La soustraction des possibles, Joseph Incardona

IMG_4720

Quatrième de couverture :

On est à la fin des années 80, la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné : le bloc de l’Est explose, les flux d’argent sont mondialisés. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente, on parle d’algorithmes et d’OGM.
À Genève, Svetlana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Il suffit d’être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en matière d’argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi.

L’avis d’Audrey :

J’ai pas mal repoussé l’écoute de ce livre audio. Pour être franche, le « pitch » du roman ne m’intéressait pas du tout. Une intrigue sous fond d’argent, de banques, de pouvoirs et de sexe, ce n’est pas du tout ce que j’ai envie de lire. Puis les avis de mes collègues du jury Audiolib, assez mitigés dans l’ensemble m’ont un peu refroidie. (Le nez dans les bouquins, la mite orange, Aziquilit)

J’ai donc entamé mon écoute avec beaucoup d’appréhension. Le comédien Damien Witeka a de suite donné le ton au texte, illustrant parfaitement l’univers froid, cynique et bien particulier du roman. Il donne vie à Aldo, le personnage du roman, qui délaisse ses balles de tennis le temps de rapatrier des valises d’argents de la France vers la Suisse. Mais Aldo en veut plus, toujours plus, et sa rencontre avec une belle et brillante banquière va le mener dans des affaires plus compliquées que prévu

J’avoue m’être particulièrement ennuyée pendant cette écoute. Trop de détails inutiles pour moi, et un univers qui ne m’intéresse pas du tout. Tout m’a semblé si « cliché ». Le style d’écriture de l’auteur a un peu sauvé l’ensemble, avec plusieurs commentaires et prise à partie des lecteurs que j’ai bien aimé, même si cela hache la narration.

Ma notation:

Vous l’aurez compris, je suis loin d’avoir appréciée cette écoute. Mais si le thème du roman vous plait, que vous avez envie de découvrir un auteur atypique, laissez vous surprendre!

 

 

2 commentaires sur « La soustraction des possibles, Joseph Incardona »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s