Archives du mot-clé V. Clo

Une vie et des poussières, Valérie Clo

Quatrième de couverture :

Mathilde n’est plus toute jeune et sa fille a décidé qu’elle serait bien mieux dans un Ephad que chez elle, où elle commence à oublier trop de choses. Le roman est le journal de Mathilde tenu pendant les mois passés dans ce nouveau monde.

Il y a les souvenirs anciens : l’enfance pendant la guerre, la disparition du père, la fuite dans la zone libre, la disparition de la mère, la planque chez des paysans. Puis le retour à la vie, alors que tout est dévasté…

Et il y a la vie au quotidien dans cet univers étrange qu’est l’Ephad. Sa voisine de chambre qui a perdu la boule. Les voisins de table, hauts en couleurs et passablement amochés. Les aides-soignantes, et en particulier Maryline qui est un rayon de soleil… Les jours passent. Il y en a des bons, il y en a des mauvais. C’est l’heure des bilans, l’apprentissage de la solitude radicale.

L’avis de Laure :

Avant de vous parler de ce livre, je tiens à préciser que je l’ai malheureusement lu au pire moment qui soit : celui des premiers jours de confinement. Ces jours où nous étions (et sommes encore) tellement perturbés que notre capacité de concentration en devenait limitée. Ce livre a clairement pâti de la période à laquelle je l’ai lu.

C’est un court roman, un rythme rapide avec de très courts chapitres aussi. C’est Mathilde, qui vit en EHPAD qui va nous raconter sa vie. Son présent à l’EHPAD mais aussi des bribes de son passé. C’est son journal intime, certains jours elle nous raconte ce qui se passe dans son quotidien et d’autres jours elle dévie vers son passé, ses souvenirs. Il n’y a donc pas d’agencement de temps particulier et cela se comprend par la forme souhaitée du récit.

Malheureusement, j’ai trouvé qu’il y avait un manque de cohérence de l’ensemble, j’ai eu l’impression de lire une succession de souvenirs mais il m’a manqué un lien global entre tous. J’aurais aimé en savoir plus sur le passé de Mathilde, cette enfant cachée lors de la seconde guerre mondiale, qui perdit ses parents, déportés juifs. Son traumatisme est évoqué mais j’aurais vraiment voulu en savoir plus.

Dans l’entourage du présent de Mathilde, il a ses 2 enfants, une fille trop aux petits soins qui couve sa mère comme si le moindre coup de vent pouvait la tuer. Un personnage assez pénible donc ! Il y a aussi les autres résidents de l’EHPAD qui offrent parfois des situations cocasses, c’est amusant mais là encore j’aurais aimé plus, que ça aille plus loin, que ce soit plus développé. Et il y a une aide soignante qui est très proche de Mathilde, une jolie relation à lire, un vrai partage entre ces deux femmes.

En bref, j’ai aimé l’idée de ce roman mais j’en attendais tellement plus, ce sujet des personnages âgées est récurrent ces dernières années dans la littérature et j’ai trouvé, ici, qu’il n’y avait pas de vrai plus à la lecture malheureusement.

Ma notation :

Avis mitigé pour ce court roman.

(Livre lu dans le cadre des Masse Critique Babelio)