La carte postale, Leah Fleming

004

Quatrième de couverture :

Années 1930. Dans un manoir écossais, Callie mène une vie privilégiée auprès de sa tante actrice. Sa rencontre avec Toby Lloyd-Jones va tout bouleverser. Fascinée par ce séduisant homme d’affaires, Callie l’épouse et le suit en Égypte. Mais sous le soleil du Caire couve un drame : elle vient de recroiser son amour d’enfance… Quelques mois plus tard, c’est une Callie hagarde et enceinte qui rentre en Angleterre, alors que résonnent les premiers échos de la guerre.

Début des années 2000. En Australie, Melissa Boyd se voit confier une mission par son père mourant : retrouver cette élégante Anglaise qui, soixante ans plus tôt, l’a placé dans une famille de fermiers australiens, alors qu’il n’était qu’un petit garçon. Seul indice, une carte postale et ces mots :  » Maman rentrera bientôt « …

L’avis de Laure :

C’est en duo avec Monjardinlittéraire que je me suis plongée dans cette lecture assez dense et qui m’a offert l’impression de lire plusieurs romans en un. Il y a en effet de grandes parties à cette histoire qui diffèrent beaucoup les unes des autres, cela nous fait voyager et c’est très agréable.

Cela va essentiellement être l’histoire de Callie, jeune écossaise née pendant la première guerre mondiale. Elle est élevée par une tante qui lui cache en fait la vérité sur sa naissance, une vérité qu’elle n’apprendra que tardivement. C’est donc une enfant qui se construit en solitaire et qui va, toute sa vie, être sans attaches. C’est assez triste car on se rend compte à quel point son enfance va impacter sa vie, elle sera toujours dans la fuite. C’est un personnage qui m’a beaucoup touchée par tous les drames qu’elle va traverser. 

On va la suivre dans ses multiples vies : celle d’une jeune femme amoureuse au Caire, qui croit avoir trouvé l’homme de sa vie, une première désillusion. Celle d’une citoyenne engagée pour son pays lors de la seconde guerre mondiale et qui va endurer le pire. Celle d’une mère qui va partir au bout du monde, vers l’Australie pour sauver son lien avec son enfant, une nouvelle désillusion tellement désarmante d’injustice qui m’a noué le cœur. Et enfin celle d’une femme qui se consacrera à la cause de la défense des animaux, des années durant.

Et puis, il y a la finalité du roman, bien des années plus tard, lorsqu’une jeune Australienne tient la promesse faite à son père sur son lit de mort. Avec La carte postale, je crois que c’est la première fois que je lis un roman d’une telle richesse de lieux, d’histoires, de scènes géographiques. Comme s’il y avait là plusieurs destinées en une mais avec une vraie cohérence, un vrai fil. Et ça a rendu ma lecture vraiment plaisante parce que j’ai pris grand plaisir à découvrir chaque temps du récit, m’attachant chaque fois aux nouveaux personnages mis en scène.

Ma notation :

Un joli roman, d’une grande richesse et à la construction fort réussie.

 

Un commentaire sur « La carte postale, Leah Fleming »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s