Archives du mot-clé L. Manel

L’ivresses des libellules, Laure Manel

Quatrième de couverture :

Quatre couples d’amis dans la quarantaine décident de s’octroyer des vacances sans enfants dans une villa de rêve.
Mais l’ambiance qui se voulait insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d’électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun, aux modes de vie différents, à l’usure et la routine qui guettent les amoureux quand s’invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu’était leur vie lorsqu’ils ne l’étaient pas encore…
Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l’implosion.

L’avis de MadameOurse :

Troisième roman de Laure Manel (hors parutions auto éditées), L’ivresse des libellules est aussi le troisième que je lis. Chacun de ses romans aborde un sujet, des thématiques différentes et je ne savais pas trop à quoi m’attendre ici.

C’est l’histoire de 4 couples, amis depuis plusieurs années, qui ont l’habitude de partir en vacances ensemble. Et cette année, ils partent sans leurs enfants. Tous ne sont pas ravis de ce choix et certains ont du mal à laisser leurs enfants derrière eux mais quoi qu’il en soit, cette nouvelle structure va amener du neuf dans leurs vacances. Il faut un temps pour se plonger dans la lecture parce qu’on va avoir 8 personnages de présentés en même temps et, il faut bien retenir qui est en couple avec qui ! Personnellement je suis un peu lente à mémoriser les choses.

Pour ces vacances, les 8 amis ont loué une splendide maison, je me suis bien immergée dans les descriptions des lieux que Laure Manel nous offre et j’avoue que ça m’a donné envie de partir avec la troupe ! (mais j’ai pas vraiment le budget !). Des 8 personnages, on va s’attacher à certains et s’énerver un peu après d’autres, je crois qu’on a là toutes les personnalités qui font que la vie en groupe est faite de concessions ! Il va inévitablement y avoir des tensions entre ceux qui ne sont pas d’accord avec le programme proposé / imposé et une guerre des sexes lorsque les femmes vont se rebeller face aux hommes en mode pachas ! Et puis, il y a les histoires de couples… Tous dans la quarantaine, les amis ne vivent pas forcément sur la même longueur d’ondes. Il y a les « vieux couples » ensemble depuis plus de 20 ans et usés par le quotidien et les jeunes couples, récemment séparés et qui ont retrouvé l’amour. Et puis va arriver Valentine, célibataire… Bien malgré elle, sa présence va attiser les tensions.

Le roman nous amène alors des sujets très profonds, bien plus que je m’y attendais pour un cadre estival. Crise de la quarantaine ? Crise du couple ? Je vous avoue que ces thématiques m’ont perturbée. Et toutes ces tensions infusées au milieu d’un groupe, aie aie aie ! Tout ce qui est dit ici est très réaliste j’en suis sûre, c’est révélateur de ce qui se passe dans la vraie vie. Toutefois, c’est pas très réjouissant comme sujet, ça m’a un peu renvoyée à des questionnements personnels.

J’ai néanmoins aimé le cadre des vacances, l’Ardèche et les loisirs qui s’offrent aux personnages et les beaux liens amicaux qu’il peut y avoir dans le groupe, les confidences des uns et des autres, les échanges où chacun vanne l’autre, bref le propre de la bande d’amis !

Ma notation :

Ce roman m’a moins émue que les précédents de l’auteure mais je trouve que Laure Manel excelle à se renouveler et c’est vraiment appréciable, d’un roman à l’autre, de pouvoir partir avec elle  dans des directions totalement opposées.

Merci aux éditions Michel Lafon pour cette lecture

Publicités

La mélancolie du kangourou, Laure Manel

Quatrième de couverture :

Alors qu’il s’apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté au plus horrible des drames : la mort de sa femme durant l’accouchement. Anéanti par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer du lien avec son bébé jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson. Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ?

L’avis de MadameOurse :

J’avais découvert Laure Manel l’an dernier avec son précédent roman, La délicatesse du homard qui m’avait offert une jolie lecture. J’avais donc bien envie de découvrir le nouveau roman de l’auteure.

Par la quatrième de couverture, on s’attend à un début de roman bien triste. C’est évidemment le cas, l’histoire d’Antoine est douloureuse. Pour autant, je n’ai pas trouvé le récit triste, c’est conté avec une grand pudeur et un certain respect qui font que je n’ai pas eu à laisser couler de larmes. Le deuil est un des thèmes central du roman. Antoine va perdre celle qu’il aimait plus que tout et en voudra à sa fille de lui avoir pris sa femme. C’est dur mais c’est une réaction très humaine. On va suivre Antoine pendant plusieurs années parce que le deuil est un processus long et compliqué. Le jeune papa fera parfois un pas en avant puis deux pas en arrière. J’ai trouvé tout cela très juste, le choix de l’auteure de prendre le temps dans son récit est bon, sans cela je n’aurai pas trouvé l’histoire crédible.

C’est avec l’arrivée de Rose qu’Antoine va trouver une béquille pour survivre. D’abord parce que c’est la jeune femme qui s’occupera pleinement de la petite Lou jusqu’à ce que le papa soit à son tour capable de lui consacrer son énergie. C’est avec beaucoup de douceur et avec un grand respect de son statut d’employée que Rose amènera au papa et à sa fille de jolis moments. C’est un personnage touchant, elle s’efface beaucoup pour donner à chacun ce dont il a besoin. Il m’a manqué dans le récit un peu plus de détails sur ce que la jeune femme a elle même vécu dans sa jeunesse et qui vient expliquer la façon dont elle s’est construite.

On lit tout le roman en se disant « oui bon on sait déjà comment tout ça va finir ». Il y a des évidences… Mais l’auteure encore une fois ne cède pas à la facilité, elle a bien des choses à nous raconter avant de dévoiler sa fin. J’ai vraiment aimé le cheminement doux des années que l’on vit aux côtés d’Antoine. Rien n’est tout tracé, l’auteure laisse le doute s’insinuer dans nos esprits.

Ma notation :

Un joli roman qui traite très bien du thème du deuil et de la paternité. Douceur et pudeur au RDV.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Histoire d’@, Laure Manel

 

Quatrième de couverture :

Il est parti sans se retourner vers New-York qui lui tendait les bras. Et l’a laissée dans une incompréhension majeure. Douze ans après, il réapparaît derrière son écran, et commence alors une correspondance par mail, comme une conversation. L’occasion d’évoquer les souvenirs, et de se parler de leur vie. Mais quand le passé ressurgit, comment le présent pourrait-il ne pas être ébranlé ? Un roman épistolaire moderne qui rend hommage à l’amitié, questionne l’amour, et interroge les choix de vie.

L’avis de MadameOurse :

J’avais découvert Laure Manel l’an dernier et je la suis depuis via sa page FB. Elle publie un nouveau roman, La mélancolie du kangourou que j’espère pouvoir lire. En attendant j’ai découvert ici une parution plus ancienne, autoéditée en 2015.

Histoire d’@ se compose uniquement d’échanges de mails entre Mathilde et un homme. Celui-ci ne lui dit pas de suite qui il est quand il commence à lui écrire. Il va s’amuser à le lui laisser deviner. Mathilde ne mettra pas longtemps à comprendre qu’il est cet homme dont elle a été la meilleure amie, une amitié si forte qu’elle leur paraissait indestructible. Jusqu’au jour où…

Ils décident alors de donner une nouvelle chance à leur amitié et commencent à se raconter leurs vies et les années pendant lesquelles ils ont été séparés. Mathilde est mariée à un médecin et vit sur Belle Ile. Lui est « dans une histoire compliquée », juriste sur Paris. Il est question dans ce roman de l’amitié hommes-femmes et des ambiguïtés qui vont parfois avec. J’étais sceptique du traitement de ce sujet. Je n’ai jamais eu d’ami homme et je ne crois pas forcément en la chasteté possible de ces amitiés. Du coup j’appréhendais un peu la suite qui serait donnée à leur histoire, de peur qu’elle tourne vers quelque chose en quoi je ne crois pas. D’autant que très vite, les échanges entre les deux deviennent chargés d’une autre attente, partagée ou non, consciente ou non, est-elle juste un fantasme ?

Ce que Laure Manel a bien réussi ici c’est qu’elle n’a écrit l’histoire de Mathilde et Cyril qu’en mails. Ça se lit extrêmement vite du coup. Et il fallait un peu d’inventivité pour pouvoir tout dire par les mails notamment nous relater à nous lecteurs ce qu’il s’est passé lorsque Mathilde et Cyril ont refait le pas de se revoir « en vrai ».

Ma notation :

Histoire d’@ est une histoire qui interroge sur l’amitié homme femme, la fin en est sensuelle, douce, l’amour est au RDV. C’est un roman qui se lit vite et qui offre une jolie parenthèse.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley

La délicatesse du homard, Laure Manel

Quatrième de couverture :

Elle est partie aussi loin qu’elle a pu, pour rejoindre le début du bout du monde… et venir s’échouer au pied d’un rocher face à la mer d’Iroise.
Elle dit s’appeler Elsa.
Elle ne veut pas qu’on lui pose de questions.
Qui est-elle ? Que cache-t-elle ?
Et lui, que cache sa rudesse ? Lui qui l’accueille sans même savoir pourquoi…

Un roman à deux voix. Deux voix qui se racontent, et se taisent. Deux voix qui laissent place aux pas des chevaux, au vent qui plie les herbes sur la dune, au ressac sur le rivage et aux souvenirs échoués sur le sable.

L’avis de MadameOurse :

Encore une fois, un roman qui m’a tentée par sa jolie couverture, je me suis plongée dans ma lecture sans trop en attendre quoi que ce soit. Agréable surprise de se plonger dans un cadre géographique qui m’est quotidien !

Le roman débute par le « sauvetage » d’une femme en bord de mer. François découvre cette inconnue et l’amène chez lui. Il va alors mettre de nombreux jours puis semaines à apprendre qui elle est. En effet, Elsa refuse obstinément de dire d’où elle vient, qui elle est mis à part ce prénom qui n’est pas le sien. François va alors respecter son choix et lui laisser la possibilité de choisir ce qu’elle livrera d’elle. On sait qu’elle a souffert, qu’elle cache des secrets qui peuvent être lourds et qui sont à l’origine de sa fuite. Elle n’a pas envie d’y repenser ce qui fait qu’elle ne livre pas non plus ses pensées au lecteur. On avance ainsi à tâtons avec François. J’ai trouvé le livre bien mené parce qu’il n’y a pas de suspense, ce n’est pas le but, on sait qu’on va découvrir ce que cache Elsa et on n’est pas pressés. Enfin moi c’est comme ça que j’ai vécu ma lecture, avançant en confiance, profitant des chapitres sans m’obstiner sur le secret d’Elsa.

Le roman est une alternance de courts chapitres ce qui donne une lecture assez rapide, on passe de François à Elsa. Dans la première partie du roman, j’ai retrouvé le style d’écriture qu’on connait chez Agnès Lédig, ce sentiment d’être dans la tête du personnage à l’écouter penser. Je n’aime pas trop ça, j’aime mieux quand l’auteur suggère les pensées et ressentis de ses personnages. Comme Agnès Lédig aussi, il y a cette évocation de la résilience à travers Elsa qui est parfaitement consciente qu’elle va psychologiquement mal et qui va s’accrocher à chaque joli moment vécu pour s’en faire une béquille et aller chaque jour un peu mieux. Le cadre du roman dans le centre équestre tenu par François amène d’ailleurs d’agréables moments de vie.

Sans surprise, la relation entre François et Elsa va évoluer vers ce que l’on s’attend tous à trouver. C’est une histoire d’amour moderne où l’auteure nous décrit bien aussi l’attraction des corps. Et puis, la confiance va gagner leur relation et Elsa va se dévoiler. Souvent à la faveur de moments de crise vécus dans sa nouvelle vie. Je n’aurais pas pu imaginer les secrets qu’elle cache, les douleurs qu’elle a vécues. François aussi se confiera sur son passé à Elsa. Et au final, on a la construction d’un bien joli couple, fort d’un passé difficile.

Ma notation :

Si j’ai beaucoup été perturbée dans le début de ma lecture par des similarités avec les écrits d’Agnès Lédig, j’ai, heureusement, pu me laisser emporter par la force des secrets révélés et par la belle histoire d’amour contée par Laure Manel.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)