Archives du mot-clé G. Paul

Après l’océan, Laurence Peyrin

003

Quatrième de couverture :

Rescapées du Titanic, que deviendront les deux soeurs Alistair, seules dans un New York inconnu ?

En ce printemps 1912, parmi d’autres naufragés hagards tirés de l’océan, Letta Alistair, 24 ans, serre contre elle sa petite sœur Molly en regardant approcher la statue de la Liberté. Elles sont les deux seules survivantes de leur famille, engloutie comme 1491 personnes avec « l’insubmersible » Titanic.

Les sœurs Alistair ont tout perdu. Leur père, Charles, dit le roi de la tourte, célèbre pour ses pâtes brillantes, ses viandes moelleuses mêlées d’oignons caramélisés, avait embarqué famille et biens pour développer son savoir-faire à New York. Letta ne peut même pas s’autoriser le désespoir, car Molly l’inquiète, plongée depuis le drame dans un profond mutisme.

Le naufrage du Titanic est un événement majeur qui secoue toute l’Amérique, et les victimes sont prises en charge, logées à l’hôtel, examinées à l’hôpital. Et après ? Letta va devoir puiser très loin en elle pour survivre dans ce New York qu’elle n’aime pas et qu’elle ne comprend pas. Et se battre pour sauver sa petite sœur bientôt qualifiée de « folle » dans un siècle qui traite mal les fous…

L’avis de Laure :

Je lis Laurence Peyrin depuis 2018 et mon coup de cœur pour L’aile des vierges. Je n’ai de cesse depuis que de retrouver la force de ce roman dans un nouveau. Pourtant, elle a écrit des choses différentes ses dernières années, avec lesquelles j’ai moins accrochés ou que j’ai même abandonné comme Une toute petite minute l’an dernier. Mais je m’obstine et je me disais que cette année serait la bonne, savourant par avance le fait que l’auteure revienne à un roman historique.

Après l’océan était donc sur ma liste d’anniversaire et n’a pas tardé à être lu. Il met en scène une famille qui va vivre le drame du Titanic, un sujet que l’on voit beaucoup dans la littérature et qui me plait chaque fois. Letta vient de perdre ses parents, son frère, son époux et se retrouve seule avec sa petite sœur, choquée et mutique, dans un New York inconnu. Imaginez de suite la vaillance de ce personnage qui va devoir se relever, car, dès le début, elle le sait, elle doit continuer, donner un nouveau sens à sa vie, pour Molly sa sœur.

J’ai apprécié la reconstruction de Letta, les personnages aidants qu’elle va trouver sur sa route, qui vont l’aider à y voir clair sur le sens qu’elle doit redonner à sa vie. Un nouveau drame la menace pourtant à travers la folie présumée de sa sœur, un sujet qui montre une fois de plus le triste traitement des maladies mentales à cette époque…

Sur la fin du roman, j’ai apprécié les nouveaux projets que Letta va mettre en œuvre et la façon dont elle va parvenir à ses fins, j’adore les personnages comme cela qui ne s’en laissent pas compter et se donnent les moyens de réaliser leurs rêves. Pour autant, une nouvelle fois, je reste sur ma faim car le roman n’était pas aussi fort que je l’aurais aimé. C’est le triste jeu des comparaisons, quand on attend d’un roman plus qu’on ne le devrait. Alors, L’aile des vierges restera sans doute mon incontournable de l’auteure. Et ce n’est pas grave car il en vaut vraiment la peine !

Ma notation :

Un joli roman historique même si j’en attendais plus.

Des jours et des vies, Gill Paul

004

Quatrième de couverture :

2016

Confrontée à l’infidélité de son mari, Kitty Fisher quitte Londres pour se réfugier dans le chalet de son arrière-grand-père, aux États-Unis. Là, sur les rives du lac Akanabee, elle découvre un magnifique bijou qui va lui permettre de révéler un secret de famille longtemps caché…

1914

La Russie est au bord de la rébellion, et la famille impériale, les Romanov, fait face à un futur tout aussi terrifiant qu’incertain. La grande-duchesse Tatiana est tombée amoureuse d’un officier de cavalerie, Dimitri, mais les événements vont mettre à mal leur relation naissante ainsi que leurs vies…

L’avis de Laure :

Une fois de plus, je sors une relique de ma PAL, un livre qui n’aurait jamais du accéder au statut de relique, que j’aurais du lire bien avant tant il en valait la peine ! Et pourtant oui, je l’avais depuis 3 ans… Il m’a fait peur car je n’accroche pas toujours avec les romans qui mettent en scène l’histoire russe. Et pourtant, comme j’ai été emballée finalement par cette superbe histoire qui se dénoue sur un siècle !

La partie historique met en scène une histoire d’amour impossible : celle de Tatiana, l’une des filles du tsar et Dimitri, un soldat de la garde. Leur histoire va être compliquée par le début du déclin de la famille Romanov et je ne m’attendais pas à toutes les péripéties et drames qui vont les marquer. La lecture est superbement documentée, on en apprend plus sur les Romanov et la façon dont ils ont été durement emprisonnés. Sans oublier leur destin dramatique bien sûr… Dimitri est un personnage extrêmement touchant, qui va se démener tellement pour les Romanov et pour Tatiana en particulier. Fou d’amour, il est prêt à tout !

Et puis, en 2016, Kitty va découvrir qui était son arrière grand-père, dont elle a hérité d’un chalet aux USA. Elle remonte le fil de sa vie et les secrets de l’histoire familiale dont personne ne lui avait jamais parlé. C’est un roman absolument captivant, la double temporalité a su me charmer comme très souvent dans les romans de ce genre. C’est équilibré et on s’attache aussi bien à Kitty qui reconstruit sa vie qu’à la destinée de Dimitri et Tatiana.

Un sujet en particulier est extrêmement plaisant dans cette lecture, un sujet qui a amené tant de thèses réelles sur la destinée des Romanov puisque leur destin est toujours méconnu. De nombreuses personnes se sont fait passer pour l’une des filles Romanov après la guerre. Ici, l’auteure imagine que l’un d’eux ait pu survivre et on se demande donc tout du long si Kitty a un lien avec cette famille via son arrière grand-père. Cela rend l’enquête encore plus passionnante.

Jamais je ne me serai doutée des derniers détails que l’auteure nous réserve et qui viennent achever l’histoire de la plus belle des façons. Un roman vraiment sublime sur l’amour absolu que je vous recommande vivement !

Ma notation :

Un très beau roman !