[Duo lecture] Toutes les histoires d’amour du monde, Baptiste Beaulieu

Pourquoi ce livre :

(Lunatic) Baptiste Beaulieu, je le suis beaucoup sur les réseaux sociaux. J’aime sa plume, son ton, sa générosité, ses combats. Je vous conseille d’ailleurs d’écouter les podcasts de sa chronique sur France Inter. C’est en toute logique que j’ai voulu lire ce roman.

(MadameOurse) J’avais déjà lu Baptiste Beaulieu et, comme Lunatic, j’ai du respect avant tout pour l’homme qu’il est, les combats qu’il mène. On a parlé de la sortie de ce nouveau roman avec Lunatic et mon intérêt pour l’auteur m’a donné envie de le relire.

La couverture :

 

(MadameOurse) C’est une couverture qui me parle parce qu’il y a des livres dessus et de la couleur. Et puis ce titre évidemment !!

(Lunatic) Une couverture très sobre, classe tout en étant colorée. J’aime bien!

La quatrième de couverture :

Lorsqu’il découvre dans une vieille malle trois carnets renfermant des lettres d’amour, le père de Jean sombre dans une profonde mélancolie.
Jean, lui, tombe des nues : Moïse, son grand-père, y raconte toute l’histoire de sa vie. Plus incroyable encore, Moïse adresse son récit à une inconnue  : Anne-Lise Schmidt.
Qui est cette femme ? Et surtout qui était-elle pour Moïse  ? Comment quelqu’un de si chaleureux et sensible dans ses lettres a-t-il pu devenir cet homme triste et distant que père et fils ont toujours connu ?
Naviguant entre les grands drames du xxe siècle et des histoires d’amour d’aujourd’hui glanées dans une tentative éperdue de faire passer un message à son père, Jean devra percer le lourd secret d’un homme et lever le voile sur un mystère qui va chambouler toute une famille…

Après lecture :

(Lunatic) L’auteur avait brièvement parlé de son voyage en Allemagne, de ses recherches, de quoi attiser ma curiosité. Et quand on visionne la bande annonce du roman (au passage, j’adore ce procédé…) comment ne pas vouloir se plonger dans le livre.

Effectivement, la vie de Moïse est un vrai roman. On va traverser tout le 20ème siècle au travers de ses lettres, de son récit qu’il écrit à sa petite Lisette. Son enfance, une mère distante, un père qui ne revient pas, des amitiés, des drames, des passions, les guerres, la violence et beaucoup d’amour surtout. On devinera vite qui est Lisette, s’attachant à cette petite fille qu’on ne connait pas vraiment au final.

Mais ce roman ce n’est pas juste l’histoire de Moïse, c’est aussi l’histoire de Denis son fils, et de son petit fils Jean. C’est lui qui mènera les recherches, qui retournera sur les traces de son grand-père et tentera de retrouver Anne Lise Schmidt. Même si les parties du roman se déroulant « aujourd’hui » étaient moins passionnantes, j’ai quand même apprécié cette relation père-fils si compliquée, pleine de non-dits, manquant de tendresse et pourtant si riche d’amour. Mais c’est aussi l’histoire de personnages croisés rapidement dans le roman. Des histoires d’amours différentes, fortes et dégageant beaucoup d’émotions.

A travers Jean, on reconnait bien l’entendu l’auteur, toute sa générosité et il en profitera dans son récit pour évoquer certains combats qui lui tiennent à cœur. Ce roman, c’est la vrai histoire de l’auteur et de sa famille. Je me demande alors s’il a été facile pour lui de livrer ainsi l’histoire des siens. Mais on ne peut que le remercier de nous avoir permis de connaître Moïse, de nous parler de cet amour si sincère et si touchant qu’il a connu dans sa vie. Une bien jolie rencontre et des personnages qui risquent d’accompagner les lecteurs pendant un long moment.

(MadameOurse) Je me suis immergée dans l’histoire de Moïse tout au long du WE et ai dévoré ce roman ! C’est souvent le signe d’une histoire captivante et c’est en effet le cas. On va traverser le siècle avec Moïse à travers les lettres qu’il écrit à Anne-Lise. Ces lettres viennent d’être retrouvées par Jean et Denis, petit-fils et fils de Moïse. Elles vont tellement les chambouler que la lecture de ces lettres va déclencher une quête autour d’un pan de la vie de leur ancêtre qu’ils ne connaissaient pas. En effet, qui est donc cette Anne-Lise a qui les lettres sont destinées ?

Nous lecteur, découvrons alors lesdites lettres et plongeons dans la vie bien mouvementée de Moïse. Né en 1910, celui-ci traversa les 2 guerres mondiales : la première lui fera perdre son père et la deuxième l’éloignera de sa famille puisqu’il sera captif de longues années en Allemagne comme prisonnier de guerre. Mais l’histoire de Moïse est bien plus que ça, c’est l’histoire d’un homme qui se confie sans voile sur les gens qu’il a aimés, les relations qu’il a eues aussi bien amicales qu’amoureuses. C’est l’histoire de drames qui ne peuvent que nous émouvoir. C’est une très belle histoire dont je ne souhaite rien dévoiler ici mais c’est une histoire qui m’a touchée et émue.

Je dois avouer que, comme souvent dans ces procédés d’écriture, passer d’une époque à l’autre est risqué. Là en l’occurrence, les retours au présent dans la vie de Jean m’ont tellement coupée de Moïse que les passages en question me plaisaient moins. A travers Jean, j’ai beaucoup retrouvé Baptiste Beaulieu lui-même. Et je crois que l’auteur a mis beaucoup de lui même dans son personnage du présent. On y retrouve alors ses combats, ses révoltes, on le retrouve vraiment lui. Ce n’est pas négatif mais j’ai trouvé que cela apportait trop de thèmes aux romans dont certains ne peuvent pas être approfondis car le roman a déjà un autre sujet. J’aurais préféré parfois que ces parenthèses ne figurent pas dans le roman plutôt qu’elles soient juste survolées.

Mais la finalité de ce roman, la révélation finale donne vraiment sens au fait que le roman soit alternance du passé et du présent et justifie complètement que l’auteur n’ait pas juste raconté la destinée de Moïse. Et j’avoue que le roman prend tout son poids dans ces derniers chapitres et alors, on se sent, nous lecteurs, témoins d’une très jolie page de vie en train de s’écrire. Une page dont je souhaite fort une issue positive.

 

(Roman lu en partenariat avec Netgalley, à paraître ce jour aux éditions Mazarine)

Publicités

Hygge & Kisses, Clara Christensen

Quatrième de couverture :

Bo, 26 ans, a toujours mené une vie calibrée, sans risque. Aussi, quand elle perd son travail, tout son plan de vie d’écroule et elle panique. Son amie Kirsten la convainc de prendre des vacances et d’aller se ressourcer dans la villa de sa mère à Skagen, une petite ville du nord du Danemark. Malgré une météo sur place peu clémente et 17 heures de nuit par jour, Bo accepte de tenter l’aventure. C’est une chaleureuse maison de campagne et le vrai sens de sa vie qui l’attendent… Un premier roman hygge, pour tous les lecteurs amateurs de l’art de vivre danois !

L’avis de Lunatic :

Un début de roman à l’ambiance Bridget Jones. Bo, vit une relation avec un de ses supérieurs, Ben. Un jeune homme arrogant, qui dès le début n’a pas attiré ma sympathie. Il souhaite garder secrète sa relation avec Bo. Elle n’a le droit qu’à quelques soirées dans des restaurants ou bars huppés, quelques nuits et rien de plus. Ben est égoïste, égocentrique, carriériste, mais que fait-elle avec lui? Lorsqu’elle perd son emploi, elle est désespérée, et les quelques jours de vacances au Danemark que lui propose sa coloc vont lui permettre de changer d’air. Pourtant le programme n’annonce rien de réjouissant: une maison de campagne isolée, le froid et la pluie. Sur place, elle rencontre Florence, une artiste céramiste, et Simon un écrivain mystérieux et bougon. Ils seront vite rejoints par Emil, de passage dans la maison pour une triste raison. Pendant quelques jours ce quatuor va s’apprivoiser, se prendre d’amitié et découvrir grâce à Emil l’art du Hygge.

De retour à Londres, Bo va totalement bouleverser sa vie et réaliser son rêve en changeant de voie. Quitte à tirer un trait sur pas mal de certitudes.

J’ai adoré ce roman. Je me suis attachée à chacun des personnages. J’avais l’impression d’être lovée avec Bo dans un canapé, sous un plaid à discuter avec Florence ou Emil à la lueur d’une bougie. J’avais l’impression de sentir la pluie fouetter mon visage lorsqu’ils s’aventuraient à l’extérieur. J’aurais voulu faire partie de cette bande sympathique. Bon, avouons le, Bo a mis un peu de temps à se rendre compte que Ben ne méritait pas son affection, mais elle a su trouver quelqu’un qui l’écoutait enfin, avec qui partager ses doutes, ses envies, sa passion et je savourais des étoiles plein les yeux la naissance de leur relation.

Un roman tout doux, lumineux et réconfortant. Des personnages sympathiques et pas caricaturaux. De l’amitié, de l’amour, de la passion, des remises en question. Un livre bonheur que je vous conseille de lire cet automne. Sortez votre plaid, préparez vous un bon thé à la cannelle, une part de votre gâteau préféré. Installez quelques bougies parfumées, un fond de musique et dégustez ce roman cocooning. Bonne lecture !

Ma notation :

Un roman tout en douceur très sympa.

 

Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture

 

Maintenant que tu le dis, Kristan Higgins

 

Quatrième de couverture :

L’avis de Lunatic :

Kristan Higgins, je la vois beaucoup sur les blogs, je lis souvent des avis très positifs, alors je me suis laissée tenter quand Netgalley proposait son tout nouveau roman. Et j’ai bien fait. J’ai complètement dévoré les presque 500 pages de ce roman. Dès les premières pages, j’ai été conquise par Nora. Alors qu’elle se fait renverser par une camionnette, son compagnon, médecin dans le même hôpital qu’elle, en profite pour draguer une autre collègue. Il n’en fallait pas moins à Nora pour le quitter et décider de retourner sur l’île où elle a grandi. Comme elle le présageait, l’accueil n’y est pas des plus chaleureux. Nora n’y était pas revenue depuis des années, sa sœur est en prison, sa nièce est distante et froide, et que dire de sa mère, adepte de la calinothérapie mais qui pourtant est loin d’être une mère câline envers sa fille. On rajoute à cela, les anciens camarades de lycée qui lui ont mené la vie dure et n’acceptent pas sa réussite sociale.

Nora est une femme extraordinaire. Forte, indépendante, pleine d’humour. J’ai trouvé ce choix de retour aux sources très courageux. Alors qu’elle aurait pu profiter de ce repos forcé pour passer du bon temps, elle décide de penser aux autres avant de penser à elle. Trouver un compagnon à sa mère, rendre le sourire à sa nièce, et va même jusqu’à s’engager dans le petit dispensaire local. Les personnages qui gravitent autour d’elle sont tout aussi attachants et intéressants. J’ai eu un petit coup de cœur pour Xiaowen, une ancienne amie de lycée devenue un sacré numéro. Les femmes de ce roman sont pleines d’humour, de joie et je dois dire que j’adorerais passer une soirée avec elles, à rire, papoter, boire du bon vin et plonger dans l’eau glacée. Par contre, je trouve qu’il ne fait pas bon être une homme dans ce roman (ils sont au choix : menteurs, fugueurs, méchants, stupides, dérangés et méchants….)

Je m’attendais à lire une romance un peu niaise, et ce roman est loin de ça. Alors oui, un homme va être présent dans le roman, mais il ne tient pas la place centrale de l’intrigue. Puis il est loin des clichés de « prince charmant » auquel on pourrait s’attendre. Ce roman mélange de nombreux styles, et ça en fait sa richesse. C’est drôle, frais, émouvant, J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture, et je vais devoir bien vite lire un autre roman de cette auteure pour confirmer ou non mon petit coup de cœur.

 Ma notation :

Une belle découverte… vite vite vite, que je me replonge dans l’univers de Kristan Higgins.

 

 

(Merci à Netgalley pour cette lecture, à paraître le 10 octobre 2018)

100 jours pour être heureux, Eva Woods

 

Quatrième de couverture :

Lorsque deux jeunes femmes que tout oppose se rencontrent, le destin pourrait bien basculer. Annie mène une existence vide de sens et de joie depuis qu’un drame a brisé sa vie deux ans plus tôt. Polly est condamnée, il lui reste trois mois à vivre. Mais Polly, aussi rayonnante et excentrique qu’Annie est terne et renfermée, a décidé de relever le défi des  » cent jours pour être heureux « . Elle entraîne sa nouvelle amie dans cette aventure : trouver chaque jour une source de joie, un petit bonheur.

L’avis de Lunatic :

Annie rencontre Polly alors qu’elle est à l’hôpital pour visiter sa mère, touchée par un Alzheimer précoce. Polly, pleine d’originalité, se montre rapidement un peu envahissante aux yeux d’Annie, mais elle saura malgré tout l’amadouer et la convainc de relever avec elle le défi d’être heureuse sous 100 jours. Pourquoi 100 jours? C’est le temps qu’il resterait à vivre à Polly condamnée par la maladie. Un pitch qui pourrait annoncer un roman triste, noir, et il n’en est rien… Polly apporte du bonheur autour d’elle ! Elle est touchante, émouvante, marrante et elle amènera Annie à retrouver le sourire, à trouver la vie belle, malgré un passé dramatique et un quotidien difficile.

Comment ne pas s’attacher à nos deux héroïnes si différentes, et qui pourtant vont former un magnifique duo. Les personnages secondaires vont aussi être pris dans cet élan de bonheur. On rit, on souffre, on a peur, on pleure, on est heureux… Et on referme ce roman en se disant qu’il faut vraiment profiter de notre vie, et se donner les moyens d’être heureux, ne pas passer à coté. J’ai lu ces 500 pages sans m’en rendre compte, on arrive rapidement à l’issue des 100 jours, redoutant un final qu’on nous laisse présager dès le départ. Ce roman me fait penser au club des feignasses. Ce même sentiment étrange pendant la lecture mêlant bonheur et drame, avec l’impression d’avoir pris des bouffées d’espoir et d’optimisme.

Ma notation :

Un joli roman feel-good qui malgré un thème difficile est une pépite de bonheur.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Un matin ordinaire, Marjorie Tixier

 

Quatrième de couverture :

Laurence rêve d’un grand voyage mais son mari manque de confiance en lui pour l’emmener à l’autre bout du monde. Et puis surtout, elle a deux petites filles et un père gravement malade. Alors, pour s’évader et se ressourcer, elle court chaque vendredi à heure fixe, selon un rituel immuable.

Ce jour-là, pourtant, une rencontre inattendue l’attend…

C’est donc par un matin ordinaire que le destin de Laurence va basculer et redistribuer les cartes d’une vie de famille jusque-là bien réglée.

L’avis de Lunatic :

Ce roman m’a intriguée car je me demandais bien quelle rencontre Laurence avait pu faire lors de son jogging hebdomadaire pour faire basculer sa vie. J’avoue que si j’avais connu le thème du roman avant de le lire, je ne l’aurai peut-être justement pas lu. Sans être violent ou trop difficile, je n’avais pas envie de lire cela. Je m’imaginais une rencontre bien différente de celle décrite par l’auteure.

La construction du roman m’a par contre bien plu, c’est ce qui a fait pencher la balance pour que je continue ma lecture. L’auteure donne la parole à de nombreux personnages de l’entourage de Laurence : enfant, époux, voisine… Ainsi on aperçoit comment un même événement est vécu différemment par chacun des personnages. On est témoins d’une multitude de sentiments, d’émotions et de réactions. J’ai beaucoup aimé l’utilisation de ces divers points de vue. Les personnages sont décrits avec minutie, avec beaucoup de réalisme et pour ma part j’ai été particulièrement touchée par la fille cadette de Laurence. Je parlais de minutie, un peu trop peut-être. La multitude de détails peut vite lasser les lecteurs.

Sans être une lecture qui me marquera, ce roman est très plaisant et la plume de l’auteure est vraiment agréable à lire. Je la relirai avec curiosité.

Ma notation :

Un roman plaisant mais pas inoubliable.

 

(Merci à Librinova pour cette lecture)