Archives du mot-clé développement personnel

Cupidon a des ailes en carton, Raphaëlle Giordano

Quatrième de couverture :

Meredith aime Antoine. Éperdument. Mais elle n’est pas prête. Comédienne en devenir, ayant l’impression d’être encore une esquisse d’elle-même, elle veut éviter à leur histoire de tomber dans les mauvais pièges de Cupidon. Alors, il lui faut se poser les bonnes questions : comment s’aimer mieux soi-même, aimer l’autre à la bonne distance, le comprendre, faire vivre la flamme du désir ? Meredith pressent qu’avec ce qu’il faut de travail, d’efforts et d’ouverture, on peut améliorer sa capacité à aimer, son  » Amourability « .

Son idée ? Profiter de sa prochaine tournée avec sa meilleure amie Rose, pour entreprendre une sorte de  » Love Tour « . Un tour du Moi, un tour du Nous, un tour de l’Amour.

Aussi, afin de se préparer à vivre pleinement le grand amour avec Antoine, elle doit s’éloigner. Prendre le risque de le perdre pour mieux le retrouver. Ils se donnent 6 mois et 1 jour. Le compte à rebours est lancé, rythmé par les facéties de Cupidon.

Meredith trouvera-t-elle ses réponses avant qu’il ne soit trop tard ?

L’avis de MadameOurse :

Vous avez certainement déjà entendu parler de Raphaelle Giordano. Je ne l’avais jamais lue et la sortie de son nouveau roman était l’occasion de la découvrir d’autant que j’aime beaucoup ce titre et que la couverture est absolument superbe !

Malheureusement, une fois ma lecture achevée, je ne suis pas convaincue. Je crois que ce livre n’était pas pour moi et que je ne pouvais pas le savoir avant de l’avoir lu justement. Le pitch de base est plutôt sympa : une jeune femme en couple qui s’interroge sur l’amour, qui ressent que quelque chose cloche dans sa relation et qui se dit qu’il faut qu’elle se réalise elle même avant de poursuivre cette relation. En effet, Meredith essaie de percer dans la comédie et, coexister à côté d’un compagnon qui lui, a déjà obtenu le succès, n’est pas chose aisée.

Je crois que le roman est parti trop vite à mon goût, on a vite basculé dans le Love Tour de Meredith, on a étonnamment vite passé le cap du « ça ne va pas quelque chose doit changer »; la solution Love Tour était déjà là. Trop rapide d’autant qu’il m’a manqué les bases de la relation d’Antoine et Meredith. En effet, comme ils vont prendre la parole à tour de rôle dans le roman, on va découvrir un homme fou amoureux de sa compagne, qui a vraiment trouvé en elle la femme de sa vie et qui est prêt à tout pour la garder à ses côtés. Mais moi lectrice, je n’ai pas eu les bases de leur relation, quelle était la force de leur relation, la profondeur de leur amour, l’intensité du lien entre eux ? Il m’a vraiment manqué ça, ressentir leur histoire d’amour avant de basculer dans le récit du Love Tour qui vient d’ailleurs dans le but de sauver cette relation dans l’esprit de Meredith.

C’est un roman qui a une bonne dynamique, on va suivre Meredith et Rose sa meilleure amie à travers leurs péripéties, c’est animé parce qu’il y a des rencontres avec des personnages plutôt sympa, il y a des questionnements et les réponses qui vont avec (c’est le côté développement personnel du roman). Et puis la finalité du roman est justement d’amener la conclusion de Meredith, sa vision de l’amour, de ce qu’il faut pour qu’un couple fonctionne, de comment exister soi dans le couple, etc. Et là, aie, je n’ai pas adhéré personnellement aux conclusions du roman. Je ne me retrouve pas là dedans, ce n’est pas mon point de vue sur le couple, l’amour. Et alors ? Ben je pense que c’est normal, on ne peut pas tous avoir le même point de vue sur les choses et je pense qu’il n’y a pas qu’une vérité, qu’une façon de vivre le couple, de vivre son histoire d’amour. Meredith a trouvé la sienne et je ne m’identifie pas à elle et à sa façon de penser. C’est MON jugement personnel et ça explique que ma lecture soit mitigée.

Ma notation :

Cupidon a des ailes en carton est un roman dynamique qui se lit bien. Néanmoins, je n’ai pas adhéré personnellement au message et laisse à chaque lecteur la possibilité de se faire son propre point de vue car je suis convaincue que, si le message que l’auteure fait passer n’était pas pour moi, il pourra néanmoins voir d’autres lecteurs s’identifier ou se reconnaître.

Merci aux éditions Eyrolles et Plon pour cette lecture

Je te promets la liberté, Laurent Gounelle

Quatrième de couverture :

Imaginez : votre employeur vous laisse dix jours pour sauver votre poste et, le soir même, votre conjoint vous laisse entendre que votre couple n’en a plus pour longtemps… Dans les deux cas, on vous reproche votre personnalité, mais qu’y pouvez-vous ?
Lorsqu’un ami vous parle d’un homme mystérieux, membre d’une confrérie très secrète détentrice d’un savoir ancestral, qui a le pouvoir d’installer en vous une toute nouvelle personnalité, la perspective est peut-être tentante…

C’est ce qui arrive à Sybille Shirdoon, l’héroïne de cette histoire : confrontée à l’échec, à la séparation, à la trahison, mais aussi au bonheur, à la joie, à l’amour, elle s’embarque alors dans un chemin extraordinaire vers la découverte de soi et des autres.

L’avis de Lunatic :

La 4ème de couverture nous promet un roman à suspense. Je dois vraiment avoir une autre vision du « suspense » car à mon sens on en est très loin. Alors effectivement, on peut être happé par cette histoire, on peut avoir envie de rapidement en savoir davantage, mais de la à parler de suspense? Passons sur ce détail !

Le personnage clé de ce récit est Sybille Shirdoon. Directrice d’un bateau-restaurant sur le Rhône, elle a 10 jours pour prouver qu’elle peut rester à son poste. Elle doit convaincre son patron ainsi qu’un homme venu auditer l’entreprise. Elle a bien compris que le souci c’est sa personnalité, ou plutôt son manque de personnalité. Elle rencontre alors une sorte de gourou mystérieux qui la le « pouvoir » d’installer en elle une nouvelle personnalité. Elle va ainsi tester plusieurs personnalités, en découvrir les avantages sur sa vie privé ou professionnelle, mais surtout de nouveaux inconvénients.

L’idée de départ est sympa, l’histoire de Sybille est très originale. Mais j’avoue avoir trouvé ce récit assommant. Je connais l’écriture de Laurent Gounelle, je savais bien quel genre de récit m’attendait, mais cette fois ci je n’ai pas du tout été sensible aux messages qu’il souhaite nous faire passer. Tout est si niais, tout sonne faux. Sybille n’inspire aucune sympathie, pas plus que Nathan son pauvre compagnon. Aucun employé à bord du bateau ne relève le niveau. Alors oui, ce roman nous interroge forcément sur nostre propre personnalité, sur celle que l’on voudrait avoir. On se demande comment les autres nous voient, ce qu’on dégage et ce qu’on peut apporter aux autres. On peut douter, on peut se satisfaire, on réfléchit. Mais ici le coté ésotérique, développement personnel prend trop le dessus sur le roman, c’est dommage.

 Ma notation :

Déception de cette fin d’année.

Vise la lune et au-delà !, Marilyse Trécourt

Quatrième de couverture :

Estelle a 38 ans et, en apparence, tout pour être heureuse. Pourtant, elle rêve d’une vie meilleure dans laquelle son chef de service reconnaîtrait sa vraie valeur, son fils travaillerait à l’école et son mari ferait plus attention à elle. Lors d’une insomnie résistant aux somnifères, Estelle googlise  » changer de vie « . Elle tombe sur un article, inspiré par la loi d’attraction, qui explique que pour amorcer le changement, il suffit de visualiser ce que l’on souhaite et de l’écrire. Sans y croire une seconde, elle formule un premier vœu, qu’elle s’envoie par mail. Le lendemain matin, quand ce vœu se trouve réalisé, Estelle découvre qu’elle vient, sans le savoir, de souscrire à un programme de réalisation de rêves. Prenant goût à l’exercice, Estelle, supervisée par Tom, son assistant virtuel, émettra un ensemble de vœux pour rénover sa vie. Mais, alors que tout change autour d’elle selon ses désirs les plus fantasques, Estelle se sent toujours seule et insatisfaite. A quoi tient donc le bonheur ?

L’avis de MadameOurse :

J’ai été tentée par ce roman et son effet baguette magique sur la vie dont nous rêvons tous avouons-le ! Estelle a cette chance, du jour au lendemain, elle demande à partager sa vie avec Brad Pitt et … le voilà dans sa vie. Pas tout à fait le vrai Brad mais un qui serait installé là depuis plusieurs années et qui aurait toujours été là à la place de Richard, son mari. Richard c’est le mari un peu égocentrique, qui ne fait plus trop attention à sa femme sauf pour demander ce qu’il y a à manger, qui ne fait rien à la maison et qui râle sans cesse.

Alors l’échanger par Brad, le rêve non ? Et bien en fait Estelle va se rendre compte que Brad a aussi ses cotés relou. En fait il est « trop ». Il est attentionné mais c’est trop, amoureux mais c’est trop, positif mais c’est trop. Bref, Estelle va vite se rendre compte qu’il lui faut doser les vœux qu’elle soumet à Tom. Et, avec son aide, elle va se questionner sur sa vie, en admettant que telle chose ne lui plait pas mais en se demandant précisément ce qu’elle voudrait à la place.

Et elle va expérimenter des changements à sa vie, en tâtonnant, en se questionnant sur les relations qu’elle a avec ses proches. Elle va aussi assister à des stages avec d’autres demandeurs de rêves comme elle, des stages complètement connotés développement personnel qui m’ont personnellement appris. C’est le but du roman. On peut le lire juste comme ça, en y prenant l’humour qui y est, en s’amusant et s’intéressant du questionnement de vie auquel Estelle fait face. Mais on peut aussi y puiser plus pour soi même. Et il y a notamment tout un livret final en ce sens à la fin du roman pour pratiquer si l’on le souhaite les exercices décrits dans l’histoire.

Ce roman m’a rappelé une autre publication Eyrolles lue récemment : Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ?; je trouve que ce sont deux romans très proches avec deux héroïnes qui font face à un changement de cap en se questionnant et qui vont être aidées l’une et l’autre pour écrire une nouvelle page à leur vie. Ces deux romans développent le tout avec autant de simplicité et avec un humour bien appréciable.

Ma notation :

Une lecture agréable.

Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture

 

Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ?, Carole-Anne Eschenazi

Quatrième de couverture :

Tara Bouviers vient de fêter ses 40 ans quand elle voit sa vie s’effondrer : Victor, son mari producteur, lui annonce qu’il la quitte pour une femme plus jeune, Sherry. Celle-ci animera désormais l’émission MyBeauty à la place de Tara. Sous le choc, Tara se réfugie chez sa marraine Louisiane qui lui laisse les clés de sa maison sur l’île bretonne d’Arvana.
Dans la maison de Louisiane, Tara découvre le cadeau singulier qu’a laissé sa marraine pour elle : un jeu divinatoire doté d’étranges pouvoirs dont le but serait d’aider celui qui l’utilise à retrouver le bonheur. Une fois les cartes tirées, elles font apparaître un message : une action à mener dans un temps imparti. Lorsque l’action a été proprement menée, une croix bleue se dessine au bas de la carte. On peut alors tirer la carte suivante et continuer la partie jusqu’à son terme. Tara choisit de relever le défi et de se servir du jeu…

L’avis de MadameOurse :

Ce roman nous raconte un nouveau départ, celui de Tara dont le mari décide de demander le divorce. Elle a bien conscience que les choses ne fonctionnent plus entre eux mais elle ne s’était pas imaginé cela. Et cette décision lui fait même perdre son travail d’animatrice d’une émission TV.

Meurtrie, elle décide de partir faire le point chez sa marraine, sur une petite île bretonne. Sa marraine est en voyage mais lui laisse sa maison et la charge de son chat. Sur place, elle fait la connaissance d’Adam, un voisin avec qui la première rencontre sera électrique !

En guise de cadeau d’accueil, Louisiane a confié à sa filleule un jeu divinatoire aux pouvoirs magiques : il demande au joueur de réaliser certaines actions et sait exactement à quel moment cette action sera réalisée. Aidée de ce jeu, Tara va être amenée à faire le point complet sur sa vie, ses relations avec ses proches, le parcours qu’elle a traversé ses dernières années et l’aidera à définir ce qu’elle attend de son présent. Le roman évoque ainsi une phase de développement personnel, c’est assez bien amené, Tara va vite se prendre au jeu de se questionner sur elle même et, pour nous qui le lisons, je n’ai pas ressenti de côté donneur de leçon qui aurait pu me gêner puisque c’est uniquement Tara qui se questionne.

Entre ses moments où Tara fait le point sur sa vie, elle va aussi se rapprocher de certains habitants de l’île avec qui elle aura des relations bien plus naturelles que dans sa vie d’animatrice TV parisienne. Il y a la factrice, un petit papi à qui elle viendra en aide et puis Adam qui reviendra beaucoup dans sa vie et qui suscitera vite en elle des sentiments particuliers. Bon, leur romance est jolie mais j’ai vraiment tiqué à un moment donné quand ses réactions de snob parisienne lui reviennent ! Brrr j’ai vraiment pas aimé ce passage et, pour le coup, j’ai trouvé le revirement qui avait suivi assez peu crédible.

Ma notation :

Un joli roman qui nous raconte avec simplicité le nouveau départ de la vie de Tara.

Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, Laurent Gounelle

002

Quatrième de couverture :

Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d’enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l’aider à sa manière. Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l’hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l’homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles… Dans ce nouveau roman émouvant et captivant, Laurent Gounelle nous entraîne dans un univers passionnant à la découverte de ce qui permet à l’homme de s’élever dans une autre dimension, où ses actes sont puissants et sa joie, un état durable.

L’avis de MadameOurse :

J’ai repéré ce roman lors de sa sortie en librairie. On n’est pas du tout dans la cible des romans qui m’attirent habituellement mais allez savoir pourquoi celui-ci m’a donné envie ? Sûrement comme un challenge, je suis athée et très peu cultivée sur l’histoire des religions et ça me manque alors le fait de pouvoir en apprendre plus dans un roman me semblait un bon compromis en attendant une motivation à lire la Bible (motivation qui ne viendra jamais soyons honnêtes).

Sauf que, ce roman au final n’en est pas un je trouve, la part de romancé dans l’histoire est bien trop faible. Je me suis sentie dans un prétexte énorme à philosopher et disséquer les écritures des textes sacrés (car il n’est pas question que du christianisme). On part ici d’un besoin ultra à la mode d’améliorer sa vie par tel ou tel prétexte, on creuse un peu les messages de Dieu, on ajoute une pointe de sel et zou le dernier Gounelle est né (auteur que je n’avais jamais lu jusque là). Je suis dure parce que je n’ai pas adhéré une seule seconde. Pourtant je l’ai lu jusqu’au bout, je suis étrange sans doute. Je suis convaincue que le message contenu dans le roman peut plaire, il y a de la recherche, il y a forcément un intérêt culturel pour certains.

Mais ce livre n’était pas pour moi. J’aime apprendre mais là on est à des années lumières d’un sujet dans lequel je peux entrer facilement. Et il m’a manqué une part romancée plus forte, plus entraînante. Dommage !

Ma notation :

Très honnêtement, je n’ai rien aimé dans cette lecture.