A 20h sur le quai, Léa Wiazemsky

007

Quatrième de couverture :

Tous les samedis matin, d’un accord tacite, une jeune femme et un jeune homme se retrouvent dans une rame de métro, et, le temps d’une poignée de stations, se dévorent des yeux. Leur dialogue silencieux se joue sur les airs d’accordéon de Liviu, un jeune musicien témoin de leur amour naissant. Mais aujourd’hui, c’est décidé, il ira lui parler. Quelques mots, un rendez-vous donné, et déjà il doit quitter son inconnue dont il ne connaît même pas le nom. Et puis, c’est le chaos. L’épaisse fumée qui sourde des entrailles plonge à nouveau Paris dans la désolation. Ceux qui se relèvent s’en trouvent à jamais changés, conscients que la vie est précieuse et l’amour, salvateur. Lui n’a plus qu’une chose en tête, retrouver celle dont le cœur est rivé au sien.

L’avis de Laure :

J’ai commencé ce roman la gorge nouée. Et cette sensation est restée un moment tant l’empathie pour les personnages a été immédiate. Nous faisons connaissance de plusieurs personnes qui ne se connaissent pas mais vont être réunies par un triste dénominateur commun : un attentat à la bombe dans le métro.

La gorge est nouée immédiatement pour tous qui menaient leur petite vie : Estelle la jeune fille qui se rendait seule à son cours de danse, Raphael qui partait travailler et était prêt à se manifester à son inconnue du métro qu’il admirait depuis des semaines, Christian le SDF, Nina la vieille dame qui partait faire ses courses de Noël, Liviu qui gagne quelques sous en jouant de l’accordéon dans le métro. Les voilà soudain unis à travers le pire. Arrêt brutal de leur petit quotidien et plongée dans l’horreur.

Mais de cet événement sombre, Léa Wiazemsky va faire naître autre chose. Un lien. Une renaissance, une nouvelle page. Et c’est beau. Mes émotions ont alterné alors entre le côté incisif, violent et dur de l’attentat et la douceur, la poésie et la beauté des liens qui vont se tisser entre nos personnages. Chacun va rebondir à sa façon et j’ai été totalement chamboulée et émue par ce que ce tragique événement va néanmoins leur apporter de positif. Je n’ai même pas envie d’entrer dans les détails et de vous dire en quoi chacun va changer. C’est tellement mieux de le lire et de le savourer. Les émotions sont au RDV, tout s’enchaine avec beaucoup de fluidité et ça fait tellement de bien de lire des gens capables ainsi de s’apporter quelque chose les uns aux autres à notre époque si égocentrique.

En toile de fond, on guette l’avancée de l’histoire qui unit Raphael à sa belle inconnue. Profondément marqué par le drame, le jeune homme va remuer ciel et terre pour retrouver celle dont il ne connait même pas le prénom. L’auteure parvient à garder le suspense sur cette histoire jusqu’à la dernière page. Happy end ou pas ? Je vous laisse le découvrir !

Ma notation :

Je n’avais jamais lu Léa Wiazemsky et je ne regrette pas tellement ce titre m’a touchée.

(Merci à Marion des éditions Michel Lafon pour cette lecture )

Un commentaire sur « A 20h sur le quai, Léa Wiazemsky »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s