Passager 23, Sebastian Fitzek

passager 23

Quatrième de couverture :

Imaginez un lieu isolé.
Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes…
Sans laisser de trace.
Un lieu rêvé pour des crimes parfaits.
Bienvenue à bord.
La croisière ne fait que commencer…

L’avis de Lunatic :

Il y a quelques semaines je partais pour une croisière un peu ennuyante avec La disparue de la cabine numéro 10.

Ici avec Sebastian Fitzek, tout le contraire… tout s’enchaîne à bord du Sultan des mers, on est en perpétuel stress et angoisse tout au long du roman.

Martin, un flic au caractère bien trempé est appelé à bord par une vieille femme. Une enfant qui avait disparu avec sa mère il y a deux mois est réapparue sur un pont. Une affaire qui l’interpelle, sa femme et son fils Timmy ont trouvé la mort il y a 5 ans sur ce même bateau. Une caméra de surveillance a montré qu’ils étaient passés par dessus bord. Il se sent d’autant plus concerné par cette affaire, que la jeune fille avait dans les mains le doudou de son fils.

Mark va alors essayer de savoir ce qui est arrivé à cette petite fille. Y-a t-il un lien avec sa propre histoire? Il va s’entourer du capitaine et du médecin du paquebot pour enquêter.

Mais rien ne se passera comme prévu. Et si quelqu’un lui avait tendu un piège?

Ce roman est très rythmé. Les chapitres très courts, alternant les récits de plusieurs personnages ne nous laissent aucun répit. Les révélations se succèdent et doucement on peut remettre en place les pièces du puzzle sans pour autant comprendre le sens de cette histoire. On doute sur de nombreux personnages! Certaines scènes sont assez glauques pour moi qui ne suis pas amatrice de thriller un peu dur. (imaginez devoir manger des poignées de vers vivants… beurk). Alors oui, il y a beaucoup de retournements de situations, beaucoup de morts, mais l’ensemble est hyper bien maîtrisé. Je n’arrivais pas à lâcher mon livre, je devais savoir.

Lorsque arrive le final et ses révélations, j’ai été soufflée et dérangée. Fitzek évoque alors un thème peu traité et très tabou. Audacieux !

Ma notation :

Captivant même dans l’horreur. A lire sans hésiter pour les amateurs de thriller.

 

archipel

Merci aux éditions l’Archipel pour le partenariat.

Publicités

Tu ne te souviendras pas, Sebastian Fitzek

 9782253166412-T
Quatrième de couverture :
 
 Célèbre avocat berlinois, Robert Stern a rendez-vous avec l’une de ses anciennes maîtresses dans une friche industrielle désaffectée. Elle vient accompagnée de Simon, 10 ans, qui s’accuse de sept meurtres… perpétrés quinze ans plus tôt ! Inconcevable. Et pourtant, sur les indications du garçon, Stern découvre un premier cadavre, celui d’un homme que Simon prétend avoir assassiné à coups de hache. Tout aussi incroyable, ce DVD que Stern reçoit le lendemain, une vidéo récente montrant, en pleine santé, son fils qu’il croyait mort. Hallucination ? Manipulation ? Délire paranoïaque ? Toutes les certitudes de Stern volent en éclats. Et cette voix qui lui demande : croyez-vous à la réincarnation ?
L’avis de Lunatic :

Et oui, je vous parle encore d’un roman de Sebastian Fitzek. Je lis peu ce genre de roman (thriller/policier) mais j’adore cet auteur. Mais j’avoue être un peu déçue car il utilise toujours les même « ficelles » pour mener son intrigue.

Encore une fois, on a un couple séparé suite à la disparation de leur enfant (c’était déjà le cas dans Therapie ou Le briseur d’âmes . Encore une fois, l’histoire mêle enquête policière et lien paranormal (il est question ici de réincarnation).

Malgré cela, l’histoire est tout de même très prenante. L’écriture est fluide, les situations s’enchainent vite. On se laisse facilement emmener là où souhaite l’auteur pour être bien surpris par le final. J’ai aimé la relation entre Stern et Simon l’enfant. J’ai eu plus de mal sur certains passages du livres qui traitent de la pédophilie de façon assez « crue ».

Il me reste un dernier roman à lire de cet auteur, mais je pense le laisser trainer quelques mois dans ma PAL, pour ne pas avoir l’impression de (re)lire encore une fois le même genre de roman.

Ma notation :
Lecture agréable.

Le briseur d’âmes, Sebastian Fitzek

Quatrième de couverture :
Un psychopathe sévit dans les environs de Berlin. Lorsque la police retrouve ses victimes, ces dernières sont vivantes, n’ont subi aucun sévice, mais se trouvent prostrées dans un état végétatif, psychologiquement anéanties, comme privées de conscience…
D’où le surnom que lui a donné la presse : le briseur d’âmes. Quelles tortures mentales a-t-il infligé à ses proies ? Et pourquoi laisse-t-il dans leur main une phrase énigmatique ?
Caspar, un amnésique d’une quarantaine d’années interné dans une clinique psychiatrique de luxe, n’aurait jamais imaginé croiser le chemin du psychopathe.
Et pourtant, en cette veille de Noël, alors qu’au-dehors une tempête de neige fait rage, lui, le personnel médical et quelques patients se retrouvent enfermés dans la clinique, coupés du monde… avec le briseur d’âmes. Et, cette fois, il tue !
L’avis de Lunatic :
Encore un grand roman de Sebastian Fitzek. Encore une fois on dévore les pages du roman pour arriver à un final juste surprenant.
Un groupe d’étudiants qui passe un test se retrouve à devoir lire le rapport médical d’un homme qui est alors écrit comme un roman. Cet homme Caspar est amnésique et se retrouve dans un hôpital psychiatrique. Il se lie d’amitié avec une jeune femme médecin. Parallèlement dans la région un psychopathe laisse ses victimes dans un état de choc. Et ce psychopathe débarque dans l’hôpital et va se suivre un huis clos juste incroyable entre lui, les patients et le personnel médical. Difficile d’en dire plus sans spoiler l’intrigue.
Cet écrivain a vraiment le don de me captiver, de jouer avec mes nerfs, de me fasciner jusqu’à la dernière page. On peut presque avoir l’impression d’être nous aussi enfermé dans cet hôpital. L’écriture sait parfaitement décrire cette ambiance si intense, si oppressante et effrayante..
Et on se pose mille questions au fil de lecture! (Et si… et pourquoi… mais non, ah si..!?). L’intrigue est très bien ficelée et on se fait berner du début à la fin…
J’imagine très bien ce roman adapté au cinéma. J’ai aimé la façon dont l’auteur fait participer indirectement le lecteur avec les devinettes présentent dans le roman. Bref, encore une bon moment de lecture avec cet auteur, et je vais m’empresser d’aller acheter les deux romans que j’ai pas encore lus.
Ma notation :
J’ai encore une fois beaucoup aimé l’univers de cet auteur. 
Vous avez également lu Le briseur d’âmes ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?

Thérapie, Sébastian Fitzek

Quatrième de couverture :
Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît. Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux. Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette qui souffre d’un mal étrange et qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel : connaître la suite de son histoire.
L’avis de Lunatic :
Attention coup de cœur…. Sûrement ma lecture la plus prenante et captivante de l’année…
J’avais déjà lu deux romans de cet auteur, que j’avais particulièrement aimés (Le chasseur de regards et Le voleur de regards). Mais Thérapie est encore meilleur à mon sens.
4 ans après la disparition de sa fille, Viktor part s’isoler dans sa maison de vacances sur une île.. Anna Spiegel une romancière débarque sur l’île et demande à devenir sa patiente. Elle prétend être schizophrène et les personnages de ses romans prennent vie sous ses yeux. Bizarrement, le personnage de son dernier roman, Charlotte, ressemble étrangement à Josy la fille de Viktor. Malgré le danger et les recommandations des habitants de l’île et de son ami Kai à qui il demande d’enquêter sur cette Anna lui demandant de s’éloigner d’Elle, Viktor fait parler Anna pour découvrir si cette femme à un lien avec la disparition de sa fille.
Le récit est étouffant, prenant.. Les situations s’enchaînent, on ne s’y retrouve plus. Le récit est angoissant, on n’arrive pas à fermer le livre sans passer aux chapitres suivants pour enfin arriver aux dénouements.
Et quel dénouement!!! Un final juste brillant et étonnant. (après ma lecture j’ai acheté un autre roman de Fitzek, Le briseur d’âmes, que je vais lire très très vite en espérant retrouver le même frisson de lecture)
Ma notation :
Coup de cœur. À lire d’urgence.
Vous avez également lu Thérapie  ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?