Archives du mot-clé S. Jomain

Les étoiles brillent plus fort en hiver, Sophie Jomain

Quatrième de couverture :

Aux Galeries Hartmann, les Féeries sont le plus gros événement de l’année. Alors, quand sept jours avant leur lancement, le nouveau directeur exige que la décoration de Noël soit intégralement refaite, le sang d’Agathe ne fait qu’un tour : personne ne touchera à son travail, et surtout pas cet arriviste arrogant. Mais le grand magasin est désormais sous la responsabilité d’Alexandre Hartmann, et aussi talentueuse que soit Agathe Murano, c’est avec lui qu’elle devra traiter. Lui et personne d’autre.

Ces deux-là auraient préféré ne jamais se rencontrer, mais puisqu’un père Noël et son chat magique viennent d’être embauchés pour exaucer les souhaits, puisque les guirlandes scintillent et que l’air embaume la cannelle et le pain d’épices, tout devient possible…

L’avis de Laure :

Je n’ai jamais jusqu’à cette année eu une attirance particulière pour les romances de Noël mais cette année, allez savoir, les titres que je vois passer me font quasiment tous envie. Avec celle-ci, j’étais ravie de retrouver Sophie Jomain dont j’avais déjà apprécié mes précédentes lectures.

Vous connaissez ces lectures que vous reposez parce qu’il est l’heure ? de dormir, d’aller travailler, de faire à manger etc. On aimerait ne pas avoir ces contraintes de la vie et rester absorbés dans notre livre. En lisant Les étoiles brillent plus fort en hiver, le sourire me venait chaque fois que je finissais ces tâches de ma journée et que je me disais oh chouette je vais pouvoir reprendre ma lecture. C’est simple, ce roman est un régal !

J’ai tout adoré, l’ambiance de Noël dans laquelle nous plonge Sophie Jomain est magique. Au cœur des galeries Harmann, Agathe officie comme décoratrice et la période de Noël est l’une de celles qui lui donne énormément de travail. Elle a consciencieusement rempli le cahier des charges qui a été prévu avec son patron pour décorer les différents étages du magasin. Mais le patron est décédé il y a quelques mois et son fils, Alexandre,  reprend sa suite avec une volonté différente. C’est simple, il déteste la décoration qui a été mise en place et exige que tout soit refait à seulement quelques jours de Noël !

Entre Agathe et Alexandre, ça va donc chauffer plus d’une fois ! On adore ces brouilles très comiques à lire où chaque partie est si sûre d’elle-même. Et on se doute bien, qu’au-delà de la brouille, les personnages auraient autre chose à se dire. Mais entre un patron et sa salariée, rien n’est si simple.

Sophie Jomain évoque aussi les soucis familiaux de chacun. Pour Agathe, cette période sera bien compliquée avec la réapparition soudaine de sa sœur dont elle élève la fille depuis plusieurs années. Et quand celle-ci exige de reprendre l’autorité parentale de sa fille, la douce ambiance familiale va vite dégénérer. De son côté, Alexandre ne supporte plus tellement le climat familial depuis le décès de son père et ne résistera pas à dire ses quatre vérités à sa mère.

Comme je vous le disais, je me suis régalée avec cette lecture car tout y est. L’ambiance magique de Noël, fortement soutenue par la présence au sein des galeries Hartmann d’un père Noël et de son chat qui réalise vos vœux ! La comédie et ses rocambolesques péripéties qui rendent les chapitres addictif. L’esprit de famille, les galères et l’amour de ses proches. Et bien sûr, last but not least, la romance évidente mais dont on se dit « mais enfin quand est-ce qu’ils vont succomber?! ». Tous les ingrédients sont réunis pour une recette réussie et signée Sophie Jomain. Du régal au coup de cœur, il n’y a qu’un pas !

Ma notation :

Coup de cœur ! Encore, encore des comédies de Noël aussi délicieuses !

[Duo lecture] Et tu entendras le bruit de l’eau, Sophie Jomain

Pourquoi ce livre :

(Lunatic) J’ai vu passer pas mal de titres de cette auteure sans avoir jamais eu l’occasion d’en lire. Il était temps de la découvrir.

(MadameOurse) J’ai déjà lu Sophie Jomain dans 2 genres bien différents et c’est des lectures que j’avais aimées alors j’étais tentée par son nouveau roman.

La couverture :

(Lunatic) Un titre que je trouvais bien mystérieux. Une image de couverture qui colle à l’atmosphère du roman. Une couverture sympathique!

(MadameOurse) Les coloris de la couverture ne me plaisent pas trop mais l’image est complètement en adéquation avec le contenu du roman.

La quatrième de couverture :

Marion Verrier est Fendie Miller. Ou plutôt Fendie Miller est Marion Verrier. Elle ne sait plus trop… Est-elle vraiment devenue cette journaliste assoiffée de scoops que plus rien n’émerveille  ? Poussée à bout, Marion craque et décide de s’échapper en baie de Somme. Un bungalow cosy perdu dans la nature pour se retrouver et réfléchir à ce qu’elle va faire de sa vie, voilà tout ce à quoi elle aspire. Mais, au «  Bruit de l’eau  », Marion découvre qu’elle n’est pas aussi seule qu’elle le pensait  ; quelqu’un d’autre a choisi l’écolodge pour s’isoler du monde. Un homme, mystérieux et solitaire, que le destin n’aura de cesse de remettre sur sa route.

Après lecture :

(Lunatic) Je vais être assez brève pour cet avis duo. J’ai trouvé que c’était un roman facile à lire : l’écriture de Sophie Jomain est agréable, ça se lit bien, c’est divertissant. Son personnage principal Marion est attachante, en tant que lectrice on peut facilement s’identifier à elle je pense. Elle profite de longues vacances après avoir bossé énormément au sein de la rédaction d’un journal people pour se ressourcer. Elle quitte Paris pour la baie de Somme. Elle y rencontrera un homme, son voisin de vacances, peu enclin à la discussion et assez bougon. Elle saura tout de même l’aborder et l’amadouer. Son séjour va la changer, la ressourcer, lui permettre de prendre conscience de ce qu’elle veut vraiment.

J’ai beaucoup aimé la description de la vie personnelle de Marion, mais j’ai eu plus de mal avec le coté professionnel qui m’a un peu ennuyée. Le monde du journalisme, le coté people, ne m’a pas trop convaincue. J’ai parfaitement compris ses envies de changements, mais j’ai trouvé que tout semblait si simple au final. Les descriptions géographiques sont très présentes. On voyage ainsi au cœur de la baie somme, entre les dunes. On embarque au fil de l’eau, on observe les phoques. Mais j’avoue que cette région ne me fait pas rêver du tout (ce qui a fait sourire MadameOurse). Bref, un romance comme je l’attendais.

(MadameOurse) Dans ce roman on est entre la romance et l’histoire de la renaissance d’un personnage. En effet, Marion se retrouve, suite à un passage à vide professionnel, à exiger de prendre tous ses congés non pris et se retrouve avec 4 mois de chômage. Elle en profite pour quitter Paris et renouer avec la nature, dans l’écolodge du Bruit de l’eau (endroit qui existe réellement, suivez le lien).

Elle va s’y consacrer a des balades dans la nature en faisant des photos et en remplissant un carnet consacré à ce qu’elle a vu. Et elle va rencontrer un scientifique qui étudie les veaux marins sur place en hiver, un homme bougon et qui montre clairement ne pas vouloir échanger avec elle, elle le dérange et il l’envoie sur les roses à plusieurs reprises. Et il se trouve que cet homme est … son voisin puisqu’il réside lui aussi à l’écolodge.

Le roman va alterner entre les relations entre les 2 personnages à la « suis moi, je te fuis » et leurs professions à tous deux. Une grande partie est donc dédiée aux veaux marins, à la mer, à la nature, à la préservation de cette espèce, un cadre naturel apaisant qui change et qui pourra plaire à beaucoup de lecteurs. Et puis, de l’autre côté, c’est aussi une réflexion professionnelle pour Marion qui se rend compte que son métier de journaliste people n’est pas ce qu’elle avait espéré lors de ses études. Elle va donc se questionner sur une nouvelle voie à suivre.

J’ai apprécié ce roman mais je suis un peu restée sur ma faim quant à la romance. Lorsque le roman va évoluer vers quelque chose de plus profond entre nos 2 personnages, ils vont se confier leur vécu et on va commencer à comprendre ce qui fait qu’ils en sont arrivés là. Mais la fin du roman est à mon sens décevante car, si tout finit pour le mieux dans le meilleur des mondes, j’aurais aimé savoir comment chaque personnage a fait sa transition, a su évoluer et ouvrir son cœur de nouveau. Or tout ça n’est pas dit et c’est dommage car c’est le genre de chose qui ne se résout pas avec un coup de baguette magique !

Quand la nuit devient jour, Sophie Jomain

Quatrième de couverture :

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des noeuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

L’avis de MadameOurse :

J’ai acheté ce livre au mois de mars, à sa sortie en poche. C’est Bettie Rose qui en parlait tellement qu’elle m’avait donné envie de le lire. Et puis Sophie Jomain était une auteure que je souhaitais découvrir. J’ai découvert son dernier roman paru en mars et il me tardait beaucoup de découvrir Quand la nuit devient jour.

Ce roman mérite d’être lu et qu’on parle de lui. Je l’ai trouvé exceptionnel. Sophie Jomain s’attaque ici à un thème qui me parait être difficile à traiter : celui de la dépression. Ce n’est pas une maladie que je connais bien et c’est un thème lourd. Est-ce que ça va donner un livre triste, difficile à lire ? Est-ce que ça va être réaliste, plausible ? Et quand en plus, de ce thème de départ on va aller jusqu’à parler d’euthanasie assistée, ouaouh vous sentez le challenge qu’il y a dans ce titre ? Alors, quitte ou double ? La prise de risque me semble énorme et je suis bluffée quand on regarde le parcours de l’auteure par la diversité de ses écrits. Quand tant d’auteurs sont cantonnés dans un genre, Sophie Jomain absolument pas. Mais sait-elle tout écrire ?

Camille a été une jeune fille dont l’adolescence a été difficile : non acceptation de son corps de femme, boulime, anorexie et yoyo permanent dans son poids, tentatives de suicide. De ce mal être qui s’est d’abord fait jour à travers sa relation au corps et à la nourriture, c’est la dépression qui finit par s’exprimer. La première partie du roman va nous présenter Camille, son vécu, sa maladie. J’étais un peu sceptique à ce stade de ma lecture car je ne peux pas juger de ce qui nous est raconté, je ne connais rien à tout ça. Mais finalement l’auteure a fini par m’apprendre des choses. Ou comment la dépression s’exprime si fort dans le corps et amène à des symptômes et des maladies physiques. Je n’avais jamais imaginé cela, étant inculte de cette maladie mais ça me parait évident maintenant, que le psychique puisse impacter ainsi le physique.

Camille n’en peut plus de cette souffrance, de cette vie sans but, de l’impossibilité qu’elle a de ne plus souffrir. Elle se rend alors en Belgique pour demander à être euthanasiée. Cette décision arrive assez vite dans le roman, il m’a manqué tout de même une petite partie à suivre ce qui avait pu être traité médicalement pour tenter de la soigner. Ça m’aurait permis de mieux accepter que cette euthanasie soit sa seule solution.

L’euthanasie lui est acceptée, elle part s’installer dans un centre où elle sera alors suivie par le Docteur Peeters. Ce psychiatre n’a absolument pas vocation à la soigner mais à l’accompagner dans sa fin de vie. Et il a des méthodes complètement différentes de ce que Camille a déjà connu. Avec lui, Camille va alléger le poids qu’elle porte, mettre des mots sur certaines choses. Elle sera entendue, épaulée, assistée. Et là, je ne sais trop comment vous résumer la suite mais les jours qui passent au centre, contés par Sophie Jomain, amènent une note d’espoir, une note de légèreté. On ne se dit pas que Camille va guérir, qu’elle va trouver un sens à sa vie mais je me suis dit personnellement qu’elle trouvait ce qui lui était nécessaire à cet instant t de sa vie. Entre crises et moments heureux, Sophie Jomain m’a complètement touchée par son histoire…

Mais alors quelle fin attendre pour un tel roman ? Encore une fois qu’est ce qui nous paraîtra plausible, réaliste ? J’avais vraiment peur d’achever ma lecture, d’être déçue sur ce point. Et bien … non, la fin est parfaite, tout y est !

Ma notation :

Une lecture exceptionnelle. Un roman à lire impérativement si tant est que les thèmes abordés vous intéressent.

Fais-moi taire si tu peux !, Sophie Jomain

Quatrième de couverture :

Elle fleurit les mariages, lui les détruit.

Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d’un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée… Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard.

L’avis de MadameOurse :

Ce titre m’a attirée de par cette couverture fraîche et colorée et surtout par son auteure. J’entends du bien de Sophie Jomain, notamment via BettieRoseBooks qui recommande énormément Quand la nuit devient jour. Ce titre est paru en poche il y a peu et figure dans ma liste d’achats urgente mais en attendant, j’ai profité de l’occasion de découvrir l’auteure par un autre de ses romans.

Ce roman est aussi frais que l’évoque sa couverture, c’est une lecture légère parfaite pour ceux qui ont envie d’une histoire rigolote et sans prétention. Louise, fleuriste, va rencontrer lors d’un mariage pour lequel elle travaille Loïc. Sous un déguisement de faux prêtre, celui-ci va dévoiler les secrets des mariés et faire capoter le mariage ! Louise rencontrera de nouveaux sur sa route l’énigmatique Loïc à plusieurs reprises, toujours en fauteur de troubles et va vite se méfier de cet homme taquin et direct.

Leurs métiers ne sont pas compatibles, et pourtant, les choses les rapprocheront au fil des pages. Cette romance est moderne, drôle, dynamique mais plutôt attendue. Je dis ça dans la mesure où je me doutais à l’avance des événements qui allaient survenir. J’aime bien être surprise par une lecture, qu’elle ne m’amène pas où cela semble si évident. Ici, pas de surprise pour ma part mais j’ai trouvé le roman agréable, la plume est simple, facile à lire.

Ma notation :

Une agréable découverte, je compte bien relire Sophie Jomain.

netgalley-public-notag-md

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)