Fais-moi taire si tu peux !, Sophie Jomain

Quatrième de couverture :

Elle fleurit les mariages, lui les détruit.

Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d’un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée… Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard.

L’avis de MadameOurse :

Ce titre m’a attirée de par cette couverture fraîche et colorée et surtout par son auteure. J’entends du bien de Sophie Jomain, notamment via BettieRoseBooks qui recommande énormément Quand la nuit devient jour. Ce titre est paru en poche il y a peu et figure dans ma liste d’achats urgente mais en attendant, j’ai profité de l’occasion de découvrir l’auteure par un autre de ses romans.

Ce roman est aussi frais que l’évoque sa couverture, c’est une lecture légère parfaite pour ceux qui ont envie d’une histoire rigolote et sans prétention. Louise, fleuriste, va rencontrer lors d’un mariage pour lequel elle travaille Loïc. Sous un déguisement de faux prêtre, celui-ci va dévoiler les secrets des mariés et faire capoter le mariage ! Louise rencontrera de nouveaux sur sa route l’énigmatique Loïc à plusieurs reprises, toujours en fauteur de troubles et va vite se méfier de cet homme taquin et direct.

Leurs métiers ne sont pas compatibles, et pourtant, les choses les rapprocheront au fil des pages. Cette romance est moderne, drôle, dynamique mais plutôt attendue. Je dis ça dans la mesure où je me doutais à l’avance des événements qui allaient survenir. J’aime bien être surprise par une lecture, qu’elle ne m’amène pas où cela semble si évident. Ici, pas de surprise pour ma part mais j’ai trouvé le roman agréable, la plume est simple, facile à lire.

Ma notation :

Une agréable découverte, je compte bien relire Sophie Jomain.

netgalley-public-notag-md

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Publicités

A la recherche du petit ami insaisissable, Nick Alexander

Quatrième de couverture :

CC a trente-neuf ans et tout semble lui réussir : elle occupe un poste à responsabilités dans une agence de publicité, vit dans un superbe appartement et a une bande d’amis homos fêtards avec qui sortir tous les week-ends.

Pourtant, un peu comme le Titanic, CC se sent sombrer inexorablement. En réalité, sa vie ne lui convient pas et elle préférerait aller cultiver des navets à la campagne plutôt que de passer sa journée à convaincre les gens d’acheter un jean révolutionnaire à double braguette. Elle rêve de rester blottie chez elle, dans les bras de son (insaisissable) petit ami, plutôt que de jouer à la reine de la nuit dans les bars branchés de Londres.

Mais rencontrer un homme célibataire et sans vice caché revient à chercher une aiguille dans une botte de foin. CC ne cesse donc de repousser son projet de changement de vie de crainte de se retrouver encore plus seule. Affronter ses démons lui permettra-t-il de rencontrer enfin l’insaisissable petit ami de ses rêves… ou est-il déjà trop tard ?

L’avis de MadameOurse :

Ce titre vous surprendra peut être un petit peu, c’est rare que je lise ce genre de bouquin tendance chick lit. Mais oui j’aime bien aussi ! Et j’ai aucune honte de le dire, c’est important de varier les lectures. Le titre de ce roman me plaisait, ça a attisé ma curiosité et hop une lecture de plus !

C’est un roman assez long je trouve pour une chick lit (512 pages au format papier). CC a 39 ans, une carrière dans une agence de pub, des amis, une belle maison à Londres. Elle a tout sauf LE petit ami. Elle a des ex avec qui ça n’a pas marché pour une raison ou une autre et un entourage essentiellement homo ce qui ne lui facilite pas la tâche pour faire de nouvelles rencontres.

J’ai trouvé le début du roman assez plein de clichés, la nana parfaite mais célib, la carrière, les potes homo à tout va, la fille qui se targue de reconnaître les homos de loin mais se plante lamentablement en draguant des mecs de l’autre bord… Mais passé ces clichés c’est un roman où il se passe plein de choses dans la vie de CC. Il y a une vraie histoire autour de sa quête d’un petit ami : la vie de sa mère, de ses amis homos, le boulot et les difficultés liées à la crise… Il y a plein de personnages secondaires attachants, des dialogues plein d’humour, CC étant elle même une femme qui n’a pas froid aux yeux on se plait à la suivre dans ses péripéties.

C’est une chick lit qui finira bien évidemment, pas de surprise là dessus ! Et j’ai d’ailleurs bien apprécié la fin.

Ma notation :

Une bonne lecture qui permet de passer un très bon moment. Et je tiens à vous faire remarquer que l’auteur est … un homme ! Je trouve ça assez surprenant dans ce registre mais ça ne change rien à la réussite du roman je trouve.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley et

qui parait ce jour aux éditions Montlake romance)

 

Ma vie pas si parfaite, Sophie Kinsella

Quatrième de couverture :

À Londres et dans le Somerset, de nos jours.
Sorties culturelles, soirées animées, restos branchés, job de rêve dans une grande agence de pub, d’après ses comptes Facebook et Instagram, Katie, 26 ans, vit la vie géniale des it-girls de Londres.
En réalité, elle loue une fortune une chambre minuscule dans une coloc à presque deux heures du centre, vit sur un budget tellement serré qu’elle doit parfois choisir entre un repas et un « mokaccino » hors de prix et travaille pour une boss cauchemardesque. Et quand cette dernière décide de la virer sous un prétexte pour le moins léger, Katie n’a d’autre choix que de rentrer chez son père dans le Somerset.
Mais pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d’elle ? Katie va trouver un moyen de faire venir Londres à elle et de faire de la ferme familiale l’endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu’il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et avec eux, de vieilles connaissances…

L’avis de Lunatic :

Qu’est-ce que j’ai aimé passer un peu de temps avec Katie.  Cette Katie si attachante, rigolote, un peu maladroite, qui doute d’elle et qui en même temps semble pleine de peps et d’énergie. Dès le début, Katie nous vend du rêve avec une description de son appartement « Londonien » très original. Ce roman donne une vraie leçon : surtout ne vous contentez pas de l’image, de ce que l’on veut vous vendre ou vous faire croire à travers le net, les réseaux sociaux. Bien souvent c’est bidon et les aventures de Katie vont le prouver.

Dans ce roman, on retrouve tous les codes qui font de Sophie Kinsella une des meilleures à mon sens pour ce genre de roman : de l’humour, une héroïne marrante qu’on a envie d’avoir comme copine, des scènes mythiques, une histoire d’amour et de jolis retournements de situation. Tout à fait le genre de bouquin à mettre dans sa valise pour les vacances.

Ma notation :

Un roman feel-good si bon à lire.

 (Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Audrey Hepburn, la vie et moi, Lucy Holliday

Quatrième de couverture :

Quand elle touche le fond, Libby Lomax connaît un remède imparable : se rouler en boule dans son canapé pour savourer son film préféré, Diamants sur canapé. C’est justement l’un de  ces jours « sans » que l’improbable se produit : Audrey Hepburn sort de l’écran ! Parée de sa petite robe noire, de ses perles et de son fume-cigarette, l’actrice est bien décidée à aider Libby à mettre de l’ordre dans tous les domaines de sa vie. Hallucination ? Bonne fée ? … Ou charmante calamité ?

L’avis de Lunatic :

Ma photo de profil explique pourquoi j’ai voulu lire ce roman : Audrey Hepburn , que je vénère surement autant que Libby, l’héroïne de ce roman.

Le roman débute avec Libby, enfant, qui est poussée par sa mère à passer casting et concours pour briller sur les écrans ou sur les planches, elle obtient trop souvent des rôles de simples figurantes quand sa sœur obtient les premiers rôles. On la retrouve au bout de quelques chapitres, à l’aube de la trentaine, jeune femme célibataire, maladroite et un peu farfelue, comique sans le vouloir, un petit côté Bridget Jones. Personnellement, je n’ai pas pu m’attacher à Libby, que je trouve quand même très niaise et naïve. J’ai davantage apprécie Oly, son ami qui veille sur elle et souhaite partager plus qu’une amitié.

Au milieu de toutes ces mésaventures (renvoi d’une série TV, déménagement raté, relations familiales pourries…) apparaît Audrey Hepburn qui va la conseiller, prendre ses confidences et l’aider en la forçant à se questionner sur sa vie. Totalement irréaliste mais pourtant bien mis en scène dans le roman.

C’est un roman frais, léger, amusant. Il se lit très bien, mais je n’ai pas été totalement conquise. Un peu fade à mon goût, puis une fin qui ne m’a pas convaincue. 2 autres tomes sont disponibles, avec cette fois ci l’apparition de Marylin Monroe et Grace Kelly, mais je ne pense pas avoir envie de replonger dans la vie de Libby Lomax.

Ma notation :

 Une lecture agréable mais on peut trouver sans doute mieux dans le même genre.

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)

Là où tu iras j’irai, Marie Vareille

Quatrième de couverture :

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

L’avis de MadameOurse :

J’ai vu passer plusieurs très bons avis de ce livre avant de m’y plonger mais, en débutant ma lecture, je me suis sentie dans une chick lit légère, truffée d’humour mais pas bien différente d’une autre chick lit (je n’ai rien contre ce style de lecture mais j’en lis peu parce que c’est un peu simplet à mon goût et que je cherche plus que ça dans mes lectures). Isabelle est la trentenaire gamine typique, pas de vrai métier, gaffeuse et absolument pas prête à agir comme une adulte ! Elle déteste les enfants et va refuser la demande en mariage de Quentin, affolée par le fait que cet engagement va précéder l’envie d’enfant de son compagnon.

Le besoin d’argent va alors la forcer à accepter un poste d’actrice improbable puisqu’il s’agit en fait de séduire Jan pour le faire rompre avec sa compagne, Colombe, que la fille aînée de Jan semble avoir pris en grippe. On se retrouve alors à suivre Isabelle en Italie, dans la riche demeure de vacances de la famille Kozlowski. Et c’est là pour moi que le roman a pris un tout autre sens. Isabelle, qui ne veut absolument pas d’enfant et dit les détester va devoir gérer un enfant muet depuis le décès de sa mère et 2 ados survoltées. Et évidemment, elle le fera avec son naturel gaffeur et sans aucune notion d’éducation mais … avec succès !

Très vite finalement, son rôle d’actrice, séduire Jan, passe à la trappe (d’ailleurs elle mettra un moment avant même de croiser réellement le père des enfants) et, contre toute attente, elle va faire des miracles avec les enfants ! Et c’est là que j’ai été bien surprise au cours de ma lecture car, sous ce que j’avais déjà catalogué comme une chick-lit, il y a plein de personnages blessés par la vie et plein de belles émotions superbement racontées. Ajoutez à ça une bonne dose de quiproquo liés au faux emploi de nounou d’Isabelle et vous avez tout ce qu’il faut pour passer un bon moment de lecture !

Ma notation :

Une très belle surprise ! Tout à fait le genre de livre qu’on se régale à lire en vacances quand on a envie de quelque chose de simple mais touchant !

(Roman lu en partenariat avec Netgalley)