si vous êtes curieux, vous pouvez allez voir les autres romans lus par les tops lecteurs de la saison via ce lien. Et pour ceux qui nous suivent sur le blog depuis longtemps, vous pouvez retrouver ma fiche lecteur et ainsi mettre enfin un visage sur mon pseudo… (aie aie aie..)

Je vous reparle très vite de mon aventure top lecteurs avec la lecture d’un roman bien différent, un thriller glaçant.

Quatrième de couverture :

24 ans après y avoir passé un été inoubliable, Helena est de retour à Pandora, la majestueuse demeure chypriote dont elle vient d’hériter. Si le décor n’a rien perdu de sa splendeur, la maison a besoin d’un sérieux rafraîchissement. Pour cette mission délicate, Helena a entraîné avec elle mari et enfants. Mais elle croise bientôt par hasard son premier amour, et tout le passé qu’elle croyait enfoui resurgit. Libérant secrets et sentiments, Pandora va offrir à Helena le plus bouleversant des étés

L’avis de Lunatic :

2006, Helena arrive à Chypre, avec son fils adolescent Alex et sa petite fille Immy. Elle a hérité d’une maison que lui a laissée Angus son parrain. La maison porte le nom de Pandora, une sublime demeure mais qui nécessite un bon aménagement et quelques travaux pour être plus confortable à vivre. Cette maison et Chypre semblent surtout avoir laissé quelques souvenirs à Héléna, de ceux qu’elle aurait bien aimé oublier et surtout contiennent bien des secrets depuis de nombreuses années.

Sur place, elle retrouve Alexis, ancien amour de jeunesse, qu’elle n’avait pas vu depuis 24 ans, aujourd’hui veuf. Un homme dont Alex se méfie immédiatement, il n’apprécie pas la façon dont il tourne autour de sa mère. Ils sont vite rejoints par la famille et des amis. Un été qui va tout bouleverser. Et si c’était le moment pour Héléna de se libérer de ses secrets?

Dès le début du roman on est embarqués au cœur de cette maison qui renferme secrets et souvenirs enfouis. On comprend qu’Héléna a des choses à cacher. Sa relation avec Alexis, l’homme qu’elle retrouve sur place est-elle vraiment finie ? L’aime -t-elle encore ? Et surtout est-il le père de son fils ?

L’héroïne du roman est très attachante. Elle se démène pour faire de ce séjour à Pandora un moment idéal. Pourtant on ressent en elle des failles, le secret qui la ronge, la culpabilité. Héléna a vraiment besoin de se libérer pour enfin être heureuse pleinement. En parallèle à l’histoire, on a le récit d’Alex, ce qu’il écrit dans son carnet. On voit ainsi l’histoire à travers ses yeux d’adolescent. Ses premiers émois, sa différence, sa solitude, et surtout les révélations sur l’identité de son père. Alex apparaît comme un garçon sensible, intelligent et très mature. Les personnages secondaires sont essentiels à l’histoire. Ils sont tous très différents, et ils font la richesse du récit.

La maison, Pandora, est un personnage à part entière dans le roman. Un personnage central. Elle porte si bien son nom, comme la boite de pandore qu’il ne faut pas ouvrir au risque d’y faire sortir tous les secrets. La maison a été spectatrice de belles histoires d’amour mais aussi des plus grandes déchirures. Concernant les secrets autour du passé d’Héléna, l’auteure brouille les pistes. Tout nous paraît d’abord évident, puis elle nous emmène vers d’autres pistes pour enfin nous révéler une vérité que rien ne laissait présager.

La narration du roman est fluide, on enchaîne les chapitres sans pouvoir refermer le livre. On a l’impression le temps de la lecture d’être parti avec eux à Chypre. On ressent la chaleur du soleil sur notre visage, on sent l’odeur de la lavande , on entendrait presque l’eau de la cascade d’Aphrodite qui clapote au loin. Un roman où se mêlent plusieurs générations, qui le temps d’un été verront leur vie voler en éclats, les faisant grandir, les libérant du poids du passé. « La vérité serait sa chute ou sa victoire ». cette phrase résume tout le combat que mène Héléna contre les autres mais surtout contre elle même. Avouer enfin la vérité c’est aussi se pardonner à soi même.

Ma notation :

Lire ce roman, c’est voyager vers Chypre en compagnie de personnages exceptionnels pour qui tout va basculer le temps d’un été. C’est aller à la rencontre d’Héléna, une femme forte, aimée des siens, attachante mais qui cache de nombreuses failles et secrets. L’auteure saura vous surprendre par ses nombreuses révélations que rien ne laissait présager. On se laisse transporter dans son univers et on referme le livre avec regret.

[Duo lecture] Ceux qui voulaient voir la mer, Clarisse Sabard

Pourquoi ce livre :

(Lunatic) Est-ce utile de répondre à cette question? J’ai lu chaque roman de Clarisse Sabard. J’aime son écriture, sa sensibilité, ses personnages. Impensable de ne pas lire ce nouveau roman.

(MadameOurse) Je n’ai pas tout lu de l’auteure mais j’aime aussi la découvrir et c’est un plaisir à partager avec Lunatic.

La couverture :

(MadameOurse) Cette maison en bord de mer ne m’évoque pas forcément le roman, après lecture, mais c’est une belle couverture.

(Lunatic) Toujours un peu de mal avec ces bandeaux rouges imprimés a même le livre chez Charleston. Ça gâche l’ensemble de la couverture qui pourtant colle parfaitement à l’ambiance du roman.

La quatrième de couverture :

Pour des raisons personnelles, Lilou décide de quitter Paris pour Nice avec son fils, Marius. Et en arrivant dans le Sud, elle ne s’attendait pas à s’attacher à Aurore, cette vieille dame qu’elle croise au parc et qui commence à lui raconter sa vie. Chaque jour, Aurore attend le retour de son amoureux, Albert, parti tenter sa chance à New York après la guerre. Mais malgré sa promesse, il n’est jamais revenu… Lilou décide alors de tout faire pour retrouver le grand amour de son amie. Mais à trop vouloir remuer le passé, le présent ne risque-t-il pas de la rattraper ?

Après lecture :

(Lunatic) Quand j’aime tant un auteur, j’ai toujours cette petite appréhension avant d’ouvrir le livre. vais-je aimer? Est-ce que je ne vais pas être déçue? Est-ce que je n’ai pas trop d’attentes? Et je vais le dire tout de suite. Encore une fois, pari réussi ! J’ai beaucoup aimé ce roman.

Lilou, fraîchement débarquée de Paris est installée à Nice avec son fils, Marius. Rapidement, elle fait la connaissance d’Aurore, vieille dame qui chaque jour attend sur un banc, Albert, l’homme qu’elle a tant aimé et dont elle espère le retour depuis tant d’années. Lilou se met en quête de retrouver cet homme. Entre son travail dans une bibliothèque, ses cours de Yoga, ses voisins, ses amis et son quotidien, elle se laisse conter par Aurore ses souvenirs. On peut dire que la vie d’Aurore n’a pas été des plus simples. C’est avec beaucoup de douceur et de tendresse qu’on se laisse embarquer dans son récit. De la guerre aux années 60. D’Antibes à New-York. On rentre au cœur de cette histoire d’amour entre Aurore et Albert, ne comprenant pas comment tout a pu s’arrêter du jour au lendemain. En parallèle, Lilou va faire de bien jolies rencontres, qui vont l’amener à se laisser la chance d’être enfin heureuse. Ce roman est un concentré d’émotions. Chaque personnage est attachant, attendrissant. Mon petit faible va à Marius, ce petit garçon si tendre et intelligent ! J’ai apprécié les descriptions très fidèles du contexte historique, des lieux et les diverses références que nous donne l’auteure. Un roman qui fait la part belle aux souvenirs, à la nostalgie, à l’amour et à l’espoir. Le dénouement est très beau, je l’attendais avec hâte, et j’ai refermé ce livre le sourire aux lèvres. Comblée et conquise encore une fois par l’univers si particulier de Clarisse Sabard.

(MadameOurse) J’ai passé un bon moment avec les personnages de Clarisse Sabard. Le roman est parsemé de petites références (livres ou musiques) qui nous donnent l’impression d’être proches de l’auteure, j’ai bien aimé ces petites insertions. Le roman commence avec un mystérieux prologue qui nous fait rencontrer Albert à New York, prologue que j’ai gardé en tête tout du long sans trop comprendre. Bien sûr, ce n’est qu’à la fin qu’on comprend.

Lorsque Lilou s’installe à Nice avec son fils Marius, elle est en quête d’une nouvelle dynamique à sa vie. Elle va alors faire de nombreuses rencontres qui ancrent clairement le roman dans une thématique feel good. Il y a Cathy qui deviendra une amie, rencontrée lors d’un cours de yoga plutôt loufoque, une voisine d’abord détestable que Lilou parviendra petit à petit à apprivoiser, Samuel un collègue de Lilou, Mathias un nouveau voisin. Le roman est truffé de jolis moments entre tous ces personnages. Et puis, il y a surtout Aurore, une vieille dame dont l’histoire va tant émouvoir Lilou. Les deux femmes se rapprocheront et Lilou deviendra la confidente d’Aurore. L’auteure amène alors avec une grande fluidité le récit du passé d’Aurore, jeune juive qui échappa de peu à la déportation. J’ai beaucoup aimé la construction du roman. Ce n’est pas comme on a l’habitude un chapitre du passé puis un chapitre du présent, il y a un vrai lien à chaque fin de chapitre et j’ai trouvé ça très bien construit.

Lilou va très vite vouloir aider Aurore a retrouver Albert, cet amour de jeunesse perdu depuis 60 ans. Elle sera aidée dans sa tâche par tout le panel de personnages qui gravitent autour d’elle. J’étais assez impatiente de comprendre comment ces deux là (Aurore et Albert) ont pu se perdre et j’ai trouvé l’enquête un peu longue. Et le dénouement m’a complètement surprise. Je ne m’y attendais pas du tout même s’il explique bien tout. Je m’attendais à autre chose et n’ai pas tellement adhéré à cette fin. C’est ma petite déception qui fait que je classe le roman dans les bonnes lectures mais pas exceptionnelles.

Tout ce que tu vas vivre, Lorraine Fouchet

Quatrième de couverture :

Le cœur du père de Dom cesse de battre dans les bras d’une femme qui s’éclipse après avoir ouvert aux secours. Orphelin à quinze ans, Dom tente de recoller les morceaux et se lance sur la piste de cette mystérieuse amoureuse.
Mais un nouveau coup de tonnerre éclate lorsqu’il reçoit les condoléances d’un inconnu qui aurait rencontré ses parents en Argentine, juste avant la naissance de leur fille. Seulement voilà, Dom est fils unique ! Cette révélation fracassante en entraîne d’autres qui le conduisent à quitter son île de Groix pour aller doubler le cap Horn, au pays des glaciers bleus, à la recherche de la vérité.

[Duo lecture] La vie qui m’attendait, Julien Sandrel

Pourquoi ce livre :

(Lunatic) On avait été émerveillées l’an dernier par le premier roman de l’auteur. J’étais logiquement assez impatiente de lire ce nouveau titre. Et on est reparties sur l’idée d’une lecture en duo…

(MadameOurse) J’ai vite acheté ce livre pour pouvoir le lire avec Lunatic, j’avais envie de continuer à découvrir l’univers de Julien Sandrel.

La couverture :

(MadameOurse) Une très belle couverture, quand c’est coloré et joyeux comme ça, je suis toujours directement attirée.

(Lunatic) Dans la continuité du premier, toujours ces touches de couleurs. J’aime cette cohérence.

La quatrième de couverture :

« Ma petite Romane, on se connaît depuis longtemps, il faut que je vous dise : je vous ai vue sortir en larmes du bureau de ce pneumologue à Marseille. Pourquoi vous cachiez-vous sous une perruque rousse ? »
Romane, 39 ans, regarde avec incrédulité la vieille dame qui vient de lui parler. Jamais Romane n’a mis les pieds à Marseille.Mais un élément l’intrigue, car il résonne étrangement avec un détail connu de Romane seule : sa véritable couleur de cheveux est un roux flamboyant, qu’elle déteste et masque depuis
l’adolescence sous un classique châtain.
Qui était à Marseille ?
Troublée par l’impression que ce mystère répond au vide qu’elle ressent depuis toujours, Romane décide de partir à la recherche de cette autre elle-même. En cheminant vers la vérité, elle se lance à corps perdu dans un étonnant voyage entre rires et douleurs.

Après lecture :

(Lunatic) Lorsque Romane apprend qu’une jeune femme lui ressemblant trait pour trait a été vue à Marseille, loin de Paris où elle vit et exerce en tant que médecin, elle se précipite dans le sud de la France malgré son appréhension du train et autres phobies. Rapidement, presque trop facilement à mes yeux de lectrice, elle retrouve la trace de Juliette. La réalité saute aux yeux des deux jeunes femmes, elles en sont persuadées, elles sont jumelles. Pourtant aucune ne peut imaginer ce qui a pu se passer pour être séparées, aucune ne doute de la vérité familiale. Entre elles, c’est une évidence, tout est si facile. Un pacte va lier davantage les deux jeunes femmes, obligeant Romane à rentrer dans la vie de Juliette. Une bien jolie façon pour elle de s’émanciper aussi de sa vie parisienne dans laquelle elle semble trouver peu de satisfaction. Les pièces du puzzle prennent place, par le biais de lettres du père de Romane.

Je l’attendais beaucoup ce second roman, trop peut-être? Sans en ressortir déçue, je le referme en étant moins conquise qu’avec La chambre des merveilles. Les personnages sont attachants sans en être inoubliables. J’ai beaucoup aimé qu’une partie du roman se passe dans une librairie, avec quelques anecdotes ou perles de libraires assez marrantes. L’intrigue est originale même si par moment elle manque de crédibilité. Mais c’est un roman, c’est fait pour rêver, inventer, imaginer. Ce serait triste si les romans ressemblaient à nos quotidiens. L’auteur a su me divertir, en cela c’est réussi.

(MadameOurse) J’ai eu un gros problème de lectrice dès le début de ce roman, un problème de hasard que peut être aucun autre des lecteurs de Julien Sandrel ne rencontrera. J’ai commencé la lecture de La vie qui m’attendait juste après avoir terminé Le jardin des fleurs secrètes. Or, il se trouve que ces deux romans ont de très très fortes similarités : tous deux commencent par deux jumelles qui se rencontrent à l’âge adulte après avoir été séparées toute leur enfance. Et tous deux évoqueront l’échange de « place » bien souvent pratiqué par les jumeaux mais ici dans un contexte très particulier (je ne rentre pas dans les détails pour ne spoiler aucun des deux titres). Ces similarités pour deux titres lus l’un à la suite de l’autre étaient bien gênantes. Les romans diffèrent quand même mais ce n’est jamais très bon de lire des livres en en faisant la comparaison avec un autre.

Ceci dit, voilà, c’est le hasard et, dans mon cas, il n’a pas porté chance à Julien Sandrel. J’ai quand même aimé ses personnages, le joli duo formé par Romane et Juliette et l’affinité si forte et immédiate entre elles deux ne peut que toucher. On est pris dans des secrets qu’on a envie de dénouer : ces deux femmes sont elles vraiment jumelles comme elles en sont convaincues ? Et si oui, pourquoi ont-elles été séparées ? Qui sont leurs vrais parents ? Et quelle est cette mystérieuse maladie qui touche Juliette ?

On se prend au jeu, le roman se lit agréablement vite, on voyage entre Marseille, Avignon et Paris.  C’est une lecture fraîche et agréable. Il reste un bémol pour moi, comme dans le premier roman de Julien Sandrel, tout n’est pas parfaitement crédible, certaines choses sont un peu trop faciles. Ce n’est pas forcément grave mais j’avoue garder un souvenir plus fort des lectures où tout est bien tissé et où tout se tient.

En bref, un second roman qui m’a moins émue que le premier et qui conserve le même petit défaut. Mais une lecture qui fait passer un bon moment et qui est vraiment faite pour les moments de détente (idéal pour la plage cet été donc !). Pour le 3ème roman, je serai bien tentée par une histoire avec un personnage principal masculin !