Archives du mot-clé Prix HarperCollins Poche

Funérailles molles, Fang Fang

Couverture Funérailles molles

Quatrième de couverture :

Sur les berges d’une rivière, une femme est découverte, le corps brisé, amnésique, sans passé et sans nom. Le Dr Wu la nomme Ding Zitao, la soigne et finit par l’épouser. De cette union naîtra un fils, Qinglin.
À la mort de son père, ce dernier, devenu homme d’affaires, offre à sa mère une retraite paisible dans une grande maison. Mais la vieille dame sombre dans une étrange apathie, et reviennent alors à son fils des détails auxquels il n’avait pas pris garde : son talent pour la broderie, sa connaissance des classiques… Folie ou réminiscences ?
Pour répondre à ces questions, Qinglin décide d’aller au-devant de son passé, dans cette Chine rurale qui se souvient encore… Et, à mesure qu’il déroule le fil de son histoire, c’est celle de son pays, de la Réforme agraire à la Révolution culturelle, dans ce qu’elle a de plus sombre, qui s’ouvre à lui.
Un roman puissant sur la transmission, la tentation de l’oubli et le devoir de mémoire.

L’avis de Laure :

Mauvais timing de lecture, j’ai enchaîné 2 romans se passant en Chine, un pays que je connais mal et qui n’est pas dans mes habitudes de lecture. De plus, j’appréhendais un peu cette lecture, de peur que la thématique traitée n’arrive pas à m’intéresser.

J’ai eu une agréable surprise pendant le premier quart de ma lecture, j’ai découvert une femme retrouvée au bord d’un fleuve et qui a perdu la mémoire. Elle sera appelée Ding Zitao et on va suivre la construction de sa nouvelle vie, sans souvenirs et sans repères. Le personnage me plaisait bien et j’avais envie de savoir ce qu’elle avait vécu.

Pourtant, par la suite j’ai déchanté, changement d’angle dans la narration, à travers le fils de Ding Zitao, l’auteure évoque tout autre chose et m’a perdue. Il est question de la réforme agraire chinoise, un sujet complexe dont j’ai compris les grandes lignes mais que j’ai trouvé mal expliqué pour nous, français, qui ignorons tout de l’histoire du pays. J’étais à ce point perdue que j’ai songé abandonner la lecture.

Pourtant je me suis accrochée et j’ai pu apprécié un nouveau passage du roman qui a su me plaire de nouveau. Avant de reperdre pied… On sait depuis le début avec cette histoire d’amnésie, que des révélations arriveront dans l’histoire. Mais je suis à moitié passée à côté car tout est complexe dans ce roman, de nombreux personnages aux prénoms qu’il nous est compliqué de mémoriser, des époques qui se mélangent et un final que j’ai déjà à moitié oublié justement parce que rien n’est assez clair. Et c’est dommage parce que j’ai bien ressenti que ce roman avait en lui une clé, quelque chose de fort à livrer. Mais trop peu clair pour moi, malheureusement.

Ma notation :

Une belle déception que cette lecture…

Juré Litté

Loin à l’ouest, Delphine Coulin

016

Quatrième de couverture :

C’est l’histoire de quatre mauvaises filles : Georges, prénommée ainsi pour qu’elle ait « une vie d’homme », l’une des premières à porter des pantalons ; Lucie, sa belle-fille, Résistante au cours de la Seconde Guerre mondiale ; Solange, sa petite-fille à la beauté singulière, qui vit l’époque de la libération sexuelle ; et son arrière-petite-fille, Octavie, qui enquête aujourd’hui sur les femmes de sa famille, leurs secrets et leurs  mensonges.
C’est l’histoire de garçons manqués qui sont des femmes réussies, des héroïnes du quotidien qui ont su  réinventer leurs vies. De la Commune à nos jours en passant par la période des yéyés, ces pionnières, à la fois ordinaires et exceptionnellement indépendantes, se débattent avec leurs rêves de liberté corsetés à chaque époque…
Un récit haletant, une saga passionnante autour de femmes aussi puissantes qu’attachantes, qui tiennent  ce premier rôle qui leur a toujours été refusé.

L’avis de Laure :

J’ai toujours beaucoup aimé les histoires de générations de femmes. Ici, pendant un siècle, nous allons suivre Georges et les sien(ne)s. Oui, Georges, un prénom d’homme pour une femme peu banale. Déjà toute petite, elle se démarque par son caractère, sa façon d’être et sa liberté. Le genre de personnage que j’adore par sa volonté de se moquer du quand dira-t-on, on sait qu’elle aura une vie à sa façon avec ses choix assumés, peu importe ce que la bonne société peut en penser.

A travers ce siècle, on traverse plein de sujets grandement liés au féminisme et à l’émancipation des femmes. A leur rôle nécessaire à l’arrière pendant la seconde guerre mondiale. A leur volonté de maitriser leurs grossesses. Au débat pour obtenir le droit de voter, de travailler. Bref, tout ce siècle d’histoire fort pour la cause des femmes est incarné ici à travers la vie de Georges.

Et en même temps, c’est touchant à quel point la vie de Georges s’est quand même faite par / à travers les hommes. Ils ont été importants dans sa vie, indispensables même. Différents conjoints successifs, un fils. On a beau être une femme libre et indépendante, impossible de vivre sans homme et j’ai aimé ce petit paradoxe si représentatif de la vie réelle.

Si je me suis un peu essoufflée dans la suite du roman, lorsque Georges vieillit et qu’elle n’est plus le personnage principal du récit, j’ai apprécié le regard porté sur les femmes à travers ce roman. Et je garderai de ma lecture, comme un clin d’œil,  un vocabulaire qui a beaucoup de sens pour moi : celui de dire qu’un garçon manqué est une fille réussie !

Ma notation :

Une jolie lecture.

Juré Litté

Les falaises, Virginie Dechamplain

007

Quatrième de couverture :

V. vient d’apprendre que l’on a retrouvé le corps sans vie de sa mère, rejeté par le fleuve Saint-Laurent sur une plage de la Gaspésie. Elle regagne brusquement sa maison natale et se confectionne une «  île  » au milieu du salon venteux. Un lieu où elle découvre, pour mieux l’effacer – ou la ramener –, l’histoire des femmes de sa lignée à travers les journaux manuscrits de sa grand-mère. Prise dans sa lecture, V. est incapable de s’en détacher. Sa seule échappatoire réside derrière le comptoir d’un bar du village, en la personne d’une rousse à la chevelure aérienne prénommée Chloé.
Les Falaises fait le récit d’un chaos à dompter, d’un grand voyage onirique, historique et féminin, qui, de la Gaspésie à l’Islande, réunit ces survivantes de mère en fille. De celles qui admettent difficilement être de quelque part, préférant se savoir ailleurs et se déraciner à volonté…

L’avis de Laure :

Première lecture pour le Prix HarperCollins Poche, un roman aux chapitres très court et qui se lit comme une parenthèse. On suit V. (que j’imagine être l’auteure elle même) au Canada, où elle vient d’apprendre le décès de sa mère. Elle va vider la maison de celle-ci et plonger à cette occasion dans des souvenirs, ceux qui ont amené sa mère et grand mère depuis l’Irlande.

J’ai toujours du mal à parler des romans courts parce qu’il y a inévitablement moins à en dire. Ce  roman se lit facilement si l’on excepte le vocabulaire du Canada que l’on ne connait parfois pas (autant on sait ou on comprend avec le contexte qu’un char est une voiture, autant d’autres mots de vocabulaires étaient plus obscurs pour moi).

J’ai ressenti peu d’émotions à la lecture de ce texte parce qu’elles sont présentes mais tout en pudeur, je crois que ça correspond aux personnages et à leur vécu, leur façon d’être, ils vivent les choses simplement, sans forcément chercher à mettre des mots dessus. Mais on le ressent, cette quête que V. va faire vers ses origines est importante pour elle, pour avancer pour faire son deuil.

Alors, c’est un roman à lire comme celui qui décrit un temps de vie chamboulé, celui que V. traverse à la suite du décès de sa mère.

Ma notation :

Une lecture particulière, je ne saurai vous dire si j’ai aimé.

Juré Litté

Prix HarperCollins Poche

Sitôt revenue de mes vacances, j’ai eu la chance de recevoir un bien joli mail qui m’a mise dans le bain de la rentrée directement ! J’avais postulé il y a quelque temps pour intégrer le jury du premier prix HarperCollins Poche catégorie littérature et j’ai eu la chance d’être retenue.

Juré Litté

  • COMMENT CA SE PASSE ?

Il y aura 10 titres en lice que nous allons découvrir au fil de l’année et le prix sera remis en juin 2023 suite à nos votes. 

  • ON LIT QUOI ?

Pour le moment, la sélection totale soit les 10 titres n’a pas encore été annoncée mais voici déjà les 3 premiers titres qui seront en lice et qui sortent tous en aout. 

004-LAPTOP-7PUAI2CI

J’ai hâte de débuter cette aventure qui promet de me faire découvrir des titres qui peuvent être hors de ma zone de confort. Dans cette première sélection, il y a 2 titres qui traitent de générations de femmes, l’idée me plait bien ! Je vous parlerai bien sûr de chaque titre lu au fur et à mesure de mes découvertes.