Archives du mot-clé S. Lassalle

Les ombres et les lumières, Sylvie Lassalle

IMG_5014

Quatrième de couverture :

En 1920, au cœur des Années Folles, Jules et Anna arrivent dans une petite ville thermale de Gascogne pour prendre la direction d’un cinéma. Mais le jeune couple se heurte à l’hostilité permanente de ces notables du sud-ouest de la France qui ne veulent pas d’étrangers.

L’atmosphère de la ville devient encore plus oppressante quand on découvre le corps d’une jeune femme. En apparence, il s’agit d’un suicide, mais les circonstances rappellent étrangement la disparition d’une autre femme quelques années plus tôt et dont le corps vient juste d’être retrouvé.

Parce que les autorités se désintéressent de ces affaires, Anna décide de découvrir la vérité. Mais, dans cette région où les blessures de la guerre sont encore à vif, on ne déterre pas impunément des secrets que beaucoup voudraient garder enfouis…

L’avis d’Audrey :

Je retrouve dans ce roman les personnages que j’avais tant apprécie dans Le village des secrets. Une lectrice me demandait si elle pouvait lire ce roman sans avoir lu le précédent, et je peux vous dire que Oui. Même si les personnages principaux sont les mêmes, l’intrigue est vraiment indépendante et l’auteure distille quelques rappels afin de mieux comprendre le passé des personnages.

On est quelques années après la première guerre mondiale, Jules et Anna acceptent de quitter Toulon pour Courcelan, une ville de Gascogne. Ils s’apprêtent à y reprendre le cinéma, au coeur d’une cité thermale. Un projet ambitieux, avec de nombreux travaux, et devant faire face aussi à l’animosité de quelques locaux. C’est l’occasion de faire quelques rencontres, et pour Amandine, la nièce dont ils s’occupent de se lier d’amitié avec les petites voisines. 

Tandis que Jules et Anna se lancent dans la reprise du cinéma, afin de faire la joie des curistes, un drame arrive à Courcelan. On retrouve le corps d’une jeune femme dans la rivière. Elle s’y serait jetée pour se suicider. Virginie était pourtant une femme heureuse, et ses amies du club des suffragettes semblent douter de son geste.

L’histoire va livrer pas mal de secrets. A travers des photos, des rencontres et des découvertes, de nombreuses révélations vont être mises à jour. Encore une fois, Sylvie Lassalle dresse le portrait de femmes fortes, courageuses et aspirant à plus d’indépendance. Certaines scènes mettent bien en avant la façon dont les hommes considéraient la place de la femme en ce début de vingtième siècle.

Le roman est très documentée. On ressent tout le travail de recherche qu’à du faire l’auteure, sur le cinéma des années folles, mais aussi sur le travail de boucherie. Elle évoque aussi dans ce roman la façon dont les allemands étaient traités après guerre. Des rancoeurs très vives envers ces « boches » de Moselle ou d’Alsace, une colère envers ces gens pourtant maltraités par l’histoire. Dire que près d’un siècle plus tard, la mosellane que je suis entends encore parler de ces annexions forcées et que nos anciens ne savent pas s’ils doivent se sentir français ou allemands.

J’ai beaucoup aimé le coté  suspense du roman. L’auteure a su éveiller ma curiosité, on avance doucement dans l’enquête sur Virginie. Elle mêle ainsi deux histoires, qui se rejoignent subtilement.

Ma notation:

Des retrouvailles avec deux personnages qui m’ont ravis. Serai-je trop gourmande d’attendre une suite avec un 3e roman?

logo_city_general_jpeg

(Merci à l’auteure et à City Editions pour ma lecture)

Le village des secrets, Sylvie Lassalle

Quatrième de couverture :

Après de longues années passées dans l’armée coloniale, Jules revient en 1912 dans son village provençal. Parti brusquement pour fuir une enfance misérable, ce fils de paysan réapparaît auréolé de ses galons d’adjudant. Son avenir semble tout tracé : renouer avec une vie campagnarde simple et se marier.

Il se lie d’amitié avec Anna, une jeune photographe qui vient de la ville. La jeune femme s’est installée au village pour découvrir l’identité de son père et en apprendre davantage sur sa mère disparue.

Alors que Jules aide la jeune femme à trouver des réponses, il est rattrapé par son propre passé dans les colonies. Entre trafics d’opium, usurpation d’identité, secrets et mensonges, Jules et Anna ne pourront compter que sur eux-mêmes pour percer les mystères du village et conquérir leur liberté.

 Ma notation :

Un très joli roman, agréable à lire et qui vous fera passer un bon moment.

(Merci à City Editions pour l’envoi de ce roman)