Archives du mot-clé R. Puertolas

Sous le parapluie d’Adélaïde, Romain Puértolas


Quatrième de couverture:

Rose Rivière, une jeune et jolie femme, a été étranglée le 25 décembre sur la place de la grande ville de M., au milieu de cinq cents personnes qui assistaient au spectacle de Noël.
Pourtant, personne n’a rien vu. De l’événement il ne reste qu’une photo en noir et blanc, prise par le journaliste local, où l’on voit deux mains noires encerclant le cou de Rose. Or, à cette époque, il n’y a qu’un noir à M. Celui-ci est vite incarcéré, mais son avocate, commise d’office, est persuadée de son innocence. Elle décide de tout faire pour la prouver, car il y a peut-être un unique témoin… qui était caché sous le parapluie d’Adélaïde…

L’avis d’Audrey :

Un an après La police des fleurs, des arbres et des forêts, qui m’avait tant sonnée, j’ouvre ce nouveau roman avec pas mal d’appréhension. On est prévenu, ici on va retrouver ce qui avait fait le charme du précédent roman. Un fin que l’on ne peut pas présager, un sacré rebondissement et une ambiance dans cette ville de M. assez proche de celle du village de P. Est-ce que je n’allais pas lire le même roman et m’y ennuyer ?

Le matin de Noël, une femme est assassinée en plein spectacle sur la place municipale. 500 spectateurs et personne n’a rien vu. Seul une photo qui immortalise le meurtre en second plan permet de résoudre l’enquête. Deux mains noires y enserrent le cou de Rose Rivière, le coupable est désigné puisqu’il n’y a qu’un noir à M. : Michel est alors aux yeux de tous le terrible assassin. Une théorie qui ne convint pas son avocate et qui va tenter de percer le mystère de ce meurtre.

Avec elle on part à la rencontre de quelques personnages de la ville pour mieux comprendre qui était Rose Rivière, qui pourrait lui en vouloir et pourquoi la tuer ? Connaissait-elle Michel? Avait-il une raison de vouloir la voir morte ? Elle va se démener pour son client, et s’attacher à lui plus qu’elle ne voudrait.  Et surtout, il semble qu’un témoin a tout vu! Qui est-il et pourquoi ne se manifeste-t-il pas ?

J’ai été moins charmée par l’ambiance dans la ville de M. mais les personnages ont tellement plus de profondeur qu’au village de P. et permettent de mettre en lumière des thématiques très fortes avec habilité. Revenir sur la vie de Rose Rivière m’a chamboulée. J’ai eu beaucoup d’empathie pour cette femme et son histoire.

J’ai retrouvé dans ce roman le ton et le style que j’avais tant apprécié avec La police des fleurs, mais sachant d’avance qu’un événement fou allait m’être dévoilé je n’ai pas lu ce roman avec la même « innocence » ou spontanéité. Je cherchais dans chaque phrase et chaque passage le petit indice qui pourrait tout me dévoiler. Une position de lecture qui m’a déplu. Et pourtant, même si je tenais une clé de la révélation que j’ai vite compris, il me manquait l’essentiel. Et cette fois ci encore, je maudis Romain Puértolas de m’avoir tant bernée.

Ma notation :

Une enquête au dénouement improbable. Vite le suivant!

La police des fleurs, des arbres et des forêts, Romain Puértolas

Quatrième de couverture :

Une fleur que tout le monde recherche pourrait être la clef du mystère qui s’est emparé du petit village de P. durant la canicule de l’été 1961.
Insolite et surprenante, cette enquête littéraire jubilatoire de Romain Puertolas déjoue tous les codes.

 Ma notation :

Ce roman est dingue. Romain Puértolas est un génie! J’ai adoré. Gros gros coup de cœur de cet automne 2019.

Duo lecture : La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, Romain Puertolas

Pourquoi ce livre ?

(Madame Ourse) Le titre m’a de suite donné envie ! Tout comme le premier roman de Puertolas avec son fakir mais je n’ai pas pris le temps de le lire alors cette fois je n’ai pas traîné et décidé de le lire rapidement. Lunatic avait lu le 1er roman donc faire une lecture duo de ce titre était sympa car l’une d’entre nous découvrait et l’autre comparait, ça permettait d’avoir des avis bien différents.

La couverture:

9782842638122

Lunatic : La couverture saute aux yeux en librairie. Moins que la couverture jaune de son précédent roman, mais suffisamment pour prendre en main le roman et avoir envie de lire sa 4e de couverture.

MadameOurse : Elle est assez basique mais en même temps vu la longueur du titre s’il y avait une image en plus sur la couverture ça ferait clairement trop ! Et c’est le titre qui est prévu pour attirer le lecteur donc cette couv’ se suffit à elle même.

La quatrième de couverture :

Le jour où Providence doit se rendre à Marrakech pour ramener Zahera, une petite fille gravement malade qu’elle vient juste d’adopter, un volcan se réveille en Islande et paralyse le trafic aérien européen empêchant tout avion de décoller. L’amour d’une mère est-il assez fort pour déplacer les nuages ?

Après lecture :

Lunatic :
J’avais apprécié L’extraordinaire voyage du fakir…, l’écriture de Puertolas m’avait conquise! Et encore une fois, pari tenu! Même si j’ai eu un peu de mal au début à rentrer dans l’histoire, rapidement je me suis laissée emporter par les aventures de Providence, même si cette aventure parait si improbable,  si ubuesque..
Par contre, j’ai trouvé l’utilisation des comparaisons et des métaphores un peu trop présentes. L’abus de cette figure de style peut vite lasser certains lecteurs je pense!
Dans ce roman, les situations sont encore plus improbables que celles que pouvait vivre notre fakir, et pourtant on y croit, et on se demande jusqu’où l’auteur va pousser son « délire ». J’ai beaucoup aimé un passage où Providence (en pleine action que je ne dévoilerai pas ici pour ne pas spoiler) se retrouve à rencontrer Obama, Hollande, Merkel..
Tout comme Madame Ourse, j’ai apprécié les nombreux clins d’œil au fil du roman, sur des faits politiques culturels ou autres des années récentes. Pour exemple, cette référence bien sympa à son précédent roman, lorsque Providence croise un fakir dans le métro:
« Il ouvrit un livre dont le titre s’étalait en lettres bleues sur l’ensemble de la couverture jaune fluo et commença à rire bruyamment, affichant deux grandes rangées de dents blanches ».
Et alors qu’on est en pleine lecture d’un roman loufoque, la fin nous embarque dans un conte poétique, touchant et bouleversant. Puertolas a su me foutre les frissons en nous servant un final auquel je ne m’attendais pas du tout!

MadameOurse :
J’ai fait un très beau voyage à travers les nuages en compagnie de Providence et Zahera. Ce livre est une perle, il y a l’humour qu’on s’attend inévitablement à trouver avec un tel titre mais pas que. Cette histoire est belle, émouvante, poétique, triste aussi. Sous un enrobage délirant et avec une imagination folle, Puertolas nous livre une belle histoire, l’histoire de l’amour qui nait dans un hopital marocain entre Providence et Zahera. Cette petite fille qui a avalé un nuage se bat contre la maladie et l’arrivée de Providence dans sa vie va tout révolutionner.
J’aurais pu refermer ce livre avant la fin pour le côté totalement improbable de l’histoire car Puertolas va très très loin dans l’imaginaire et invente tout. Mais il nous annonce la couleur dès le départ donc je me suis laissée prendre au jeu. J’ai beaucoup aimé la façon dont il écrit, ce roman est bourré de pépites, de termes bien à lui, de personnages fantasques, tout est prétexte à nous faire rire. Le roman est aussi truffé de références à la vie en 2014, c’est assez plaisant quand on le lit maintenant, alors qu’il vient de sortir. Par contre je pense que dans 10 ans, on comprendra peut être moins certaines références.
Et surtout j’ai adoré la fin qui nous ramène à la réalité tout en gardant la poésie de l’histoire. Je n’en dis pas plus mais cette fin rend le roman très crédible à mes yeux d’adulte. Autrement, ça ferait peut être un peu histoire pour enfant. Mais non là c’est juste bien pensé, bravo !

Si vous avez envie de faire une lecture en duo, n’hésitez pas, nous en ferons régulièrement en tenant compte de vos envies de lectures et les duos évolueront d’une fois sur l’autre. Faites nous un petit mail en nous disant ce que vous auriez envie de lire.

L’extraordinaire voyage du Fakir (…), Romain Puertolas

Quatrième de couverture :
Un voyage low-cost … dans une armoire Ikea ! Une aventure humaine incroyable aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-Kadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, un éclat de rire à chaque page mais aussi le reflet d’une terrible réalité, le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle, sur le chemin des pays libres.
L’avis de Lunatic :
Cela fait un moment que j’avais ce livre sous les yeux, sans jamais l’ouvrir.. Trop de pub, trop de communication autour de ce roman m’avait un peu découragé. J’imaginais être déçue.. (oui, dès fois j’ai des a priori bizarre sur mes prochaines lectures..)
On suit donc les aventures de Ajatashatru Lavash Patel (à prononcer  « j’arrache ta charrue ») qui débarque en France direction Ikéa. Après quelques péripéties, il se retrouve coincé dans une armoire Ikéa direction la Grande Bretagne. De là on le suivra en Espagne, Italie…
Les situation s’enchaînent, et surtout des situations très improbables! L’écriture est pleine d’humour, de comique de répétition.. Ce petit roman se dévore, les chapitres sont courts mais intenses. On y croise pas mal de personnages pleins de clichés, pleins d’humours (j’ai adoré l’actrice Sophie Morceaux..).
C’est un style d’écriture original, qu’on lit rarement. Ça m’a fait un peu penser aux romans de Jonas Jonasson (Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire) mais pour ma part, le fakir est bien plus divertissant.
Ma notation :
Contre toute attente j’ai adoré ! Une belle lecture.
Vous avez également lu L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?