Archives du mot-clé déportation

Ils étaient vingt et cent…, Stanislas Petrosky

Quatrième de couverture :

Gunther, jeune allemand opposé au régime nazi, excelle dans l’art du dessin.
Il se retrouve promu illustrateur officiel du camp de Ravensbrück, son œil d’artiste interprète la vie et surtout la mort.
L’histoire d’un homme qui a vu la construction et la libération du plus grand camp d’extermination de femmes du IIIème Reich, un homme qui a vécu des deux côtés des barbelés.

L’avis de MadameOurse :

En débutant ce roman, on est prévenus, les scènes dures ne nous seront pas épargnées. J’ai l’habitude, vous le savez, de lire des romans sur cette thématique et pour autant, c’est la première fois je crois que je vois cette alerte. Et finalement je la trouve bien justifiée.

Gunther va nous faire vivre à ses côtés, l’histoire complète du camp de Ravensbrück (camp situé en Allemagne au Nord de Berlin). Ce jeune allemand sera envoyé là par ses parents pour y travailler, bien content au début d’échapper ainsi à la vie de soldat. Il va construire le camp puis être l’un de ses surveillants. Ce jeune artiste est repéré pour ses dessins et devient alors dessinateur officiel du camp. Une place privilégiée puisqu’il échappe ainsi à la dureté des rôles de gardien mais une place qui a ses revers. J’ai beaucoup pensé à un autre roman en découvrant Gunther. Le tatoueur d’Auschwitz avait en effet également une place privilégiée mais qui amenait aussi son lot d’horreurs.

Gunther va devoir dessiner des scènes de torture, des scènes d’expérimentations médicales barbares (celles des lapins de Ravensbrück dont je vous parlais avec cet autre roman), des scènes de corps sans vie et tout cela en étant forcé de relater le moindre détail, les expressions des visages, la joie sadique d’un côté et l’anéantissement total de l’autre. C’est un roman qui est vraiment dur à lire parce que les faits cruels sont là. Et d’ailleurs, ce rôle de dessinateur va peser énormément sur le moral de Gunther, dessiner toujours des choses si sombres, si tristes, se savoir du côté des allemands sans rien soutenir de leurs actions. Il aura du mal a faire semblant d’adhérer à la doctrine nazie et malheureusement cela se remarquera.

C’est un homme un peu lâche, qui assume sa couardise mais qui tentera quand même un petit peu, à sa façon d’agir, pour aider les déportées. Et puis il va vivre cet événement qu’il n’avait jamais imaginé vivre dans une telle horreur : l’amour. Je dois dire que cette partie du roman m’a un peu fait tiquer parce que je trouve le début de son histoire d’amour pas spécialement bien amené. C’est un coup de foudre ni plus ni moins mais c’est un peu léger, je n’ai pas trouvé le sentiment vécu par Gunther très crédible ni la façon dont il « séduit » la jeune femme. Evidemment la séduction est un grand mot parce qu’elle n’a pas vraiment sa place dans le camp de l’horreur qu’est Ravensbrück.

La fin du roman nous fait bien vivre le rythme haletant de l’attente de la fin, l’attente de la libération parce que les déportés savent, entendent les combats qui approchent, ressentent le stress de leurs bourreaux donc il y a cet espoir sans en connaitre la date, c’est long, on a l’impression d’avancer d’un pas, de reculer de deux et j’ai trouvé cela assez bien relaté. Il m’a manqué quelque chose dans l’achèvement du roman c’est d’avoir une petite idée du parcours de vie qu’a pu connaître Gunther après le camp. Dans la mesure où c’est lui, le vieil homme de 99 ans qui nous raconte son histoire, on a la curiosité de savoir ce qu’a été toute sa vie.

Ma notation :

Un roman de plus sur ma longue liste de lectures de la seconde guerre mondiale. Un savoir qui s’enrichit pour moi. Une lecture dure mais nécessaire.

(roman lu en partenariat avec Netgalley)

 

Le titre du roman s’appuie sur une chanson de Jean Ferrat, Nuit et brouillard. Je vous invite à en écouter ou réécouter les paroles.

Le tatoueur d’Auschwitz, Heather Morris

Quatrième de couverture :

Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent à l’entrée du camp d’Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C’est Lale, un déporté, qui est chargé de cette sinistre tâche. Il travaille le regard rivé au sol pour éviter de voir la douleur dans les yeux de ceux qu’il marque à jamais.

Un jour, pourtant, il lève les yeux sur Gita et la jeune femme devient sa lumière dans ce monde d’une noirceur infinie. Ils savent d’emblée qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Mais dans cette prison où l’on se bat pour un morceau de pain et pour sauver sa vie, il n’y a pas de place pour l’amour.

Ils doivent se contenter de minuscules moments de joie, qui leur font oublier le cauchemar du quotidien. Mais Lale a fait une promesse  : un jour, ils seront libres, deux jeunes gens heureux de vivre ensemble. Deux personnes plus fortes que l’horreur du monde.

L’histoire vraie d’un homme et d’une femme qui ont trouvé l’amour au cœur de l’enfer.

L’avis de MadameOurse :

Ce livre est dans ma PAL depuis un petit moment et puis, après avoir fait ces deux derniers mois plusieurs belles lectures autour du thème de la seconde guerre mondiale, j’avais envie de poursuivre.

Et comment vous dire à quel point j’ai été plongée dans une magnifique histoire ? Dès le début, les pierres sont posées, on sait que Lale Sokolov, notre personnage principal a réellement existé. Et la première scène nous montre à quel point le rôle de tatoueur qu’il a eu au sein des camps d’Auschwitz et Birkenau était dur. Mais c’est la survie. Et tout le roman tourne autour de ça, la survie.

Comme dans tant d’autres romans qui nous replongent dans les réalités de la déportation juive (ou tzigane, ou des opposants politiques ou … n’oublions pas les nombreuses autres populations concernées), c’est des moments complètement inhumains que l’on lit, des scènes choquantes, des comportements cruels juste pour le plaisir (ce terrible Dr Mengele…). J’ai beau être habituée de ces lectures, l’horreur on ne s’y fait jamais, je suis TOUJOURS choquée de ce que je lis. Ici, Lale va devoir endosser des rôles dont il se serait bien passé. Il n’a pas le choix, être le ‘Tatowierer’ c’est une place protégée, c’est un travail dur, éprouvant, avec peu de repos mais c’est un meilleur « logement », plus de portions de nourritures, etc.

Lale va prendre d’énormes risques et mettre en place un marché noir pour aider un maximum de personnes à survivre : il va troquer les bijoux, devises et autres objets de valeur que les femmes peuvent dérober contre de la nourriture amenée par des habitants polonais travaillant dans le camp. Grâce à cela, il amènera beaucoup de douceur dans la vie d’un grand nombre de déportés.

Et puis, il va surtout vivre le plus beau et le plus inimaginable. Au sein de ces horreurs, de cette cruauté permanente, alors qu’à chaque instant, leur vie peut s’arrêter, il va vivre le plus doux aux côtés de Gita. Un coup de foudre, il en est persuadé, c’est la femme de sa vie. Il fera tout pour savoir qui elle est, la rencontrer, passer du temps avec elle. Lale est un jeune homme profondément romantique, élevé par une mère qui lui a appris comment séduire les femmes et a vraiment à cœur de convaincre Gita. Celle-ci est d’abord stupéfaite, comment peut-il l’aimer alors qu’elle est amaigrie, sale, qu’elle sent mauvais et a le crâne rasé ? Puis … les sentiments naissent. Ils arrivent à voler de doux moments au sein du plus terrible des camps de la mort. Et … qu’est ce que c’est beau !!

Dans ce témoignage réel, je suis toujours effarée du lot de « chance » qu’il a fallu que nos personnages cumulent pour en sortir vivants. Survivre à 3 ans à Auschwitz c’est une éternité… Sur la destinée de Lale et Gita, il y a un nombre assez conséquents de rencontres qui ont fait peser la balance du bon côté. Sans tous ces liens positifs, leur vie aurait tant de fois pu basculer…

Ma notation :

Magnifique. Une lecture que je vous recommande sans aucune hésitation.

La maison Rozenbaum, Evelyne Lagardet

Quatrième de couverture :

Unis par un amour et un bonheur de vivre hors du commun, Sarah et Albert forment un couple merveilleux. Pour ces deux rescapés de l’enfer des camps de concentration, chaque minute est un pied de nez à la mort.
Elle philosophe, lui pédagogue, musiciens, épris de culture, ils sont imprégnés d’humanisme.
Lorsque le couperet Alzheimer tombe sur Sarah, ses fils décident, contre la volonté du couple, de placer leur mère à La Maison Rozenbaum, établissement jouissant d’une honorable réputation. Malgré leurs longues années de vie commune, les vieux amoureux n’ont jamais voulu se marier et les enfants de Sarah ont beau jeu d’exercer leur pouvoir sur elle tout en se débarrassant du beau-père.
Pour retrouver l’amour de sa vie, Albert n’a d’autre choix que de se faire admettre à son tour dans cette bonne résidence où les déportés ont leur place.
Pourtant, la respectabilité de façade cache une tout autre réalité. Dans ce lieu de nulle part où le personnel brutalise plus souvent qu’à son tour, les Anciens sont broyés. Les familles, complices ou révoltées sont réduites au silence. Par sa diversité culturelle, sociale et communautaire, la maison de retraite représente un microcosme où de la joie à l’horreur, tout bascule d’une minute à l’autre. Luttes, intrigues, prérogatives, sur ce terrain miné, les résidents sont les grands perdants.
Ce deuxième enfermement, ravive le douloureux passé de Sarah et Albert, mais aussi leur résilience. Pour rester humains, ils ont jadis opposé à la barbarie la solidarité et la folie de l’espoir.
Sarah et Albert se lient d’amitié avec Pierre et Charles, un couple amoureux de toujours, ainsi qu’Henri, médecin et résistant de la première heure. Ensemble, dans le plus grand secret, ils vont créer un noyau de résistance. Animés par l’esprit du Conseil National de la Résistance, ils veulent mettre en place le programme, « Les jours heureux », au sein des La Maison Rozenbaum. Avec une vitalité espiègle, ils sèment un vent de révolte qui réveille leurs compagnons d’infortune. Par la grâce de la musique et de l’éveil des sens, les autres pensionnaires renouent avec leur vie.
Le mouvement prend de l’ampleur au grand dam de la direction…

L’avis de MadameOurse :

En entrant dans La maison Rozenbaum, je me préparais à l’histoire d’amour d’un couple qui avait traversé le temps depuis les drames vécus lors de la seconde guerre mondiale. En effet, Sarah et Albert se sont connus dans les camps. Lors de leurs retrouvailles après la guerre, ils ne se sont plus quittés. Et c’est donc tout naturellement qu’ils iront s’installer en maison de retraite ensemble.

C’est forcée par ses fils que Sarah y entre tout d’abord. Diagnostiquée en début d’Alzheimer, elle s’est laissé convaincre que ce serait le mieux pour elle. Ses 2 garçons Bobby et JR en profitent pour l’isoler de son compagnon, Albert, avec qui ils ont vécu depuis toujours mais dans la haine. Celui-ci ne se laissera pas faire et trouvera vite une solution pour rejoindre sa bien aimée.

Dès lors, nous découvrons cette maison de retraite dédiée à accueillir les anciens déportés. Et le couple déchante très vite car cette maison n’a rien d’un havre de paix. Tout ce que l’on peut entendre de nos jours en mal sur les maisons de retraite est évoqué ici, de la maltraitance pure mais savamment dissimulée. Et le parallèle est très vite fait entre les traitements dans les camps et en maison de retraite. Et franchement oui, ça revient au même ! L’état d’esprit n’est pas le même mais les actions si. C’est donc un roman assez révoltant qui amène par petites touches, page après page, le comportement anormal des soignants de cette maison de retraite dont la principale préoccupation est l’argent. Tout est donc adapté pour faire de l’argent, avoir un maximum de décès pour faire entrer de nouveaux pensionnaires à un meilleur prix, facturer des soins à la sécurité sociale dont ne bénéficient pas les anciens, limiter le nombre de douches qui prennent du temps, etc.

Albert et Sarah, aidés par les amis qu’ils se feront très vite sur place, vont tenter de combattre cela, avec aussi peu d’armes qu’ils n’en avaient contre les nazis dans les années 40. Le récit est d’ailleurs parsemé des souvenirs des années de guerre de tous les personnages. Le parallèle entre déportation et placement en maison de retraite est très bien amené, c’est juste et intéressant.

C’est un roman que je tenais à finir une fois débuté parce qu’il m’a apporté quelque chose, parce qu’on ne doit pas fermer les yeux sur ces problématiques. Et parce que lire cela, même si ce n’est qu’un roman, fait bien peur lorsqu’on pense à nos proches qui sont déjà (ou qui seront) en maison de retraite. Néanmoins, je n’ai pas réussi à m’absorber complètement dans l’histoire. Il m’a manqué un je ne sais quoi pour m’attacher totalement aux personnages, c’est un roman qui, au final, a suscité assez peu d’émotions en moi.

Ma notation :

Un roman aux thèmes forts et bien traités qui m’a beaucoup intéressée. Mais il m’a manqué un petit quelque chose du côté des émotions.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)