Archives du mot-clé S. de la Croix

X ou Y, Séverine de La Croix

Quatrième de couverture :

« Je suis Camille mais depuis un an, quatre mois et vingt-et-un jours, je m’appelle Yann. Depuis que mon père ne sait plus lequel de nous deux est mort dans l’accident, son fils ou sa fille, Camille ou Yann. »Pour se protéger de son père devenu alcoolique depuis le drame, Camille a pris l’identité de son frère jumeau : Yann, son double, la moitié d’elle sans laquelle elle n’arrive plus à vivre, décédé dans l’accident avec leur mère. Inscrite dans un nouveau lycée, elle fait illusion.Mais comment demeurer Yann quand Thomas fait irruption dans sa vie ? Et comment redevenir Camille alors que son père s’accroche à « son fils » pour ne pas sombrer ?

L’avis de Laure :

Alors que je lisais Là où on s’aime il ne fait jamais nuit,  j’ai constaté que l’auteure allait publier un nouveau roman dont le résumé m’a tout de suite attirée. Pourtant ce roman est classé jeunesse et je lis peu de romans destinés à la jeunesse mais les thèmes traités ici m’intéressaient.

C’est une lecture très fluide et rapide, 240 pages que j’ai lues en une journée, accompagnée en duo par ma copine Monjardinlittéraire. On rentre vite dans l’histoire, on s’attache vite aux personnages et j’ai été prise par l’histoire de Camille / Yann, on veut forcément savoir comment la jeune fille va se sortir du piège dans laquelle elle s’est enlisée. Camille est bien une jeune adolescente, cachée derrière les vêtements et les passions de son frère jumeau Yann. Dans son quotidien, personne ne sait plus qu’elle n’a jamais été un garçon, même son père qui a sombré dans la dépression et l’alcoolisme a oublié que c’est son fils qui a péri aux côtés de la mère de Camille, dans cet accident qui a détruit la famille. On apprend vite pourquoi Camille a eu recourt à ce stratagème et c’est terriblement triste que la jeune fille n’ait trouvé que cette solution pour se protéger.

Il y a plusieurs thèmes au cœur du roman. D’abord l’alcoolisme du père, dont il devra absolument se sortir pour que la famille puisse repartir sur de nouvelles bases. Mais comment faire reconnaître et soigner cette addiction lorsqu’on n’est qu’une ado ? A son entrée en première, Yann/ Camille va tomber sous le charme de Thomas. Et pourtant leur histoire est impossible puisqu’il se cache sous l’identité de son frère. Alors le roman va aborder le sujet de l’homosexualité, des sentiments amoureux, du jugement et du regard des autres. Thomas est un personnage qui m’a beaucoup émue, mature, altruiste, et étonnamment communiquant pour un ado !! Camille deviendra aussi amie avec Sonia, un personnage que j’ai aussi trouvé très positif.

C’est petit à petit, en se dévoilant aux gens à qui elle commencera à faire confiance que le piège dans lequel Camille s’est elle même enlisée pourra se dénouer. J’ai ressenti un enchaînement un peu rapide sur la fin du roman, lorsque tous les nœuds de l’histoire se dénouent. Ça aurait été un bémol dans un roman adulte mais finalement, cela va avec la thématique jeunesse sous laquelle il est publié. Et je trouve que ce roman est une bonne lecture à placer entre les mains de nos ados pour le regard positif qu’il amène sur les gens et leurs différences.

Ma notation :

Une jolie lecture jeunesse entre romance et sujets de société.

Merci aux éditions du Rocher pour cette lecture

Là où on s’aime il ne fait jamais nuit, Séverine de la Croix

Quatrième de couverture :

Dans la vie de Félicité, tout est allé de travers. Elle rêvait d’amour et de poésie, mais se retrouve seule avec ses deux enfants, Corentin et Manon, nés de pères différents.
Mathilde, sa sœur aînée, a de son côté planifié chaque aspect de son existence. Pour être comblée, il ne lui manque qu’un bébé, qui refuse d’arriver.
Félicité et Mathilde, que les épreuves ont séparées, vont-elles se rapprocher ?
L’anniversaire de Corentin va faire basculer le destin.
Félicité avait promis à son fils de lui révéler l’identité de son père le jour de ses dix ans. Mais impossible d’avouer le secret qu’elle garde douloureusement depuis tant d’années.
Grâce à la tendresse retrouvée de Mathilde et à un mystérieux charpentier aux chemises de bûcheron, Félicité va-t-elle enfin affronter son passé et s’ouvrir à l’amour ?

L’avis de Laure :

En début d’année, une de mes amies m’a offert ce roman qui figurait dans ma WL. Je ne sais même plus à quel moment il avait attiré mon attention mais j’étais ravie de son choix. Je n’ai fait le lien que dernièrement, l’auteure m’était déjà connue, je l’avais lue en 2016.

Je suis entrée très facilement dans ce roman choral où les 2 sœurs principalement nous racontent leur histoire à tour de rôle, avec l’intervention parfois de leurs conjoints, leur mère, le fils, etc. Félicité dite Fée (joli pseudo qui s’intègre à merveille dans le cadre de l’histoire et qui m’a beaucoup plu) a 2 enfants et cache un lourd secret sur la naissance de son aîné. Elle n’a jamais rien dit de son passé ni à sa mère ni à sa sœur.

Mathilde est en froid avec cette sœur qui a dans sa vie ce qui lui manque tant : la maternité. Elle tente d’avoir un bébé avec son mari, sans succès. Ce roman contemporain nous fait découvrir la PMA et j’ai trouvé qu’il racontait bien le parcours des couples infertiles.

Le quotidien des sœurs bascule le jour où Corentin, le fils de Fée, lui rappelle la promesse qu’elle lui a faite. Le jour de ses 10 ans, elle doit lui révéler qui est son père. Vient alors le moment pour toute la famille de découvrir pour quelle raison Fée bloque sur cette promesse à son fils et l’aider à guérir du traumatisme qu’elle a si longtemps caché.

Séverine de la Croix nous livre un bien joli roman dans lequel j’étais captivée. J’ai adoré la présence masculine aux côtés des sœurs : Germain le mari de Mathilde et Loïc qui aura le coup de foudre pour Fée. C’est un roman où la famille, l’entraide, le soutien sont énormément mis en avant et on s’attache évidemment à cette action collective qui va tous les aider à aller mieux. C’est doux, léger quand il le faut et sérieux à d’autres moments, c’est apaisant, c’est vrai car c’est la vraie vie avec son lot de malheurs et le soleil qui peut pointer au bout du tunnel pour amener des jours meilleurs. Et vous verrez que la façon dont Fée parvient à se détacher du passé pour faire confiance à un nouveau bonheur est fort émouvante.

Ma notation :

Une bien jolie lecture que je vous recommande sans hésiter.

Les mensonges ne meurent jamais, Séverine de la Croix

003

Quatrième de couverture :

Une femme qui disparaît.

Un couple en danger.

Les terribles secrets d’une famille.

Un compte à rebours implacable.

L’avis de MadameOurse :

Il ne m’a pas fallu plus de 48 heures pour achever ce roman. Il est court et tout s’y enchaîne vite, on tourne donc les pages encore et encore sans presque s’arrêter.

Le roman débute sur un très joli premier chapitre où Manon, mariée, va rencontrer un homme qui lui inspirera un désir subi et réciproque. Je me suis dit « chouette, une histoire d’amour, ça faisait longtemps ». Et en fait non pas du tout, le premier chapitre va trouver son explication au fil des pages mais ce roman est un véritable sac de nœuds de secrets de famille.

La famille de Manon vient de la bourgeoisie, porte un nom un à particule et a un passé bien chargé. Le vécu est tabou, il ne faut pas dire les choses dans ces familles là, préserver le rang, le nom, la réputation, la richesse…

C’est par hasard que Manon va se trouver embarquée dans une enquête sur ce qui lui a toujours été caché après une révélation inattendue au cours d’un dîner. Elle va donc faire le tour de la famille pour poser des questions dérangeantes. L’histoire est de taille, ce n’est pas un petit secret de rien du tout qu’elle va déterrer. Mais, tout lui vient très facilement, elle pose les questions on lui répond. Il en est de même pour l’enquête menée par la police lorsque Nicolas l’époux de Manon déclare sa disparition. Les témoins sont convoqués et finissent par dire la vérité. De ce point de vue je trouve que le roman n’est pas hyper travaillé, il y a une histoire qui nous est révélée petit à petit mais elle manque de mystère, de suspense, c’est trop facile.

Ma notation :

Un joli premier roman de cette auteure qui plaira à ceux qui sont adeptes comme moi des secrets de famille. Le style reste toutefois très simple et l’histoire aurait pu être plus travaillée.