Le musée des promesses brisées, Elizabeth Buchan

Quatrième de couverture :

Bienvenue au Musée des promesses brisées, un endroit plein d’émerveillement, de tristesse… et d’espoir.
Dans cet étonnant musée parisien, tenu par Laure, on trouve différents objets : un chausson de bébé, un voile de mariée, un ticket de train… Leur point commun ? Ces objets sont tous liés à un moment de trahison dans la vie de leurs propriétaires. Ce musée est un endroit où les gens parlent aux fantômes de leur passé, et Laure en fait partie… 1986. Après le décès soudain de son père, Laure décide de suivre la famille qui l’emploie comme jeune fille au pair à Prague. Mais la vie derrière le rideau de fer est compliquée : morne, grise, menaçante. Laure ne comprend pas les courants politiques complexes qui tissent une toile serrée autour de ce rempart du communisme. Jusqu’à sa rencontre avec un jeune musicien dissident. Son amour pour lui va avoir des conséquences terribles, et entraînera une promesse brisée qu’elle n’oubliera jamais…

L’avis de Laure :

Le premier roman Faubourg Marigny pour 2022, un joli pavé qui m’a conquise par son originalité. J’aime trouver ce genre de livre sur ma route, un titre qui change de mes lectures habituelles, qui nous amène dans un pays et un contexte historique qu’on lit peu, à la suite d’une héroïne fort touchante.

Lorsqu’on fait la connaissance de Laure, à Paris, elle a construit son rêve : son musée des promesses brisées, un lieu atypique où elle nous amène à la rencontre d’objets ayant tous en lien l’histoire d’une promesse non tenue. Drôle d’idée, drôle de vie que l’on va comprendre en se replongeant dans le passé de Laure, 

En 1986, alors étudiante, Laure a suivi la famille Kobes à Prague où elle tient lieu de jeune fille au pair à leurs 2 enfants. C’est cette partie de l’histoire qui est la grande originalité du roman et qui m’a charmée. C’est une période importante pour la Tchécoquoslovaquie d’un point de vue politique et très vite, Laure, qui n’y était pas préparée, va se retrouver à son tour plongée dans ce climat si particulier qui oppose les habitants. Je vous avoue que je ne suis absolument pas fan de la politique dans les romans parce que c’est un sujet qui m’intéresse peu en général et que je n’y comprends donc pas grand chose. Mais ici, étrangement, cela m’a plu parce que l’auteure ne nous fait pas un cours d’histoire, pas de grande description de l’arrière plan politique, tout est suggéré, induit, sous-entendu. Et ça fonctionne à merveille parce que justement le but est de créer un climat sous tension.

Si l’on va suivre Laure plus tard dans sa vie, à Berlin, puis à Paris où elle gère le musée des promesses brisées, le cœur du roman est le passé, c’est lui qui explique la personne que Laure est devenue. Car elle n’a jamais oublié ni guéri de ce qu’elle a vécu là bas. Elle aussi attend toujours la réalisation d’une promesse qui aurait changé sa vie. J’ai adoré le personnage de Laure, tant la jeune fille idéaliste, un poil naïve et crédule que la femme blessée qui se protège encore bien des années après. Laissez-vous charmer par ce roman atypique, son cadre historique particulier et cette héroïne si touchante.

Ma notation :

Très touchée par l’originalité de ce roman, une belle surprise !

(Merci aux éditions Faubourg Marigny pour cette lecture)

Un commentaire sur « Le musée des promesses brisées, Elizabeth Buchan »

A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s