Archives du mot-clé guerre

Le cheval de Troie, Colleen McCullough

Quatrième de couverture :

Priam, roi de Troie, refuse de donner à Hercule la récompense promise pour avoir tué le lion qui dévorait ses chevaux. Pâris, son fils, enlève la belle Hélène, l’épouse du roi Ménélas. Ces deux affronts, que seul le sang peut laver, sonnent le début d’une guerre entre Grecs et Troyens qui durera dix ans. Mais c’est compter sans « Ulysse aux Mille Ruses » qui imagine le stratagème du cheval de bois permettant d’introduire toute une armée dans la Cité…
Avec la rigueur d’une historienne et la passion d’une romancière, Colleen McCullough dépeint les tourments des humains manipulés par les dieux, les combats et les amours contrariées des héros de L’Iliade. Soldat et roi, princesse et servante, demi-dieu et monstre mythique, tous prennent la parole tour à tour pour raconter leur guerre de Troie – ce qui confère à ce récit une vivacité et une modernité saisissantes.

L’avis de MadameOurse :

Lorsque j’étais plus jeune, j’adorais les cours de latin pour la partie mythologique (moins pour le reste). J’ai eu la chance de faire un voyage scolaire en Grèce et je garde, aujourd’hui encore, un vrai plaisir pour les histoires liées à la mythologie. Alors lire en détail ce roman qui dévoile toute l’histoire de cette longue guerre m’attirait beaucoup. Et c’est un vrai pavé de 500 pages donc autant dire qu’aucun des détails de l’histoire ne manque.

Colleen McCullough a un vrai talent de conteuse pour nous embarquer avec elle dans cette histoire aux très nombreux personnages. Il faut que chacun soit bien raconté tour à tour sinon on s’y perdrait totalement. Elle utilise pour cela une méthode simple et bien sympathique, à chaque nouveau chapitre un autre personnage raconte.

Le roman commence bien avant la guerre de Troie, en Grèce principalement, on va visiter tour à tour les nombreux rois de la région et vont se dessiner les liens entre les uns et les autres. Dans la mythologie grecque, les dieux sont très présents et actifs dans la vie des humains, ils prennent bien souvent part aux événements qui leur arrivent. Autre point important dans la vie des hommes de l’époque, les histoires d’amour, de conquêtes féminines ont une grand place également dans leurs vies et vont les mener à bien des conflits.

Ici on va retrouver tout ça lorsqu’Agamemnon prendra le prétexte de l’enlèvement d’Hélène la femme de son frère Ménélas comme prétexte à une importante guerre contre la citadelle de Troie. Au delà d’Hélène, les grecs ont bien des raisons de vouloir la perte de Troie évidemment mais le prétexte est tout trouvé.

J’ai craint à un moment donné que la lecture ne devienne difficile, qu’on s’enlise dans les pages du roman comme les grecs se sont enlisés dans cette guerre qui a duré dix ans alors qu’ils n’étaient partis que pour quelques jours…. Effectivement, les récits des combats à proprement parler ne sont pas ce qui me passionne le plus. Les combats et stratégies de guerre sont bien présents dans l’histoire et peuvent paraître longs mais le récit reste agréablement dosé entre les histoires des uns et des autres, leur vie personnelle, leurs affinités. Un personnage notamment est très important dans l’histoire c’est Ulysse qui est LE cerveau de cette guerre et c’est vraiment intéressant de lire toutes les ruses qu’il a déployé pour enfin gagner la guerre contre Troie. Et puis il y a aussi toute une partie mythes qui reste présente à travers les oracles qui venaient rapporter les paroles des dieux et les humains qui se mettaient alors en 4 pour réaliser tout ce qui leur était demandé.

A travers ce roman, il y a une part de connaissance qui est passionnante à acquérir quand on s’intéresse au sujet. L’auteure du roman a du faire un travail de recherche colossal et signe une oeuvre vraiment réussie.

Ma notation :

Un roman absorbant lorsqu’on aime l’histoire de la mythologie.

archipel

Je remercie les éditions l’Archipel pour ce partenariat

Le pouvoir, Naomi Alderman

Quatrième de couverture :

ET SI LES FEMMES PRENAIENT ENFIN LE POUVOIR DANS LE MONDE ENTIER ?
Aux quatre coins du monde, les femmes découvrent qu’elles détiennent le « pouvoir ». Du bout des doigts, elles peuvent infliger une douleur fulgurante – et même la mort.
Soudain, les hommes comprennent  qu’ils deviennent le « sexe faible ». Mais jusqu’où iront les femmes pour imposer ce nouvel ordre ?

L’avis de Lunatic :

Madame Ourse me faisait remarquer que cette couverture était bien moche, et je suis un peu d’accord avec elle. Même si ce rouge vif doit bien attirer l’œil  dans les rayons en librairie. Je préfère cette couverture américaine que je trouve moins laide. Mais pour le coup c’est plutôt la 4ème de couverture qui m’a intriguée et plusieurs articles que j’ai vu passer, annonçant ce roman comme le phénomène littéraire de cette rentrée de janvier 2018.

Imaginez que du jour au lendemain, les femmes, et plus précisément les adolescentes se retrouvent avec un étrange pouvoir. Celui de créer des pulsions électriques passant par leurs mains, plus ou moins contrôlées, permettant alors de se défendre face aux hommes et renversant alors les habitudes. C’est le moment de prendre une revanche sur des siècles de harcèlement, d’avilissement, de domination masculine. A noter que ces adolescentes peuvent faire resurgir ce pouvoir auprès de leurs aînés. C’est le point de départ de cette dystopie. Cet étrange bouleversement physique et  social nous est raconté à travers 5 personnages: Roxy, issu d’une famille de mafieux, qui va utiliser son pouvoir pour faire prospérer les affaires. Allie, une jeune fille paumée qui va devenir Mère-Ève et se transforme ainsi en nouvelle gourou ou déesse guidant les femmes qui détiennent le pouvoir. Tunde, une journaliste africain, qui va surfer sur le phénomène et couvrir à travers le monde tout les faits-divers et drames qu’entraînent ce pouvoir. Et enfin Margot, femme politique dont la fille détient ce pouvoir. Margot va créer des camps d’entraînements pour permettre aux filles de maîtriser le pouvoir afin de l’utiliser intelligemment. Cette implication va lui permettre d’assurer son avenir politique. On assiste à des révoltes dans divers pays, des soulèvements de femmes renversant les régimes en place et créant de nouveaux pays, les hommes sont tués, violés, persécutés. Bref, une sorte de guerre mondiale assez effrayante. Le roman évoque aussi des fait physiques ou scientifiques pouvant expliquer l’arrivée de ce pouvoir (et si on le détenait toutes depuis des siècles sans le savoir?).

C’est un roman très différent de ce que je lis d’ordinaire. Je l’ai trouvé assez dur, l’idée de pouvoir, des rôles qui s’inversent. Ces femmes qui deviennent pire que les hommes, cette idée de vengeance est assez dérangeante. Je ne suis pas féministe pour un sou, ça explique peut-être que je n’étais pas totalement conquise pendant ma lecture. C’est intéressant de voir comment l’auteur a voulu montrer que le pouvoir nouveau crée des armées, des envies de nouvelles religions. Les personnages sont intéressant, mais je n’ai pas réussi à me les approprier. On saute de l’un à l’autre trop vite, le déroulé chronologique est assez flou et trop rapide à mon sens. Arrivant vers la fin, je pensais qu’il ne s’agissait que d’un premier tome tant pour moi il y avait encore plein de choses à développer, à dire. Néanmoins ce roman se lit très bien,j’aurai tendance à le ranger en Young Adult par contre. J’ai vu qu’il allait être adapté en série télé, il ne pouvait en être autrement! Il est fait pour cela.

Ma notation :

Une lecture qui sort de mes habitudes et qui m’a plu! Pari réussi.

 

 

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)