Archives du mot-clé L. Pearse

Hope ou le secret des Harvey, Lesley Pearse

Quatrième de couverture :

Dans le château de Briargate, Lady Anne Harvey accouche en secret d’une fille, fruit de ses amours adultères avec le trop séduisant Capitaine Pettigrew. Ne pouvant se résoudre à ce que l’enfant soit condamnée à la misère et désireuse de sauver l’honneur de sa maîtresse, la servante, Nell Renton, la confie à sa mère. Celle qu’ils ont baptisée Hope grandit ainsi dans une famille aimante, au milieu de dix frères et soeurs, dans l’ignorance du secret de ses origines.

Mais à la mort des parents Renton, Nell choisit de la faire entrer au service de la famille Harvey. C’en est fini de l’enfance, et Hope va être rapidement confrontée à la violence d’Albert, le jardinier, nouveau mari de Nell. Malheureusement, la vie lui réserve encore bien des surprises…

Dans l’Angleterre victorienne du XIXe siècle, un roman bouleversant sur le destin chaotique d’une jeune femme qui, toute sa vie, puisera au fond de son coeur l’espoir de trouver un jour le bonheur qu’elle mérite tant.

L’avis de MadameOurse :

J’ai découvert la parution de ce roman par hasard dans mon fil Twitter. Et sans même en lire le résumé, juste par le nom de l’auteure, l’ai précommandé directement. Parce que j’ai déjà lu Lesley Pearse il y a quelques années, parce que c’est par un de ses romans que j’ai tenu à débuter le blog, parce que j’avais dans ma wish list depuis un moment le titre L’espoir au cœur. Je n’avais jamais pu acheter ce roman car il n’est plus édité et se vend donc d’occasion, plus cher qu’au prix neuf. Et il se trouve en fait que Hope ou le secret des Harvey est la version poche de L’espoir au cœur (dont le titre original était simplement Hope).

Ce pavé de 660 pages aux longs chapitres est terriblement addictif. Au cours de ma lecture, je me fixais des étapes,  « allez à la page 280 j’arrête » pour me rendre compte quelques minutes plus tard que je cloturais le chapitre après avoir bien dépassé la page 280. J’ai retrouvé ici tout ce que j’ai aimé chez Lesley Pearse dont j’ai déjà lu les autres romans traduits en français : des personnages touchants, des vies dures pleines d’embûches, des secrets, un cadre historique riche.

Ici c’est au cœur de la famille Renton que nous allons être plongés dès lors que Nell sauvera le bébé de Lady Anne en le confiant aux bons soins de sa mère qui l’élèvera comme sa fille. La petite Hope va grandir avec ses nombreux frères et soeurs dans une famille modeste mais très liée. Elle ne saura jamais qui sont ses véritables parents. C’est un personnage fascinant, une femme forte qui vivra des choses terriblement dures mais qui ne perdra jamais de vue son but : s’en sortir dans la vie tout en restant bonne. Elle deviendra infirmière, dévouée à des patients contagieux que tant d’autres ignoreront.

On suit également Nell qui fera un mariage malheureux et qui restera toujours dévouée à Lady Anne dont elle devient la femme de chambre. Les 2 sœurs, très différentes auront chacune leur lot d’événements malheureux. Je ne peux pas synthétiser un roman si long sans vous révéler une partie du roman. C’est une histoire prenante, tout y est : l’amour, la famille, l’amitié, les liens sociaux, la culture, l’Histoire…

Que vous dire à part de lire ce livre ? de découvrir cette auteure que je regrette si méconnue en France ? La fin du roman est sublime, les secrets tombent, sans aucun mystère pour nous puisque nous savons tout au fur et à mesure mais lorsque les choses se révèlent pour certains des personnages qui n’en savaient rien c’est toutes les interactions qui les concernent qui peuvent changer. On passe la dernière page avec la vision d’une famille unie, forte. Et on regrette profondément de quitter les Renton.

Ma notation :

Un coup de cœur évidemment. Et aucune lassitude de lire Lesley Pearse. J’espère fort que les Editions Charleston prévoiront de traduire et publier d’autres des titres qu’elle a écrit. Si vous m’entendez… Je sais qu’il y a plusieurs autres titres parus sur lesquels je sauterai sans hésiter s’ils venaient à être traduits en français.

Secrets, Lesley Pearse

Quatrième de couverture :



Angleterre, années 1930. A douze ans à peine, Adèle assiste, impuissante, à la mort accidentelle de sa petite sœur. Brutalisée par sa mère qui la rend responsable du drame, elle est conduite dans un sinistre orphelinat, avant de trouver refuge chez sa grand-mère Honour. D’abord hostile, la vieille dame se laisse séduire par la fillette et l’élève de son mieux. Adèle trouve enfin un peu du réconfort et de la chaleur qui lui ont si cruellement manqué. Et quand, à quatorze ans, elle découvre l’amour avec son jeune voisin, Michael Bailey, elle se prend même à rêver d’une vie heureuse. Hélas ! Les horreurs de la guerre et le terrible secret révélé par sa mère vont briser son bonheur si durement gagné.



L’avis de MadameOurse :
Cette histoire est très prenante, c’est un livre qu’on a du mal à refermer. On veut savoir, page après page, ce qui va arriver à Adèle, si elle va enfin trouver le bonheur qu’elle mérite.
Les nombreux rebondissements de l’histoire nous font vivre 1001 émotions : déception, joie, colère; frustration, tout y est. Le cadre du roman est également bien décrit, c’est l’Angleterre des années 30 jusqu’à la guerre : une partie du roman se situe à Londres et l’autre en bord de mer.
Une fois ce long roman (544 pages en format poche) refermé, je me suis immédiatement lancée dans une recherche pour découvrir les autres titres de cette auteure.
Malheureusement, auteure d’une dizaine de roman, seuls 3 ont été traduits et publiés en français. J’ai tout autant aimé l’univers des 2 autres titres que j’ai lus : De père inconnu et Une femme trop fragile que je vous conseille également.
Ma notation pour ce roman :
C’est un vrai coup de cœur, sans aucune hésitation ! 
Vous avez également lu Secrets ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?