Archives du mot-clé ile

Evergreen Island, Heidi Perks

007

Quatrième de couverture :

Au large des côtes de l’Angleterre, Evergreen Island abrite une petite communauté qui vit isolée du reste du monde. Lorsqu’un corps est déterré dans le jardin de la maison d’enfance de Stella Harvey, la jeune femme est bouleversée. Surtout que vingt-cinq ans auparavant, un soir de tempête, sa famille a mystérieusement fui les lieux… Déterminée à découvrir la vérité, Stella retourne sur l’île, mais elle s’aperçoit rapidement que les insulaires ne sont pas aussi accueillants que dans ses souvenirs, et qu’ils sont prêts à tout pour protéger leurs secrets.
Avec une parfaite maîtrise de l’intrigue et un art consommé du suspense, Heidi Perks restitue l’ambiance étouffante qui plane depuis des années sur Evergreen Island, manipulant le lecteur jusqu’à la dernière ligne.

L’avis de Laure :

Cela faisait un moment que je n’avais pas lu ce genre de roman, à la limite du thriller où l’on perce peu à peu les mystères du passé. 

Le décor est de suite très inspirant, une toute petite île avec peu d’habitants fixe et surtout un passage de touristes. C’est là que Stella et sa famille se sont installés, c’est dans leurs souvenirs qu’on va replonger. En effet, 25 ans après leur départ de l’île, un corps est déterré à la limite de leur jardin. Un crime qui intrigue Stella, qui décide alors de retourner sur l’île.

Inutile de dire qu’elle n’y sera pas très bien accueillie, tellement les habitants sont persuadés que sa famille est responsable de ce meurtre. En parallèle de l’enquête au présent, on replonge alors dans les souvenirs de Stella, les beaux moments sur l’île mais aussi les événements plus troubles, qu’elle n’a jamais su expliquer. J’ai assez vite deviné pour ma part en lisant le passé qui avait été tué, l’auteure place quelques petits éléments qui m’ont semblé franchement évidents.

Néanmoins, je n’aurais pas imaginé les secrets que tous cachent dans ce roman. Il y a le frère de Stella, qui a disparu de leurs vies depuis près de 20 ans et qui était un adolescent assez particulier. Le père de Stella semble également avoir caché des choses tout comme d’autres habitants de l’île. J’ai franchement été prise dans le suspense final, où tout s’accélère. La complexité de l’histoire que cache ce meurtre valait vraiment le coup autant que ce cadre bien particulier sur cette petite île qui contribue grandement à l’ambiance du roman.

Ma notation :

Une lecture sympathique et un final réussi !

(Merci à Maud des éditions Préludes pour cette lecture)

La recette secrète des rêves, Valentina Cebeni

Quatrième de couverture :

Un collier sur lequel est gravé le nom d’une île inconnue et l‘enivrante odeur de citron que laissait sa mère dans son sillage… c’est tout ce dont dispose Elettra pour partir à la recherche de son passé… et sauver son avenir. Car sa mère est dans le coma et la petite pâtisserie familiale, au bord de la faillite.Alors, Elettra fait le voyage jusqu’à Titano. C’est sur cette petite île proche de la côte Sarde, entourée de femmes, chacune un peu perdue à leur façon, qu’elle découvre l’histoire de sa mère, mais aussi une part d’elle-même.

L’avis d’Audrey :

Septembre est arrivé, pourtant on a encore envie de lecture estivale, légère et estivale. Et ce roman semble parfait pour cela.

Elettra est une jeune femme torturée par sa quête de vérité et d’origine. Elle veille sa mère qui est dans le coma. Ce silence imposé brise notre héroïne. Elle aurait tant voulu avoir les réponses à ses questions. D’où vient sa mère? Qui est son père? Pourquoi sa mère n’a jamais rien voulu lui dévoiler? Les seules choses qu’elle possède sont un billet pour une île dont elle ignore tout et un nom gravé sur un pendentif. La voila partie pour une quête qui ne va pas être de tout repos.

Direction une île de la méditerranée, où elle trouvera refuge dans un vieux couvent géré par Léa. Sur place, l’ambiance est assez froide. L’ile est habitée par des femmes austères, méfiantes et loin d’être accueillante. Elle trouvera pourtant des éléments la menant sur les traces du passé de sa mère. Les rencontres seront décisives, et doucement les secrets et mystères se dévoilent.

J’ai apprécié ce roman, sur fond de secret de famille où règne l’amitié et le mystère. Les personnages secondaires qui gravitent autour d’Elletra sont attachants et apportent beaucoup à donner un joli souffle au récit. Chaque chapitre a un gout sucré, avec les recettes que partagent Elettra et donnent un peu de douceur à cette aventure. Il y a quelques maladresses, quelques longueurs dans l’histoire mais rien de trop plombant, permettant de finir ce roman avec curiosité.

Ma notation:

Un roman qui fait vibrer et qui m’a plu. Que demander de plus?

Si tu t’en vas, Carolyn Jess-Cooke

IMG_5353

Quatrième de couverture :

Une femme échoue sur une île déserte. Qui est-elle, d’où vient-elle, comment est-elle arrivée jusqu’ici ? Elle n’en a pas la moindre idée. Alors que quatre écrivains réunis pour leur retraite annuelle lui viennent en aide, elle détecte de vives tensions au sein du groupe. Les apparences sont trompeuses, et chacun d’eux semble dissimuler un secret en lien avec le mystère de son identité.

L’avis d’Audrey :

Une auteure que je ne connaissais pas du tout, une maison d’édition que je ne lis quasiment jamais mais pourtant le pitch de ce roman m’a donné envie de le découvrir. Cette idée d’écrivains en séminaire isolés sur une île qui voient débarquer une parfaite inconnue est quand même assez tentante non?

On est pas loin de la Crête, à la fin de l’hiver quand une femme s’échoue sur une île où sont installés 4 écrivains assez mystérieux. Ils vont la prendre en charge, veiller sur elle mais pourtant on comprend vite que quelque chose cloche. Ils ne semblent pas vraiment prêts à la laisser partir. Puis ils semblent pouvoir apporter quelques réponses qu’elle même est incapable de donner suite à une amnésie.

Au même moment, à Edimbourg, une mère de famille s’est volatilisée. Elle est partie, sans affaires, sans laisser de mots, sans prévenir personne. Une disparition inquiétante, qui angoisse son époux et ses parents. En tant que lecteur, on imagine vite qu’il y a un lien entre cette femme et l’amnésique de Grèce. On comprend même rapidement qu’il s’agit de la même femme. Mais que fait-elle en Europe ? Que fuit-elle ? Se sentait-elle en danger ?

J’ai trouvé ce roman un peu lent, ça trainait par moment et je perdais un peu le fil et mon intérêt pour l’histoire de cette femme. Néanmoins, j’ai tenu bon et j’ai bien fait. C’est une thriller psychologique réussi, avec un final attendu pour ma part mais qui peut surprendre pas mal de lecteurs je pense. En tant que femme, que mère, j’ai eu pas mal d’empathie pour l’héroïne du roman. Et j’aime cette idée que l’on ne peut rien cacher dans des tiroirs, qu’un jour ou l’autre, tout peut ressurgir.

Ma notation:

Un roman percutant qui laisse la part belle aux blessures de l’enfance.

Le disparu de Nantucket, Laure Rollier

Fhqf1ZYrR0OrfGtjuvw0+A

Quatrième de couverture :

Sur l’île de Nantucket au large de la côte Est américaine, la vie d’un restaurant français bascule dans l’angoisse le jour où le mari de la gérante Alix disparaît mystérieusement… Le passé de cette dernière va refaire surface mystérieusement tandis qu’une enquête de police traque impitiyablement son passé…

Alix, restauratrice franco-américaine installée avec sa famille sur l’île de Nantucket, voit sa vie bouleversée le jour où son mari, David, se volatilise dans la nature. Maxime, flic bordelais à la dérive, peine à se remettre de la mort brutale de son frère. Lorsque la police américaine retrouve le véhicule abandonné de David, elle découvre également à l’intérieur de celui-ci des traces d’ADN appartenant au frère de Maxime. Débute alors la course effrénée de Maxime et Alix, en quête de vérité, entre mensonges et révélations.

L’avis d’Audrey :

Besoin d’un roman qui vous fait tout lacher le temps de quelques heures ? Alors arrêtez vous sur ce thriller de Laure Rollier. J’aime quand un auteur nous surprend, et c’est le cas ici avec ce roman. Je n’attendais pas forcément cette auteure dans le genre du thriller : oui, mes préjugés et jugements à la noix sont toujours présents. J’étais alors bien curieuse de découvrir cela.

Direction donc Nantucket, une île de la côte Est des Etats-Unis, bordée par l’Atlantique. Je ne connaissais pas du tout, je me suis même demandé si c’était un lieu fictif, mais non, l’île existe bien. Et pour mieux vous imprégner des lieux, je vous invite à faire comme moi, et à regarder quelques vues de Nantucket sur Google Image pour vous rendre compte à quel point Alix a la chance d’y vivre.

Alix est la fille d’un français, qui est tombé fou amoureux du pays dans les années 1970, et surtout fou amoureux d’une américaine. Il n’est jamais rentré en France et a ouvert un restaurant, Chez Trevor. C’est Alix qui a pris la suite de l’affaire, pendant que son mari David, gère son cabinet d’architecte. Une vie à l’apparence heureuse et sereine avec leurs deux enfants. Pourtant, un soir David disparait. Sa voiture est retrouvée abandonnée, mais aucune trace de l’homme. Aucun indice ne permet de comprendre ce qu’il s’est passé. Pourtant, un petit détail va mêler à cette disparition, Maxime, un policier français. Un infime information qui va l’amener à traverser l’Atlantique pour partir à la rencontre d’Alix.

Au fil des discussions et confidences, une ébauche d’explication semble poindre. Ensemble ils vont enquêter et essayer de répondre à de trop nombreuses questions restées sans réponses.

Quel roman terriblement addictif. Il n’y a rien de trop dans ce récit, pas de temps morts. L’auteure enchaîne les révélations et les rebondissements, qui m’ont fait douter tout au long de l’histoire sur les personnages. Je crois que tous, à un moment donné, m’ont paru suspects. Laure Rollier, sait maintenir l’intrigue, nous livrant un final particulièrement réussi.

Ma notation:

Une bien belle découvert que ce thriller addictif et passionnant.

La vie secrète des écrivains, Guillaume Musso

Quatrième de couverture :

En 1999, après avoir publié trois romans devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire à Beaumont, une île sauvage et sublime au large des côtes de la Méditerranée.

Automne 2018. Fawles n’a plus donné une seule interview depuis vingt ans. Alors que ses romans continuent de captiver les lecteurs, Mathilde Monney, une jeune journaliste suisse, débarque sur l’île, bien décidée à percer son secret.

Le même jour, un corps de femme est découvert sur une plage et l’île est bouclée par les autorités. Commence alors entre Mathilde et Nathan un dangereux face à face, où se heurtent vérités occultées et mensonges assumés, où se frôlent l’amour et la peur…

Une lecture inoubliable, un puzzle littéraire fascinant qui se révèle diabolique lorsque l’auteur y place sa dernière pièce.

L’avis de Laure :

Cette année, je n’ai pas voulu acheter le dernier Musso à sa sortie parce que je zieutais la sortie collector de fin d’année (fillefutile.com). Je l’ai donc acheté dans sa belle édition et … l’ai laissé traîner un peu dans ma PAL. Du coup, vous allez pouvoir le trouver en version poche dans quelques jours.

Guillaume Musso a déjà utilisé la ficelle du « mon personnage est un écrivain lui aussi » dans La fille de Brooklyn et c’est quelque chose qui ne me plait toujours pas. Ici, il va encore plus loin il nous décrit un peu le monde de l’édition via un prisme assez critique, une vision du monde littéraire que je n’ai pas non plus aimée lire. Je ne vais pas dire qu’elle est fausse, je n’en sais rien mais c’est pas un sujet qui m’intéresse. J’ai trouvé dans ce roman l’auteur plus incisif, il critique aussi le monde de la consommation dans lequel nous vivons.

Je n’ai pas eu beaucoup de sympathie pour Nathan Fawles, le romancier du roman, personnage principal qui va se retrouver bien malgré lui mêlé à une sombre enquête. Il s’est isolé sur l’île de Beaumont après avoir écrit 3 romans à succès. Il en est fini de sa vie littéraire. Pourquoi ? nul ne le sait. Il affirme qu’il n’y a pas de raison, bien évidemment personne n’y croit. Via l’enquête dans laquelle il va se retrouver mêlé, on va finir par comprendre le destin de cet homme.

J’ai adoré l’île Beaumont et les descriptions que l’auteur en fait, il lui confère ainsi une place de personnage du roman comme un autre. Cette île contribue vraiment à l’ambiance du roman; si Guillaume Musso ne m’a pas convaincue par son enquête qui semble partir dans tous les sens, j’ai été plus que charmée par le lieu qui prend forme sous ses mots. Je ne me suis pas laissée emporter cette fois dans l’enquête que l’auteur a imaginé pour nous, dans les personnages qu’il nous fait découvrir mais je trouve son talent de romancier toujours présent. Alors, qu’en sera-t-il du prochain roman ?

Ma notation :

Avis très mitigé j’avoue. De suite après ma lecture, je me suis dit « je ne sais pas si j’aurais envie de lire le prochain Musso ». Mais bon, la magie réseaux sociaux fait son oeuvre, j’en entends déjà parler et … c’est tentant…