Tout ce que le cœur n’oublie jamais, Kelly Rimmer

003

Quatrième de couverture :

Depuis la naissance de son deuxième enfant, la vie d’Alice a complètement basculé. Face à ce garçon qui ne sera jamais comme les autres, tout le reste passe au second plan, y compris sa fille aînée et son mari. Mais quand Hanna, sa grand-mère adorée, est hospitalisée à la suite d’un AVC, elle ne peut lui refuser sa dernière volonté : se rendre en Pologne et retrouver les traces des êtres chers que son aïeule a perdus dans sa fuite sous l’occupation nazie.

Alice fait ses valises et, dévorée par l’angoisse, se sépare pour la première fois de son fils. Armée pour seuls indices d’une liste de noms et de quelques mots en polonais dans un pays dont elle ignore tout, elle se lance dans une quête pour combler les silences de sa douloureuse histoire familiale.

Entre la Pologne occupée et la frénésie de la vie moderne, un roman historique poignant sur les vérités que l’on ne peut dire et leurs conséquences dévastatrices.

L’avis de Laure :

Ce roman, depuis que j’ai su qu’il allait paraître chez Charleston, j’étais envoutée par sa couverture, le classant déjà dans les lectures si fortes qu’on n’oublie jamais. L’écrin est à la hauteur du contenu, j’étais à 2 doigts des larmes dès le premier chapitre et de nouveau émue aux larmes par la fin du roman. 

Kelly Rimmer nous plonge dans une histoire forte, alternant passé / présent avec une grande maitrise. J’ai de suite adoré Alice, mère courage d’un enfant autiste, comment ne pas admirer la force et l’énergie qu’elle met au service de son fils, chaque jour, sans répit. Mon cœur de mère a été admiratif pour ce qu’Alice met en œuvre pour son petit garçon, je ne mesurais pas la difficulté que cela représente d’accompagner un enfant autiste au quotidien. 

Le passé nous emmène au cœur de la vie d’Alina qui n’est pas moins poignante. J’ai été choquée par l’horreur de ce qui s’est passé à Trzebinia, petit village tout près d’Auschwitz. Dès le tout début de la guerre, outre la chasse aux juifs que nous connaissons bien, les allemands ont aussi détruit la vie de milliers de polonais en les asservissant et les tuant. Leur crime ? Leur lieu d’habitation, trop proche du camp d’Auschwitz, tout devait avoir lieu en secret alors hors de question que les habitants des villages alentour aient connaissance des méfaits nazis. C’est ainsi que nous suivons la vie d’Alina et sa famille, et leur survie menacée par l’occupation nazie est vraiment terrible.

Et puis il y a cette enquête, ce secret qui transparait lorsque Babcia, la grand mère d’Alice, demande à sa petite fille de retourner en Pologne sur les traces de Tomasz, son amour de toujours. Une demande que ni Alice ni sa mère ne comprennent dans la mesure où Tomasz, le grand père d’Alice est décédé depuis quelques années. Pourquoi alors aller le chercher en Pologne ? Sur les traces d’Alice, petit à petit, nous remontons le fil du temps et comprenons les terribles événements qu’Alina a eu à affronter.

J’ai lu ce livre avec le même cœur noué que lors de ma lecture de Sur les ailes de la chance, deux romans historiques captivants, poignants et superbement écrits. Ils sont à lire tous les deux sans hésiter, jamais les émotions ne nous quittent tout au long de la lecture et le final est juste magnifique d’émotion et d’amour familial.

Ma notation :

Un vrai coup de cœur pour ce roman !

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s