Archives du mot-clé S. Kinsella

L’accro du shopping fête Noël, Sophie Kinsella

Quatrième de couverture :

L’accro du shopping est de retour, confrontée à la plus risquée des fêtes de famille : Noël. Tendre, drôle, une comédie pile dans l’air du temps.

Notre accro préférée est dans tous ses états : cette année, Noël se fera chez elle !
Et la pression monte encore quand Becky comprend qu’elle va devoir composer avec un entourage exigeant. Ses parents, nouveaux retraités tendance hipsters, rechignent à l’idée de passer les fêtes loin de leur quartier branché ; sa demi-sœur Jess ne voit aucun intérêt à ces célébrations superficielles et consuméristes et exige un menu vegan ; même son mari Luke a l’air plus préoccupé par les demandes très pressantes d’une certaine Nadine pour de curieuses affaires financières que par la course aux cadeaux.

Un rude challenge, mais impossible n’est pas Becky !

Décidée à recréer coûte que coûte la magie de Noël, Becky va faire de cette fête un événement inoubliable. Pour le pire, et surtout pour le meilleur…

L’avis de Laure :

Je pense que vous êtes comme moi et que vous connaissez L’accro du shopping au moins de nom. Il s’agit là du 9ème tome de cette série qui aura bientôt 20 ans. Et pourtant, je n’avais jamais lu les aventures de Rebecca dite Becky. Les tomes peuvent parfaitement se lire indépendamment, je n’ai pas du tout été gênée dans ma lecture.

Avec Becky, vous plongez dans une désopilante comédie so britannique. On se croirait dans un téléfilm dans lequel les situations toutes plus ubuesques les unes que les autres s’enchainent à un rythme fou. Et fou c’est un peu le mot que j’attribuerai à Becky, elle ne doit pas être toute seule dans sa tête et je n’aimerais pas avoir à gérer la moitié de la charge mentale qu’elle subit. Subit pas totalement malgré elle d’ailleurs…

C’est dès le mois de novembre que Becky est en mode très actif préparation de Noël sauf que cette année, c’est elle qui accueille toute sa famille et qui doit donc gérer les préparatifs du repas. Une tâche qui lui semble colossale mais qu’elle est bien décidée à réussir haut la main ! Rien ne nous sera épargné, les achats pour un repas qui doit concilier les goûts des uns et des autres, les cadeaux de Noël qui doivent être parfaits, la décoration qui doit en mettre plein les yeux et la tenue pour séduire tout le monde, la to do de Becky est longue. Et comme elle ne fait jamais les choses à moitié, nous allons la suivre dans une frénésie d’achats totalement folle. Car Becky adore faire de bonnes affaires, même si l’achat est totalement démesuré, même s’il lui faut mener une bataille sans merci pour obtenir l’objet de ses rêves.

C’est comme ça qu’on se retrouve avec 30kg de saumon à mettre au congélateur, une robe de grande marque à tout petit prix mais aussi trop petite, une adhésion à un club de billard juste pour gagner le premier prix d’une loterie que le club organise… Cette lecture est franchement désopilante et a un rythme hallucinant et c’est pour ça que je vous dis que je ne voudrais pas une minute de la vie de Becky, rien que de la lire m’a fatiguée. Finalement, ici, c’est vraiment la recette accro du shopping que cet enchainement ininterrompu de péripéties. Et c’est sûrement ça qui marche. En revanche, pour moi le dosage était un peu trop fort et j’ai regretté ne pas avoir suffisamment de pauses dans ces folies pour amener un peu d’émotion à l’histoire.

Ma notation :

Une comédie loufoque avec laquelle vous ne vous ennuierez pas !

Merci à Claire des éditions Belfond pour cette lecture.

A charge de revanche, Sophie Kinsella

Quatrième de couverture :

À 27 ans, la douce et discrète Fixie se retrouve à la tête de la Maison Farr, la boutique fondée par ses parents, nichée en bordure de Londres. Mais pas le temps pour la jeune femme de célébrer cette promotion, car la voilà qui doit gérer une lutte fratricide : Nicole, sa sœur fashionista, est bien décidée à faire du drugstore de quartier le centre de yoga le plus tendance de la capitale, quand Jack, leur frère
so snob, y verrait plutôt une épicerie de luxe.

Alors que les ventes chutent, que la faillite approche, Fixie va devoir arbitrer : conserver l’esprit désuet de la Maison Farr ou la transformer en super-fashion-concept-store ? Maintenir la cohésion familiale ou se mettre à dos Nicole et Jack ? Affronter les problèmes ou rester planquée sous la couette ?

Ne manquent plus que le retour d’un ex envahissant et l’apparition d’un bel inconnu pour plonger la timide Fixie dans le plus inextricable des embarras…

L’avis de Laure :

Sophie Kinsella proposée parmi les titres du Cercle Belfond, je ne pouvais pas résister ! On sait qu’on va y trouver le climat anglais, du rire et des personnages atypiques.

Et rien ne manque ! Nous prenons la direction de la Maison Farr, commerce familial où travaille Fixie, au côté de sa mère. On y trouve tout ce qui tourne autour des arts de la table et de l’équipement de la maison, un magasin bien installé, qui fonctionne toujours. Ce sont les femmes qui en ont repris la tête depuis le décès du père de Fixie. Mais sa mère fatigue et va enfin accepter l’incitation de ses enfants à partir en voyage.

C’est alors que Fixie va devoir continuer son travail au magasin avec son frère et sa sœur, Nicole et Jake. Et tous deux ont de grands ambitions pour le magasin, des ambitions bien démesurées et qui partent dans tous les sens. Ils vont alors profiter allègrement de l’incapacité de Fixie à dire non pour mettre à exécution les rêves les plus fous.

J’ai vraiment manqué d’attachement pour Fixie, elle se laisse marcher sur les pieds, elle est naïve, j’avais envie de lui ouvrir les yeux ! Même dans sa vie amoureuse, elle se trompe totalement avec le retour de Ryan, son amour de jeunesse. Comme je voyais clair dans son jeu, des évidences si nettes que Fixie ne voit pas, elle donne, elle donne à tour de bras. Jusqu’au retour de bâton… Heureusement, elle va aussi faire la rencontre cocasse de Sebastian, un homme qui a de bien plus belles valeurs et qui est le personnage du roman que j’ai préféré. Fixie sauve par hasard l’ordinateur de Sebastian d’un dégât des eaux et celui-ci lui en est tellement reconnaissant qu’il lui signe une reconnaissance de dettes qui va amener plusieurs événements cocasses au cours du roman.

On retrouve vraiment le style Kinsella ici, il se passe plein de choses mais il m’a manqué quelque chose. Les personnages sont tous attachiants, sympathiques mais on a tellement envie de leur dire leurs 4 vérités. C’est assez classique ces personnages qu’on a envie de secouer un peu dans la littérature mais là, je ne saurai pas vous dire pourquoi, le côté chiant a un peu trop pris le dessus pour moi. Peut être parce qu’ils s’éternisent tous un peu trop longtemps dans leurs travers et que les événements négatifs vont alterner un peu trop longtemps avant que l’ambiance de la machine ne s’inverse.

Ma notation :

Une lecture assez loufoque, agréable mais pour laquelle il m’a manqué une dose supplémentaire d’attachement aux personnages.

Merci à Claire des éditions Belfond pour cette lecture.

Surprends-moi !, Sophie Kinsella

Quatrième de couverture :

Dix ans de bonheur sans nuage, deux adorables jumelles, une belle maison et des jobs épanouissants : Sylvie et Dan filent le parfait amour. Jusqu’à ce rendez-vous médical de routine où ils apprennent qu’ils vivront certainement centenaires, soit soixante-huit belles années de vie commune devant eux. Sept décennies côte à côte ? Une éternité ! Et c’est le début de la panique… Pour préserver la flamme, le couple lance le projet « Surprends-moi », fait de cadeaux inattendus, dîners surprises, séances photos sexy… et autant d’occasions de malentendus, aussi drôles que désastreux. Mais les fous rires vont rapidement laisser place à d’étonnantes révélations. Et quand un scandale du passé resurgit, Sylvie et Dan en viennent à se demander : se connaissent-ils réellement ?

L’avis de MadameOurse :

Je crois que je n’avais jamais lu Sophie Kinsella… Après avoir vu ce roman tourner sur les réseaux, je me suis laissée tenter à mon tour.

Dan et Sylvie mènent une vie de couple bien rangée : mariés depuis de nombreuses années, parents de deux jumelles, amoureux comme toujours avec un don pour finir la phrase de l’autre. Un check up de santé vient mettre à mal leur équilibre quand on leur annonce qu’ils ont tout pour vivre centenaires. Que vont-ils faire alors de ces dizaines d’années de vie de couple qui s’annoncent ? Comment réinventer le quotidien ?

Ils décident de pimenter leur existence par des surprises qu’ils se font l’un à l’autre mais, aie, aie, aie, terrible fiasco ! Les surprises tombent mal et ne sont que déceptions. Et lors de l’une d’elles, Sylvie apprend l’existence d’une ex dont elle n’a jamais entendu parler, une ex qui va réapparaître dans leur vie. On passe alors à une phase du roman qui m’a attristée, celle où le couple vacille et où Sylvie va mener l’enquête sur les mystères de son mari. J’avoue, cette orientation que prenait le roman m’a peinée et déplu, j’ai vraiment du mal à lire des couples en crise, ça ne me plait pas.

Et puis, surprise, Sophie Kinsella ne nous avait pas tout dévoilé et le roman prend une tournure plus profonde, un secret se dévoile et va amener un grand changement dans la vie de Sylvie qui va prendre conscience de beaucoup de choses et agir pour reconstruire sa vie. Ce secret et la tournure que prend alors la vie des personnages m’ont beaucoup plu.

Ma notation :

Après un passage de lecture qui me plaisait moins, ce roman fut finalement une bonne surprise.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Ma vie pas si parfaite, Sophie Kinsella

Quatrième de couverture :

À Londres et dans le Somerset, de nos jours.
Sorties culturelles, soirées animées, restos branchés, job de rêve dans une grande agence de pub, d’après ses comptes Facebook et Instagram, Katie, 26 ans, vit la vie géniale des it-girls de Londres.
En réalité, elle loue une fortune une chambre minuscule dans une coloc à presque deux heures du centre, vit sur un budget tellement serré qu’elle doit parfois choisir entre un repas et un « mokaccino » hors de prix et travaille pour une boss cauchemardesque. Et quand cette dernière décide de la virer sous un prétexte pour le moins léger, Katie n’a d’autre choix que de rentrer chez son père dans le Somerset.
Mais pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d’elle ? Katie va trouver un moyen de faire venir Londres à elle et de faire de la ferme familiale l’endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu’il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et avec eux, de vieilles connaissances…

L’avis de Lunatic :

Qu’est-ce que j’ai aimé passer un peu de temps avec Katie.  Cette Katie si attachante, rigolote, un peu maladroite, qui doute d’elle et qui en même temps semble pleine de peps et d’énergie. Dès le début, Katie nous vend du rêve avec une description de son appartement « Londonien » très original. Ce roman donne une vraie leçon : surtout ne vous contentez pas de l’image, de ce que l’on veut vous vendre ou vous faire croire à travers le net, les réseaux sociaux. Bien souvent c’est bidon et les aventures de Katie vont le prouver.

Dans ce roman, on retrouve tous les codes qui font de Sophie Kinsella une des meilleures à mon sens pour ce genre de roman : de l’humour, une héroïne marrante qu’on a envie d’avoir comme copine, des scènes mythiques, une histoire d’amour et de jolis retournements de situation. Tout à fait le genre de bouquin à mettre dans sa valise pour les vacances.

Ma notation :

Un roman feel-good si bon à lire.

 (Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Audrey retrouvée, Sophie Kinsella

9782266262224

 

Quatrième de couverture :

Audrey a 14 ans. Elle souffre de troubles anxieux. Elle vit cachée derrière ses lunettes noires, recluse dans la maison de ses parents à Londres.
Ça, c’était avant.
Avant que Dr Sarah, son psychiatre, lui demande de tourner un film sur sa famille, pour voir la vie
d’un oeil nouveau : celui de la caméra.
Avant que Linus, un copain de son frère, débarque. Avec son grand sourire et ses drôles de petits mots griffonnés sur le coin d’une feuille, il va pousser Audrey à sortir. Et à redécouvrir le monde…

L’avis de Lunatic :

C’est après avoir commencé ma lecture que je me suis rendue compte que ce roman écrit par une auteure incontournable de chick-litt était destinée aux jeunes adultes. Je n’allais pas m’arrêter à cela, et j’ai continué ma lecture. Ce roman c’est l’histoire d’Audrey, une jeune fille qui a vécu une histoire douloureuse à l’école. Même si les événements ne sont jamais évoqués, on comprends vite qu’il s’agit de harcèlement scolaire. Depuis elle vit cloitrée chez elle, lunettes noires vissées sur le nez, et suit une thérapie, pour laquelle elle va filmer et observer son quotidien.

L’auteure nous dresse ici un portrait de famille pas des plus calmes: un frère accro aux jeux vidéos, une mère un peu tyrannique obsédées par les articles de psychologie ou d’éducation et un père avouons-le un peu démissionnaire. On assiste alors à des scènes assez cocasses (exemple: la mère excédée par le temps que son fils passe en ligne jette son PC par la fenêtre..). Et c’est grâce à cette caméra et surtout avec l’arrivée de Linus, un coéquipier de jeu en ligne de son frère qu’Audrey va réapprendre à faire confiance aux gens, à se faire confiance et à reprendre une vie normale.

Bref, vous l’aurez compris, une histoire bien gentille, pleine d’humour, très actuelle, qui plaira forcément aux jeunes adultes (mais aux plus vieux aussi..). Je regrette juste un peu le coté « huis-clos » du récit. L’essentiel du roman se passe dans la maison familiale, il manque quelques personnages secondaires également.

Ma notation :

A lire comme on regarderait un épisode de série.