Archives du mot-clé M. Taquet

Réponds-moi, Mélanie Taquet

 

Quatrième de couverture:

Florence et Nicolas se sont aimés passionnément lorsqu’ils étaient jeunes adultes, avant qu’elle ne décide de rompre sans donner d’explication. Mais l’amour peut-il mourir simplement parce qu’on l’a décidé ? Quelques années plus tard, les anciens amants se croisent dans les rues de Montpellier et ces retrouvailles inopinées ouvrent la voie à une correspondance par e-mails sur plusieurs décennies. Par écran interposé et parfois dans la vraie vie, ils partagent leur quotidien, se taquinent, se conseillent, se disputent, se réconcilient, mais jamais ne se perdent de vue.
En se confiant à coeur ouvert, ils viennent interroger cette intimité qui les unit malgré le temps qui passe. Réponds-moi explore les eaux floues qui séparent l’amour et l’amitié, parce qu’en matière de sentiment, rien n’est jamais bien défini.

L’avis d’Audrey :

De: liseusehyperfertile@outlook.fr
A: florence.marthoud@hotnail.com
cc: nicolasvannier34@yachoo.fr
Objet : Vous deux!
Florence et Nicolas,

 

Je viens de lire vos échanges de mails. Parcourir ainsi 20 ans de votre vie, quelle lecture ! Au départ on pourrait se dire que lire ainsi à la suite vos mails pourrait vite paraître lassant. Et pourtant je me suis vite prise au jeu, je suis entrée doucement dans vos vies, dans vos ressentis et au cœur de votre intimité.

J’ai d’abord pensé que vos retrouvailles inopinées au cœur de Montpellier 5 ans après  votre séparation allait vous permettre de recoller les morceaux. Derrière l’humour de vos mots, j’ai bien compris qu’une certaine affection était toujours présente. Alors voir ainsi les mois, les années se mettre entre vous a été légèrement frustrant. Vous voir prendre des nouvelles l’un de l’autre, vous conseiller, vous épauler, vous soutenir était attendrissant à voir mais en même temps j’ai trouvé que c’était un tel gâchis.

Puis j’ai compris, qu’il fallait peut-être ce temps, ce vécu et ces expériences pour mieux se retrouver.

J’ai aimé suivre le cours de vos vies, pas toujours faciles. Les coups durs, les déceptions, les surprises. En parallèle suivre vos petits bonheurs a été un rayon de soleil au fil de ma lecture. Voir grandir Inès et Chloé, voir certains projets professionnel aboutir.

20 ans d’échanges si addictifs à lire, auxquels s’identifier par moments, qui me font me poser des questions et regarder un peu en arrière. J’ai un peu de mal à vous quitter, mais je pense que tout est dit.

Bon vent à vous,

Audrey

PS: Je suis sûre que vous serez d’accord avec moi pour dire que Mélanie Taquet a encore livré ici tout son talent d’écriture. Un roman qui réunit tout les codes d’une bonne romance  sans pour autant tomber dans des clichés ou en nous servant des personnages féminins un peu «nunuches». Avec vous deux, elle use d’une belle sensibilité à travers cet exercice épistolaire réussi.

Ma notation :

Sans surprise, j’ai adoré ce nouveau titre de Mélanie Taquet. Merci à elle et à Eyrolles pour la lecture du roman.

J’en profite pour vous conseiller son premier roman que vous pouvez retrouver en poche. Idéal pour glisser dans votre valise de vacances…

Starling, Mélanie Taquet

Quatrième de couverture :

À trente et un ans, Emma est une femme-enfant qui peine à trouver sa place. Forte mais fragile, hypersensible et introspective, elle passe ses soirées devant Netflix ou à rédiger des chroniques littéraires pour son blog, vagabonde dans Londres et écrit pour oublier les problèmes de sa vie. Quand la jeune femme accepte de suivre Chiara, sa meilleure amie et colocataire à une soirée au pub, elle est loin de se douter que l’ambivalent Bilal, fantôme d’une relation interdite, va refaire une entrée fracassante dans sa vie et tout bouleverser sur son passage. Comment garder la tête froide face à cette passion dévastatrice qui l’habite et l’abîme ? Avec l’aide de Chiara et de son « Carnet des petits bonheurs », Emma va apprendre que la vie n’est pas toujours rose, que la douleur s’apprivoise, et que grandir n’est pas une sentence

Ma notation :

Un très beau roman. Mélanie Taquet a définitivement ce petit truc si particulier dans son écriture (sans savoir l’expliquer) qui sait à chaque fois me toucher et me plaire.

Reviens quand tu veux, Mélanie Taquet

Quatrième de couverture :

C’est avec appréhension que Nina retourne en Italie à l’occasion du mariage de son meilleur ami Marco. Trois ans plus tôt, une fuite éperdue l’avait conduite à Florence où elle s’était oubliée pour mieux se retrouver. Ce séjour cathartique avait réconcilié Nina avec son rôle de mère, au prix de ruptures qui lui avaient laissé un goût amer. En revenant sur ses pas, Nina espère obtenir le pardon des êtres qu’elle a blessés et poursuivre sa quête identitaire. Au contact de la jeune femme, les souvenirs se ravivent, les anciennes passions se réveillent, les non-dits se révèlent. Alors que les certitudes des uns et des autres chancellent, les chemins qu’on pensait tout tracés prennent un cours imprévu.

Ma notation :

J’ai vraiment adoré ce roman. Un peu de mal à quitter Nina, Hannah, Marco. Le sentiment de quitter une bande d’amis en refermant ce livre.

Date de sortie: 07/03/2019

[Duo lecture] La dissonante mélodie des souvenirs, Mélodie Taquet

Pourquoi ce livre :

(MadameOurse) Je suis le compte de Mélanie Taquet sur Instagram et, il y a quelques semaines, elle avait envie d’écrire une nouvelle de Noël. Comme ses lecteurs étaient complètement partants pour lire ce texte, elle l’a écrit et le voici ! Elle nous a proposé de le lire avant sa sortie et j’ai accepté avec joie, entraînant avec moi Lunatic tant j’étais sûre qu’elle voudrait lire cette nouvelle aussi.

(Lunatic) J’avais adoré Une vita pas si dolce, réédité sous le titre Reste aussi longtemps que tu voudras en début d’année et j’attends vivement la suite des aventures de Nina et Hanna. Alors ce texte est une joli cadeau de Mélanie Taquet afin d’apaiser mon impatience.

La couverture :

(Lunatic) J’aime beaucoup les lumières floues au dessus de ce piano. On se demande ce qui s’y cache.

(MadameOurse) C’est une jolie couverture, les lumières et les coloris du fond sont très Noël je trouve.

La quatrième de couverture :

Paris, le 24 Décembre. Aurélien, golden boy à la Défense, rate son train qui devait l’amener fêter Noel avec ses proches. C’est alors que dans le hall de la gare de Lyon résonne une mélodie, un morceau qu’il sait avoir déjà entendu. Qui est cette mystérieuse femme qui joue ? En acceptant de l’accompagner le temps d’un morceau, Aurélien est loin de se douter que cette rencontre va changer sa vie…

Une histoire de Noël profonde et pleine d’espoir, une petite pépite à déguster sous un plaid au coin du feu !

Après lecture :

(Lunatic) On retrouve dans cette nouvelle les codes d’une belle histoire de noël, et pourtant on s’éloigne du scénario classique auquel on pourrait s’attendre. Aurélien rentre chez lui pour noël, on comprend bien qu’il n’y va pas vraiment avec plaisir. Il cède à la pression familiale, redoute la confrontation avec son frère et on se demande presque si ce train raté n’est pas fait un peu exprès. Toujours dans la gare, une musique l’interpelle. Que lui rappelle cette mélodie? Qui est cette femme qui joue du piano avec une telle douceur?

Un petit récit qui nous dresse le portrait de deux personnages bien différents, aux destins et aspirations de vies bien éloignés. Le temps d’une soirée, c’est l’occasion de se livrer, de parler de soi, du passé, des envies, des regrets. Et si c’était le moment de voir sa vie autrement?

Une écriture fluide et agréable à lire. Je me suis régalée et merci à Mélanie Taquet pour ce cadeau lecture.

(MadameOurse) Il y a quelque chose que j’ai de suite aimé dans cette lecture : le personnage principal c’est Aurélien, un homme donc. Et j’ai trouvé ça super, et oui après tout, pourquoi les récits de Noël ne seraient que ceux de femmes ? Cette première originalité m’a fait partir sur un avis bien positif. Et par la suite, j’ai apprécié de nouveau l’originalité du récit. Pas de dindes ni de cotillons en effet ici. Nous allons assister à la course désespérée d’Aurélien à travers Paris pour attraper son train. Trop tard malheureusement, l’objectif du réveillon en famille tombe vite à l’eau.

A la gare, Aurélien va être happé par une musique. C’est une femme qui joue du piano dans le hall. Cette femme n’est pas n’importe qui et Aurélien va vouloir en savoir plus sur elle. Vous allez me dire « oh y a de la romance dans l’air ! ». Et bien, j’y ai cru aussi mais comme je vous le disais, cette nouvelle ne cède pas à la facilité…

Mélanie Taquet, à travers un vocabulaire plutôt riche, et via un personnage un peu parfait (et un poil agaçant de perfection d’ailleurs !), nous fait vivre ici une jolie leçon de vie et d’humanité. Une nouvelle agréable, n’hésitez pas à la découvrir !

[Résultats Concours] Reste aussi longtemps que tu voudras, Mélanie Taquet

Les éditions Eyrolles, Madame Ourse et moi-même sommes très contents de pouvoir vous faire découvrir ce roman.

 

Le tirage au sort du concours a été réalisé, la gagnante est :

Marivalou

 

Tu recevras donc prochainement ton exemplaire de Reste aussi longtemps que tu voudras de Mélanie Taquet.

Merci à tous et toutes pour vos participations et désolée pour ceux et celles qui n’ont pas gagné. Si en balade dans une librairie, ou dans les rayons d’un supermarché vous croisez ce livre à la couverture bleue si envoûtante, laissez vous tenter, je vous assure que vous passerez un très bon moment de lecture. Promis !