Archives du mot-clé N. Tackian

Fantazmë, Niko Tackian



Quatrième de couverture:

Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?
Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.
Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, le « spectre » en albanais.

L’avis d’Audrey :

J’ai lu ce roman sans avoir lu la première enquête de Thomar Khan: Toxique que Laure avait lu il y a deux ans. On m’a souvent déconseillé de lire dans le désordre les différents romans mettant en scène un même enquêteur, afin de mieux cerner le personnage, comprendre ses réactions et ses choix. Ici, même si dans les premières pages je ne comprenais pas forcément les événements passés qui étaient cités, cet effet de manque s’est vite dissipé et j’ai réussi à entrer au cœur de l’histoire.

Thomar Khan est loin du flic exemplaire et lisse. On saisit vite qu’il est loin d’être parfait, avec ses failles et ses défauts. Alors que les locaux du 36 quai des orfèvres sont en plein déménagement, Thomar est embarqué dans une affaire de meurtre de migrant. Une affaire qui aurait pu être trop vite classée.

Un court roman rudement efficace. C’est du polar noir, violent, à l’ambiance pesante et qui captive son lecteur. J’ai été un peu décontenancée au départ par les sortes d’hallucinations qui touchent notre flic, mais j’ai aimé la tournure que prenait le roman.

Sans surprise, on retrouve un rythme très rapide, qui colle à l’expérience de scénariste de télévision de l’auteur. Tout est réaliste, utile et efficace. Les chapitres s’enchaînent et l’on arrive à la fin du roman sans s’en rendre compte et en demandant encore.

Ma notation :

Un polar comme j’aime et je vais pouvoir me jeter sur Celle qui pleurait sous l’eau bien vite pour retrouver Thomar Khan.

[Duo lecture] Avalanche Hotel, Niko Tackian

Pourquoi ce livre :

(MadameOurse) Ça fait 2 mois qu’on entend parler de ce roman, il y a eu une vraie belle publicité autour de cette parution et généralement, quand on nous donne envie comme ça, nous on fonce ! Et puis bon, en duo avec Lunatic, ça ne se refuse pas !

(Lunatic) Le teasing sur la sortie de ce roman était si bien réussi, j’avais réservé ma chambre à l’hôtel depuis le 17 novembre et il me tardait de le lire.

La couverture :

(Lunatic) Une couverture qui retranscrit parfaitement l’ambiance du lieu. Ce sublime hôtel, la neige, cette branche de cerisier, tout y est! Parfait

(MadameOurse) Le bleu étant ma couleur préférée, il est évident que cette couverture me plait ! Elle me rappelle aussi celle du thriller de Franck Thilliez, Puzzle.

La quatrième de couverture :

Janvier 1980. Joshua Auberson est agent de sécurité à  l’Avalanche Hôtel, sublime palace des Alpes suisses. Il  enquête sur la disparition d’une jeune cliente avec un  sentiment d’étrangeté. Quelque chose cloche autour de lui, il en est sûr. Le barman, un géant taciturne, lui demande de le  suivre dans la montagne, en pleine tempête de neige. Joshua  a si froid qu’il perd connaissance…
… et revient à lui dans une chambre d’hôpital. Il a été pris dans une avalanche, il est resté deux jours dans le coma. Nous ne sommes pas en 1980 mais en 2018. Joshua n’est pas agent de sécurité, il est flic, et l’Avalanche Hôtel n’est plus qu’une carcasse vide depuis bien longtemps. Tout cela n’était qu’un rêve dû au coma.

Après lecture :

(Lunatic) J’attendais ce roman depuis quelques semaines, alors il fait partie de mes premiers achats 2019. Beaucoup d’attente autour de ce roman, trop peut-être? Je n’ai jamais lu cet auteur, mais je voyais passer beaucoup de chroniques très positives alors c’était le moment de tenter. J’ai aimé son écriture très rythmée, rapide. Pas de temps pour des détails inutiles, des descriptions trop détaillées. On rentre directement au cœur du roman, rencontrant Joshua en 1980, agent de sécurité dans un splendide hôtel niché dans les Alpes Suisses, théâtre d’une disparition inquiétante. On bascule rapidement en 2018 retrouvant ce même Joshua, alors flic pour la police Vaudoise. Et là on se demande vraiment ce qu’il se passe. Folie? mensonge? rêve?  troubles de la mémoire? Où se situe la réalité? On ne sait plus trop. On accompagne alors Joshua dans sa quête de vérité, remettant en place les pièces d’un puzzle. Le final difficile à supposer au début du roman, devient très clair une fois que l’auteur nous dévoile un élément suffisant pour résoudre l’énigme. J’aurai tant voulu me faire « attraper » pourtant. Dommage

J’ai aimé ce roman, même si j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. Peut-être car tout va trop vite? Peut-être simplement car ils ne font rien pour être appréciés tout simplement. Je retiendrai surtout l’écriture que je vais me hâter de retrouver avec son roman Fantazmë sorti en poche en ce début d’année.

(MadameOurse) Pour ma part j’avais déjà lu Niko Tackian et j’avais beaucoup aimé. Néanmoins, ici, j’ai eu un avis plus mitigé dès le départ. C’est très spécial ce personnage de Joshua qui va vivre des rêves très pointus sur des choses qui se seraient passées dans les années 60 alors que lui vit de nos jours. Comment est-ce possible ? On se pose d’autant plus la question que les événements qu’il va voir en rêve auront de fortes répercussions sur l’enquête qu’il mène. Comment peut-il ainsi mener son enquête grâce à l’aide de ses rêves ?

La progression est assez rapide, le roman se lit bien, je n’ai pas trop eu d’idée de ce qu’allait être la révélation finale même si j’ai pu deviner le lien entre certains personnages. Au final, je suis assez mitigée, je trouve que l’histoire est bien conclue, bien expliquée et tous les éléments se collent comme il faut les uns aux autres. Mais je n’ai pas trouvé le suspense si prenant et le combo rêve / réalité avec la frontière volontairement floue entre les deux ne prend pas à mes yeux. Je ne trouve pas ça plausible, possible et c’est juste une appréciation personnelle mais ça donne ma note finale au roman.