Archives du mot-clé Lycée

Les 5 règles du mensonge, Ruth Ware

2ZTnBrloS5yhH5KBcehpqw

Quatrième de couverture :

RÈGLE NUMÉRO UN
Dis un mensonge

RÈGLE NUMÉRO DEUX
Ne change pas ta version

RÈGLE NUMÉRO TROIS
Ne te fais pas prendre

RÈGLE NUMÉRO QUATRE
Ne pas se mentir les unes aux autres

RÈGLE NUMÉRO CINQ
Savoir quand cesser de mentir

Quand quelqu’un meurt, ce n’est plus un jeu…

L’avis d’Audrey :

Quelle 4ème de couverture intrigante, vous ne trouvez pas? J’aime commencer un roman sans rien savoir de l’histoire ni des personnages.

Besoin de vous. C’est le SMS que reçoit Isa de la part de Kate. Elle sait que Fatima et Théa ont reçu le même message. Les 4 femmes sont amies depuis plus de 20 ans. Une amitié qui a débuté au lycée, alors qu’elles étaient en pension. Une amitié et un secret qui semblent les lier à jamais. Pour Isa, pas la peine de réfléchir, elle décide de se rendre à Salten, dans la maison de Kate le matin même. Elle prend avec elle sa petite fille, Freyia. Un tout jeune nourrisson qu’elle allaite et qu’elle n’imagine pas laisser.

Dès les voyage en train pour rejoindre ses amies, les chapitres laissent place aux souvenirs de jeunesse. On fait la connaissance de jeunes filles assez libérés, qui multiplient les expériences, les soirées arrosées ou autres incartades. Loin de l’image de femmes posées et responsables qu’elles montrent dans le présent.

Une ambiance très mystérieuse, presque malsaine s’installe rapidement. Quand on apprend pourquoi Kate a convoqué ses amies, on comprend alors que leur secret s’annonce  tragique, voire macabre ! Surtout ne rien dévoiler, continuer à mentir pour ne pas que tout vole en éclats.

J’ai adoré ce roman presque autant que j’en ai détesté chaque personnage. Je n’ai pas réussi à m’attacher à l’une seule d’entre elles. Mais en même temps je ne pense pas que ce soit le but de l’auteure que le lecteur se prenne de sympathie pour elles. Dans ce roman, comme dans les précédents, l’auteur décortique avec minutie la psychologie des personnages et les interactions entre eux. Bien qu’il y ait beaucoup de suspense et de surprises, l’action reste assez lente mais du coté positif. Vous savez, un peu à l’image de certaines séries policières anglaises comme Broadchurch.

Une fois que vous aurez lu ce roman, serez-vous prêts à garder le mensonge?

Ma notation:

Un thriller psychologique qui m’a beaucoup plu. Une histoire d’amitié qui tourne au drame pour notre plus grand plaisir de lecteur un peu machiavélique.

fleuve

(Merci à Estelle des éditions Fleuve pour la lecture)

54 minutes, Marieke Nijkamp

Quatrième de couverture :

10  h  08 – KEVIN
Mec, il se passe quoi ? Réponds-moi  !

10  h  09 – SYLVIA
Tyler est revenu.

10  h  11 – MATT.
Claire j’ai trop peur. Il tire sur les gens. Qu’est-ce que je fais  ? CLAIRE DÉCROCHE S’IL TE PLAÎT  !

10  h  27 – AUTUMN
Ça ne peut pas être vrai. Ça ne peut pas être Ty. Ça ne peut pas être mon frère.

10  h  30 – TYLER
Aujourd’hui vous m’appartenez tous.
Aujourd’hui vous allez m’écouter.

L’avis de Lunatic :

Lycée d’Opportunity dans l’Alabama. Alors que le proviseur finit son discours qui ouvre le début d’un nouveau semestre, un ancien élève entre dans l’auditorium et tire dans la foule d’étudiants et de professeurs. Ils sont piégés dans cette salle durant 54 longues minutes. Ce drame est raconté par la voix de 4 personnages, qui ont tous un lien avec le tireur, dont on connait rapidement l’identité.  Parmi nos quatre personnages, deux sont à l’extérieur de l’auditorium: l’un va prévenir les secours et devenir spectateur du drame qui se joue dans le lycée et l’autre va essayer de sauver du monde en ouvrant les portes de cette prison. Les chapitres qui se succèdent donnent également la parole à la sœur du tireur et à une amie de celle-ci qui, elles, sont piégées dans l’auditorium.  En plus du récit de ces 54 longues minutes, on a le droit à des flash-back, qui tentent d’expliquer la raison de ce drame, comment ces lycéens en sont arrivés là.

J’ai beaucoup aimé ce roman, le rythme est haletant tout en donnant l’impression que ces 54 minutes durent une éternité. On a peur pour les élèves, on n’éprouve aucune empathie pour le tireur, et on se demande jusqu’où il va aller dans l’horreur. L’histoire est très réaliste, et ne tombe pas dans le sensationnel l’auteur reste sobre et ne tombe pas dans les clichés. J’étais à cran durant toute ma lecture, l’auteur a su vraiment instaurer un climat de suspense et d’angoisse qui donne tout son charme à ce roman.  Un récit que je verrai vraiment adapté pour un téléfilm ou une série télé, un récit qui n’est pas sans rappeler le film Elephant de Gus Van Sant.

Ma notation :

Un roman Young adult glaçant. A lire!

(roman lu en partenariat avec netgalley)