Archives pour la catégorie Audrey

Fantazmë, Niko Tackian



Quatrième de couverture:

Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?
Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.
Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, le « spectre » en albanais.

L’avis d’Audrey :

J’ai lu ce roman sans avoir lu la première enquête de Thomar Khan: Toxique que Laure avait lu il y a deux ans. On m’a souvent déconseillé de lire dans le désordre les différents romans mettant en scène un même enquêteur, afin de mieux cerner le personnage, comprendre ses réactions et ses choix. Ici, même si dans les premières pages je ne comprenais pas forcément les événements passés qui étaient cités, cet effet de manque s’est vite dissipé et j’ai réussi à entrer au cœur de l’histoire.

Thomar Khan est loin du flic exemplaire et lisse. On saisit vite qu’il est loin d’être parfait, avec ses failles et ses défauts. Alors que les locaux du 36 quai des orfèvres sont en plein déménagement, Thomar est embarqué dans une affaire de meurtre de migrant. Une affaire qui aurait pu être trop vite classée.

Un court roman rudement efficace. C’est du polar noir, violent, à l’ambiance pesante et qui captive son lecteur. J’ai été un peu décontenancée au départ par les sortes d’hallucinations qui touchent notre flic, mais j’ai aimé la tournure que prenait le roman.

Sans surprise, on retrouve un rythme très rapide, qui colle à l’expérience de scénariste de télévision de l’auteur. Tout est réaliste, utile et efficace. Les chapitres s’enchaînent et l’on arrive à la fin du roman sans s’en rendre compte et en demandant encore.

Ma notation :

Un polar comme j’aime et je vais pouvoir me jeter sur Celle qui pleurait sous l’eau bien vite pour retrouver Thomar Khan.

Pas besoin d’être un super-héros pour réaliser mes rêves, Marilyse Trécourt





Quatrième de couverture:

Avez-vous envie de :

  • vous éclater dans votre travail, votre couple, votre famille et votre vie ?
  • ne plus être stressé en permanence (ou presque) ?
  • vous lever tous les matins avec le sourire ?
  • prendre vos décisions en fonction de vos envies plutôt que de vos peurs ?

Vous avez répondu « oui » à l’une de ces questions ? Alors vous êtes prêt à envisager un changement (petit ou grand) dans votre vie !

Pour cela, vous n’avez pas besoin d’être un super-héros !

L’avis d’Audrey :

L’automne dernier, Marilyse Trécourt nous a proposé ce guide de développement personnel. J’aurai pu vous parler bien vite de ce livre, puisque je m’y suis plongée dès réception, mais j’ai considéré qu’un tel ouvrage méritait un peu de recul pour pouvoir en parler. Près de 6 mois après réception, il est temps de vous en parler.

J’étais curieuse de voir ce qu’elle proposait dans ce guide, tout en étant très sceptique. J’avais aimé sa plume d’auteure de roman, la bienveillance qui se dégage d’elle sur les réseaux sociaux mais je n’étais pas sûre d’être la cible idéale pour ce guide. Alors j’ai d’abord feuilleté et lu en diagonale les diverses parties du livre. J’ai lu en priorité les petites interviews de celles qui parlent de la façon dont elles ont changé de vie ou réalisé leur rêve. Et j’ai trouvé cela plutôt inspirant. Alors je me suis lancé, j’ai sorti le petit carnet qu’Eyrolles m’a offert avec le livre, un très beau stylo et c’est parti.

Le guide est découpé en 12 chapitres, permettant de faire le point sur ses objectifs, d’imaginer sa nouvelle vie et d’oser se lancer. A l’aide de questions, de prises de notes, de témoignages et de séances de relaxation, Marilyse nous accompagne dans le changement. Je me suis laissée prendre au jeu, et je me suis ainsi fixé 2 objectifs, vers lesquels j’avance doucement, avec sérénité et ténacité.

J’apprécie surtout les séances de relaxation, que je réécoute régulièrement pour me recentrer sur mon projet, et je me laisse porter par cette voix douce et inspirante. Il suffit de flasher un QR code pour y avoir accès : très pratique. Bien que je ne les ai peu utilisées, Mathou a illustré des cartes défi. Un dessin frais et moderne, que l’on retrouve sur la couverture.

Depuis novembre, ce joli guide m’a pas mal servi à faire le point sur mes envies. Il ne quitte pas ma table de nuit, et j’aime y piocher force et inspiration. En parallèle, Marilyse Trécourt a ouvert un groupe sur Facebook où l’on peut échanger et partager.

Si comme moi, vous pensez être trop éloigné du monde développement personnel pour apprécier ce guide, vous vous trompez peut-être ! Laissez vous surprendre par la magie de Marilyse, et je parie que vous le refermerez en ayant appris des choses sur vous même.

Ma notation :

Juste envie de dire un grand merci à Marilyse Trécourt pour ses mots et ses conseils.

Le choix de revivre, Clare Mackintosh




Quatrième de couverture:

Max et Pip forment un couple on ne peut plus solide. Cependant, ils doivent faire face à la décision la plus lourde et importante de leur vie et ils ne parviennent pas à trouver un accord. Les conséquences de ce choix impossible menacent de dévaster leur couple et rien ne sera jamais plus comme avant.

L’avis d’Audrey :

Comment réagir si notre enfant était malade, et que son cancer ne laissait que peu d’espoir ? Comment un couple peut-il surmonter une telle épreuve? L’amour va-t-il exploser ou au contraire permettre de vivre cette tragédie à deux, soudés ? C’est l’histoire de Max et Pip et de Dylan leur petit garçon, atteint d’un cancer qui laisse des séquelles terribles au cerveau.

Max ne veut pas abandonner, et souhaite tenter un nouveau protocole pour peut-être sauver son fils. Pip elle préfère laisser Dylan partir. Ne plus le voir souffrir, ne plus s’acharner. Ce combat, ce déchirement se passe sous les yeux de Leila, médecin du petit garçon, témoin malgré elle de ce lourd combat. Le couple se déchire, et la justice va devoir trancher. Mais l’auteur va plutôt nous conter deux histoires parallèles, deux options, deux choix avec leurs conséquences, leurs interrogations et leurs issues.

Autant dire que vu le sujet du roman, ce livre est bouleversant et difficile à finir. En tant que maman, j’ai bien souvent eu les larmes au bord des yeux, secouée par la dureté des épreuves que doit vivre ce couple. L’auteure a mis beaucoup d’elle dans ce roman, elle nous l’explique dans le prologue, son couple a été confronté à ce choix atroce. C’est sans doute pour cela que ce roman semble si réaliste tout en maintenant beaucoup de pudeur. Le récit ne tombe jamais dans le larmoyant ou dans l’apitoiement inutile.

De cette histoire se dégage tout l’amour de parents pour leur enfant. J’ai pris place au coeur de cette famille, j’ai vécu le pire avec eux, et je pense que ces personnages resteront avec moi pour longtemps.

Au delà de l’histoire émouvante et saisissante, Clare Mackintosh a su livrer un roman à la construction originale et qui donne une jolie touche à l’ensemble. Une façon de marquer encore un peu ses lecteurs.

Ma notation :

Tragiquement bouleversant. Une lecture difficile mais nécessaire, qui met en lumière le bonheur de la vie qui nous entoure.

[Duo lecture] Emmenez-moi, Collectif

Pourquoi ce livre :

(Audrey) Des nouvelles, quelques auteurs que j’affectionne, il m’en fallait pas davantage pour avoir envie de me plonger dans recueil.

(Laure) J’ai beaucoup aimé que les éditions Charleston proposent elles aussi leur recueil solidaire en faveur des soignants, je l’ai donc acheté sans hésiter.

La couverture :

(Audrey) Une couverture fleurie qui laisse présager des textes empreints de fraîcheur. J’aime beaucoup.

(Laure) Des coloris très Charleston, j’aime !

La quatrième de couverture :

Alors que le monde fait face à une crise sanitaire sans précédent, les auteurs et l’équipe Charleston souhaitent s’associer aux démarches solidaires spontanées qui se sont développées dans tout le pays et soutenir le personnel soignant. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un recueil de nouvelles en partenariat avec le collectif #ProtègeTonSoignant.

Puisque les mots resteront toujours le meilleur moyen de s’évader, dix des auteurs et autrices Charleston vous invitent au voyage, à laisser derrière vous un quotidien qui comporte nécessairement de petites baisses de moral, pour suivre leurs héros dans leur quête d’évasion. Depuis un banc ensoleillé, en partance pour des destinations exotiques, ou au cœur d’une gare où se croisent les voyageurs, un moment de divertissement et d’évasion !

Après lecture :

(Audrey) J’ai lu beaucoup de nouvelles ces dernières semaines, et j’avais envie de continuer avec ce recueil réunissant quelques auteure()s que j’affectionne beaucoup, et c’était le moment de découvrir d’autres plumes, notamment Julien Rampin.

10 textes, avec comme point commun cette envie ou ce besoin d’évasion, de voyage, d’autres choses. 10 textes, présentant des personnages différents : j’ai aimé certains d’entre eux, j’ai eu plus de mal à accrocher avec d’autres d’autres. J’ai beaucoup aimé l’histoire de Robyn qui trouve refuge chez une vieille dame. Clarisse Sabard nous livre une nouvelle qui nous rappelle qu’il faut écouter son cœur pour trouver l’endroit où l’on se sentira bien. Je retiendrai aussi la plume tendre et poétique de Julien Rampin, avec lui on prend place sur un banc aux cotés de Ginette, qui regarde droit devant elle, sereine et attendant un miracle. Très touchée également par la petite Mistinguett, petite fille espiègle et curieuse dans la nouvelle de Marie Vareille.

10 textes frais et agréables à lire. Nul doute que chaque lecteur ou lectrice trouvera dans ce recueil le texte qui le fera voyager, qui l’emmènera le temps d’une lecture pour un moment où les mots font oublier le reste.

(Laure) Je ne suis pas férue de nouvelles vous le savez, je laisse volontiers cette « casquette » à Audrey mais j’ai su moi aussi me laisser charmer par certaines nouvelles du recueil. Clairement, je partage la préférence d’Audrey et ne suis pas surprise que ce soit celle de Clarisse Sabard qui nous ait fait vibrer. C’est toute la plume et le talent de Clarisse qu’on retrouve une fois de plus dans sa nouvelle, avec le soupçon de magie habituel et toujours une histoire à cheval entre 2 époques. Et oui, elle arrive à faire cela en seulement quelques pages !

En second lieu, je citerai également Julien Rampin dont je découvre la jeune plume. Il évoque les souvenirs de toute une vie et c’est très très joliment fait. J’aime souvent beaucoup la façon dont il parle de ce qu’il a aimé dans les livres qu’il lit, je ne suis pas surprise qu’il sache aussi nous charmer en inventant des histoires.

Et puis, pour le côté vraiment décalé, original et loufoque, je retiens également la nouvelle de Laura Trompette qui brouille les pistes dans une nouvelle bien mystérieuse. On la lit en faisant des hypothèses : de qui nous parle-t-elle ainsi ? J’avais une idée et je ne me suis pas trompée, le procédé est vraiment amusant à lire.

 

Si vous avez lu le recueil, n’hésitez pas à partager avec nous vos textes préférés en commentaire.

Face à face, collectif



Quatrième de couverture:

Un projet unique dans le monde du noir et un concept simple : 2 auteurs, parmi les plus grandes voix actuelles du genre, font se rencontrer leurs héros respectifs en dehors de leurs romans et de leur cadre habituel.

L’avis d’Audrey :

23 auteurs de thriller réunis pour un recueil de nouvelles. 11 textes écrit à 4 mains, dans lesquels les héros récurrents de deux auteurs se rencontrent. L’occasion de changer de lieu, de juridiction, de façon d’enquêter. Vous le savez à force de le dire, j’adore le genre des nouvelles, donc ce livre est fait pour moi. Je connaissais seulement 9 auteurs, c’était l’occasion de goûter à la plume et au style des autres écrivains.

J’ai aimé piocher dans le désordre du recueil pour retrouver certains personnages et faire la rencontre de beaucoup d’autres. Le genre impose un dénouement rapide et concis, et l’on peut alors être vitre frustré que l’intrigue et l’histoire ne soient pas plus développés. On n’entre pas suffisamment dans l’ambiance de chaque texte, les personnages manquent de psychologie et si l’on ne connait pas les héros connus, on peut facilement passer à coté de quelques subtilités, j’imagine.

Pourtant, j’ai vraiment aimé ces textes, certains plus que d’autres. J’ai adoré la confrontation entre l’inspecteur Pendergast de Preston et Child et Slappy, issu d’un des romans fétiches de mon enfance : La nuit du pantin de R.L Stine. Jamais je n’aurai pu imaginer qu’une telle rencontre ait lieu un jour.

Ce recueil ravira sans nul doute les amateurs de thriller. On y retrouve tous les ingrédients pour un moment de lecture agréable et sympathique. Cette lecture m’aura ainsi permis de noter quelques noms d’auteurs, pour mes prochains choix de romans.

Ma notation :

Un recueil efficace grâce à la plume de grands noms du thriller.