Archives du mot-clé psychologie

Le colis, Sebastian Fitzek

Quatrième de couverture :

Psychiatre, Emma Stein a été victime d’une agression nocturne dont elle s’est miraculeusement sortie. Depuis, elle vit recluse dans sa maison, de peur de croiser à nouveau la route de ce psychopathe que la presse a surnommé le Coiffeur.

Un jour, son facteur lui demande d’accepter un colis pour l’un de ses voisins. Emma connaît tous ceux qui habitent dans sa rue.
Or, jamais elle n’a entendu parler de cet homme…

L’avis de Lunatic :

La femme qui voit de l’autre coté du miroir, Catherine Grangeard et Daphnée Leportois

Quatrième de couverture :

Lucie fête ses 25 ans en famille. Comme d’habitude, sa mère n’a pas prévu de gâteau : le poids de Lucie la range, selon les médecins, dans la catégorie des obésités modérées. Lucie a trente kilos en trop. Trente kilos dont ni le sport ni les régimes ne sont jamais venus à bout… Quand elle fait le bilan de ses efforts, Lucie se dit qu’elle a le choix entre : 1. Avoir faim non-stop tout en faisant du sport à outrance. 2. Continuer de grossir et mourir d’un infarctus trop jeune.

A la table familiale, elle fait une déclaration tranchante : pour son anniversaire, elle va s’offrir une chirurgie bariatrique. Avant l’opération, le protocole prévoit un rendez-vous avec une psy. Pour Lucie, il s’agit surtout d’obtenir que la psychanalyste signe en bas du formulaire et autorise l’intervention. Mais cette première rencontre s’ouvre sur d’autres entretiens au cours desquels Lucie interrogera son rapport à son corps, à l’autre et au monde. Lucie optera-t-elle finalement pour la chirurgie ou trouvera-t-elle une autre voie pour se sentir bien dans sa peau ?

L’avis de Lunatic :

Lorsque Eyrolles nous as proposé de lire ce roman, je disais à Madame Ourse que ce titre était pour moi ! Comme l’héroïne de ce roman, mon IMC me classe dans la catégorie obésité morbide. J’étais donc curieuse de découvrir une héroïne qui pouvait me ressembler un peu. Et j’ai vite compris qu’elle était loin de me ressembler. Lucie, jeune prof d’anglais au collège n’assume pas son poids, ses rondeurs, son physique. Aucun régime ne fonctionnant, et n’imaginant pouvoir rester ainsi, elle décide de passer par la chirurgie. Mais avant cela, elle doit avoir l’accord d’un psychologue. En découle alors une vraie réflexion, une remise en question qui risque bien de l’amener vers d’autres chemins.

Lucie j’aurai pu l’apprécier, elle est touchante, émouvante mais ce manque de confiance en elle à trop haute dose est énervant. J’avais envie de lui botter les fesses. Puis il faut dire que les auteurs du roman font d’elle une vrai caricature de la « grosse ». Lucie mange trop, Lucie mange mal, Lucie ne fait pas de sport, Lucie vit seule, Lucie est entourée de proche « grossophobes », Lucie est victime de moqueries au collège. Tant de clichés pour un seul personnage, qui sont en plus poussés à l’extrême je trouve : un vélo d’appartement comme cadeau d’anniversaire de la part de sa famille, la caissière du supermarché qui commente ses achats, des réflexions déplacées du corps médical. Alors je vis peut-être dans un pays de bisounours, mais je n’ai jamais eu à vivre de genre de souffrances que subit Lucie quasi quotidiennement.

Ce livre m’a fait sourire tant les auteurs semblent être passés à coté du sujet. Même si le sujet veut être traité avec bienveillance et que le récit véhicule un message positif sur l’estime de soi et sur le fait d’apprendre à s’aimer.

Ma notation :

Je referme ce livre assez déçue.

Écoute-nous, Liz Coley

Quatrième de couverture :

TOUT OUBLIER POUR SURVIVRE
Angela, 13 ans, est kidnappée pendant un camp de vacances. Elle réussit à s’évader, rentre chez elle… pour découvrir que son absence a duré 3 ans.Elle ne se souvient de rien.

Qu’a-t-elle subi durant sa disparition ?
Comment s’est-elle échappée et qui est son ravisseur ?

Alors qu’Angela tente de retrouver la mémoire, son comportement devient de plus en plus étrange et totalement incontrôlable. La jeune fille l’ignore, mais ce qu’elle a vécu est encore plus terrifiant que tout ce qu’elle peut imaginer…

L’avis de Lunatic :

Angela, 13 ans, réapparait chez elle comme si de rien n’était alors qu’elle a disparu depuis 3 ans. Pourtant elle ne se souvient de rien, elle pense revenir d’une sortie dans les bois avec les scouts. Son amnésie est totale ! Avec qui était-elle? Où? Comment est-elle rentrée? Difficile pour elle de retrouver une vie normale, surtout qu’elle a l’impression que ses parents s’étaient résignés à ne plus la retrouver.

Ce roman occulte totalement l’enquête policière, ici on se concentre sur Angela, et les conséquences psychologiques de son traumatisme. Elle entame un travail avec une psychologue pour contrer son amnésie. Rapidement, Angela se rend compte que plusieurs personnalités vagabondent dans son esprit. Ses divers personnages, aux caractères bien différents lui ont permis de survivre durant son enfermement. Cet élément qui peut paraître compliqué est très bien expliqué et mis en scène dans le roman. Il est presque fascinant de voir comment elle va s’en détacher pour retrouver la mémoire.

Ce roman se lit très bien, le style est fluide, simple. Néanmoins j’ai trouvé qu’il était un peu longuet et j’ai tiqué sur certains points. Vous iriez confier votre bébé à une gamine souffrant de problèmes psychologiques et ayant vécu un tel drame? De plus, les parents d’Angela ont comme première préoccupation de savoir dans quelle classe il faut la scolariser… Perso, ce serait le dernier de mes soucis après un tel drame. Les personnages sont assez fades, le père est absent du roman, et même Angela semble vivre tout cela avec beaucoup de distance. Bizarre !

Ma notation :

J’ai aimé le roman, mais sa lecture n’est pas indispensable.