Rencontre – Guillaume Musso

La semaine dernière, j’ai eu la chance de rencontrer un nouvel auteur, et pas n’importe lequel, juste notre auteur français qui vend le plus de livres : Guillaume Musso ! En témoignent, les 7 de ses romans qui sont chroniqués ici : c’est un auteur que j’aime vraiment lire.

C’est un de mes collègues qui est venu me dire en début de semaine dernière que l’auteur venait dans notre ville et je ne le savais même pas ! Souvent je vois passer les infos sur les réseaux sociaux mais là rien. Je me suis donc vite abonnée à la newsletter de cette grande librairie où il allait être présent afin de ne rien louper de futures actualités. Je me suis arrangée avec mon mari pour qu’il s’occupe ce soir là de nos 2 filles et je suis partie à la dédicace directement en sortant du bureau. J’appréhendais un petit peu la file d’attente qu’il y aurait mais, comme je ne vis pas dans une si grande ville, j’ai eu seulement 30 min d’attente.

Vous allez me demander, et alors il est comment en vrai Guillaume Musso ? Je n’avais pas d’attente particulière, je gardais surtout bien en tête que c’est un auteur qui vend énormément de livres, dont plein de gens sont fans et qu’il enchaîne actuellement les dédicaces de ville en ville. Très honnêtement, cela ne doit pas forcément être rigolo de rencontrer chaque jour 2000 personnes (chiffre au pif), de répondre toujours aux mêmes questions. Et surtout, forcément le temps est compté. Partant de là, je ne m’étais pas fait l’image d’un accueil unique, personnalisé et hyper chaleureux.

Et c’est peut être parce que j’avais cet état d’esprit simple que j’en suis ressortie ravie. Guillaume Musso tend la main à chacune des personnes qui vient le voir, c’est un geste simple mais agréable. Il a d’ailleurs une poignée de main très douce. La douceur justement, c’est le maître mot que je retiens de ma rencontre. Guillaume Musso est très doux : dans son regard, dans sa voix, dans son écoute. Il m’a semblé du coup assez facile à aborder, il est là face à ces lecteurs et je ne me suis pas sentie toute petite, il ne met pas mal à l’aise, on se sent très bien en sa compagnie.

Je lui ai glissé quelques mots sur le blog (si, j’ai osé !), et je lui ai demandé si le travail tout particulier fait sur les couvertures de ses 2 derniers romans était un souhait de sa part. En effet, les couvertures de La jeune fille et la nuit et celle de Un appartement à Paris sont très travaillées et hyper agréables à toucher. Ce sont des objets livres qui sortent de l’ordinaire et qui me plaisent beaucoup, il y a un vrai plaisir à les avoir en main. Et effectivement, comme je m’en doutais, c’est une demande de sa part. Et j’adore ! C’est top qu’il y ait la volonté de livrer non pas juste une histoire mais aussi un bel objet.

Et d’ailleurs, j’ai une pensée pour les personnes qui œuvrent autour de l’auteur, que ce soit pendant le processus d’écriture ou avant et après la parution. Et que j’ai pu voir aussi lors de la dédicace, présents pour organiser les choses. Ce sont les petites fourmis de l’ombre mais bien nécessaires.

Et ma dédicace alors ? Et bien je lui avais amené 2 livres : le tout dernier bien sûr mais aussi un plus ancien, La fille de papier. Je l’ai lu il y a longtemps, avant la création du blog où il n’est donc pas chroniqué mais c’est un qui m’avait particulièrement touché et dont je garde encore aujourd’hui un beau souvenir.

Il m’a signé les 2 livres, en prenant le temps. Et il a une très belle écriture.

En bref, une super rencontre avec l’auteur et la joie de découvrir qui se cache derrière ces livres pour lesquels je suis toujours au RDV.

Publicités

La jeune fille et la nuit, Guillaume Musso

Pourquoi ce livre ?

(MadameOurse) Ben parce que c’est Guillaume Musso et que je n’ai pas pu résister, comme l’an dernier.

(Lunatic) Madame Ourse m’a narguée avec une photo de son exemplaire, alors je l’ai rejointe pour une lecture duo.

La couverture:

(MadameOurse) Superbe j’adore, un livre qu’on a plaisir à toucher. Si l’image en soi avec la silhouette et le jeu de coloris rouge / noir est assez simple, la matière retenue pour la couverture m’a énormément plu.

(Lunatic) Sympa mais sans plus. Après je l’ai lu en version numérique, donc je me rends moins compte.

La quatrième de couverture :

Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit
Côte d’Azur – Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé  par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des  plus  brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur  de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
Personne ne la reverra jamais.
Côte d’Azur – Printemps 2017
Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs  amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études.  Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq  ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois  commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du
lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour  construire un autre bâtiment.

Après lecture :

(MadameOurse) J’ai dévoré ce nouvel opus de Musso en 48 heures, pour 420 pages c’est plutôt rapide. C’est un roman qui réunit plein de choses sympa, Musso fait beaucoup de références au monde de 2017 (encore une fois sympa à lire aujourd’hui mais qui pourrait néanmoins avoir du mal à vieillir quand on le relira dans 20 ans). Ces références sont sur tous les plans : littéraire, politique, culturel, cinéma, musique, littérature, mode aussi ! Je me suis particulièrement amusée d’un moment où l’auteur nous replonge dans les looks des lycéens des années 90, je me suis dit que c’était ma génération et ça me parle ! (Ceci dit je suis quand même quelques années plus jeune que le héros). Il nous situe cette année uniquement en France, dans le Sud de la France plus précisément et j’ai bien aimé ce changement. Le roman réunit une sacré panoplie de personnages mais je ne me suis jamais perdue dans qui était qui. Et puis, Musso signe un bon thriller, une enquête haletante. A un moment donné de la lecture, Thomas commence à déterrer pas mal de choses bizarres, à se poser plein de questions et on sait alors que les pages qui suivront nous mèneront à répondre à ces questions et c’est addictif !

Concrètement de quoi il est question ? Du retour de Thomas dans sa petite ville natale où un lourd secret de sa jeunesse est menacé. Ce héros est assez particulier car vous verrez dès le début qu’il a fait quelque chose de mal. Et pourtant, jamais je ne l’ai haï, jamais je me suis dit qu’il n’aurait jamais du faire ça. Est-il excusé par sa jeunesse ? Par sa passion pour Vinca ? Sans doute.

Si j’avais deviné dès le départ qu’une phrase bien précise du roman cachait quelque chose, j’étais bien loin de deviner à quel point l’assemblage de l’histoire était si énorme. C’est colossal mais ça se tient, tout y est, tout est expliqué.

Un bémol néanmoins à pointer, encore un personnage romancier, c’est trop facile ! Je voudrais autre chose… Et une mention spéciale à la double fin qui nous est offerte, j’ai bien aimé qu’on referme le roman avec l’idée d’un autre possible.

(Lunatic) On retrouve ici le style Musso, avec une intrigue addictive, qui enchaîne les révélations. Un style moderne, simple et qui réussit à nous divertir, ce qu’on attend de cet auteur. Dans mon milieu professionnel, beaucoup dénigrent Musso (tout comme Lévy, Pancol ou d’autres encore) et je déteste cela. D’ailleurs je ne pige pas l’intérêt de rabaisser un lecteur sur ses choix. Tout comme les gamins à qui on enlève des mains un manga pour lui fourrer un roman qu’il ne lira pas, sous prétexte que c’est mieux pour lui. Bref !

Ici l’intrigue se passe en France, à Antibes. Thomas, auteur à succès revient des USA pour assister à une réunion d’anciens élèves. Ce retour réveille de vieux secrets qui pourraient bien ressortir après avoir été enfouis près de 25 ans. Le récit va alterner entre 2017 et 1992, l’année où Vinca, la fille la plus en vue du lycée a disparue. Bon, faut avouer les personnages sont quand même assez caricaturaux, mais qu’importe. Encore une fois j’ai pris un joli plaisir grâce à Guillaume Musso.

Un appartement à Paris, Guillaume Musso

Quatrième de couverture :

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

L’avis de MadameOurse :

Guillaume Musso est de ces auteurs dont je suis de près l’actualité et je connaissais la date de parution de ce nouveau roman depuis un bout de temps. Il en a présenté la belle couverture toilée il y a quelque temps en expliquant qu’elle est en lien avec le thème de l’art présent dans le roman. Et je dois dire que cette belle couverture, différente de ce qu’on voit d’habitude, m’a donné envie.

Cliquez sur la photo pour voir le détail de la couverture toilée / tissée

J’hésitais encore un peu à l’acheter mais ça n’a pas duré trop longtemps puisque je l’ai acheté et commencé dès le lendemain de sa parution. Et j’ai passé un très beau moment de lecture sous la plume de Guillaume Musso en compagnie de Madeline et Gaspard.

L’histoire est prenante, l’enquête est complète, intéressante, les personnages principaux sont très attachants. J’ai notamment suivi de près les aventures de Madeline qui décide d’avoir un enfant par FIV-DO. Alors, je ne suis pas une Fivette, mais le thème de la PMA (en Espagne pour Madeline) m’a paru bien traité. En sachant bien sûr qu’il faut simplifier pour les non connaisseurs. Gaspard est touchant aussi et on sent très vite qu’il y a un grand besoin d’affection derrière sa façade d’asocial.

Et puis il y a ce peintre, Sean Lorenz, un destin fort et tragique. L’enquête de Madeline et Gaspard sur les traces de cet homme dont ils ont loué la maison va les emmener très loin. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’ai vraiment beaucoup aimé. J’ai lu presque en apnée les 60 dernières pages, en attente de la fin que Guillaume Musso nous avait préparée. Alors, elle sera, je pense, critiquée. Des 2 routes qu’il dessine pour nous, l’une si triste et réaliste et l’autre plus invraisemblable, l’auteur fait son choix. Et je le respecte, moi cette route là ne m’a pas gênée.

J’ai un regret quand même dans cette lecture c’est que le voyage nous ait amené à New York. J’étais tellement bien dans cet atelier d’artiste parisien, j’avais tellement le décor en tête que j’aurais bien voulu y rester jusqu’à la dernière page !

Ma notation :

Un très bon roman !

Duo Lecture: La fille de Brooklyn, Guillaume Musso

Pourquoi ce livre ?

(Lunatic) Tout simplement car je lis chaque année le nouveau Musso, en toute logique je n’ai pas attendu bien longtemps pour me le faire offrir par mon mari.

(MadameOurse) Venant de terminer Demain que j’ai adoré, j’avais également très envie de me plonger à nouveau dans un Musso.

 La couverture:

FILLE-DE-BROOOKLYN_CV-704x1024

(Lunatic) La couverture est sympa, on peut pas louper le nom de Musso qui fera bien vendre le roman. Détail inutile, mais la matière de la couverture, j’aime pas du tout. Une sensation de vieux carton qui gratte.. Je préférais les couvertures toutes douces des anciens titres.. mais bon l’écologie je suppose!

(MadameOurse) Pas d’avis particulier sur cette couv’, elle est dans l’ordre de ce qu’on peut voir pour les romans de Musso mais j’aurais aimé une couverture plus thriller, plus mystérieuse. Avec celle-ci on s’attend plus à une lecture un peu romantique.

La quatrième de couverture :

Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer.
L’horizon scintillait. C’est là qu’Anna m’a demandé :

« Si j’avais commis le pire, 
m’aimerais-tu malgré tout ? »

Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l’aimerais quoi qu’elle ait pu faire.
Du moins, c’est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d’une main fébrile, et m’a tendu une photo.
– C’est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j’ai contemplé son secret et j’ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot. Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche.

Après lecture :

(Lunatic)

Les critiques et la presse nous parlaient d’un thriller réussi, et c’est le cas! Dans ce roman pas d’histoire d’amour dégoulinante ou de situations qui frisent le fantastique comme ce fut le cas dans d’autres roman de l’auteur (même si j’aimais beaucoup les deux).

Dès le début, on entre en plein dans l’action avec la disparition d’Anna Becker, la fiancée de Raphaël, après qu’elle lui ait montré une photo sur laquelle on voit 3 corps calcinés et avouant que c’est elle qui a fait cela. Raphaël est écrivain, et avec un ami flic, il va partir sur les traces d’Anna. Mais est-ce vraiment Anna? L’essentiel du roman se déroule en 3 jours, et en 3 jours on va assister à une multitudes de révélations, de rebondissements et être mis face à de nombreux personnages. Comme à son habitude, Guillaume Musso dresse des descriptions des lieux comme si l’on regardait une série télé je trouve. Et encore une fois une partie du roman se déroule aux Etats-Unis, mais on retrouve certains passages du roman en Moselle, pas loin de chez moi (c’est marrant de lire les personnages d’un roman dans des lieux qui nous sont proches). J’ai aimé l’utilisation des FlashBacks, et le fait que la narration puisse être faite par la voix de plusieurs personnages dont des morts.

Pendant plus des 2/3 du roman, je ne voyais pas où Musso voulait nous emmener, quel pourrait être le dénouement de l’intrigue. Puis j’ai eu des doutes qui se sont avérés proches du final. Un final avec une conclusion très brève, on ne sait pas finalement ce que vont devenir les protagonistes de l’affaire… mais un chapitre final très doux, triste, avec une écriture très poétique qui ne ressemble pas à ce que l’auteur nous propose d’ordinaire.

Un très bon moment de lecture, j’ai beaucoup aimé. J’avais un peu peur d’être déçue mais pas du tout.

(MadameOurse)

Il y a deux choses qui m’ont déplu d’emblée dans ce roman : Raphael est romancier et nous voilà donc encore à lire un auteur qui rend son personnage écrivain, c’est de la facilité bien trop vue et ça me fatigue. Et puis, l’ami de Raphael, Marc, est quant à lui un ancien flic ! Ouh là là évidemment, c’est un thriller, on va mener l’enquête donc autant positionner en bonne place un personnage qui va pouvoir résoudre le mystère de la disparition d’Anna…

Malgré ça je me suis quand même laissée entraîner dans le roman d’autant que Musso est très bon pour ça, il nous attrape dans ses filets, déroule les chapitres et nous accroche page après page. D’un rebondissement à l’autre, on veut absolument connaitre la fin du roman. Bon certes, j’ai encore des critiques là dessus, de choses qui m’ont manqué. Déjà Raphael enquête sur la disparition de celle qui est la femme de sa vie, qu’il est sur le point d’épouser. Mais on n’a jamais de pensées de lui envers Anna, il n’évoque pas la beauté de l’amour qu’il vit avec elle alors que c’est par amour qu’il veut la retrouver. C’est dommage ! Et puis franchement l’enquête en elle même sur la première moitié, ils évoluent vite hein, tout est si facile, hop une piste, hop un indice…

Au final, clairement pour moi Musso reste un bon auteur mais il n’est ni le maître du suspense ni celui du thriller. Alors certes je venais de lire Giebel avant d’attaquer La fille de Brooklyn donc c’est difficile de se hisser à sa hauteur mais si l’histoire et l’intrigue sont bien ficelées et vraiment sympas à découvrir, tout nous est amené sur un plateau, chaque élément après l’autre.

J’ai quand même beaucoup aimé la toute dernière révélation concernant les protagonistes du roman, la fin est jolie et réussie !

 Si vous avez envie de faire une lecture en duo, n’hésitez pas, nous en ferons régulièrement en tenant compte de vos envies de lectures et les duos évolueront d’une fois sur l’autre. Faites nous un petit mail en nous disant ce qui vous tenterait.

Demain, Guillaume Musso

002

Quatrième de couverture :

Emma vit à New York. À 32 ans, elle continue de chercher l’homme de sa vie. Matthew habite à Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille de quatre ans. Ils font connaissance grâce à Internet et bientôt, leurs échanges de mails les laissent penser qu’ils ont enfin droit au bonheur. Désireux de se rencontrer, ils se donnent rendez-vous dans un petit restaurant italien de Manhattan. Le même jour à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte du restaurant. Ils sont conduits à la même table et pourtant… ils ne se croiseront jamais. Jeu de mensonges ? Fantasme de l’un ? Manipulation de l’autre ? Victimes d’une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un simple rendez-vous manqué…

L’avis de MadameOurse :

J’ai enfin fini un bouquin ! Et pas des moindres, 500 pages quand même mais que je n’ai pas vu défiler. J’en ai ouvert pourtant des livres ces dernières semaines, en partant sur les plus fins mais l’astuce n’a pas marché. Alors j’ai tenté le livre « valeur sûre ». Gagné !

Ce Musso commence comme tant d’autres, on retrouve très vite la plume et l’univers Musso, l’histoire d’amour mêlée sur fond de paranormal. Je me demandais vraiment comment il allait nous expliquer ça pour pas que ça fasse juste énorme cet homme et cette femme qui vivent à un an d’intervalle et ne peuvent donc physiquement se croiser.

Et en fait, bing, retournement de situation ! On oublie l’histoire d’amour, le paranormal et on plonge en douceur dans une enquête prenante et pleine de suspense. J’ai rien vu venir et j’ai adoré ! Les personnages sont attachants, on veut vraiment savoir ce qui se passe, l’histoire reste simple rien à voir avec certains polars / thrillers très tirés par les cheveux mais tout se tient et l’histoire est vraiment chouette, la progression de l’enquête fluide. Bref, je critique quoi ? Ben … rien !

Ma notation :

J’ai adoré ! Un excellent Musso. A dévorer.