Archives du mot-clé Souvenirs

La mise à nu, Jean-Philippe Blondel

Quatrième de couverture :

Louis Claret est un professeur vieillissant qui habite en province. Séparé de sa femme depuis quelques années, ses filles vivant désormais des vies très différentes de ce qu’il avait imaginé, il se laisse bercer par le quotidien. C’est sans réfléchir et pour remplir une soirée bien vide qu’il se rend au vernissage d’une exposition de peintures d’Alexandre Laudin – un ancien élève, jadis très effacé mais devenu une célébrité dans le monde artistique. Il ne se figure pas un seul instant à quel point ces retrouvailles avec Laudin vont bouleverser sa vie.

L’avis de Lunatic :

Jean Philippe Blondel fait partie des auteurs que je lis toujours avec plaisir, je ne rate jamais ses parutions. J’aime la plume simple, sobre et élégante de cet homme. Ici encore, il a su m’emmener dans son univers, ses phrases ont su m’embarquer. Le narrateur de ce roman, c’est Louis Claret, un enseignant d’anglais invité au vernissage d’une exposition de peinture d’Alexandre Laudin, qu’il a eu comme élève il y un quinzaine d’années. Il n’avait pas oublié ce jeune homme, et lui non plus. Cette rencontre, va les amener à se revoir, à discuter, et Alexandre a alors une drôle de proposition à lui faire. Entre peinture et confessions, les deux hommes vont totalement se livrer, se mettre à nu. En parallèle de leur échanges, on peut lire quelques extraits du carnet de souvenirs de Louis. Ce professeur a la vie si banale (mariage, carrière dans l’enseignement, père, divorce…) se remémore au coté d’Alexandre de jolis moments avec nostalgie.

Avec toute sa simplicité, ce roman a su me toucher. Les thèmes de la vieillesse, du regard en arrière jeté sur sa vie, des rencontres et des instants qui jouent un rôle important dans nos vies m’ont plu. Les personnages sont criants de vérité, touchants, Louis pourrait être tant d’hommes que l’on croise dans nos vies.

Ma notation :

Encore une fois conquise par cet auteur.

 

Publicités

Se souvenir de nous, Virginie Coëdelo

003

Quatrième de couverture :

Vacances de Noël.
Jeanne, jeune professeur, commence mal ses vacances : rupture sentimentale à gérer, mère hospitalisée dans un état critique.
Au même moment, Philippe, la cinquantaine, est de retour en France après de nombreuses années passées à Londres. Fraîchement divorcé, il souhaite désormais aller de l’avant mais une enveloppe pleine de souvenirs d’une ancienne histoire d’amour va tout changer…
Jeanne et Philippe vont tous les deux se plonger au début des années 80, l’une en quête du passé de sa mère, l’autre à la reconquête d’un amour impossible. Leurs chemins vont se croiser, puis se confondre.
A la fin, une chose : la vérité, leurs vérités.

L’avis de MadameOurse :

Ce livre est le premier roman que je reçois et ai la chance de lire via la plateforme Netgalley. Lorsque je l’ai ouvert sur ma liseuse, j’ai ronchonné (oui je suis une râleuse) parce qu’il ne faisait que 147 pages (et au final l’histoire se termine à la page 126). Par habitude je ne lis pas les romans courts qui me laissent trop souvent sur ma faim ou que je ne trouve pas aboutis. Du coup, je m’attendais « au pire ».

J’ai peiné sur les premiers chapitres où l’on découvre tour à tour Jeanne puis Philippe. J’ai eu un gros souci avec la narration : l’auteure parle de son personnage en disant « il » ou « elle » puis d’un coup on passe à un paragraphe où le personnage se raconte au « je ». J’ai eu du mal à comprendre ce qui se passait et à suivre. Heureusement, je n’ai pas retrouvé ce procédé plus tard dans le roman.

Petit à petit, je me suis vraiment attachée à ma lecture, elle est pleine de jolis moments, de souvenirs (logique avec le titre), d’émotions, d’amour. C’est vraiment beau. On pourrait extraire plein de belles citations au cours de notre lecture. Il y a les souvenirs d’enfance de Jeanne évoqués par sa mère Anne et il y a les souvenirs d’une histoire d’amour magique mais qui ne pouvait perdurer vécue par Anne et Philippe. On découvre petit à petit pourquoi Anne et Philippe qui étaient si amoureux l’un de l’autre se sont séparés.

Anne est à mon sens le personnage central de ce roman, atteinte de cancer et hospitalisée, c’est par elle, qui vit pourtant l’une des périodes les plus dures qu’on puisse imaginer, que nous vient toute la beauté de ce roman. La relation entre elle et sa fille, ce qu’elle veut lui léguer (des souvenirs positifs pour oublier les moments tristes) est très bien évoquée avec notamment un journal où elle écrit ce qu’elle retient de sa vie. Lorsque Philippe revient dans sa vie, ce n’est là aussi que positif malgré les circonstances; on prend le bon et on oublie le reste.

Si j’ai eu du mal avec le personnage de Jeanne et les choix qu’elle fait à cette période charnière de sa vie où elle s’apprête à vivre sans sa mère, j’ai vraiment aimé tout le reste, l’évocation de l’enfance aussi bien que la découverte d’un amour magique mais impossible.

Pour un roman court finalement il ne m’a rien manqué même si la fin est faite sur une révélation qui nous interroge…

Ma notation 

Une très belle surprise. Un roman doux et positif.

netgalley-public-notag-md

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Plus tard je serai un enfant, Eric Emmanuel Schmitt

plus-tard

Ce titre paraît ce jour aux Editions Bayard.

Quatrième de couverture :

Pour la première fois, Eric-Emmanuel Schmitt se confie et évoque son enfance avec une émouvante sincérité, ses vocations multiples, sa vie… Qui était le petit garçon Eric-Emmanuel à Lyon, dans les années 60 ? Quelles histoires avait-il déjà en tête ? Nous découvrons ses années de formation, son milieu, ses rêves, ses regrets… Ses nombreuses confidences sur sa vie, ses valeurs, ses multiples activités, le sens qu’il donne à l’existence, à l’art, font le prix de ce livre exceptionnel. Ses très nombreux lecteurs dévoreront les différents chapitres de ce livre pour entrer dans l’intimité de leur auteur. Nous ferons connaissance avec un écrivain, dramaturge, philosophe, bien différent des clichés que certains peuvent avoir sur lui. Et bien plus surprenant.

L’avis de Lunatic :

Grâce à l’opération masse critique, j’ai eu le privilège de recevoir avant sa sortie en librairie ce livre. J’ai ouvert l’enveloppe comme une enfant devant un cadeau de noël tant j’aime cet auteur, son écriture et ce qu’il dégage à travers ses interviews dans la presse ou à la télé…

Je me suis donc empressée de lire cet ouvrage, qui n’est pas un roman mais une transcription d’entretien avec Catherine Lalanne, sur le thème de l’enfance. On découvre alors l’enfant qu’était Eric Emmanuel Schmitt, la vision qu’il a de l’enfant qu’il était, les liens qui l’unissaient à sa famille, etc etc…

Il évoque ses premières découvertes littéraires très jeune, il nous parle du jeune homme mal dans sa peau qu’il était, de sa rencontre avec la musique, et surtout Mozart qui tient une place importante, puis nous emmène vers le théâtre en évoquant à quel point il a été touché par Cyrano de Bergerac par exemple.

A travers cet entretien, on déambule avec lui sur les toits de Lyon, on s’émerveille comme lui sur des peintures, du cinéma, de l’art en général, de la vie tout simplement.

J’imagine que ce genre d’exercice n’est pas facile. Se livrer sur son enfance, sur sa famille. Se dévoiler et donner aux lecteurs une part de son intimité. Il l’a fait en toute simplicité je trouve, tout en étant passionnant et touchant (lorsqu’il évoque l’absence d’enfant par exemple).

J’ai aimé lire cet entretien.. J’entendais la voix d’Eric Emmanuel Schmitt pendant ma lecture. Et je n’ai qu’une envie maintenant, me plonger dans ses pièces de théâtres, puisque je m’étais cantonnée à la lecture de ses romans.. Et je me laisserai sûrement tenter par l’entretien que Catherine Lalanne pourrait faire d’un autre artiste… Ce livre est disponible dès aujourd’hui dans vos librairies, n’hésitez pas à vous l’offrir si vous aimez Eric Emmanuel Schmitt.

Ma notation :

A lire si vous avez vous aussi envie de retrouver l’enfant que vous étiez.

massecritique_22

(Roman lu dans le cadre des Masse Critique Babelio)