Archives du mot-clé Suède

Les héritières de Lowenhof : Le choix d’Agneta, Corina Bomann

004

Quatrième de couverture :

Stockholm, 1913.

Après une violente dispute avec ses parents, Agneta Lejongård a quitté le splendide domaine de Löwenhof où elle a grandi et coupé tout lien avec sa famille et son héritage. À un mariage arrangé dans la noble société suédoise, elle a préféré une vie de bohème, d’amour et de liberté à Stockholm auprès de ses amies suffragettes.

Pourtant, un beau matin, un funeste télégramme la rappelle au domaine : son père et son frère ont été victimes d’un grave accident. Contrainte de reprendre la gestion du haras familial, Agneta se trouve une nouvelle fois prisonnière de la demeure qu’elle avait fuie. Mais contre toute attente, les vertes prairies, les bois imposants et le manoir blanc de son enfance éveillent en elle une étrange mélancolie.

Entre attachement aux siens et rêves de liberté, entre devoir et désir d’émancipation, Agneta doit faire des choix déchirants alors qu’autour d’elle l’Europe marche déjà vers la guerre.

Une saga fascinante qui dessine le portrait d’une femme prise entre deux siècles, mais résolument tournée vers l’avenir.

L’avis de Laure :

Voici la nouvelle saga que nous offrent les éditions Charleston, d’une auteure dont j’attendais beaucoup puisque j’ai adoré ses précédents romans. Et bien, heureusement que la suite de la saga sort rapidement parce que c’est bien trop prenant pour pouvoir attendre la suite !

Ce que j’ai adoré avec cette saga historique c’est qu’elle se passe en Suède, ce qui permet vraiment de découvrir un contexte historique différent (je ne savais pas par exemple que le pays n’a pas participé à la 1ère guerre mondiale). Et en plus, cela nous plonge dans un pays qui a été très novateur sur le plan des droits des femmes et on le ressent ici avec Agneta qui est une héroïne féministe comme je les adore ! Pourtant, elle ne va pas avoir la vie facile. Alors qu’elle s’était émancipée à Stockholm, la voilà contrainte par un drame de rentrer à Löwenhof : sa famille a besoin d’elle pour reprendre les rênes du domaine. C’est finalement avec brio que la jeune femme va se retrouver dans ce nouveau rôle dont elle a tout à apprendre. Elle sera toujours profondément humaine avec les gens qu’elle emploie et en même temps soucieuse des finances.

Mais au fond d’elle, la jeune femme rêve aussi d’amour. Et rien n’est simple pour une femme à sa place, issue d’une famille bourgeoise, à la tête des affaires familiales, qui serait prêt à faire sa vie avec elle ? Si sa mère a de fortes attentes sur son devenir, la jeune femme se moque bien des injonctions et aura à cœur de préserver son bonheur, pour elle-même avant tout. Le roman est extrêmement fluide, toutes les parties s’agencent et se répondent bien, rendant la lecture encore plus addictive : les affaires familiales et les mystères du passé, l’histoire d’amour d’Agneta, les péripéties du domaine et des gens qui y travaillent, tout m’a plongé dans une lecture que j’ai franchement savourée.

Ce premier tome s’achève de plus sur de très grands changements dans la vie d’Agneta et il nous tarde alors encore plus de découvrir la suite de la saga. Ca tombe bien, le tome 2 est pour la fin du mois !

Ma notation :

Un super début de saga, vivement la suite !

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture

Les survivants, Alex Schulman

fQMdlyE5SfKBJey8U1A0FQ
4e de couverture:

Benjamin, Pierre et Nils sont venus accomplir les dernières volontés de leur mère : répandre ses cendres dans le lac qui borde leur maison d’enfance, non loin d’une épaisse forêt de sapins comme on en trouve en Suède. Là où, vingt ans auparavant, un drame a changé le cours de leur existence.

L’avis d’Audrey :

3 frères se retrouvent pour le décès de leur mère. Les chapitres alternent entre les jours qui suivent ce drame et les souvenirs d’enfance. On apprend alors à mieux connaitre cette famille. Des instants d’enfance grâce auxquels on revit les moments de cette fratrie au bord de ce lac dans lequel ils veulent verser les cendres de leur mère.

Le style tout en langueur, nous montre une famille bancale : des rivalités, des parents qui manquent de maturité et qui n’aiment peut-être pas comme il faudrait. De l’alcool, des absences, et alors que les frères pourraient s’unir, se serrer les coudes, tout est fait pour que des tensions apparaissent.

C’est à travers Ben, le garçon du milieu que l’on entre dans cette histoire, même si une certaine distance s’installe avec ce personnage, l’auteur ayant fait le choix de la narration à la 3ème personne. Puis surtout, doit-on vraiment se fier à lui, après tout son seul point de vue biaise peut-être les faits ?

Au fur et à mesure des souvenirs, une ambiance étouffante s’installe jusqu’aux souvenirs de la dernière année de vacances au lac, celle d’un drame qu’on imagine déterminant pour le récit et qui a forgé la caractère et le destin de nos 3 frères. Puis la toute dernière révélation est lâchée. Trop tardivement à mon gout et me désarçonnant complétement. Rien ne laissait présager un tel final. J’ai alors relu quelques pages, cherchant des indices que j’aurai pu manquer. En vain.

Ma notation:

Un roman à l’écriture singulière, surprenant mais je n’ai pas eu déclic suffisant pour apprécier pleinement cette histoire.

20minutes-blue-1000

(Merci à Stéphane de chez 20 minutes pour cette lecture)

Le journal de ma disparition, Camilla Grebe

008

Quatrième de couverture :

Il y a huit ans, Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime. Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt. L’unique témoin est un adolescent qui erre dans les bois. Sans le dire à personne, celui-ci récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné… Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

L’avis de Laure :

Ce roman a dormi dans ma PAL pendant 2 ans avant que je ne me décide à l’ouvrir. On part dans un tout petit village de Suède où il est difficile d’imaginer qu’un crime puisse avoir lieu déjà parce que bien peu de personnes y vivent. Pourtant, Malin va découvrir lors d’une balade avec ses amis en forêt, le cadavre d’une enfant. Un traumatisme qui va la faire rebondir vers le métier de policière.

Lorsque l’enquête reprend des années plus tard, Malin y est très logiquement intégrée car sa connaissance des lieux sera un atout. Et le début de l’enquête laisse très vite à penser à quelque chose de plus complexe que le simple meurtre de cette petite fille inconnue. Deux événements vont en effet avoir lieu : la disparition de 2 des flics de l’enquête dont Hanne, atteinte de pertes de mémoires, sera retrouvée quelques jours plus tard, incapable de dire ce qui lui est arrivé. Et un deuxième cadavre, celui d’une femme dans sa cinquantaine, sera retrouvé au même endroit que la petite fille.

Des liens qui paraissent évidents et pourtant les pistes sont faibles. Heureusement, le rythme du roman est bien amené pour nous lecteurs, avec la possibilité de s’immerger dans le journal de Hanne, retrouvé par Jake, un adolescent du village. Comme dans chaque lecture de polar, on s’attache aux éléments qui sont révélés peu à peu, tentant de comprendre ce qu’il s’est passé, faisant des hypothèses sur le possible meurtrier. Je vous avoue que pour ma part, j’étais totalement bloquée, si peu de personnages et une enquête étalée sur une vingtaine d’années, impossible alors d’avoir une idée du meurtrier.

Inévitablement, la révélation finale m’a beaucoup surprise, rien de ce à quoi j’aurais pu m’attendre, et tant mieux ! Ca en fait un final bien réussi. Malgré ça je dirai que ça reste un polar assez lent, peut être pas le rythme trépidant auquel vous pourriez vous attendre.

Ma notation :

J’ai apprécié cette lecture même si je sais aussi qu’elle ne me laissera pas un souvenir si mémorable.

Jambes cassées, coeurs brisés, Maria Ernestam

Quatrième de couverture :

Lisbeth a 42 ans, une jolie petite maison au bord de la mer, un travail qu’elle adore. Bon, elle est célibataire, ce qui vaut toujours mieux que d’être malheureuse en amour. Mais à l’approche de Noël, tout tourne mal. Sa direction veut réduire ses heures de cours, au profit d’un champion de ski – un homme. Son ancien petit ami surgit sur le pas de la porte, lassé de sa pulpeuse fiancée. Sa soeur veut accoucher à la maison.
La fille de sa meilleure amie a des ennuis avec la police. Cerise sur le gâteau : maman veut démarrer les festivités de Noël à 11h du matin. Une histoire chaleureuse, drôle et légèrement décalée sur ce que nous attendons de nous-mêmes et des autres. Il y est question de solitude et d’amitié, de gros mensonges et de petits arrangements pour obtenir ce qu’on souhaite. De la possibilité de trouver l’amour…
Et de jambes cassées – ah la magie de Noël !

 Ma notation :

Une jolie comédie de Noël pleine de surprises. Alors installez-vous au chaud et direction la Suède pour une histoire pleine de tendresse et d’humour.

(Merci à Marion de Gaia Editions pour la lecture)

Le garçon de l’ombre, Carl-Johan Vallgren

Quatrième de couverture :

1970, Stockholm. Un père s’apprête à prendre le métro avec ses deux petits garçons. Il laisse Kristoffer, son fils de sept ans, monter les escaliers pendant que lui emprunte l’ascenseur avec la poussette. Mais quand il arrive sur le quai, plus une seule trace de l’enfant.
Quarante ans plus tard, son frère, Joel Klingberg, disparaît du jour au lendemain. Pour le retrouver, son épouse se tourne vers Danny Katz, ami de longue date de son mari. L’ancien junky et ex-traducteur pour les services secrets suédois accepte, un peu malgré lui, d’aider cette belle femme triste. Il ne tarde pas à découvrir que la riche et puissante famille Klingberg cache bien des secrets…

L’avis de Lunatic :

J’ai apprécié ce roman même si j’ai eu un peu de mal à m’y plonger complètement. Les premières pages nous racontent la disparition de Christopher en 1970, les conséquences sur sa famille avec le suicide de ses parents quelques années après. En 2012, notre intrigue commence avec la disparition de Joël, le frère de Christopher. Entre en scène alors Daniel Katz, ancien ami de Joël qui est appelé par l’épouse du disparu pour l’aider à le retrouver.

Katz est le personnage central du roman, et le problème est que je n’ai eu aucune sympathie pour cet homme (ancien junkie, un peu paumé mais malgré tout très intelligent). L’intrigue est vite devenue lente et confuse à mon sens. J’ai eu du mal à retenir les noms des personnages, à situer les lieux des actions. Beaucoup de passages du roman ne m’ont pas semblé utile, j’ai du coup sauté quelques passages. Néanmoins, j’ai fini ma lecture en étant satisfaite, et j’aurai presque envie de lire un second roman de l’auteur qui reprends le personnage de Katz pour voir si cette fois il me convient davantage.

Ma notation :

 Pour les vrais amateurs de thriller.