Archives du mot-clé développement personnel

Pas besoin d’être un super-héros pour réaliser mes rêves, Marilyse Trécourt





Quatrième de couverture:

Avez-vous envie de :

  • vous éclater dans votre travail, votre couple, votre famille et votre vie ?
  • ne plus être stressé en permanence (ou presque) ?
  • vous lever tous les matins avec le sourire ?
  • prendre vos décisions en fonction de vos envies plutôt que de vos peurs ?

Vous avez répondu « oui » à l’une de ces questions ? Alors vous êtes prêt à envisager un changement (petit ou grand) dans votre vie !

Pour cela, vous n’avez pas besoin d’être un super-héros !

L’avis d’Audrey :

L’automne dernier, Marilyse Trécourt nous a proposé ce guide de développement personnel. J’aurai pu vous parler bien vite de ce livre, puisque je m’y suis plongée dès réception, mais j’ai considéré qu’un tel ouvrage méritait un peu de recul pour pouvoir en parler. Près de 6 mois après réception, il est temps de vous en parler.

J’étais curieuse de voir ce qu’elle proposait dans ce guide, tout en étant très sceptique. J’avais aimé sa plume d’auteure de roman, la bienveillance qui se dégage d’elle sur les réseaux sociaux mais je n’étais pas sûre d’être la cible idéale pour ce guide. Alors j’ai d’abord feuilleté et lu en diagonale les diverses parties du livre. J’ai lu en priorité les petites interviews de celles qui parlent de la façon dont elles ont changé de vie ou réalisé leur rêve. Et j’ai trouvé cela plutôt inspirant. Alors je me suis lancé, j’ai sorti le petit carnet qu’Eyrolles m’a offert avec le livre, un très beau stylo et c’est parti.

Le guide est découpé en 12 chapitres, permettant de faire le point sur ses objectifs, d’imaginer sa nouvelle vie et d’oser se lancer. A l’aide de questions, de prises de notes, de témoignages et de séances de relaxation, Marilyse nous accompagne dans le changement. Je me suis laissée prendre au jeu, et je me suis ainsi fixé 2 objectifs, vers lesquels j’avance doucement, avec sérénité et ténacité.

J’apprécie surtout les séances de relaxation, que je réécoute régulièrement pour me recentrer sur mon projet, et je me laisse porter par cette voix douce et inspirante. Il suffit de flasher un QR code pour y avoir accès : très pratique. Bien que je ne les ai peu utilisées, Mathou a illustré des cartes défi. Un dessin frais et moderne, que l’on retrouve sur la couverture.

Depuis novembre, ce joli guide m’a pas mal servi à faire le point sur mes envies. Il ne quitte pas ma table de nuit, et j’aime y piocher force et inspiration. En parallèle, Marilyse Trécourt a ouvert un groupe sur Facebook où l’on peut échanger et partager.

Si comme moi, vous pensez être trop éloigné du monde développement personnel pour apprécier ce guide, vous vous trompez peut-être ! Laissez vous surprendre par la magie de Marilyse, et je parie que vous le refermerez en ayant appris des choses sur vous même.

Ma notation :

Juste envie de dire un grand merci à Marilyse Trécourt pour ses mots et ses conseils.

Il faut savoir perdre de vue le rivage, Sophie Machot

Quatrième de couverture:

La vie de Rose Baron part en miettes. Son mari l’a quittée, son frère Raphaël est mort prématurément, et son médecin la pense en burn-out. Lors de la soirée d’anniversaire organisée pour ses 40 ans, elle fait momentanément disparaître tous ses soucis en buvant plus que de raison. Le lendemain, Rose reçoit un message anonyme. Un mystérieux M. lui adresse l’un de ses propres commandements : « Rose Baron, tes commandements tu appliqueras ! ».
À partir de cet énigmatique rappel à l’ordre, Rose, assistée de sa joyeuse et fidèle bande d’amis, va mener l’enquête : qu’a-t-elle fait pendant cette soirée d’anniversaire dont elle n’a plus aucun souvenir ? Qui est M. et que lui veut-il ?

L’avis d’Audrey :

Rose Baron est experte en bonheur. Son ouvrage dans lequel elle décrit les 10 commandements du bonheur est numéro un des ventes. Pourtant Rose Baron est malheureuse. Son mari est parti, elle fait difficilement le deuil de son frère décédé, les relations avec sa fille adolescente sont compliquées et ses discussions avec son psy semblent l’amener nulle part. Même la soirée organisée par ses amis pour ses 40 ans ne l’enchante guère et Rose abuse alors un peu trop des mojitos. Une soirée dont elle n’aura aucun souvenir.

Le lendemain le réveil est difficile et un mystérieux SMS d’un certain M. laisse Rose songeuse: « Tes commandements tu appliqueras ». Puis vient des lettres, chacune l’invitant à faire le point sur sa vie, sur elle, sur ce qui l’entoure et sur le bonheur. Elle est invitée par exemple à lister ses souvenirs d’enfance ou à exprimer ses émotions.

Rose part à la recherche de cet expéditeur anonyme. Elle tente aussi de retracer ce qu’elle a pu faire la nuit de sa fête d’anniversaire. Elle pense qu’il peut s’agir d’une blague de ses proches, elle en vient même à douter de son psy. Doucement, ce qu’elle prenait pour une folie, pour une blague commence à la faire réfléchir. Elle se sent apaisée, elle prend conscience de certaines choses. Les lettres et l’application de ses propres commandements font effet. Jusqu’à peut-être donner un nouveau tournant à sa vie.

J’ai trouvé ce roman très agréable à lire. Je redoutais un peu que le coté développement personnel soit au centre de tout, mais même si cette idée est très présente, c’est avec subtilité et douceur. Le personnage de Rose est très attachant, et j’ai apprécie l’humour très présent dans le récit. Ce roman impose des questions à Rose, mais aussi aux lecteurs tout en étant très divertissant et chargé d’émotions. Comment ne pas lire ce texte sans s’interroger nous même sur notre enfance, nos émotions, nos envies, et sur notre propre vision du bonheur ? A travers Rose, c’est aussi le lecteur qui va en ressortir grandi.

Ma notation :

Un roman frais et plein de bonheur. Un mélange de fiction et de psychologie agréable à lire.

Merci aux éditions Eyrolles pour le partenariat

Cupidon a des ailes en carton, Raphaëlle Giordano

Quatrième de couverture :

Meredith aime Antoine. Éperdument. Mais elle n’est pas prête. Comédienne en devenir, ayant l’impression d’être encore une esquisse d’elle-même, elle veut éviter à leur histoire de tomber dans les mauvais pièges de Cupidon. Alors, il lui faut se poser les bonnes questions : comment s’aimer mieux soi-même, aimer l’autre à la bonne distance, le comprendre, faire vivre la flamme du désir ? Meredith pressent qu’avec ce qu’il faut de travail, d’efforts et d’ouverture, on peut améliorer sa capacité à aimer, son  » Amourability « .

Son idée ? Profiter de sa prochaine tournée avec sa meilleure amie Rose, pour entreprendre une sorte de  » Love Tour « . Un tour du Moi, un tour du Nous, un tour de l’Amour.

Aussi, afin de se préparer à vivre pleinement le grand amour avec Antoine, elle doit s’éloigner. Prendre le risque de le perdre pour mieux le retrouver. Ils se donnent 6 mois et 1 jour. Le compte à rebours est lancé, rythmé par les facéties de Cupidon.

Meredith trouvera-t-elle ses réponses avant qu’il ne soit trop tard ?

L’avis de MadameOurse :

Vous avez certainement déjà entendu parler de Raphaelle Giordano. Je ne l’avais jamais lue et la sortie de son nouveau roman était l’occasion de la découvrir d’autant que j’aime beaucoup ce titre et que la couverture est absolument superbe !

Malheureusement, une fois ma lecture achevée, je ne suis pas convaincue. Je crois que ce livre n’était pas pour moi et que je ne pouvais pas le savoir avant de l’avoir lu justement. Le pitch de base est plutôt sympa : une jeune femme en couple qui s’interroge sur l’amour, qui ressent que quelque chose cloche dans sa relation et qui se dit qu’il faut qu’elle se réalise elle même avant de poursuivre cette relation. En effet, Meredith essaie de percer dans la comédie et, coexister à côté d’un compagnon qui lui, a déjà obtenu le succès, n’est pas chose aisée.

Je crois que le roman est parti trop vite à mon goût, on a vite basculé dans le Love Tour de Meredith, on a étonnamment vite passé le cap du « ça ne va pas quelque chose doit changer »; la solution Love Tour était déjà là. Trop rapide d’autant qu’il m’a manqué les bases de la relation d’Antoine et Meredith. En effet, comme ils vont prendre la parole à tour de rôle dans le roman, on va découvrir un homme fou amoureux de sa compagne, qui a vraiment trouvé en elle la femme de sa vie et qui est prêt à tout pour la garder à ses côtés. Mais moi lectrice, je n’ai pas eu les bases de leur relation, quelle était la force de leur relation, la profondeur de leur amour, l’intensité du lien entre eux ? Il m’a vraiment manqué ça, ressentir leur histoire d’amour avant de basculer dans le récit du Love Tour qui vient d’ailleurs dans le but de sauver cette relation dans l’esprit de Meredith.

C’est un roman qui a une bonne dynamique, on va suivre Meredith et Rose sa meilleure amie à travers leurs péripéties, c’est animé parce qu’il y a des rencontres avec des personnages plutôt sympa, il y a des questionnements et les réponses qui vont avec (c’est le côté développement personnel du roman). Et puis la finalité du roman est justement d’amener la conclusion de Meredith, sa vision de l’amour, de ce qu’il faut pour qu’un couple fonctionne, de comment exister soi dans le couple, etc. Et là, aie, je n’ai pas adhéré personnellement aux conclusions du roman. Je ne me retrouve pas là dedans, ce n’est pas mon point de vue sur le couple, l’amour. Et alors ? Ben je pense que c’est normal, on ne peut pas tous avoir le même point de vue sur les choses et je pense qu’il n’y a pas qu’une vérité, qu’une façon de vivre le couple, de vivre son histoire d’amour. Meredith a trouvé la sienne et je ne m’identifie pas à elle et à sa façon de penser. C’est MON jugement personnel et ça explique que ma lecture soit mitigée.

Ma notation :

Cupidon a des ailes en carton est un roman dynamique qui se lit bien. Néanmoins, je n’ai pas adhéré personnellement au message et laisse à chaque lecteur la possibilité de se faire son propre point de vue car je suis convaincue que, si le message que l’auteure fait passer n’était pas pour moi, il pourra néanmoins voir d’autres lecteurs s’identifier ou se reconnaître.

Merci aux éditions Eyrolles et Plon pour cette lecture

Je te promets la liberté, Laurent Gounelle

Quatrième de couverture :

Imaginez : votre employeur vous laisse dix jours pour sauver votre poste et, le soir même, votre conjoint vous laisse entendre que votre couple n’en a plus pour longtemps… Dans les deux cas, on vous reproche votre personnalité, mais qu’y pouvez-vous ?
Lorsqu’un ami vous parle d’un homme mystérieux, membre d’une confrérie très secrète détentrice d’un savoir ancestral, qui a le pouvoir d’installer en vous une toute nouvelle personnalité, la perspective est peut-être tentante…

C’est ce qui arrive à Sybille Shirdoon, l’héroïne de cette histoire : confrontée à l’échec, à la séparation, à la trahison, mais aussi au bonheur, à la joie, à l’amour, elle s’embarque alors dans un chemin extraordinaire vers la découverte de soi et des autres.

L’avis de Lunatic :

La 4ème de couverture nous promet un roman à suspense. Je dois vraiment avoir une autre vision du « suspense » car à mon sens on en est très loin. Alors effectivement, on peut être happé par cette histoire, on peut avoir envie de rapidement en savoir davantage, mais de la à parler de suspense? Passons sur ce détail !

Le personnage clé de ce récit est Sybille Shirdoon. Directrice d’un bateau-restaurant sur le Rhône, elle a 10 jours pour prouver qu’elle peut rester à son poste. Elle doit convaincre son patron ainsi qu’un homme venu auditer l’entreprise. Elle a bien compris que le souci c’est sa personnalité, ou plutôt son manque de personnalité. Elle rencontre alors une sorte de gourou mystérieux qui la le « pouvoir » d’installer en elle une nouvelle personnalité. Elle va ainsi tester plusieurs personnalités, en découvrir les avantages sur sa vie privé ou professionnelle, mais surtout de nouveaux inconvénients.

L’idée de départ est sympa, l’histoire de Sybille est très originale. Mais j’avoue avoir trouvé ce récit assommant. Je connais l’écriture de Laurent Gounelle, je savais bien quel genre de récit m’attendait, mais cette fois ci je n’ai pas du tout été sensible aux messages qu’il souhaite nous faire passer. Tout est si niais, tout sonne faux. Sybille n’inspire aucune sympathie, pas plus que Nathan son pauvre compagnon. Aucun employé à bord du bateau ne relève le niveau. Alors oui, ce roman nous interroge forcément sur nostre propre personnalité, sur celle que l’on voudrait avoir. On se demande comment les autres nous voient, ce qu’on dégage et ce qu’on peut apporter aux autres. On peut douter, on peut se satisfaire, on réfléchit. Mais ici le coté ésotérique, développement personnel prend trop le dessus sur le roman, c’est dommage.

 Ma notation :

Déception de cette fin d’année.

Vise la lune et au-delà !, Marilyse Trécourt

Quatrième de couverture :

Estelle a 38 ans et, en apparence, tout pour être heureuse. Pourtant, elle rêve d’une vie meilleure dans laquelle son chef de service reconnaîtrait sa vraie valeur, son fils travaillerait à l’école et son mari ferait plus attention à elle. Lors d’une insomnie résistant aux somnifères, Estelle googlise  » changer de vie « . Elle tombe sur un article, inspiré par la loi d’attraction, qui explique que pour amorcer le changement, il suffit de visualiser ce que l’on souhaite et de l’écrire. Sans y croire une seconde, elle formule un premier vœu, qu’elle s’envoie par mail. Le lendemain matin, quand ce vœu se trouve réalisé, Estelle découvre qu’elle vient, sans le savoir, de souscrire à un programme de réalisation de rêves. Prenant goût à l’exercice, Estelle, supervisée par Tom, son assistant virtuel, émettra un ensemble de vœux pour rénover sa vie. Mais, alors que tout change autour d’elle selon ses désirs les plus fantasques, Estelle se sent toujours seule et insatisfaite. A quoi tient donc le bonheur ?

L’avis de MadameOurse :

J’ai été tentée par ce roman et son effet baguette magique sur la vie dont nous rêvons tous avouons-le ! Estelle a cette chance, du jour au lendemain, elle demande à partager sa vie avec Brad Pitt et … le voilà dans sa vie. Pas tout à fait le vrai Brad mais un qui serait installé là depuis plusieurs années et qui aurait toujours été là à la place de Richard, son mari. Richard c’est le mari un peu égocentrique, qui ne fait plus trop attention à sa femme sauf pour demander ce qu’il y a à manger, qui ne fait rien à la maison et qui râle sans cesse.

Alors l’échanger par Brad, le rêve non ? Et bien en fait Estelle va se rendre compte que Brad a aussi ses cotés relou. En fait il est « trop ». Il est attentionné mais c’est trop, amoureux mais c’est trop, positif mais c’est trop. Bref, Estelle va vite se rendre compte qu’il lui faut doser les vœux qu’elle soumet à Tom. Et, avec son aide, elle va se questionner sur sa vie, en admettant que telle chose ne lui plait pas mais en se demandant précisément ce qu’elle voudrait à la place.

Et elle va expérimenter des changements à sa vie, en tâtonnant, en se questionnant sur les relations qu’elle a avec ses proches. Elle va aussi assister à des stages avec d’autres demandeurs de rêves comme elle, des stages complètement connotés développement personnel qui m’ont personnellement appris. C’est le but du roman. On peut le lire juste comme ça, en y prenant l’humour qui y est, en s’amusant et s’intéressant du questionnement de vie auquel Estelle fait face. Mais on peut aussi y puiser plus pour soi même. Et il y a notamment tout un livret final en ce sens à la fin du roman pour pratiquer si l’on le souhaite les exercices décrits dans l’histoire.

Ce roman m’a rappelé une autre publication Eyrolles lue récemment : Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ?; je trouve que ce sont deux romans très proches avec deux héroïnes qui font face à un changement de cap en se questionnant et qui vont être aidées l’une et l’autre pour écrire une nouvelle page à leur vie. Ces deux romans développent le tout avec autant de simplicité et avec un humour bien appréciable.

Ma notation :

Une lecture agréable.

Merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture