Archives du mot-clé M. Sabolo

Summer, Monica Sabolo

Quatrième de couverture :

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image  : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs  ?
Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences.
Comment vit-on avec les fantômes  ?

L’avis de MadameOurse :

Ce roman m’avait tentée lors de sa parution aux éditions JC Lattès en 2017. Cette histoire de disparition me faisait penser à un thriller. En réalité on en est assez loin, c’est plutôt un roman qui évoque le deuil, la perte d’un être cher.

C’est à travers les yeux de Benjamin, son frère cadet, que nous allons apprendre qui était Summer. Lui a 15 ans, il est un peu en adoration devant cette grande sœur qui commençait à vivre les 400 coups, intégré à la troupe de copines, en plein dans ses émois d’adolescent.

Mais celui qui nous raconte les choses c’est le benjamin de 40 ans, qui a perdu sa sœur depuis 25 ans et ne s’en est jamais remis. Il est alors dépressif, ne travaille pas, n’a pas de liens sociaux, toute son existence est encore comme en suspens. Il n’a pas fait son deuil. Le fera-t-il jamais ?

On part alors dans la ré-évocation de moments passés de leur enfance, de cette famille hors norme, plutôt bourgeoise, à la vie assez décalée. J’ai ressenti une écriture très intériorisée, tournée beaucoup plus vers les pensées de notre narrateur que dans l’action, dans les événements du passé. On peut avoir un paragraphe pour évoquer un regard. Je ne dis pas que ça n’a pas d’intérêt mais ça n’a pas marché avec moi. Je m’ennuyais, j’avais envie de sauter des lignes et des paragraphes, chose que j’ai d’ailleurs fait vers la fin. Les moments évoqués sont assez décousus dans le temps, c’est nostalgique, c’est lent, c’est triste. On est bien loin de la lecture joyeuse ou à suspense.

Heureusement, on quitte le narrateur à la fin du roman avec des réponses, on finit par savoir ce qui est arrivé. Mais rien de suffisant pour me faire oublier la difficulté que j’ai eu pour tourner chaque page.

Ma notation :

Je me suis bien trop ennuyée avec cette lecture pour pouvoir lui mettre une bonne note.