Archives du mot-clé comédie romantique

Le millième jour de la marmotte, Fanny Gayral

IMG_0976

Quatrième de couverture :

Ah, si chaque journée pouvait être identique à celle de la veille, Éléonore serait comblée : gestion de patrimoine, petits arrangements avec la misogynie ordinaire de son père et ses quatre frères, amour parfait avec son petit ami qui s’apprête à la demander en mariage le soir de ses vingt-huit ans. Hélas, rien ne se déroule comme prévu et l’annonce est fracassante : son amoureux veut faire un break. Il la met à la porte de leur appartement commun. Ayant appris ses déboires, une richissime cliente lui propose de l’héberger dans son luxueux appartement parisien. Éléonore y rencontre la star du développement personnel en France qui n’est autre que le petit-fils de sa cliente. Elle découvre vite que ce coach de vie est loin d’être aussi positif que dans ses vidéos. Tout juste quitté par sa femme, il s’effondre, et refuse d’assurer ses coachings. Éléonore décide alors de prendre les choses en main ! Mais est-elle vraiment prête à s’aventurer hors de sa zone de confort ?

L’avis d’Audrey :

J’avais découvert la plume de Fanny Gayral uniquement en lisant ses nouvelles glanées dans des recueils édités chez J’ai Lu, alors quand j’ai vu la parution de ce roman, dans une maison d’édition qui a su a de nombreuses reprises me réserver de belles découvertes, je n’ai pas réfléchi bien longtemps pour accepter de lire ce livre.

Eléonore se prépare pour son anniversaire et elle est persuadée que son compagnon va la demander en mariage. Alors c’est un peu le choc quand finalement ce dernier lui annonce qu’il veut faire une pause. Complètement dévastée et remettant tout en cause, elle trouve refuge chez Madeleine, une cliente, qui lui propose de l’héberger. Et c’est avec une grande surprise, que le petit fils de Madeleine se trouve être Florian Desjours, le coach star qu’Eléonore suit avec passion, regardant chacune de ses vidéos à plusieurs reprises.

On pourrait s’imaginer que le jeune homme va servir de guide à la jeune femme pour se sortir de sa mauvaise passe, mais contre toute attente, lui aussi est victime d’une peine de cœur, et il perd toute motivation à son travail. Il se traîne, n’est plus qu’un loque. Bref, loin de l’image du coach sûr de soi et prêt à conquérir le monde entier. En parallèle à ces déboires personnels, Eléonore doit aussi se battre sur son lieu de travail, face à une chef un poil tyrannique et destructrice.

Heureusement, Eléonore et Florian peuvent compter sur leurs amis proches, à défaut de leur famille un brin bancale. Et si c’était le moment de tout remettre en question et de croire en soi. Et si Eléonore se laissait enfin guider par ses convictions intimes, ses envies et accessoirement par les citations inspirantes de ses Yogi Tea.

Une comédie romantique, mêlée à une touche de développement personnel, pour nous livrer une histoire bien sympa, où l’humour a une jolie place. C’est frais, divertissant et plaisant, pile ce que j’attendais avec cette lecture.

Ma notation:

Faites vous chauffer une tasse de thé, posez-vous, lisez et respirez. Vous avez un bon livre entre les mains, profitez-en.

eyrolles

(Merci à Eyrolles  pour la lecture de ce roman)

La librairie de la seconde chance, Jackie fraser

e5DWYVumTMGOzMFhoOJftg

Quatrième de couverture :

Thea Mottram passe le pire mois de sa vie. Elle a été licenciée de son bureau sans préavis. Et pour ne rien arranger son mari, avec qui elle est mariée depuis près de vingt ans, décide de la quitter pour une de ses amies !
Désemparée et complètement perdue, Thea est au fond du gouffre. Aussi, lorsqu’elle apprend le décès d’un grand-oncle lointain en Écosse, qui lui a laissé sa maison et une importante collection de livres anciens, elle décide de quitter le Sussex pour quelques semaines. S’enfuir dans une petite ville côtière où personne ne la connaît semble être exactement ce dont elle a besoin.

L’avis d’Audrey :

Thea, est plutôt dans un mauvais mood au commencement de ce roman: Elle vient de se faire licencier, et son mari vient de la quitter pour une de ses amies. Tout va donc au plus mal pour elle. La lettre d’un notaire lui apprenant qu’elle hérite de la maison d’un grand oncle pourrait permettre à Théa de changer d’air quelques temps. Sur place, c’est une belle demeure qui lui revient, mais aussi tout son contenu: Vêtements, vaisselles, souvenirs mais surtout une collection de livres rares et anciens.

Alors qu’elle envisageait de régler rapidement les affaires liées à cet héritage, elle se dit que finalement rien ne presse et puis rien ne l’attend chez elle finalement. Elle décide de passer plusieurs semaine dans la maison. Elle va y faire quelques rencontres, notamment celles avec deux frères que tout opposen et qui se détestent: Charles, son voisin, riche propriétaire et qui convoite la maison de Théa et Edward, un librairie taciturne et peu commode. Et si elle pensait trouver un peu de tranquillité en arrivant dans ce village, ces deux comment vont bien lui causer du soucis.

Un roman feel-good très plaisant, avec une héroïne marrante et en qui on peut si facilement s’identifier. Une comédie romantique, mais pas seulement. Quelques intrigues secondaires viennent se greffer aux tourments de Théa. J’ai aimé Edward, le librairie grognon, dont on imagine bien vite qu’il a du morfler dans sa vie intime pour se comporter ainsi. Un jolie jeu se déroule entre Théa et lui, c’est rafraichissant et divertissant.

Ma notation:

Une bien belle comédie romantique, mais roman plus complexe qu’on pourrait imaginer.

Notre banc, Sakia Sarginson

Ebook pour IG-6

Quatrième de couverture :

Cela commence par la fin.
Cela commence sur un banc, sur la colline de Hampstead en 2004, où une femme attend un homme.
Dix ans plus tôt, ils se sont fait une promesse : à cette date exactement, sur ce banc-là, ils mettront fin à cette histoire d’amour qui a duré trente ans, ou bien ils décideront de tout recommencer.
Ils n’auraient jamais dû se rencontrer. Ils n’auraient jamais dû s’aimer. Mais cela leur est arrivé et un mensonge les a séparés.

L’avis d’Audrey :

1983. Cat et Sam se rencontrent à Atlanta, aux USA. Elle travaille dans un centre funéraire, elle est solitaire, vit dans une famille chaotique et a une passion pour l’écriture. Sam est anglais, et son année sabbatique faite de voyages, de musique et de rencontres touche à sa fin. Entre eux, c’est comme une évidence dès le premier regard. Quelques jours d’une incroyable romance, un début d’une longue histoire d’amour présage t-on. Alors que Sam doit rentrer chez lui, ils se promettent de s’écrire et de vite se revoir.

Entre rendez-vous ratés, quiproquos et autres sales coup du destin, les mois et les années passent. Tous deux avancent dans leurs vies, en ayant toujours l’autre en pensée. Quand on pense qu’enfin il est temps pour eux de se retrouver, notre cœur se brise encore lorsque leurs deux âmes n’arrivent pas à se rejoindre.

Les chapitres alternent entre l’histoire de Sam et de Cat. On est témoins de leurs pensées, de leurs émotions et envies. On a envie de leur crier que l’autre n’est pas loin, que c’est le jour parfait pour aller près de ce banc afin d’espérer tomber sur l’autre, mais on ne peut rien faire à notre grand désespoir.

On va suivre notre duo de personnage pendant 30 ans. 30 ans d’amour malgré l’absence et le silence. 30 ans à se demander si ce premier amour est vraiment le plus fort ? le plus pur ? Un ultime rendez-vous est fixé en 2004. C’est à ce moment que s’ouvre ce roman. Qui sera présent ? Pourront-ils enfin se livrer pleinement l’un à l’autre et vivre enfin sereinement et heureux ?

J’ai beaucoup aimé ce roman. J’ai trouvé cette histoire d’amour passionnante, même si à mes yeux, elle a un goût de gâchis. Pourquoi perdre tant d’années et ne pas écouter son envie profonde ? Pourquoi faire semblant ? Pourquoi ne pas être égoïste et tout envoyer valser pour retrouver son unique âme-sœur ? En même temps, Cat et Sam font preuve d’un courage et d’une force immense pour se montrer si patients et sûrs de leurs sentiments.

Ma notation:

Une comédie romantique qui vous montre que le grand amour, le vrai, ne s’oublie jamais.

20minutes-blue-1000

(Merci à Stéphane de chez 20 minutes pour la lecture)

Ça a commencé comme ça, Angela Morelli

IMG_5664

Quatrième de couverture :

Ça a commencé quand Flore a fait brûler sa confiture de groseilles. Ou alors, quand son père l’a appelée à l’aide, coincé entre les branches du vieux pommier. En fait, non, ça a vraiment commencé quand ses amis l’ont inscrite au concours de confitures. Oui, c’est à partir de ce moment-là que la vie de Flore a pris un tournant inattendu.
Car la jeune mère célibataire presque trentenaire doit faire face à un obstacle de choix : confectionner une confiture aux figues… sans figues. Mais si les précieux fruits ont déserté les étals des marchés du Sud-Ouest, on chuchote que Corto possède quelques arbres pour sa consommation personnelle ; Corto, le beau jardinier ténébreux que tous les habitants du village considèrent avec méfiance. Et pour cause : il est tatoué et dégage une aura de mystère et de danger.

L’avis d’Audrey :

Laure sait que j’aime lire des comédies romantiques même si je suis assez exigeante avec ce genre, qui, à mes yeux, peut tomber trop facilement dans le niais. Elle m’a offert ce roman et elle a visé juste.

Je me suis très vite prise d’affection pour Flore, l’héroïne de ce roman. Mère célibataire, elle vit avec son père qu’elle doit gérer comme un second enfant, elle a perdu sa mère très jeune, une blessure encore très vive et elle a du mal à gérer l’aspect financier du quotidien. Elle n’arrête pas de la journée, enchainant les activités, entre marchés, confection de pâtisseries, boulot d’appoint au café du village.

Heureusement elle peut compter sur Gina sa voisine d’enfer et Fanny, son amie et confidente. Cette dernière aimerait bien que Flore trouve un homme, mais la jeune femme semble avoir tiré une croix sur toute possibilité amoureuse. Pourtant, elle semble craquer sur Corto, un jardinier tout aussi mystérieux que sexy. Et quelques circonstances surprises vont l’amener à faire sa rencontre et à succomber à son charme.

Un roman plein d’humour, de peps mais intégrant également une bonne dose de tendresse et d’humanité. L’entraide, l’amitié, la complicité et la bienveillance sont au cœur de l’histoire. Les générations vivent ensemble, les amis sont présents. Une vie presque idyllique dans ce village où l’on aimerait bien vivre. Alors oui, tout parait un peu trop beau et facile, mais c’est pile ce que l’on attend avec ce genre de roman non ?

Ma notation:

Une comédie romantique avec comme on l’attend une issue heureuse, mais j’ai pris plaisir à découvrir toutes les étapes qu’il a fallu à Flore pour en arriver là.

Mes montagnes russes, Charlotte Léman

Quatrième de couverture :

 » Et si une rencontre pouvait suffire à bouleverser une vie ?  »
Entre un job sympa, un petit appartement douillet, un amoureux attentionné et des amis avec qui refaire le monde autour d’un verre, Sasha a tout pour être heureuse à Lyon.
C’est en tout cas ce qu’elle pensait jusqu’à ce que le destin ne la ramène dans la maison de son enfance et qu’une lettre dans le grenier de sa grand-mère ne vienne chambouler ses certitudes.
Une découverte qui va l’entraîner en Russie, la terre de ses ancêtres. Là-bas, loin de tous ses repères, Sasha va faire des rencontres qui changeront sa vie à tout jamais.

L’avis d’Audrey :

Je crois qu’en commençant un roman de Charlotte Léman, dès les premières lignes, c’est la promesse d’un moment de lecture divertissant, plein d’humour, réaliste et tendre à la fois. J’ai beaucoup d’admiration pour la manière qu’elle a de nous conter ses histoires à chaque fois. Tout en simplicité, ses personnages pourraient être vous, votre amie, votre sœur ou moi-même. C’est criant de sincérité et de vérité, et j’aime cela chez elle.

Sacha se rend à contre cœur dans la maison de sa grand-mère qui va être vendue. En famille, ils doivent la vider de son contenu, de ses souvenirs surtout. C’est dans le grenier qu’elle va tomber sur une lettre lui apprenant l’histoire d’amour de sa grand-mère avec un autre homme que son grand-père. Malgré ce que l’histoire familiale laissait penser, Sasha a toujours de la famille en Russie : des gens qu’elle ne connait pas, et qui ne savent rien d’elle. Cette révélation la hante, et elle décide de se rendre en Russie pour remontrer les traces de son ancêtre. Tant pis si elle laisse sur place Lucas, un petit ami avec qui elle a du mal à s’engager.

On débarque avec elle dans le froid de St Pétersbourg. On se laisse surprendre par la bise froide mais si vivifiante. Et on sourit pour elle quand elle rencontre Alexei, dans un centre d’archives. On sait que cette rencontre va peut-être tout changer. En tout cas ce qui est sûr c’est que son voyage sur les terres slaves va pas mal remettre en question son quotidien.

J’ai adoré passer un petit temps de lecture avec Sasha. Comme une bonne amie, on suit ses aventures, on a envie de la conseiller et de la conforter dans ses choix, malgré les doutes qui peuvent l’assaillir. Le fait de placer une partie de l’intrigue au cœur de la Russie rend le récit terriblement dépaysant.

J’ai juste un problème avec l’auteure : il ne me reste plus qu’un seul de ses romans à découvrir et j’aurais tout lu d’elle. Vite un suivant !!!

Ma notation:

Un roman parfait pour se changer les idées et s’évader. A lire d’une traite, comme un verre de vodka que l’on boit cul sec.