Archives du mot-clé D. Carrisi

Le chuchoteur, Donato Carrisi

004

Quatrième de couverture :

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

Un époustouflant thriller littéraire, inspiré de faits réels.

L’avis de MadameOurse :

Vous avez forcément déjà entendu parler de Donato Carrisi et ses thrillers Le chuchoteur et L’écorchée. Et comme on dit souvent, il n’y a pas de fumée sans feu. Le succès de l’auteur est amplement mérité tellement ce thriller est addictif.

Il est brillamment construit, il est de ceux qui nous donnent envie de le relire directement une fois qu’on a la révélation finale pour encore mieux apprécier la savante alternance des chapitres. Ce roman n’est pas que l’enquête suite à la disparition et aux meurtres des fillettes. Car à chaque découverte de corps, la police découvre aussi une nouvelle affaire à élucider. Je n’en dis pas plus à part que forcément avec ces enquêtes dans l’enquête, les pages défilent sans qu’on s’ennuie.

Ajoutez à ça des personnages principaux avec des secrets qu’on découvre petit à petit et vous avez la recette idéale pour vous faire passer une nuit blanche.

Et le final est bien comme l’annonce la quatrième de couverture : époustouflant.

Ma notation :

J’avais apprécié La femme aux fleurs de papiers et découvert un auteur talentueux. Le talent est largement confirmé ici, l’auteur est capable de passer d’un genre à un autre tout aussi brillamment. Je lirai sans tarder la suite des aventures de Mila dans L’écorchée.

Publicités

La femme aux fleurs de papier, Donato Carrisi

004

Quatrième de couverture :

Le 14 avril 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. À moins qu’il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain à l’aube. Jacob Roumann, médecin autrichien, n’a qu’une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l’interrogatoire. Sa vie, décrète-t-il, tient non pas à une, mais à trois questions :
« Qui suis-je ? »
« Qui est Guzman ? »
« Et qui était l’homme qui fumait sur le Titanic ? »

De cet instant se noue entre les deux ennemis une alliance étrange autour d’un mystère qui a traversé le temps et su défier la mort.

L’avis de MadameOurse :

Je n’avais jamais lu Donato Carrisi, très apprécié pour ses thrillers mais ça faisait longtemps que j’avais envie de le découvrir. Finalement, je me suis laissée tenter par son dernier titre La femme aux fleurs de papier.

Ce roman n’est pas un thriller, c’est un conte. Ou des contes. En ouvrant ce livre, on s’embarque non pas dans une mais dans des histoires. C’est le propre de la lecture que de nous faire voyager et ici, quel voyage. C’est beau, toutes ces histoires sont magiques.

Attention, on ne parle pas là d’histoires décousues comme un recueil de contes ou nouvelles, c’est bel et bien un roman. C’est très réussi car on passe d’une histoire à une autre, d’un personnage plein de charme à un autre tout aussi touchant et attachant. Et c’est fluide, le lien entre les histoires est bien conçu. Ce roman ne fait que 150 pages mais c’est un vrai voyage. Et finalement pour ma part j’ai un peu oublié ou mis de côté ce qu’annonce la 4ème de couv’ à savoir l’alliance entre 2 ennemis en temps de guerre. Les personnages sont des conteurs, des aèdes mêmes (j’ai découvert ce mot au cours de ma lecture) et leur intérêt est seulement de nous conter une histoire, l’histoire d’un autre, une belle histoire.

Je ne sais pas comment résumer autrement ce roman mais il m’a vraiment charmée, je ne connais toujours pas le talent de Donato Carrisi pour le thriller mais une chose est sûre : il sait faire autre chose aussi et il le fait bien !

Ma notation :

Une pépite. A savourer comme une boîte de bons chocolats.