Archives du mot-clé F. Thilliez

Puzzle, Franck Thilliez

Pourquoi ce livre :

(Lunatic) J’avais très envie de relire du Thilliez suite à ma première lecture. Curieuse de voir si j’allais être autant conquise par son univers.

(MadameOurse) Le mois dernier, Lunatic a lu le dernier roman de Franck Thilliez et a eu envie de très vite découvrir un autre titre de l’auteur. Je me suis engouffrée sans gêne dans la brèche en lui proposant un duo !

La couverture :

(MadameOurse) Ayant lu le livre en numérique, je n’ai pas porté beaucoup d’attention à la couverture lors de ma lecture, je crois que les coloris sont en accord avec les autres romans de l’auteur. Maintenant que je prépare cet article, je découvre la couverture poche qui représente le même bâtiment mais il est plus visible. C’est exactement l’image que je me suis fait de l’endroit où se passent les 3/4 du roman, lugubre, délabré, pas rassurant.

(Lunatic) Une couverture qui, avant la lecture, ne m’a pas particulièrement marquée. Puis on comprend mieux pourquoi on y voit un bâtiment sous la neige. Glaçant comme endroit.

La quatrième de couverture :

Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer au jeu ultime, celui dont on ne connaît que le nom : Paranoïa.
Le jour venu, ils reçoivent la règle numéro 1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.
Suivie, un peu plus tard, de la règle numéro 2 : L’un d’entre vous va mourir.
Et quand les joueurs trouvent un premier cadavre, jeu et réalité commencent à se confondre.
Paranoïa peut alors réellement commencer…

Après lecture :

(Lunatic) Je peux le dire tout de suite. J’ai adoré ce roman. Une ambiance totalement différente de mon autre lecture mais tout aussi addictive et passionnante. Ici j’avais l’impression d’être en plein Escape Game. Nos personnages sont enfermés dans un ancien hôpital psychiatrique, épreuves et énigmes au programme afin de gagner une belle somme d’argent. A noter qu’avant d’être réunis pour cette épreuve finale, ils ont tous eu le droit à une sélection dans la vie quotidienne assez « hard ». On se demande alors quel est le lien entre notre groupe de joueurs de l’extrême et le récit d’un massacre qui a eu lieu dans un chalet de montagne.

Les personnages sont totalement barrés. Comment accepter ce genre de jeu? On doute de tous, aucun ne semble vraiment sincère et franc. Même Ilan le personnage principal du roman semble perdue et pas net. Il semble avoir oublié des morceaux de son passé sans pouvoir l’expliquer. Que dire de Chloé son ex petite amie, qui ressurgit dans sa vie, totalement métamorphosée. Bref vous allez douter de tout et de tout le monde. Où est le jeu, la vérité, la folie? Il va falloir attendre la fin du roman pour le savoir et se rendre compte que l’auteur s’est quand même bien joué de nous. Une réussite.

(MadameOurse) Ce thriller est totalement unique en son genre, nous allons être plongés ici dans un véritable jeu de chasse au trésor et j’ai adoré cette idée de départ. Mais tout du long, la frontière entre le jeu et la réalité est mince et, nous lecteurs, sommes en permanence dans le questionnement, c’est une lecture qui nous fait avoir mille et une hypothèses. Il y a des faits de départ plutôt troublants puisque le roman s’ouvre sur le chapitre d’un meurtre, dans un refuge de montagne. 8 hommes et femmes participant à un jeu du même genre sont tués par un des hommes avec qui ils passaient la nuit.

Puis l’histoire nous amène à suivre Ilan, un personnage que j’ai beaucoup aimé parce qu’il va beaucoup douter dans cette aventure et qu’il n’aura pas peur de dire qu’il ne veut pas prendre de nouveau risque. J’ai trouvé ça assez chouette que ce personnage ne soit pas macho, qu’il confie ses peurs. Ilan a perdu ses parents, sa petite amie l’a quitté un an auparavant, il a fait une dépression et arrêté de jouer aux jeux qui prenaient beaucoup de son temps. Alors quand Chloé revient dans sa vie et veut l’entraîner dans ce jeu, Paranoïa, il n’en a pas envie. Et pourtant, intrigué, il va la suivre dans cet ancien hôpital psychiatrique où le jeu a lieu.

Le jeu est parfaitement ficelé mais il leur pose des questions, pourquoi une telle organisation, qui finance cela, dans quel but ? Ilan va très vite s’interroger d’autant qu’il sent un lien entre ce jeu et les recherches sur la mémoire que ses parents scientifiques menaient. Et c’est au terme d’un jeu haletant et addictif que Franck Thilliez nous dévoile les dernières ficelles de son intrigue.

Une fois qu’on achève le livre, je crois qu’on est bluffés par sa construction, c’est si compliqué, si bien pensé et tellement difficile à deviner ! (bon en même temps moi je suis très nulle à ça même s’il y avait un code que j’avais décrypté). Et c’est aussi un roman hyper intéressant pour les thèmes mis en avant, la mémoire et les maladies psychiatriques. J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette lecture complètement phénoménale et si originale !

Le manuscrit inachevé, Franck Thilliez

 

Quatrième de couverture :

Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans le coffre, le corps d’une femme. A la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme n’est pas le propriétaire du véhicule.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. Sa vie ? Un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L’Inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale, et le traumatisme de l’enlèvement de sa fille Sarah. L’agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire des quatre années écoulées.

L’avis de Lunatic :

A la bibliothèque, je conseille souvent Maxime Chattam ou Franck Thilliez sans même les avoir lus. Il était peut-être temps de palier à ce manque. C’est avec le dernier roman de Thilliez que je me suis lancée!

Ce roman c’est une mise en abîme, je dirais presque une triple mise en abîme. Le prologue nous apprend que ce roman a été écrit par un auteur de thriller : Traskman. Le hic, il est mort avant d’avoir pu écrire son final. Du coup, son fils prend le relais pour écrire les dernières pages du Manuscrit inachevé. On lit alors ce manuscrit, dans lequel l’un des personnages principaux écrit elle même des romans noirs dont un certain Manuscrit inachevé. On pourrait croire qu’on va s’embrouiller, mais tout est très clair et parfaitement réussi.

Mais que raconte le roman de Traskman alors? On fait la rencontre d’Enaël et Jullian : 4 ans plus tôt, leur fille Sarah a disparu. Le coupable est en prison et refuse de dévoiler où se trouve le corps de la jeune fille. Le couple a éclaté : Enaël s’est réfugiée dans l’écriture de romans noirs et Jullian s’est mis en quête de trouver la vérité. Mais voila qu’il est victime d’une agression qui le laisse amnésique. Et s’il avait découvert quelque chose?

En parallèle, on suit l’enquête de deux flic Vadim et Vic, suite à la découverte dans une voiture volée d’un corps sans visage. Minutieusement, doucement nos deux histoires vont se réunir pour faire éclater la vérité. Et quelle vérité ! Thilliez embarque nos personnages dans l’horreur, le glauque, le pire qu’on peut imaginer. Je me demande vraiment où Enaël a pu trouver la force pour mettre tout à nu. La force d’enquêter sur la disparition de sa fille sans perdre pied ! Les personnages du roman sont justes exceptionnels. Notre duo de flics est sensationnel, et j’avoue que Vic et sa mémoire extraordinaire est un peu flippant. Pourtant il est à la fois très touchant, sa solitude est triste à lire.

J’ai adoré la façon dont l’auteur joue avec ses lecteurs. Ce roman est jouissif, j’ai pris plaisir à découvrir la plume de l’auteur. Il nous glisse tout au fil des romans des énigmes, des indices que j’avoue n’avoir pas vraiment compris. J’attends d’ailleurs quelques réponses à mes questions sur l’énigme du final. Bref, je n’ai fait que douter, me poser des questions, chercher les failles, les indices ratés, je me suis interrogée sur les personnages. L’auteur nous parle dans ce roman de misdirections, et il en use si bien. Pour savoir de quoi il s’agit, lisez le roman, vous ne serez pas déçu !

Ma notation:

J’ai adoré. Et je vais de ce pas rajouter un roman de Franck Thilliez a ma PAL de vacances.

Gataca, Franck Thilliez

Quatrième de couverture :

Quel lien entre onze psychopathes gauchers et l’homme de Cro-Magnon ?
Alors que Lucie Henebelle peine à se remettre de ses traumatismes, l’ex-commissaire Sharko se voit relégué à des enquêtes de seconde zone. Telle la découverte du corps de cette jeune scientifique, battue à mort par un grand singe.
À nouveau réunis pour le pire, les deux flics plongent aux origines de la violence, là où le génome humain détermine son avenir : l’extinction.
Bienvenue à GATACA.

L’avis de Tittounett :

Comment parler de GATACA sans vous spolier SYNDROME E ? Nous retournons au cœur de la violence mais cette fois sous une autre forme bien que toujours axée scientifique. Et si la violence était innée, si ça pouvait être un gêne ? Si la violence était génétiquement identifiable ? Sharko et Hennebelle bien malgré eux se retrouvent, détruits tous les 2 ou presque par la fin de SYNDROME E, eux-mêmes ou des ombres d’eux-mêmes. Hennebelle a quitté la police, Sharko y est encore mais rétrogradé à sa propre demande. Leur couple n’est qu’un souvenir, écrasé par le drame de SYNDROME E. Et pourtant, au bord des lois toujours ils vont enquêter ensemble pour peut-être comprendre l’origine de ce drame qui les a séparé.
Ce livre est présenté en trilogie avec SYNDROME E et ATOMKA. Comme je disais précédemment il est clairement indissociable de SYNDROME E par contre GATACA a une fin.

Ma notation :

Le cœur brisé par le drame qui a séparé Sharko et Hennebelle mais l’enquête est encore une fois superbement ficelée et surtout passionnante de la façon dont la violence est abordée.

Duo lecture : Train d’enfer pour ange rouge, Franck Thilliez

Pourquoi ce livre ?

Tittounett était intéressée pour se lancer dans les duos Lecture mais m’avait prévenue qu’elle était difficile. Je lui ai proposé de lire Franck Thilliez que je souhaitais découvrir depuis un moment. Elle a dit OK mais à condition de commencer par le premier des tomes où l’on suit un personnage récurrent : Sharko. Je ne savais même pas qu’il y avait certains de ses romans où un personnage revenait mais effectivement tant qu’à faire autant lire le début de ses aventures.

Nous avons donc attaqué la lecture de Train d’enfer pour ange rouge, roman que Franck Thilliez a publié en 2003.

La couverture :

003

Madame Ourse : On ne peut plus basique, cette couverture n’est pas très inspirante. Guère plus que le titre du roman lui même en fait.

Tittounett : Je regarde rarement les couvertures en fait, je me précipite sur le quatrième de couverture.

Quatrième de couverture :

Un cadavre est retrouvé par la police aux environs de Paris. La victime a été décapitée, les yeux arrachés et replacés dans leur orbite, les membres suspendus par des crochets… Le commissaire Franck Sharko est chargé de l’enquête. Ce meurtre l’intéresse d’autant plus que sa femme, Suzanne, a disparu depuis 6 mois et qu’elle pourrait être, en ce moment même, entre les mains d’un déséquilibré du même acabit. Bientôt des indices sont envoyés par le meurtrier directement à Sharko, par email et sur son portable… Le tueur est là, tout près. Il connaît Franck qui se fait aider d’une profileuse et d’un pro de l’informatique pour son enquête. Un autre cadavre de femme ayant succombé à ses blessures est retrouvé dans des abattoirs désaffectés, atrocement torturée et dont l’agonie a été filmée pendant des mois. De boîtes SM parisiennes au milieu très fermé du roi du porno français, Sharko suit la trace du tueur qui a toujours une longueur d’avance…

Après lecture :

Tittounett : J’ai eu un peu peur au début : beaucoup de descriptions sur tout et un peu gore il faut l’avouer. Je préfère nettement les polars focalisés sur le suspens plutôt que sur les détails macabres. J’ai eu du mal à rentrer dedans mais finalement j’ai eu du mal à le lâcher.

Le héros est sympathique, j’ai très envie de lire un autre livre avec lui pour savoir comment sa vie se passe après.

Contrairement à MadameOurse j’ai bien aimé l’intrigue et son milieu. J’ai toujours bien aimé les toqués de la tête moi !

J’avais des doutes sur le méchant même si mes doutes n’allaient pas jusqu’à le penser coupable mais j’ai lu en ricochet et ça a porté préjudice à l’intrigue je pense.

Finalement j’ai envie de lire un autre Thilliez tout en étant freiné par le côté gore de ses descriptions.

En bref pour moi un bon thriller sur l’intrigue mais trop de détails et de descriptions macabres.

MadameOurse : Nous avons échangé avec Tittounet au cours de notre lecture et nous avions de suite des ressentis très similaires sur cette lecture qui est noire, très noire. Il faut avoir envie de lire des polars pour se lancer dans ce roman. D’autant que Franck Thilliez nous met tout de suite dans le bain avec le détail macabre d’une autopsie.

Je me suis dit à plusieurs reprises au cours de ma lecture que je préfère les thrillers aux polars, je trouve ça plus intéressant de suivre un anonyme qui mène une enquête qu’un policier. Ceci dit, le personnage de Sharko est plutôt sympa (mis à part ce nom qui m’agace!).

J’ai trouvé le thème du roman vraiment dur, on est amenés dans un milieu pas très plaisant et qui dégoute un peu de la nature humaine. Heureusement qu’il n’y a pas plus de détails sur ce milieu que ça car j’avais déjà ma dose. Le roman m’a un peu plus captivée lorsqu’on est sortis de ce milieu pour aborder d’autres explications aux crimes commis. Et puis sur la seconde partie du roman, tout s’enchaîne, les fils se relient, Sharko s’implique de plus en plus personnellement dans l’enquête. Je n’ai absolument pas supposé qui pouvait être le tueur et suis tombée de haut lorsque son nom a été révélé. J’ai toutefois trouvé le final un petit peu trop rapide à mon goût.

C’est difficile de commenter cette lecture sans en dire plus sur le contenu. J’ai parfois eu du mal à me remémorer de l’avancée de l’enquête et des derniers détails appris pourtant je ne suis jamais restée longtemps sans poursuivre ma lecture.