Archives du mot-clé harcèlement

Les mystères de Fleat House, Lucinda Riley

003

Quatrième de couverture :

Au sein du prestigieux internat privé de St. Stephen, au coeur de l’idyllique campagne du Norfolk, se trouve l’austère dortoir de Fleat House, vieille bâtisse victorienne en cruel manque d’entretien.

Lorsqu’un élève y est retrouvé mort dans sa chambre, le directeur s’empresse de conclure à un tragique accident. Mais l’enquêtrice londonienne Jazz Hunter, sollicitée pour l’enquête, n’est pas de cet avis. En tentant de pénétrer le microcosme fermé que constitue le pensionnat, elle se rend vite compte que la victime, Charlie Cavendish, était un jeune homme arrogant qui avait beaucoup d’ennemis…

Alors que les mystères et les mensonges se multiplient à Fleat House, Jazz se retrouve plongée dans un monde fait de jeux de pouvoir, de dépendances émotionnelles et d’affaires inachevées. Bientôt, ce sont des secrets vieux de plus de trente ans qui refont surface, bien plus sombres que ce qu’elle aurait pu imaginer…

Avec un sens du suspense impeccable, Lucinda Riley nous embarque dans un thriller captivant au rythme effréné, aux côtés d’une héroïne mémorable.

L’avis de Laure :

C’est difficile de lire Lucinda Riley maintenant qu’elle n’est plus là. Pourtant, avec ce polar qu’elle a écrit en 2006, elle prouve une fois de plus son talent, sa capacité à livrer des histoires si variées. Et j’aurais adoré la voir alterner roman plein de secrets et roman plus polar. Parce qu’elle sait si bien le faire !

Les secrets de Fleat House est très bon, elle réussit une nouvelle fois à amener une grande galerie de personnages sans que l’on s’y perde, introduisant chacun tour à tour, dessinant sa personnalité et nous dévoilant sa vie. Peu à peu, on plonge dans une enquête dont on se doute très vite qu’elle prend sa source bien plus loin qu’on ne pourrait le croire au premier abord. J’ai aimé découvrir très vite que les personnes tuées à Fleat House sont loin d’être irréprochables. Il y a cette notion de bien et de mal dans ce roman qui est fort plaisante. Lucinda évoque un thème fort : celui du harcèlement scolaire et de ses conséquences. Et ici, cela peut aller jusqu’au crime.

Mais qui aurait intérêt alors à tuer ? Pourquoi ? Et surtout quel lien y a-t-il entre les différents personnages retrouvés morts ? Je n’aurais jamais vu venir le dénouement final même si certaines grandes lignes m’ont vite semblé évidentes.

J’aurais aimé retrouver l’enquêtrice Jazz dans d’autres aventures, ce roman laissant vraiment à penser qu’une série pourrait suivre. C’est un personnage totalement abouti, elle traine ses casseroles, avait été prête à arrêter totalement son métier mais elle a ça dans le sang et elle nous prouve avec cette enquête à quel point elle est déterminée à découvrir la vérité, laissant de côté les évidences qu’on tisse sur sa route. C’est donc avec regret que je sais que nous ne retrouverons pas Jazz, le talent de Lucinda nous manquera.

Ma notation :

Ludinda Riley sait aussi bien me conquérir avec ce polar bien ficelé qu’avec ses habituels romans, quel talent !

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture

Quelques mots d’amour, Samuelle Barbier

Quatrième de couverture :

Lorsqu’elle prend ses fonctions au centre de tri postal de Libourne, Davina est au creux de la vague. Mutée de force en Gironde après avoir collé son poing dans la figure de son responsable hiérarchique, elle refuse de nouer des liens avec ses collègues et expédie le travail qu’on lui confie.
Sa mission ? Parcourir les lettres mal adressées en quête d’un indice pour retrouver leurs destinataires.

L’avis d’Audrey :

Après des mois de combats, à vivre l’enfer au travail, Davina assène un coup de poing à son patron. Contre toute attente, c’est elle qui doit plier et sa hiérarchie décide de la muter en Gironde. Elle rejoindra une équipe du bureau postal de Libourne chargée d’identifier le bon destinataire des lettres perdues.

Sur place, elle retrouve des collègues assez singuliers, avec qui elle ne semble pas vraiment vouloir nouer d’autres liens que ceux strictement professionnels. Elle va vite être interpellée par la lecture de plusieurs lettres d’amour écrite par un certain Jem. Il s’adresse à Anne, sa bien aimée avec une telle passion, une telle douceur que cela bouleverse Davina. Elle se met alors en quête de retrouver Jem et Anne.

Un court roman, mais intense et très divertissant à lire. Ce roman a fait écho chez moi, à une série que j’affectionne beaucoup: Signed, Sealed, Delivered, dans laquelle il aussi question de lettres perdues. On y retrouve ce romantisme, tout un panel d’émotions et une galerie de personnages fantasques et incroyables.

Un bref moment de lecture, que j’ai savouré quelques heures, le temps de sourire, d’être émue par l’histoire de Jem et Anne et admirative de la façon dont Davina reprend sa vie en main.

Ma notation:

Une histoire tendre, assez efficace sur mon coeur de lectrice.

L’ombre de la menace, Rachel Caine

Quatrième de couverture :

Quatre ans que sa vie a explosé en vol. Quatre ans qu’elle a découvert que son mari était un tueur en série. Gwen a survécu aux soupçons et à la honte, aux menaces venues de toute part. Stillhouse Lake, c’est la petite ville tranquille dont elle n’osait plus rêver. Jusqu’au jour où un cadavre de femme est repêché dans le lac. Le cauchemar recommence… Mais loin de la naïve mère de famille qu’elle était autrefois, Gwen est désormais prête à tout pour sauver sa vie et celle de ses enfants.

Raisons obscures, Amélie Antoine

Quatrième de couverture :

Deux familles ordinaires à l’heure de la rentrée scolaire.
Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres.
[…]

Duo Lecture : La veuve, Fiona Barton

Pourquoi ce livre ?

(Lunatic) Madame Ourse me demandait si je connaissais ce roman, je venais justement de l’ajouter à ma tablette en format numérique (sans avoir prévu de le lire dans la foulée…) et je lui ai donc proposé de le lire en duo.
(MadameOurse) J’ai pas mal vu passer ce bouquin sur la page des éditions Fleuve et cette couverture m’intriguait vraiment.

 La couverture:

la-veuve
(Lunatic) Une couverture très noire, qui colle au thème du roman.
(MadameOurse) J’aime bien cette couverture dont on comprend à la fin de la lecture pourquoi cette fleur. Elle est énigmatique et ne dit rien sur l’histoire mais c’est pas mal je trouve.

La quatrième de couverture :

Mari idéal ou parfait assassin ? Elle devait savoir… non ? La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire.
Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. Jusqu’au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime.
Depuis ce jour, plus rien n’a été pareil. Jane devient la femme d’un monstre aux yeux de tous.
Les quatre années suivantes ressemblent à une descente aux enfers : accusée par la justice, assaillie par les médias, abandonnée par ses amis, elle ne connaît plus le bonheur ni la tranquillité, même après un acquittement.
Mais aujourd’hui, Glen est mort. Fauché par un bus. Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n’est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et une journaliste sans scrupule, la veuve va-t-elle enfin délivrer sa version de l’histoire ?

Après lecture :

(Lunatic)
Le roman alterne entre plusieurs points de vue et à différentes époques. En 2006, date de la disparition d’une petite fille de 2 ans et 2010, lorsque l’homme suspecté puis libéré trouve la mort. On a donc le récit de Jane (la veuve), d’une journaliste et d’un inspecteur. Le tout est donc de savoir ce qui est arrivé à ce petite fille et si Glen, le mari de Jane est bien responsable de cette disparation. Je n’ai pas du tout aimé le personnage de Jane qui nous est décrit comme une femme naïve et totalement sous l’emprise de son mari. On comprend vite qu’elle en sait plus que ce qu’elle veut faire croire. J’ai trouvé le récit glauque, les personnages sombres et j’ai été mal à l’aise de lire un roman traitant de pédophilie.

C’est un thriller qui se lit très bien, avec des chapitres courts et fluides. Mais malgré cette construction, j’ai trouvé qu’il manquait de rythme. Je n’ai pas été captivée par l’enquête et j’ai surtout été très déçue par le final du roman. « Tout ça pour ça » ai-je pensé en refermant le livre. Et gros bémol quand à la relecture du roman, il manque des mots à certains phrases, il y a plusieurs fautes flagrantes de grammaire.

(MadameOurse)
Honnêtement, je referme aussi ce livre avec un avis mitigé. Mais je l’ai trouvé vraiment prenant ! Dès le début on se doute bien que le personnage de Jane / Janie puisqu’elle nous est présentée ainsi comme ayant 2 facettes, cache quelque chose. Elle montre l’image d’une femme qui subit dans son couple, une petite chose naïve, complètement sous la coupe de son mari. Et en même temps… elle a conscience des choses, elle les ressent sans vouloir mettre de mots dessus (pour se protéger ? pour ne pas avoir à juger son mari?). Ça m’a vraiment accrochée à ma lecture, j’attendais le moment où cette femme allait se révéler, où on allait comprendre son couple avec une révélation particulière. Et ben … c’est jamais venu !
Le roman nous embarque dans l’enquête menée par la police suite à la disparition de Bella, une petite fille de 2 ans. C’est une enquête qui est vraiment menée à charge contre Glen l’époux de Jane. C’est très intéressant cette façon de faire, en tant que lectrice j’avais tellement conscience du fait que la police voulait absolument en faire son coupable que j’ai toujours douté qu’il ait fait quelque chose. Mais clairement, l’auteure ne nous ment pas pour autant, on sait que Glen a ses failles, il y a des preuves flagrantes de pédopornographie. Un sujet bien sombre mais personnellement qui ne m’a pas dérangée, je trouve que les détails nous sont épargnés et que la lecture reste donc « agréable ».
Le couple va aussi subir un harcèlement tenace de la part des médias et, là encore, j’ai aimé que le roman traite de cela, c’est un angle d’approche différent, ça m’a intéressée. On vit dans un monde où les médias ont un poids terrible et on le ressent vraiment bien dans ce roman.
Malgré tout ça, la fin m’a déçue. Comme dit Lunatic, « tout ça pour ça ». Je sais qu’il faut pas s’attendre à tout comprendre, à ce que tout soit expliqué dans ce genre de roman mais bon là on repart avec plus de la moitié de nos questions. Certes, on retrouve Bella mais …. on n’en sait pas vraiment plus et la mort de Glen n’explique pas tout. C’est vraiment dommage car le roman était prometteur avec un angle d’approche différent, original, intéressant.

 Si vous avez envie de faire une lecture en duo, n’hésitez pas, nous en ferons régulièrement en tenant compte de vos envies de lectures et les duos évolueront d’une fois sur l’autre. Faites nous un petit mail en nous disant ce qui vous tenterait.