Joyeux suicide et bonne année, Sophie de Villenoisy

Quatrième de couverture :

Tu fais quoi à Noël  ?
― Moi je me suicide, et toi  ?  »
Bien sûr, dit comme ça, ça peut paraître sinistre, mais, à quarante-cinq ans, c’est ma meilleure option. Ce n’est pas comme si je faisais des malheureux autour de moi. Comme si j’abandonnais mari et enfants. Je n’ai ni chien ni chat. Même pas un perroquet pour me pleurer.
Et puis ça me laisse deux mois pour faire connaissance avec mon vrai moi.
Deux mois c’est court. Ou long, ça dépend de ce qui se passe, en fait.

Célibataire, peu d’amis, plus de parents, Sylvie Chabert est persuadée que sa vie ne mène à rien et veut mettre fin à ses jours. Mais une série d’événements imprévus contrarie son plan. Tour à tour hilarant et émouvant, Joyeux suicide et bonne année  ! est un antidote à la solitude, un hymne à la vie, une comédie salutaire et impertinente.

L’avis de Lunatic :

J’ai d’abord été charmée par la couverture du livre, qui correspond parfaitement à cette période de l’avent. Ce roman c’est l’histoire de Sylvie, 45 ans, son père vient de mourir, sa mère est partie depuis quelques années déjà, elle n’a pas d’enfants, peu d’amis, alors elle décide de se suicider le 25 décembre. Elle met dans la confidence un psy, trouvé au hasard dans l’annuaire, qui va lui demander avant ce jour de noël d’effectuer quelques épreuves. Sylvie joue le jeu, est amenée alors à vivre des situations originales, à faire des rencontres qui peut-être la feront changer d’avis. En partant d’un thème pas très réjouissant, l’auteur nous dresse le portrait d’une femme perdue et en plein questionnement, qui va retrouver goût à la vie.

Le bandeau sur le roman indique: « A lire d’une traite pour retrouver le sourire » et effectivement j’ai dévoré ce court roman que j’ai lu en une poignée d’heures. L’écriture est fluide, le style est simple, l’histoire est prenante. Je me suis retrouvée à rire quand l’héroïne nous décrit certaines situations (une scène en institut de beauté est juste hilarante…), j’ai été touchée par sa sensibilité, par son mal d’amour. Ce roman réunit tous les bons ingrédients pour en faire un bon feel-good.

Pourtant, quelques points du roman m’ont gênée : Même si Sylvie est sympathique, elle m’a un peu énervée de par son langage trop cru, limite vulgaire. Mais tout s’enchaîne trop vite, les personnages sont très caricaturaux et le final nous tombe dessus d’un coup. Mes sentiments sont assez contradictoires sur ce roman: j’ai aimé l’histoire, j’ai été touchée par Sylvie mais il m’a manqué un petit je ne sais quoi pour l’apprécier complètement. Dommage…

Ma notation :

Un roman plaisant mais qui ne m’a totalement emballée.

 

Ce roman fait partie de la sélection du prix des lecteurs U en partenariat avec Le livre de poche auquel je participe en tant que membre du jury pour l’édition 2018.

 

 

 

 

Publicités

Là où tu iras j’irai, Marie Vareille

Quatrième de couverture :

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

L’avis de MadameOurse :

J’ai vu passer plusieurs très bons avis de ce livre avant de m’y plonger mais, en débutant ma lecture, je me suis sentie dans une chick lit légère, truffée d’humour mais pas bien différente d’une autre chick lit (je n’ai rien contre ce style de lecture mais j’en lis peu parce que c’est un peu simplet à mon goût et que je cherche plus que ça dans mes lectures). Isabelle est la trentenaire gamine typique, pas de vrai métier, gaffeuse et absolument pas prête à agir comme une adulte ! Elle déteste les enfants et va refuser la demande en mariage de Quentin, affolée par le fait que cet engagement va précéder l’envie d’enfant de son compagnon.

Le besoin d’argent va alors la forcer à accepter un poste d’actrice improbable puisqu’il s’agit en fait de séduire Jan pour le faire rompre avec sa compagne, Colombe, que la fille aînée de Jan semble avoir pris en grippe. On se retrouve alors à suivre Isabelle en Italie, dans la riche demeure de vacances de la famille Kozlowski. Et c’est là pour moi que le roman a pris un tout autre sens. Isabelle, qui ne veut absolument pas d’enfant et dit les détester va devoir gérer un enfant muet depuis le décès de sa mère et 2 ados survoltées. Et évidemment, elle le fera avec son naturel gaffeur et sans aucune notion d’éducation mais … avec succès !

Très vite finalement, son rôle d’actrice, séduire Jan, passe à la trappe (d’ailleurs elle mettra un moment avant même de croiser réellement le père des enfants) et, contre toute attente, elle va faire des miracles avec les enfants ! Et c’est là que j’ai été bien surprise au cours de ma lecture car, sous ce que j’avais déjà catalogué comme une chick-lit, il y a plein de personnages blessés par la vie et plein de belles émotions superbement racontées. Ajoutez à ça une bonne dose de quiproquo liés au faux emploi de nounou d’Isabelle et vous avez tout ce qu’il faut pour passer un bon moment de lecture !

Ma notation :

Une très belle surprise ! Tout à fait le genre de livre qu’on se régale à lire en vacances quand on a envie de quelque chose de simple mais touchant !

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Maudit karma, David Safier

Quatrième de couverture :
Animatrice de talk-show, Kim Lange est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l’au-delà, elle apprend qu’elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. Non seulement elle a négligé sa fille et trompé son mari, mais elle a rendu la vie impossible à son entourage. Pour sa punition, Kim se réincarne en fourmi. Et le pire reste à venir: de ses minuscules yeux d’insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit au plus vite remonter l’échelle des réincarnations. Mais, de fourmi à bipède, le chemin est long et les obstacles nombreux…
L’avis de MadameOurse :
J’avais beaucoup aimé la couverture de ce roman ainsi que le résumé et il m’a donc vraiment donné envie. Je me suis plongée avec plaisir dans les aventures de Kim Lange.
Ce roman est drôle, il ferait une très belle adaptation au ciné qui plairait à petits et grands. Au début lorsque nous retrouvons Kim réincarnée en fourmi et faisant la découverte de la dure vie d’ouvrière, je me disais que j’allais me lasser de lire les péripéties d’une fourmi. Il faut reconnaître que même si c’est une situation drôle, personne n’irait lire les mémoires d’une fourmi !
Mais en fait, David Safier ne nous lasse pas, la vie de fourmi de Kim ne dure qu’un temps. Elle a un objectif suprême : réparer les méfaits de sa vie d’humaine et retrouver sa fille à qui elle consacrait si peu de temps, trop prise par un métier chronophage. Ce roman nous mène donc, de situation en situation, à travers les différentes réincarnations de Kim. Chaque nouvelle vie est l’occasion de nouvelles rencontres, de situations cocasses et de belles actions de la part de Kim qui se rachète de sa vie d’avant.
Ma notation :
J’ai adoré ! C’est vraiment un roman très plaisant, facile à lire, qui peut plaire à un très grand nombre. Une lecture idéale quand on a envie de voyage, d’humour et de simplicité.
Vous avez également lu Maudit karma ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?

La petite fêlée aux allumettes, Nadine Monfils


Quatrième de couverture :
À Pandore, il se passe de drôles de choses… Chaque fois que Nake, une jeune fille un peu barrée, craque une allumette, elle a des visions affreuses de petites filles assassinées déguisées en Blanche Neige ou en Chaperon rouge. Mais là où ça se corse, c’est quand elle découvre le lendemain dans les journaux que ces crimes ont bien eu lieu… L’inspecteur Cooper, qui a de curieuses manies, et son collègue Michou, flic le jour travelo la nuit, vont mener l’enquête. Tout irait bien si l’infernale mémé Cornemuse ne venait pas flanquer la pagaille. Fan d’Annie Cordy et amoureuse de Jean-Claude Van Damne, avec qui elle « cause » depuis ses vacances avec un serial killer, l’horrible punaise sans scrupules revient, pire que jamais. Ça va barder !
L’avis de MadameOurse :
J’ai bien fait de ne pas lire les avis sur ce roman avant de l’avoir lu, a priori c’est une lecture à laquelle on adhère… totalement … ou pas du tout ! Si les univers déjantés ne vous attirent pas, ce livre n’est sûrement pas pour vous.
Moi, ce livre, je lui dis OUI ! Il part sur les chapeaux de roues, dès les premières pages on découvre plusieurs personnages hauts en couleurs, des crimes en veux-tu en voilà, des criminels (oui des !) dont on ne sait pas trop bien s’ils sont des gentils ou des méchants, de l’humour et un style d’écriture très cash et caustique. Pas le temps de s’ennuyer, on est plongés dans le bain directement. 
Je trouve que le livre tient bien en haleine car d’un chapitre à l’autre on change de personnage pour faire durer le suspense. Les références aux contes de fées dans le livre m’ont beaucoup amusée. Bon la fin est un décevante quand même.
Ma notation :
J’ai adoré ! Ça fait du bien de se laisser emporter dans une histoire où la morale est particulière, où les personnages sont totalement inimaginables et les dialogues trash. Après tout, on lit pour voyager donc pourquoi ne pas voyager de temps à autre dans un univers improbable ?
Vous avez également lu La petite fêlée aux allumettes ? Laissez nous un petit mot pour que votre avis sur le livre soit ajouté sur la fiche. Dès 5 avis de lecteurs, nous pourrons donner une note sur 20 au roman. Alors, dans quelle catégorie classeriez-vous cette lecture : c’est un coup de cœur / j’ai adoré / j’ai aimé / j’ai trouvé que ça se laissait lire / je n’ai pas aimé / je n’ai pas pu le lire en entier ?