Les lumières de Cape Cod, Beatriz Williams

Quatrième de couverture :

1966, Cape Cod.
 » Tiny  » c’est Christina, la troisième sœur de la famille Schuyler, la plus élégante, la plus douce, la plus parfaite. Mariée à Frank Hardcastle, homme politique très influent, Tiny mène une vie de gala et de cocktails dans les jardins cossus de Cape Cod, où les Hardcastle ont établi leur bastion. Mais alors que Frank est donné favori pour les élections présidentielles, deux événements viennent troubler la vie a priori idyllique de sa belle épouse : c’est d’abord les courriers menaçants d’un maître chanteur ; puis, les retrouvailles inattendues et déstabilisantes avec le vétéran Caspian Harrison, de retour de la guerre du Vietnam. Avec ce premier amour qui réapparaît, c’est tout le passé de Tiny qui ressurgit. Un passé bien moins lisse qu’il n’y paraît, fait de passion, de mensonges, de drames. Et dont l’écho, s’il venait à gronder, pourrait nuire à la réputation irréprochable de toute la famille Hardcastle…
Les sentiments ont-ils une place dans la course au pouvoir suprême ?

L’avis de MadameOurse :

Voici encore une lecture que j’ai découverte sur Netgalley et que les éditions Belfond m’ont permis de lire. Ce n’est qu’en commençant ma lecture que je me suis rendu compte que le roman faisait partie d’une saga sur les sœurs Schuyler dont le premier tome est La vie secrète de Violet Grant. (Le 3ème tome n’est pas encore traduit en français). En fait, je me suis lancée quand même dans ma lecture sans avoir lu le premier roman car chaque livre conte l’histoire d’une des 3 sœurs de la famille et peut donc se lire indépendamment. Moi je n’ai pas du tout été perturbée par la catégorisation saga en tout cas.

Lorsque j’ai débuté ma lecture dans le Cape Code des années 66, j’ai eu un peu peur. L’auteure dépeignait Tiny, jeune épouse d’un homme qui se destine à une carrière politique. Très vite, on ressent le côté potiche que la famille de son époux lui attribue, des histoires d’infidélité émergent et je me suis dit « bof ». Ben oui, bof quoi ce genre de personnage mou et qui vit en dépendance des autres non hein.

Sauf que ! Entre les chapitres des années 66, on revient 2 ans en arrière. A cette époque, Tiny n’était encore que fiancée à Frank et venait de rencontrer le major Caspian Harrison. C’est une très belle rencontre dont on ressent tout de suite à quel point elle est forte, on se doute vite qu’il y a eu une idylle entre ces deux là. Et on se demande alors pourquoi elle a quand même épousé celui avec qui elle était fiancée.

Le roman se déroule alors en alternance, 1964 puis 1966. En 64, on rentre tout doucement dans la très belle histoire d’amour qu’ont vécue Capian et Tiny. C’est une partie du roman chargée d’émotions, je l’ai vraiment adorée c’est magique et beau. Pendant ma lecture je m’imaginais moi aussi me blottir dans les bras de Caspian (un beau gosse vous imaginez bien !). Et en même temps, on est sur le fil à se demander pourquoi cette histoire n’a pas perduré.

De l’autre côté en 66, on suit une Tiny à la vie bien plus triste. Elle a fait plusieurs fausses couches, sa relation avec son mari n’est pas parfaite et puis elle est la potiche qui est censée faire de lui une superbe image pour faire avancer sa carrière politique ! Au delà, le roman aborde très bien ce qu’était la vie d’épouse dans les années 60 entre le poids encore très marqué des convenances (surtout dans les grandes familles riches comme celle des Hardcastle) et un début de libéralisation de la vie des femmes à travers les premiers divorces.

J’ai beaucoup aimé comment les événements nous sont amenés par l’auteure et jusqu’où elle va dans son histoire. C’est loin d’être plat, je ne m’attendais pas à une intrigue aussi approfondie, à des événements aussi durs à traverser pour Tiny. Et j’ai vraiment adoré cette surprise ! Pour moi tout y est, le personnage de Tiny est beau et j’ai trouvé la fin du roman la concernant très intelligente dans les choix qu’elle fait.

Ma notation : 

Une très belle surprise. Je recommande sans souci ! Avec mention pour le côté historique intégré dans le roman qui m’a fait voyager dans une période de l’histoire sur laquelle il est toujours plaisant d’apprendre des choses.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

8 commentaires sur « Les lumières de Cape Cod, Beatriz Williams »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s