Archives du mot-clé noël

[Duo lecture] La dissonante mélodie des souvenirs, Mélodie Taquet

Pourquoi ce livre :

(MadameOurse) Je suis le compte de Mélanie Taquet sur Instagram et, il y a quelques semaines, elle avait envie d’écrire une nouvelle de Noël. Comme ses lecteurs étaient complètement partants pour lire ce texte, elle l’a écrit et le voici ! Elle nous a proposé de le lire avant sa sortie et j’ai accepté avec joie, entraînant avec moi Lunatic tant j’étais sûre qu’elle voudrait lire cette nouvelle aussi.

(Lunatic) J’avais adoré Une vita pas si dolce, réédité sous le titre Reste aussi longtemps que tu voudras en début d’année et j’attends vivement la suite des aventures de Nina et Hanna. Alors ce texte est une joli cadeau de Mélanie Taquet afin d’apaiser mon impatience.

La couverture :

(Lunatic) J’aime beaucoup les lumières floues au dessus de ce piano. On se demande ce qui s’y cache.

(MadameOurse) C’est une jolie couverture, les lumières et les coloris du fond sont très Noël je trouve.

La quatrième de couverture :

Paris, le 24 Décembre. Aurélien, golden boy à la Défense, rate son train qui devait l’amener fêter Noel avec ses proches. C’est alors que dans le hall de la gare de Lyon résonne une mélodie, un morceau qu’il sait avoir déjà entendu. Qui est cette mystérieuse femme qui joue ? En acceptant de l’accompagner le temps d’un morceau, Aurélien est loin de se douter que cette rencontre va changer sa vie…

Une histoire de Noël profonde et pleine d’espoir, une petite pépite à déguster sous un plaid au coin du feu !

Après lecture :

(Lunatic) On retrouve dans cette nouvelle les codes d’une belle histoire de noël, et pourtant on s’éloigne du scénario classique auquel on pourrait s’attendre. Aurélien rentre chez lui pour noël, on comprend bien qu’il n’y va pas vraiment avec plaisir. Il cède à la pression familiale, redoute la confrontation avec son frère et on se demande presque si ce train raté n’est pas fait un peu exprès. Toujours dans la gare, une musique l’interpelle. Que lui rappelle cette mélodie? Qui est cette femme qui joue du piano avec une telle douceur?

Un petit récit qui nous dresse le portrait de deux personnages bien différents, aux destins et aspirations de vies bien éloignés. Le temps d’une soirée, c’est l’occasion de se livrer, de parler de soi, du passé, des envies, des regrets. Et si c’était le moment de voir sa vie autrement?

Une écriture fluide et agréable à lire. Je me suis régalée et merci à Mélanie Taquet pour ce cadeau lecture.

(MadameOurse) Il y a quelque chose que j’ai de suite aimé dans cette lecture : le personnage principal c’est Aurélien, un homme donc. Et j’ai trouvé ça super, et oui après tout, pourquoi les récits de Noël ne seraient que ceux de femmes ? Cette première originalité m’a fait partir sur un avis bien positif. Et par la suite, j’ai apprécié de nouveau l’originalité du récit. Pas de dindes ni de cotillons en effet ici. Nous allons assister à la course désespérée d’Aurélien à travers Paris pour attraper son train. Trop tard malheureusement, l’objectif du réveillon en famille tombe vite à l’eau.

A la gare, Aurélien va être happé par une musique. C’est une femme qui joue du piano dans le hall. Cette femme n’est pas n’importe qui et Aurélien va vouloir en savoir plus sur elle. Vous allez me dire « oh y a de la romance dans l’air ! ». Et bien, j’y ai cru aussi mais comme je vous le disais, cette nouvelle ne cède pas à la facilité…

Mélanie Taquet, à travers un vocabulaire plutôt riche, et via un personnage un peu parfait (et un poil agaçant de perfection d’ailleurs !), nous fait vivre ici une jolie leçon de vie et d’humanité. Une nouvelle agréable, n’hésitez pas à la découvrir !

[Duo Lecture] La vie est belle et drôle à la fois, Clarisse Sabard

Pourquoi ce livre : 

(MadameOurse) Si vous avez l’habitude de suivre le blog, vous avez sûrement déjà vu passer les avis de Lunatic sur les romans de Clarisse Sabard. Elle les a tous lus et elle les adore ! Plusieurs fois déjà je lui ai dit qu’il faudrait que je découvre à mon tour. Et puis alors que j’allais acheter un autre livre, j’ai décidé de prendre aussi La vie est belle et drôle à fois. C’était l’occasion !

(Lunatic) Impossible de rater une parution de Clarisse Sabard. Et c’était le moment de partager ma lecture avec Madame Ourse après lui avoir dit à plusieurs reprises qu’elle devait lire cette auteure.

La couverture :

Ah, on va pouvoir animer un peu cette rubrique aujourd’hui car figurez-vous que ce livre est livré avec 2 couvertures en une ! Il y a la jaquette rouge (photo de gauche) avec le thème de Noël et une autre couverture (photo de droite) avec des coloris plus dynamiques et qui laisse bien apparaître le thème feel good.

On est très curieuses ici, vous le savez, et on ne résiste pas à faire un petit sondage pour que vous nous disiez quelle couverture vous préférez. Et on vous dit ensuite celle que nous avons préféré.

(Lunatic) Je trouve que cette couverture rouge avec cette couronne de sapin colle parfaitement à l’atmosphère du roman. J’aime beaucoup.

(MadameOurse) Alors… suspense… La couverture rouge ne me fait ni chaud ni froid et le thème de Noël ne m’attirera pas plus que ça (dans le sens où ce n’est pas ça qui provoquera mon envie d’achat). En revanche, je suis complètement fan de la couverture feel good qui a de superbes coloris ! J’ai d’ailleurs retiré la jaquette du livre pendant toute ma lecture. Et j’ai été très contente de lire la description de la maison de la mère de Léna au début du roman car c’est exactement celle de l’image.

La quatrième de couverture :

« Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. »

Léna n’en revient pas. Comment sa mère, qui l’a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin ? La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au coeur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu’elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur ! Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu’on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d’avancer…

Après lecture :

(Lunatic) Lena n’aime pas les fêtes de noël, et elle ne pensait pas accepter l’invitation par mail de sa mère lui demandant de passer les fêtes de fin d’années en famille dans le petit village familial. En arrivant sur place avec son frère et sa nièce adolescente, surprise : sa mère a disparu, leur laissant juste une brève lettre. Malgré l’absence de leur mère, ils décident de rester pour passer du temps en famille avec leur grand-mère et leur oncle. C’est aussi l’occasion de revoir d’anciennes connaissances connus dans son adolescence. Ces quelques jours à Vallenot vont aussi réveiller chez Léna de mauvais souvenirs et mettre en lumière les raisons de son aversion pour noël.

Je retrouve dans ce roman tout ce que j’aime chez l’auteure. Une héroïne dans la trentaine, sympathique et attachante à laquelle je peux tout à fait m’identifier. J’aime ce genre de personnage qui me ressemble, ou pourrait ressembler à mes amies et proches. Des personnages qui gravitent autour d’elle, tout aussi sympathiques et touchants. Son frère en pleine crise de couple, sa nièce étouffée par un père protecteur, une grand mère originale et moderne, son père envers qui elle se montre surement trop dure, etc etc… L’écriture de Clarisse Sabard est toujours aussi agréable à lire. Un récit fluide, oscillant entre humour et émotion. Ici aussi il est question de secret de famille, même s’il n’est pas au cœur de l’intrigue comme ça peut l’être dans ses autres romans. On a quelques flashback dans le passé, mais à plus petites doses, juste de quoi comprendre les tourments de notre héroïne. Bref, j’ai aimé ce texte, une jolie petite parenthèse pour patienter jusqu’en 2019 en attendant un 4ème roman.

(MadameOurse) Ce roman est une pure comédie de Noël, vous savez ces films qu’on aime tant regarder les après midi d’hiver en mangeant des chocolats ? Ici, il y a tous les ingrédients qu’on retrouve dans les films : une sacré bande de personnages, un retour dans la ville de l’enfance (Vallenot pour Léna), des fêtes à passer en famille qui n’enchantent pas tout le monde, une / des amourettes dans l’air, beaucoup d’humour, une dose d’aventure et de secrets. Mélangez le tout et vous passez un agréable moment de lecture avec la famille de Léna.

Je me suis doutée assez vite au cours de ma lecture, bien que n’ayant jamais lu Clarisse Sabard, que ses autres romans devaient être autrement plus émouvants. Celui-ci est assez simple, j’ai trouvé que la première partie restait dans la mise en place de l’histoire et que ça manquait un peu d’action. Heureusement, tout se chamboule sur la seconde partie avec la disparition de Violette, l’adorable romance que va vivre Léna (oh comme on aimerait être à sa place!), la révélation du secret qui concerne le grand père et l’explication de l’absence de la mère et Léna et Tom.

Et au final, c’est un livre qu’on referme avec le sourire et qui nous a vraiment fait du bien !

Duo Lecture : La disparue de Noël, Rachel Abbot

Pourquoi ce livre ?

(MadameOurse) Je fais partie depuis quelques mois du Club de lectures Le cercle Belfond et on commençait à parler de ce roman qui me semblait bien tentant. Lorsqu’il est paru sur Netgalley, j’en ai directement demandé la lecture. Et je n’ai pas été surprise que Lunatic en ai fait la demande également, c’est tout à fait le genre de lecture sur laquelle nos goûts sont très proches. Et c’était donc l’occasion d’un beau duo lecture.

(Lunatic) La 4ème de couverture était bien tentante, et je savais qu’avec cette auteure il y avait de grandes chances de passer un bon moment de lecture.

 La couverture:
(MadameOurse) Cette couverture est plutôt simple, les couleurs rouge et blanc sont très attractives. Après lecture finalement, cet emballage est archi sobre au vu du contenu qui s’apparente plutôt à de la dynamite ! Alors grosse surprise pour ma part.

(Lunatic) Une couverture sobre et simple. Joli contraste entre le blanc pure de la neige et ce rouge sang.

 

 La quatrième de couverture :

Une route de campagne verglacée. Une voiture qui perd le contrôle : la conductrice est tuée sur le coup ; Natasha, sa fille de six ans assise à l’arrière, se volatilise sans explication.

Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais un couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer.
Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha.
Où était-elle toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ? Si David est fou de joie, Emma, elle, se sent vulnérable devant cette adolescente silencieuse.

Cadeau ou malédiction ? Que cache le retour de la disparue de Noël ?

Après lecture :

(MadameOurse) C’est un roman dont le premier chapitre nous plonge directement dans le bain : cet accident provoqué en pleine nuit, cet appel mystérieux que Caroline reçoit juste avant et puis la disparition de Tasha… Un premier chapitre complètement à la hauteur de ce qui suit. Il y a quelque chose qui m’a beaucoup plu dans l’histoire c’est le fait non pas d’être confronté à la disparition de l’enfant mais à son retour mystérieux 6 ans après les faits. Elle ne veut pas que son père appelle la police, est très méfiante, ne supporte pas qu’on la touche et ne raconte bien sûr presque rien de ce qui lui est arrivé.

Petit à petit, on est complètement pris dans l’engrenage du roman. Il y a cette histoire parallèle qui concerne le policier Tom Douglas qui a perdu son frère quelques années auparavant. On se dit bien sûr, « où est le lien? ». Les chapitres sont courts comme dans la plupart des thrillers mais le rythme est hyper rapide, on ne peut pas décrocher et d’ailleurs on ne décroche pas. On dévore ce roman page après page, les événements s’enchaînent, les questions que l’on se pose sont de plus en plus nombreuses, les hypothèses de plus en plus folles. Et puis, le final arrive et avec lui le sac de nœuds se démêle. Et je vous assure que ce thriller est excellent ! J’ai beaucoup aimé les personnages que sont Emma, Becky, Tom, Jake.

C’est un thriller que je vous conseille vivement si vous êtes fan du genre et si vous avez envie d’un roman bien prenant, plein d’action et de mystères. Il y a très peu de risques, je pense, de ne pas aimer La disparue de Noël. Mais attention, attendez vous à de la dynamite, le roman est bien plus fort et marquant que ne le laissent deviner le titre et la couverture.

(Lunatic) Un soir de décembre, Caroline rentre d’un repas de famille avec sa petite fille de 6 ans qui dort à l’arrière de la voiture : une voiture au milieu de la route, un appel qui lui ordonne de ne pas s’arrêter et c’est l’accident. Caroline meurt et plus aucune trace de Natasha sa fille.  6 ans plus tard, David le père de Natasha a refait sa vie avec Emma, quand sans crier gare, la jeune fille réapparait. Ou était-elle pendant ces 6 années ? Qui la retenait ? La jeune fille refuse de parler.

A partir de ce moment, le récit s’emballe enchaînant les révélations et les rebondissements. Je n’ai pas pu lâcher ce roman, échangeant régulièrement avec Madame Ourse sur mon ressenti, mes idées sur l’issue de l’intrigue : on s’était d’ailleurs toutes les deux bien plantées sur certains points. Preuve que ce roman est de qualité ! En parallèle à l’histoire de Natasha, on rencontre Tom, un flic qui fait quelques recherches sur son frère décédé il y a quelques années. Les personnages ne tombent pas dans la caricatural, et progressivement l’auteur nous en dévoile davantage sur eux, quitte à faire tomber les masques. Vous aurez compris que j’ai aimé ce roman.

 

(roman lu en partenariat avec Netgalley)

 Si vous avez envie de faire une lecture en duo, n’hésitez pas, nous en ferons régulièrement en tenant compte de vos envies de lectures et les duos évolueront d’une fois sur l’autre. Faites nous un petit mail en nous disant ce qui vous tenterait.