Archives du mot-clé croisière

Duel au soleil, Angie Hockman

006

Quatrième de couverture :

Henley Evans, 28 ans, est accro au travail. Entre son emploi de responsable marketing chez un croisiériste et les cours du soir, elle n’a plus de temps à elle. Et surtout pas pour une relation amoureuse !

Tous ses sacrifices sont sur le point de payer : la voilà pressentie pour un poste de direction. Il n’y a qu’un seul problème : Graham Crawford-Collins, le community manager de la société et rival de Henley, est lui aussi en lice pour cette promotion. Pour les départager, il leur faut doper les réservations de croisières pour les Galapagos… en s’y rendant ensemble !

Quand Henley rencontre Graham en chair et en os, la surprise est totale : il n’a rien à voir avec ce qu’elle avait imaginé…

Entre décor paradisiaque et cocktails acidulés, les préjugés de Henley vont être mis à rude épreuve. Est-elle prête à tous les sacrifices pour décrocher le job de ses rêves ?

L’avis de Laure :

C’est le retour des petites romances d’été que je savoure chaque année avec le même plaisir entre deux lectures plus exigeantes. Lorsque j’ai débuté Duel au soleil, je savais parfaitement comment cela allait finir, le thème de l’amour-haine est souvent traité dans les romances et on se doute bien de l’évolution des choses longtemps à l’avance.

Pour autant, ça a vraiment été une très chouette lecture qui traite plusieurs sujets tout aussi plaisants les uns que les autres. Henley et Graham sont envoyés par leur patron sur l’une des croisières que leur entreprise organise. Leur défi ? En revenir avec un projet marketing qui tient la route et leur permettra d’obtenir le poste de directeur du marketing. Le souci ? Henley déteste Graham depuis un échange professionnel où il s’est attiré les mérites d’une idée qu’Henley a eu. Alors, tous les coups seront permis pour obtenir le poste.

Mais très vite, Henley se rend compte que Graham n’est pas celui qu’elle croit et surtout elle découvre un homme qui l’attire énormément ce qui n’est pas pour arranger ses plans. Dans ce jeu du chat et de la souris, on savoure aussi la beauté de la croisière aux Galapagos et les petites histoires des différents croisiéristes. Puis, de retour à Seattle, on rebascule dans le monde professionnel dont j’ai aimé le sujet parce qu’on voit comme il peut être difficile pour une femme de percer. J’ai adoré alors le combat mené par Henley pour se faire entendre, aidée par tout un entourage bien sympathique et déterminé. Et bien évidemment, la romance reste présente tout du long en arrière plan, prévisible mais savoureuse néanmoins avec deux personnages dont les confidences sont forts touchantes. En résumé, un bien joli roman feel good aux thèmes très plaisants, de la croisière aux coups bas en entreprise, j’ai tout aimé et passé un excellent moment.

Ma notation :

Lecture détente idéale pour l’été, laissez-vous tenter !

(Merci à Mylène de L’Archipel pour cette lecture)

Un été en hiver, Solène Hervieu

Quatrième de couverture :

Julia, la trentaine, ronde et pétillante, s’ennuie à mourir dans l’austère agence de voyage où elle travaille. Elle se contente de vendre des destinations de rêve à des clients, sans jamais partir elle-même. La jeune femme a pourtant envie d’aventure, d’amour, de frissons. Une petite annonce pour un nouveau job change tout : elle devient « testeuse de voyages » pour évaluer des destinations et des circuits sur les cinq continents.

L’avis d’Audrey :

En cette période de restriction de déplacements, ce roman va vous faire voyager. De jolis voyages en compagnie de Julia, une jeune femme qui se lasse de son boulot dans une agence de voyage, qui répond à une annonce pour devenir testeuse de voyages. Après tout, rester derrière son ordinateur à conseiller des clients et à subir le silence et l’ennui de ses collègues ne l’intéresse plus.

Fraichement arrivée dans cette nouvelle agence, Julia trouve rapidement sa place au sein d’une équipe dynamique et pleine d’enthousiasme. Ses collègues présentent tous des profils différents, avec pour point commun, la sympathie. Parmi eux, elle remarque surtout l’un d’entre eux, Aymeric,  dont le charme ne la laisse pas indifférente. C’est lors d’un premier séjour à Glasgow qu’elle tente de mieux faire connaissance avec lui. Même si c’est un job sympa, malheureusement elle ne peut pas toujours faire équipe avec lui. Et la voilà embarquée pour une croisière avec un collègue devant faire office de « mari », sauf que notre Julia ne se retrouve pas en binôme avec la personne désirée.

Un roman très frais et divertissant, dans lequel la protagoniste va pouvoir s’épanouir et s’ouvrir aux autres. J’ai aimé le coté convivial et amical de ce groupe de collègues. On jalouserait presque Julia d’être si bien entourée. Même si la jeune femme semble manquer de confiance en elle, j’ai trouvé qu’elle usait de pas mal d’humour et de répartie avec quelques scènes que j’ai beaucoup appréciées. On comprend vite qu’elle s’est trompée de cible en craquant pour Aymeric et on se délecte du jeu du chat et de la souris auquel elle se prête avec son binôme de croisière.

Ma notation:

Vous l’aurez compris, une comédie romantique sans prise de tête, qui permet de s’évader le temps de la lecture.

La disparue de la cabine n°10, Ruth Ware

Quatrième de couverture :

Une semaine à bord d’un yacht luxueux, à silloner les eaux du Grand Nord avec seulement une poignée de passagers.
Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d’une meilleure occasion de s’éloigner au plus vite de la capitale anglaise.
D’ailleurs, le départ tient toutes ses promesses : le ciel est clair, la mer est calme et les invités très sélects de l’ Aurora rivalisent de jovialité. Le champagne coule à flot, les conversations ne manquent pas de piquant et la cabine est un véritable paradis sur l’eau.
Mais dès le premier soir, le vent tourne. Laura, réveillée en pleine nuit, voit la passagère de la cabine adjacente être passée par-dessus bord.
Le problème ? Aucun voyageur, aucun membre de l’équipage ne manque à l’appel. L’Aurora poursuit sa route comme si de rien n’était.
Le drame ? Laura sait qu’elle ne s’est pas trompée. Ce qui fait d’elle l’unique témoin d’un meurtre, dont l’auteur se trouve toujours à bord…

L’avis de Lunatic :

L’idée de faire une croisière sur un paquebot de luxe, avec l’impossibilité d’en sortir et passer des jours en pleine mer n’est pas du tout un truc qui me fait rêver pour des vacances. Et ce roman me conforte dans l’idée, qu’effectivement je ne le ferai jamais.

Laura ou Lo, journaliste d’un magazine à destination des touristes, doit remplacer sa chef pour le voyage inaugural d’un bateau de croisière à destination de la mer du nord, vers les fjords norvégiens. Ce n’est pas à elle que revient d’ordinaire ce genre de privilège et malgré un cambriolage plutôt violent qu’elle a subi quelques jours avant le départ, elle ne souhaite pas laisser sa place. Elle aurait peut-être mieux fait, surtout si l’on ajoute à cela une dispute avec son petit ami avant le départ. Chamboulée par ces événements, elle semble bien décidé à profiter de cette croisière pour se changer les idées. Elle fait connaissance avec les autres passagers du bateau (dont d’anciennes connaissances) et semble avoir du mal à trouver sa place parmi ces gens riches, brillants, venant d’un autre milieu qu’elle. La première soirée un peu trop arrosée pour Lo s’achève sur un drame. Elle est persuadée d’avoir vu sa voisine de cabine passer par dessus bord. Mais voila, la cabine est vide, aucune trace de cette jeune femme que personne d’autre n’a croisé. A partir de ce moment, Lo va tout faire pour démontrer qu’elle a raison.

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman. Les personnages sont assez caricaturaux je trouve. C’est sûrement un choix pour dénoncer le coté jet-set de ce milieu aisée, mais même Lo qui devrait nous apparaître plus attachante m’a ennuyée. Elle m’énervait même et j’en suis venue moi aussi à douter de son histoire. Après tout, Lo boit beaucoup, elle souffre de dépression, on ajoute à cela le traumatisme récent du cambriolage. Aucun indice ne donne envie de la croire. Et il a fallu attendre la 6ème partie du récit pour qu’enfin je trouve un minimum d’intérêt à ce roman. Et c’est bien trop long, car les 262 premières pages auraient pu se résumer en une cinquantaine de pages seulement. L’auteur nous sert ensuite une intrigue un peu tirée par les cheveux que je ne trouve pas crédible du tout. Et un final où notre pseudo héroïne, Lo s’en sort en trouvant des ressources psychologiques et physiques dont elle était totalement dépourvue avant. J’ai juste apprécié le dernier chapitre du roman, un joli clin d’œil d’un personnage sur l’idée de rebondir malgré les épreuves.

Ma notation :

Pas emballée par ce thriller malgré une idée originale de départ.